1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Le management à la française est-il has been ?

Le management à la française est-il has been ?

le-management-a-la-franaise-est-il-has-been-

Sylvia Di Pasquale

30/05/2011

De deux choses l'une. Soit le management de chez nous a sacrément du plomb dans l'aile, soit il est le meilleur du monde. Mais il se garde bien de le faire savoir. Qu'est ce qui nous rend si narquois ? Le 9e palmarès des grandes « entreprises européennes où il fait bon travailler »... Il est établi par l'Institut « Great place to work » qui se base sur les commentaires des salariés qui jugent leur propre boîte.

Alors on se précipite sur le classement, pour vérifier les performances de nos champions. Et là, dans ce prix de l'Eurovision des forces vives des entreprises, on encaisse beaucoup plus qu'une déception : de la sidération. Là où on attendait au moins un LVMH, L'Oréal, BNP-Paribas, Canal+ ou autres fantasmes de jeunes diplômés français qui caracolent dans les classements de leurs employeurs idéaux, il n'y a aucun représentant français.

On reprend la liste. On relit, dans l'ordre :

Les 10 multinationales où il fait bon travailler en Europe :

1-Microsoft

2-Amgen

3-Mars

4-Cisco Systems

5-3M

6-NetApp

7-McDonald's

8-SAS Institute

9-W.L. Gore & Associates

10-Kellog's

 

Les dix premières places sont largement trustées par des multinationales américaines. Alors on doute, on se demande. Et on soupçonne. Notre management frenchy aurait-il failli ? Dépassé par celui de l'Oncle Sam ? La hiérarchie verticale et française serait-elle en bout de course ? La transversalité serait-elle plus en vogue ? La promotion interne et rapide, à l'américaine, aurait donc pris le pas sur l'ancienneté pépère à l'européenne ?

Et notre recrutement français, arcbouté sur le diplôme, serait-il obsolète, balayé par le recrutement par compétences ? Et que dire de notre sens de la diversité. Un sens si souvent interdit que les discriminés se seraient lassés ?

Mais pourquoi diable, les entreprises hexagonales ne sont pas reconnues comme des great places to work ?

Parce qu'elles sont trop mal notées ? On pourrait le soupçonner. A moins qu'elles n'aient pas postulé... Car ce classement repose sur le volontariat. Pour y figurer, il faut concourir. Et pour les vainqueurs, il y a une rançon logique à payer : une augmentation des candidatures huit fois supérieure aux autres. Du coup, peut-être que les DRH de nos groupes à nous refusent l'obstacle pour éviter la surabondance de CV. Si tel est le cas, il n'est pas sûr que ce soit le bon choix.

A moins qu'ils n'aient d'autres raisons. Parce que l'ambiance en interne est plus proche des mutinés du Bounty que de celle des Teletubbies. Et qu'ils n'ont pas envie de le faire savoir. Qu'ils n'ont pas envie non plus de modifier quoi que ce soit, puisque un chiffre d'affaires ne fonctionne pas au baromètre du bonheur.

Quoi qu'il en soit, une bonne vieille notion pleine de bon sens est en train de gagner du terrain. Y compris chez des chairmans de grandes multinationales. Elle nous dit que des salariés satisfaits travaillent mieux et servent mieux les clients. Qui l'eût cru.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr - 29 mai 2011

Une réaction ? Un témoignage ? Le forum ci-dessous vous est ouvert.

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi.fr - Mai 2011

En savoir plus

http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/les-entreprises-ou-il-est-le-plus-agreable-de-travailler-en-europe-602027

30

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

yannick machboun

12/06/2011

à 15:29

c'est un peu dommage de le dire mais pour percer, il faut tenter sa chance dans les entreprises anglo-saxonnes. la réussite professionnelle de Philippe kahn est un exemple édifiant ...Trop de discriminations à l'embauche ,pourquoi ne pas prendre comme exemple le management de nos voisins anglais ? Peut-être que les choses sont en train de changer il suffit de patienter un peu.

