1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Faut-il rayer mai de nos agendas ?

Faut-il rayer mai de nos agendas ?

faut-il-rayer-mai-de-nos-agendas-

Sylvia Di Pasquale

23/04/2018

Attention, triangle des Bermudes en approche. Vacances solaires + grèves SNCF + ponts de mai : la conjonction maudite est en place. Elle va, pendant le mois à venir, faire sombrer dans des eaux tumultueuses, toutes envies de programmer des rendez-vous pros, des réunions essentielles et des candidatures pour de futurs postes taillés rien que pour soi.

Car entre leur agenda, leurs diagrammes de Gantt et leurs todo de trucs à finir, les cadres mixent trois autres calendriers. Celui des congés scolaires des petiots, subdivisé en trois zones, avec celui des arrêts de travail des cheminots, qui démarrent la veille et s’achèvent difficilement le lendemain, et celui des jours plus ou moins chômés du 1er, du 8 et du 20 mai avec leurs possibilités de ponts à rallonge et de congés à solder.

Il suffit de mouliner tout ça, de guetter le résultat, et de bien repérer les rares fenêtres de tir où les collègues, les clients, les fournisseurs et les recruteurs seront au bureau. « Oui mais non, rétorque l’indécrottable pessimiste. Les rares journées où tout le monde sera au boulot, ils seront tous débordés et irrités. Le pire moment pour les joindre.»  Alors on attend le mois de juin, en priant pour que ce gus qu’on guette depuis le mois d’avril ne soit pas un fondu de tennis qui passe ses journées à Roland-Garros.

On peut aussi écouter l’indécrottable optimiste qui tempère : « Oui mais non. Il y a des gens qui ne prennent pas tous les ponts, habitent à côté du boulot, ne prennent jamais un train, n’ont pas de congé à solder et envoient les enfants chez Mamie ». Et ceux-là, étant donné la désertification de masse des open space en ce mois de mai, seront dispos comme jamais. Des réfractaires aux congés futés mais si largement partagés, qui sont des collègues, des clients, des fournisseurs et même des recruteurs.

>> Lire aussi : L’art de poser judicieusement ses congés en 2018 / En mai, 7 jours = 16 jours

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

DD29

24/04/2018

à 14:27

pourquoi ne pas remplacer le 1er mai par le 1er lundi de mai, le 8 par le 2eme lundi, le jeudi de l'ascension par le vendredi. ==> 3 wE de 3 jours tous les ans mais aussi 4 jours pour travailler ces semaines un peu compliquées. Ce serais beaucoup plus facile d'organiser les ongés, les gardes d'enfant et le boulot. Nous serions tous gagnants, employeurs comme employés.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte