1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Les cadres restent en poste à l'insu de leur plein gré

Les cadres restent en poste à l'insu de leur plein gré

les-cadres-restent-en-poste-a-linsu-de-leur-plein-gre

Sylvia Di Pasquale

06/10/2014

C’est un record historique. En six ans d’existence du baromètre Ifop/Cadremploi sur la situation de l’emploi, c’est la première fois que les cadres interrogés manifestent aussi nombreux leur volonté de changer de boîte. Ils sont 40 % dans ce cas, contre 34 % il y a deux ans. Et chez les moins de 35 ans, le score est plus important encore puisqu’ils sont 53 % à vouloir prendre le large. Dans le marketing et la communication, c’est carrément une envie massive, puisque 57 % ne pensent qu’à ça. Pire, toutes fonctions confondues, 58 % des cols blancs ayant 6 à 10 ans d’expérience souhaitent s’en aller.

Sauf que dans les entreprises, l’heure n’est pas vraiment aux cartons et aux pots de départ. Et c’est bien le paradoxe de ce baromètre : les cadres rêvent de changement, mais restent vissés à leur poste. 32 % d’entre eux ont refusé une proposition de poste. Pourquoi ? 56 % d’entre eux avouent qu’une rémunération trop faible les a fait reculer. Et 35 % d’entre eux invoquent le manque d’intérêt du poste proposé.

Des chiffres qui, évidemment, pourraient rassurer les DRH ravis de pouvoir conserver leurs troupes et qui n’auraient plus besoin de boucler les portes de l’open space pour éviter qu’elles ne prennent la fuite. Mais ils savent pertinemment que la décision de ces cols blancs de rester coûte que coûte à leur poste est un choix par défaut. Une décision bourrée de frustrations. Une escale faite d’attente d’ailleurs, avec la motivation en berne. Comment une entreprise peut-elle mobiliser ses cadres et les faire adhérer à son projet, s’ils passent leur temps à regarder par la fenêtre ?

D’autres leviers permettraient peut-être de soigner la peur. Car c’est bien cette crainte de l’incertitude qui transparaît, en filigrane, dans le refus d’obstacle des cadres qui ne réussissent pas à changer d’entreprise. La peur de l’inconnu et celle de ne pas retrouver ses billes en cas d’échec. Ce qui se comprend aisément. Pour y remédier, un peu, certaines entreprises font un effort. Rarement sur les salaires car les directeurs financiers ne se privent pas de rappeler aux DRH que les ponts d’or aux nouveaux, ça ne va pas le faire. En revanche, certains expérimentent la réduction de la période d’essai. Les 4 mois, voire 8 mois d’essai, sont ramenés à trois, pour que le démissionné, nouvel arrivé se sente en situation moins précaire. Et que, si la greffe ne prend pas, il puisse malgré tout toucher des indemnités de chômage. On peut aussi purement et simplement la supprimer, cette fichue période d’essai pour les cadres très expérimentés. Car, faut-il le rappeler, la loi ne la rend pas obligatoire.

@Sylvia Di Pasquale 

Illustration © Charles Monnier

L’intégralité des résultats du 13e baromètre Ifop/Cadremploi, paraîtra le 9/10. Étude réalisée du 4 au 15 septembre 2014 auprès d’un échantillon de 1 000 personnes, représentatif de la population cadre sous contrat de droit privé.

12

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Isabel55555

10/10/2014

à 23:30

Jude,

Le probleme vient des crh, des rh! qui sont considerer pour la majorité des candidats comme etant un obstacle! Le probleme vient de vous... Qui trafiquent les candidatures, qui font expres de ne pas presenter des candidatures à l'opérationnel, qui font passer des cv au dessus de la pile! Vous ne respectez pas vos engagements, l'entreprise peut avoir des exigences mais le candidat aussi en a, le candidat n'est pas un larbin...

Tous ces comportements minable que vous decrivez si bien vous le faites en entreprise.... il faut bien que tot ou tard cela se retiurne contre vous, vous l'avez chercher.