> Répondre

Marc

06/06/2011

à 12:03

En France, nous avons tendance à penser que "l'herbe est toujours plus verte chez le voisin", et à penser "que les autres boites sont toujours meilleurs que la sienne". Nous sommes sans cesse pas satisfaits de notre boite actuelle même si la culture d'entreprise est bien, il y aura toujours quelque chose qui ne va pas. Je pense que les boites Françaises ne sont pas encore prêtes a s'afficher et à se faire une compétition de ce genre, à la différence des boites US.

> Répondre

vianney

06/06/2011

à 09:00

J'ai travaillé (en france uniquement) pour deux multinationales américaines. Je suis toujours en poste dans la seconde. J'ai aimé la première, je déteste la seconde que je quitte pour une troisième.
Mais dans tout les cas, avec mon profil atypique (j'ai fais la fac, un vrai handicap en france), je sais que je n'irais jamais dans une multinationale française.

> Répondre

connou

02/06/2011

à 11:39

Le management à la française n'a pas vraiment évolué depuis celui utilisé au 17ème siècle.....C'est le pire que je connaisse....Je me suis spécialisé dans le management humaniste, le seul qui aurait un avenir, mais en France, c'est tout le contraire qui se pratique. Il est difficile voir impossible de faire évoluer un français....qui navigue toujours dans ses certitudes.

> Répondre

Colin

02/06/2011

à 10:50

Eh oui ! Lorsque l'on pense que l'on est toujours plus supérieur que son voisin il arrive un moment où il faut tout remettre en question! Mettre une pression monstre sur ses collaborateurs sans tenir compte de leur avis parfois avisé peut entrainer un dur revers. Faites pétiller ceux ci et vous verrez qu'ils vous rendrons au centuple le faible investissement réalisé. Ce qui n'est pas le cas en France.

> Répondre

Puzzle

01/06/2011

à 21:14

Ne faudrait-il pas se mettre enfin à la page et arriver à faire face à nos "vieux démons" ? Une enquête du Ministère de l'Economie a révélé il y a plus de 5 ans que le bien-être et la reconnaissance des forces humaines de l'entreprise menait celle-ci droit vers une augmentation nette de la productivité. Mais comment se fait-il qu'une enquête si probante menée auprès de 27 000 entreprises Françaises ait pû tomber dans l'oubli? La faute à la fameuse "résistance au changement"? C'est une chose de s'indigner, toutefois il serait peut-être opportun de se "bouger"! Un salarié qui se sent bien, accomplit un bon travail: cette évidence va t-elle enfin être entendue?

> Répondre

Bachelier

01/06/2011

à 18:21

Tout à fait d'accord nos dirigeants sont nuls car ils ne prennent que des gens qui ont une expérience dans la même culture donc pas d'innovation car formatés.
De plus comme je l'ai vu rescemment prendre des prépa pour faire de la location de voiture est débile. Le ''dirigeant croit faire une affaire mais le jeune n'ai pas motivé car il cherche ailleur. Il faudrait prendre des gens seulement au niveau qui vont s'accrocher et s'investir dans la ''boite''; C'est gagnant car le chiffre d'affaire s'accroît et il y à moins de perte en non qualité.

> Répondre

ARGHHH

01/06/2011

à 09:16

C'est peut-être aussi parce qu'au même titre que les (fameux) "Produits de l'Année" - sélectionnés sur catalogue par un petit échantillons de personnes - il faut payer (un bras) pour bénéficier du bon point Great Place To Work (avec le droit d'utiliser leur logo à la clef). Au regard des entreprises qui accèptent de payer la rançon, cette société a vraisemblablement plus développé son image aux US qu'en France.

