1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. La position du démissionnaire #6 : Aux beaux abdos, les beaux postes

La position du démissionnaire #6 : Aux beaux abdos, les beaux postes

la-position-du-demissionnaire-6--aux-beaux-abdos-les-beaux-postes

Sylvia Di Pasquale

06/10/2019

[Chronique] Que se passe-t-il avant, pendant, après la démission ? Toujours à l’affût de vos expériences, je partage dans cette chronique ce que j’observe et ce que vous me racontez sur ce sujet gravement tendance. Cette semaine, Anne-Sophie explique à Fabien que l'apparence physique est plus importante qu'il ne le croit en entretien.

Je ne sais pas vous, mais autour de moi, on ne parle plus que de semi-marathon et de gainage. Et pas seulement parce que le soulevage de fonte est bon pour le cardio. C’est Anne-Sophie qui m’a mis la puce à l’oreille, elle qui, en plus d’avoir un esprit sain, arbore un corps sain, objectivement athlétique.

Je l’ai surprise en pleine conversation avec Fabien, pour qui elle joue le rôle – difficile – d’office soulmate, de confidente, de coach, et de remonte-morale. Le garçon est en recherche active d’un nouveau poste et sa « conjointe de boulot » est vigilante :

 

Tu ne dépasseras jamais le premier entretien à cause de ta brioche !

 

Réponse consternée de l'intéressé :

 

          - « Mais enfin, je suis contrôleur de gestion, pas top model ! C'est pas mon métier de représenter la boîte ! »

Et la coache bénévole de lui lancer un regard navré avant de lui expliquer la vie. Du moins ce qu’elle observe autour d’elle.

           - « C’est super important l’apparence physique. L’époque Chirac-tête de veau, c’est fini. Aujourd’hui, avoir un profil athlétique, c’est démontrer au recruteur que tu es dynamique et pas avachi, ni dans ta vie perso, ni au boulot. Et pour ça, il ne suffit pas de rentrer le ventre pendant ton entretien. »

Faut dire qu’Anne-Sophie a deux amours : son travail et la salle de sport. Les home-trainers chromés, elle y est scotchée trois fois par semaine. Entre Pilates et N+1, entre abdos fessiers et clients, elle a toujours du répondant.

          - « Pour les filles, l’apparence physique a toujours compté, surtout dans un monde de décideurs garçons. Mais maintenant, c’est à vous, les gars, de subir la pression Car les décideurs en question, même si ce sont toujours des hommes, ont des abdos béton et veulent que leurs collaborateurs leur ressemblent.»

Et c’est vrai que les hommes cadres n’ont jamais autant couru. Pour réussir sa vie, il ne faut pas une Rolex, mais un classement honnête au dernier semi de Paris, ou une inscription au prochain marathon de New-York. C’est une nouvelle forme de certification, un trophée à coller sur son CV, comme le Toeic ou les compétences digitales avérées.

Dans la liste des soft skills non officielles, les abdos en béton ?


Dessin de Charles Monnier
.

 

 

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+