> Répondre

Jude

09/10/2014

à 21:10

Et les salariés sont des aliénés, je suis d'accord avec vous...

Mais comme mon précédent commentaire n'est pas passé, je maintiens que les frustrations de chacun doivent être adressées aux bonnes personnes et les généralités sont inutiles.

Les recruteurs sont majoritairement nuls et la majorité des RH sont des soumis, mais pas tous ! Et je rassure ceux qui pensent que ce métier c'est que sourire au patron et appliquer ; il est vrai qu'il faut avoir une paire de C pour oser faire face (comme dans tout), et cela ne m'a pas toujours rapporté que des sourires, on m'a même déjà remercié (pour Isabel 55) car je suis restée droit dans mes bottes.

J'ai fait des boutiques en France et je suis maintenant à l'étranger, et il existe des entreprises où le copinage et ce lamentable état de fait d'aliénation est moindre. J'ai côtoyé la difficile métallurgie française comme les sphères luxueuses bancaires, de la familiale au gros groupe, cela donne un tableau plutôt large du 'cadre' dans tous ses états. Je maintiens qu'ils aiment majoritairement rester dans leur petit confort, bon bon des fois c'est pénible de dire oui au patron quand on pense que c'est un nul, mais bon... ils la ferment et restent accrochés à leur chaise, cachant leur incompétence quand ça fait 5 ans qu'ils sont toujours au même poste et font machinalement leurs tâches, parce que de toute façon le patron est plus nul qu'eux, donc ils ne voient rien, tant mieux vont ils dire. En fait, chacun conserve sa sphère et chacun pense qu'à sa G sur le fond. Et puis quand on arrive pour insuffler du changement, oulaaaa... dur dur de modifier les petites habitudes de chacun, quand bien même ça va permettre de faire bouger les choses positivement, on touche à la petite chaise bien calée, aîe !

Si on veut vraiment faire changer les choses, il faut commencer par un bout, (lire la théorie du chaos). Ne jamais oublier qu'on est seul maître de ses choix. Si on ne peut pas envoyer balader son patron car on il faut payer ses factures, et bien il y a d'autres alternatives qui arriveront au même résultat avec plus de temps, je peux en témoigner.

Retrousser ses manches, décider du changement et arrêter de se lamenter, c'est un début, car ne rien dire et laisser faire sous prétexte qu'on a pas le choix, c'est tout aussi hypocrite!

> Répondre

Erwan Coiffard

09/10/2014

à 12:16

Au moins il ont un boulot...Bac + 5 cela fait un an et demi que je cherche mon premier poste.

> Répondre

Isabel555

09/10/2014

à 01:24

Ppn, je ne suis pas d'accord car justement les recrutements en interne sont plus que privilégiés! Ce qui empêche le renouvellement et un recul dans le travail.

Les candidatures ne sont pas traitées de la même manière il suffit d'une seule candidature interne et ils font signer le contrat de travail. Et pire encore les societes font passer cela pour dre recrutements externes en publiant des offres sur le net ( tout en ayant conscience qu'ils iront recruter une personne qui travaille deja dans la société) si ce n'est pas de la stupidité qu'est ce que c'est ?
Finalement le process de recrutement externe n'est qu'une roue de secours au cas ou la societe serait dans les problemes....

Maintenant je sais que l'evolution en interne est tres limite et surtout il faut dejeuner avec tout le monde pour esperer avoir une promo etc.... ( encore de l'hypocrisie), et non ce ne sont pas des entretiens car je sais qu'une des personnes avait eu une evaluation revu à la baisse car elle n'avait pas convier des personnes de son equipe pour prendre des cafés t preferait prendre des pauses cafes aller dejeuner avec des personnes d'autres directions et equipes! Affligeant mais c'est ce qui se passe en France. Le copinage. Le zoo on te sourit en face et derrière rien qu'on te fait des grimaces de singes!

L'autre problème aussi en effet l'offre d'emploi est incomplete il y'a toujours des criteres qui ne sont pas indiquer... pourtant en etant clair dans l'offre cela permettrait aux candidats de mieux cibler et de ne pas perdre de temps dans des offres qui ne menent à rien !