> Répondre

timoni

31/05/2011

à 17:20

cela a l air de vous etonnez,pour avoir travaille pendant 15 ans comme expatrie hors zone europeenne,en apprenant a travailler avec toutes les religions et tous les peuples d asie ;;d afrique; d oceanie et d amerique du nord et du sud( j y ai plus appris a leur contact qu a l universite-stages compris),il y a longtemps que les pays"emergeants" ont manges les parts de marche internationnaux et c est la vieille europe qui REGRESSE quand au methode de recrutement ;la france est a l epoque des machines a vapeur les autres ce qui sont competitifs sont aux machine hybride a hydrogene -mais oui cela existe et cela fonctionne

> Répondre

Luc

31/05/2011

à 15:00

Quand on est jeune diplômé, où même quand on a un peu d'expérience, ce qui est mon cas, motivé et plein d'énergie, il est difficile dans les entreprises françaises de faire-valoir et de mettre en place ses idées, donc de s'épanouir et se sentir bien. Cela a pour moi un effet direct sur la motivation et l'investissement dans sa fonction. Peur du changement, de l'ambition? J'avais souvent l'impression qu'on me disait implicitement: "Toi tu bosses, moi j'en profite! Tant que l'entreprise marche, on reste comme ça et tu la fermes.". Mais boss, on pourrait peut-être faire mieux, c'est dans votre intérêt!

> Répondre

Bouligand

31/05/2011

à 14:35

Management à la Francaise.
Merci de rappeler les conditions de l'enquête: ''Au total, 1.380 entreprises (dont seulement 5% de Françaises) ont participé à cette édition européenne, soit plus d'1,5 million de salariés représentés'' (pour le total).
On peut se demander si la vraie question porte sur notre mode de management, ou tout simplement sur le faible taux de participation des entreprises francaise. Cela semble illustrer un dicton bien de chez nous: ''pour vivre heureux, ...''.
Bonne journée.

> Répondre

chris

31/05/2011

à 14:29

Il serait temps que les patrons Français se remettent en question, qu'ils comparent leurs pratiques à celles de leurs homologues des pays dits "émergents". Il y a bien longtemps que les patrons chinois modernes partagent la richesse avec leurs collaborateurs clés.
La vieille culture de l'élite française est dépassée, que ce soit dans les multinationales Français avec la promotion au diplôme ou dans les PME PMI familiales qui pratiquent un management paternaliste et/ou désuet.

> Répondre

Ilardo Ange

31/05/2011

à 13:12

Bonjour,

Ce qui me fait plaisir en lisant cet article, c'est que l'on commence enfin à comprendre que ce ne sont pas les diplômés, mais les gens compétents qui sont à rechercher.
Un autodidacte dans son domaine de compétence a beaucoup plus d'expérience et ce connaissances qu'un master+++. Un diplômé qui sort de l'école ne sait que ce qu'on lui a enseigné, un autodidacte lui, travaille et expérimente déjà dans le domaine futur.

Ange Ilardo

> Répondre

Alain Sanchez

31/05/2011

à 12:31

C'est une blague ce classement ou quoi ? J'ai beaucoup d'amis qui bossent ou ont bossé chez XXXXX... et c'est certainement un des derniers endroits où j'aurai envie de bosser. Des presseurs de citrons qui n'ont qu'une devise à la bouche "marche ou crève !". [Message modéré par Cadremploi : pas de messages à caractère diffamatoire dans lequel un acteur, salarié ou entreprise, est mis en cause sans pouvoir se défendre]

> Répondre

Vini

31/05/2011

à 11:56

En France, le facteur "motivation des salariés" est malheureusement laissé de côté dans la plupart des structures. Alors qu'il est fondamental dans l'atteinte de la performance. D'ailleurs, si le quizz Cadremploi sur la "generation Y" était déployé dans nos entreprises, les résultats seraient assez surprenants.

> Répondre

Khemdoudi A

31/05/2011

à 11:52

Bonjour,
Comment peut-être bien dans une entreprise quand il faut sans cesse être attentif, non pas à son travail, mais à être performant sans faire d'ombre à son supérieur hiérarchique. Faire des propositions pour optimiser son travail, en faisant croire que cela vient du "chef", et accepter que tous les éloges reviennent au "chef" quand on a bien travailler, et que seules les critiques non reviennent.
C'est le lot quotidien de beaucoup de salariés.

> Répondre

SELAMAT

31/05/2011

à 11:10

Plus que has been, il n'a jamais été !

> Répondre

maherme

31/05/2011

à 10:43

Mc Donald's Dans le Classement ? !
Microsoft au lieux de Apple?
Serait ce un faux article ?
Oui la France n'a jamais été un endroit ou il est bon travailler, personnes ne se fait confiance, aucun esprit d'équipe... ect ect...

