1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. En attendant l'Ascension

En attendant l'Ascension

en-attendant-lascension-

Sylvia Di Pasquale

11/05/2015

Faire le pont, c’est bon. Et pour ce jeu, le mois de mai est le terrain parfait. Mais quand, entre deux week-ends rallongés, il faut reprendre le collier, c’est compliqué de se remotiver. Alors, pour les déboussolés du courage, le cabinet Morgan Philips Outplacement a compilé un peu plus de 400 citations de Sénèque à Steve Jobs, en passant par Lee Iacocca, ce bon vieil Audiard ou Nicole Notat (malheureusement on ne compte que quatre représentantes de la moitié de l’humanité dans cet ebook). Un petit bouquin pas compliqué, intitulé Citations RH, à consulter gratuitement au coin du bureau ou au creux d’une réunion. Un viagra du boulot, histoire d’escalader ce petit bout de semaine en attendant l’Ascension.

On peut, évidemment, s’en passer et écouter Fabrice des achats, nous expliquer « qu’on n’a pas le choix et qu’il suffit de compter les heures qui nous séparent du soir. » On peut aussi lire les phrases bien troussées des grands sages patiemment redécouvertes par Philippe Pillière, le président directeur général du cabinet. Comme Confucius. « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez jamais à travailler un seul jour dans votre vie, » conseillait le philosophe chinois. Certes, suivre ce précepte est risqué si l’on n’est pas très attaché à son boulot. Il peut, dans certains cas, donner envie de plaquer sa boîte, de laisser là Fabrice des achats et de suivre sa propre voie. Heureusement, l’écrivain Joseph Conrad vient au secours des SDF de la vocation. « Je n’aime pas le travail, nul ne l’aime, disait-il. Mais j’aime ce qui est dans le travail : l’occasion de se découvrir soi-même ».

Mais ce petit ouvrage n’aide pas seulement à tenir bon entre deux ponts. Ses auteurs ont également fouillé les tréfonds de la littérature et de la pensée pour y dénicher quelques sentences qui nous permettent aujourd’hui de mieux travailler avec les autres, de mieux manager, et de mieux évoluer. Et d’apprendre pêle-mêle que ce n’est pas Jean-Guy le DSI qui a dit que « Les vraies richesses sont les méthodes », mais ce bon vieux Nietzsche.

Parfois, de bréviaire de ce qu’il faudrait faire, l’ouvrage se transforme aussi en trousse de secours. À l’occasion d’un beau plantage, d’un projet calamiteux, on pourra toujours répéter la phrase d’Einstein au chef qui nous en fait grief : « Une personne qui n’a jamais commis d’erreurs n’a jamais innové ». Et si malgré tout, il continue de nous battre froid, on lui pardonnera en pensant à François Mitterrand qui disait « gouverner, ce n’est pas plaire ». Et le chef ronchon sera certainement revenu à de meilleures intentions après le week-end de l’Ascension.   

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Stéphanie

12/05/2015

à 15:56

Article très intéressant merci

> Répondre

+