> Répondre

BUSSON

31/05/2011

à 10:40

C'est vrai qu'on enfonce des portes ouvertes mais il vaut mieux le répéter encore et encore :
le terme management vient du vieux français et signifie à l'origine "ménagement";
alors ménagez vos troupes pour qu'elles soient performantes.
On peut (presque) tout demander à son personnel si l'ambiance est conviviale et confiante .

> Répondre

Lucie

31/05/2011

à 10:33

Excellent article, efficace et tellement vrai.
Pour creuser la réflexion, je recommande vivement la lecture de "Le Capitalisme d'héritiers" de Thomas Philippon.
http://blogs.univ-paris5.fr/pene/weblog/2780.html

> Répondre

Francoise

31/05/2011

à 10:30

Bonjour
La question se poserait de façon moins aiguë si ce classement avait également concerné les TPE PME ETI et grandes entreprises, qui sont plus de 3 millions en France pour l'industrie et les services, je crois.

> Répondre

Jean Kess

31/05/2011

à 09:58

Je confirme car j'ai travaillé 17 ans en France et 7 aux Etats Unis et il n'y a pas photo!
Aux US, si vous êtes compétent, le manager est content que vous puissiez bien faire votre travail. En France le manager se sent menacé et essaye de vous mater! Il y a toujours des exception of course!

> Répondre

Houlbert

31/05/2011

à 09:44

bonjour,

J'avoue que cet article me fait particulièrement réagir.
Je me base sur ma propre expérience pour étayer un management dépassé.
Je suis issu de l'apprentissage. Après une expérience de PME , j'ai fait ma carrière dans une grande entreprise de transport.
Après 10 années passées en cours du soir au Conservatoire National des Arts et Métiers et une formation en informatique de haut niveau ma situation n'a pas changé dans l'entreprise. Les structures sont rigides et ne laissent pas s'exprimer les motivations.
Mais là où je peux faire la comparaison c'est que j'ai suivi une formation en management américain et tout est différent.
Tout repose ( d'après la formation que j'ai suivie ) sur les qualités des individus et non sur les sanctions à administrer pour motiver.
Vous valorisez l'individu au lieu de le dégrader ! Et le résultat ne se fait pas attendre !

> Répondre

BILLET Hubert

31/05/2011

à 08:53

Moi j'ai travaillé plus de 17 ans pour le groupe pharmaceutique Anglo-suédois Astra Zeneca que je viens de quitter au mois de mai, tout est fait pour mettre dans les meilleures conditions les employés et l'encadrement,les primes tombent, la participation aux bénéfices et l'intéressement sont très élevés, le cadre du travail excellent, un grand respect du confort de vie social, des CP, des RTT,une cantine pour trois fois rien, de la formation continue, des stages, des entretiens individuels de qualité, enfin tout pour être dans les meilleures conditions et donc être efficace.

> Répondre

LAURENT SAMSON

31/05/2011

à 08:21

Est-on prêts à changer ?
Les études de G.Hofstede avaient déjà démontré que le patron français était un des plus distants psychologiquement de ses salariés, retranché derrière son pouvoir et sa sacro sainte hiérarchie (hiera veut d'ailleurs dire sacré) comparé aux autres pays latins et anglo saxons

> Répondre

lelarge

31/05/2011

à 08:21

Bonjour,
Ayant travaillé en Allemagne et aux Pays-Bas, je confirme.
J'ai même refait des études (en suite logique avec ma profession), et je n'ai rien obtenu de ma boite. La valse des N+1 à N+3 étant trop importante, il est impossible d'avoir la moindre progression. A presque 40 ans je suis déjà un "vieux" et jeune diplômé, ce qui n'existe pas dans les cases des RH...Je reste en France pour raison familiale, sinon je serais déjà reparti de ce pays has been. Je peux choquer en disant cela, mais alors, prouvez moi que j'ai faux !

> Répondre

BOURDIN

31/05/2011

à 06:02

la façon de manager a l'americaine est tres astucieuse et murement reflechie . Les gens actuellement se sentent tellement seuls que si un emlpoyeur est un semblant sympatique et lui fait miroiter des merveilles ,l'employer donnera le meilleur de lui meme jusqu'a en oublier sa propre vie . La robotisation des individus est en place depuis des années ,mais ce systeme va disparaitre car les hommes sont apres prendre conscience que les gens meurent de plus en plus tot et voudront recommencer a vivre pour vivre et non pour mourrir au travail...

> Répondre

Bobby

30/05/2011

à 21:29

Has been est bien le mot, mais ce n'est seulement le management qui est archaïque, c'est l'entreprise a la Française:
Règles rigides et archaïques (seuls les employés se doivent d'être flexibles), ambiances de travail médiocres, voire sinistres (chacun pour soi), mentalités figées et stéréotypes (de la direction a l'employé de base), indifférence, management a la "papa" très hiérarchique et vertical, progressions lentes (en fonction des diplômes, de l'age et des relations extra professionnelles en dépit des qualités et compétences), la liste serait longue. Rien d'étonnant que les Netapp, et Cisco soient régulièrement dans les 10 premiers du classement depuis des années. Et oui, l'entreprise française est ringarde du sol au plafond, et ne fait certainement pas rêver. Pour ceux qui comprennent les termes "Laid back", "easy going", c'est exactement ce qu'il manque aux compagnies françaises pour attirer, car être décontracté, relax et s'amuser au boulot tout en étant performant est quelque chose qui s'accorde mal avec la rigidité atavique de nos sociétés.
Et pire que tout, en comparaison avec le cout de la vie, les salaires en France sont sans doute, en moyenne, parmi les plus bas.
Mon conseil aux jeunes diplômés, fuyez la France et créez votre expérience ailleurs (UK, US, Irlande, Espagne, etc...).

> Répondre

ludo de normandie

30/05/2011

à 21:01

non seulement notre management est dépassé et archaïque mais il a tendance à malheureusement se dégrader encore ! La plupart des "manager" supérieur ne sont sélectionné que sur l'origine de leur diplome, leur capacité à suivre de la manière la plus docile possible la direction (même et surtout dans ses choix les plus aberrants) et surtout leur aptitude à être au bon endroit au bon moment.
J'ai personnellement eu la chance de travailler en tant que cadre dans une demi-douzaine de société de grande taille et à chaque fois le constat est le même: plus de progression interne tant qu'un X-mines, un Gadz'art ou autre centralien passera par la. tu as la compétence, mais il a le réseau. Malheureusement, n'étant obsédé que par une carrière prestigieuse, ces "managers" ne font que de la gestion à la petite semaine, de la lecture de PowerPoint et du reporting: "dites moi comment vous travaillez bien afin que j'aille me faire valoir chez le boss." et si ça marche mal (souvent le cas depuis 2008): pas grave= c'est pas ma faute: mes sous-fifres ne comprennent rien à ma vision (je suis peut-être trop brillant?).

A+ de la part d'un manager qui n'a que sa compétence et son expérience à mettre en avant...mais qui le vit bien !

> Répondre

Anne MARY

30/05/2011

à 20:23

Bonsoir
Pour avoir travaillé dans plusieurs grandes boites américaines à l'époque même où elles faisaient partie des "great places where to work"... Faisant partie d'un groupe américain très connu... et bien, le management à l'américaine... je ne suis pas certaine que ce soit la panacée !

OK pour les petits jeunes, +/- diplômés qui ont bien des difficultés à trouver du boulot car habitant où il ne "faut pas" ou faisant partie des "minorités visibles", oui : on y pratique une certaine forme de discrimination positive.

Mais pour les autres... non ! Ils sont au moins autant accrochés au diplôme que les boites traditionnelles françaises. Ils ont au moins autant de stéréotypes dans la tête. Sous les abords à "tu" et à "toi", ils sont prêts à planter un couteau dans le dos. Ils pratiquent le sur-dimentionnement sur les postes. Quant à l'évolution... on n'a jamais le "bon" profil.

Je signe demain dans une boite franco-française qui bosse à l'international !!!!!!!

Bonne soirée

> Répondre

+