Grosso modo les recruteurs les cabinets de recrutement etc.... Sont des incompétents.

> Répondre

ppn

08/10/2014

à 13:33

Changer de boite ... le problème se fait au niveau du recrutement, les RH font la pluie et le beau temps en mettant des barrières étanches entre les postes et participent pleinement au non transfert des compétences d'un métier à un autre que cela soit en mobilité interne ou en recrutement externe.
Il suffit de regarder les conditions pour changer de poste ou pour accéder à un niveau supérieur.
Les annonces d'emploi sont de vrais cahiers des charges, on où cherche un mouton qui correspond à 100%

En interne, il faut montrer patte blanche lors des 'entretiens annuels' si on peut appeler cela des entretiens...
Il ne faut donc pas s'étonner de la peur ambiante...

> Répondre

gilloup

07/10/2014

à 15:47

...Exactement ce que je pense.

L'individualisme induit est effectivement la conséquence la pus grave de cette situation.
Les condtions de travail sont actuellement extrêmement dégradées; il s'en suit une productivité globale très médiocre; chacun claque des dents de peur de perdre son emploi, caché derrière son écran d'ordinateur.

C'est bien la 1ère fois que je vois une RH oser dire la vérité.
C'est bien.

Un ingénieur

> Répondre

Isabel55555

07/10/2014

à 14:38

Julde,

Vous qui êtes rh, il serait peut-être temps d'arrêter d'être hypocrite aussi, car les rh sont tres forts à cela.... Donc ne venez pas faire la morale tandis que vous faites parties des personnes responsable du mauvaise recrutement des personnes, à recommander je ne sais qui puis la personne se mets en arrêt.... Donc votre morale vous savez ou vous pouvez la mettre.

> Répondre

Remède contre la peur

07/10/2014

à 14:32

à l'insu de leur plein gré!!! Remettons les choses à leur place svp. Periode d'essai ou non, il est toujours possible de partir à tout moment de son plein gré (j'insiste) ou non cette fois-ci... je rejoins un commentaire précédent. Les cadres rêvent de changement! Et bien qu'ils changent de mur ou ajoute un peu de couleurs à la toile vieillotte pour amorcer le changement tant espérer. Chiche! Ah oui mais là ça demande un peu de volonté...
En attendant, d'autres rêvent de prendre la place de ces rêveurs ou rêveuses qui ont, peut être, été un investissement mais qui se transforment en coûts en adoptant cette mentalité. C'est pas ainsi que les entreprises en France vont créer des emplois pour tous..n'est-ce pas?
Je propose à contrario une période d'essai indéterminée !! Comme ça plus de problème pour changer de job n'est-ce pas?..Les performants dans les faits (et pas que sur le papier) resteront si les entreprises savent les retenir, les autres seront remplacés à moindre frais. Voilà un cercle vertueux et pragmatique. Et les dinosaures dans tout ça vous aller me dire... Darwin vous donnera quelques explications.

> Répondre

Jude

07/10/2014

à 09:40

C'est malheureux de voir comment les entreprises françaises s'enlisent avec les personnes qui font tout pour garder leur poste.

Ce qu'il manque dans cet article c'est la conséquence : individualisme, on cache ce qu'on ne sait pas faire, pas de prise de recul, pas de nouvel oeil, pas de challengeur... On reste avec ce qu'on a et on fait avec. Quelle catastrophe ! On obtient des salariés frustrés de leur situation. Ca donne des performances moyennes voire mauvaises, et parfois ça fait chavirer le navire.

Il faut garder la période à l'essai !! elle est primordiale, mais elle ne sert pas qu'à l'employeur, mais aussi au salarié, il ne faut pas l'oublier. Et puis, comme son nom l'indique, elle sert à voir si le mariage va se faire, et c'est très important.

Justement, il faudrait plus d'employeurs qui risquent à utiliser à bon escient la période à l'essai et moins d'abuseurs de contrats intérimaires et CDD illégaux car basés sur des faux motifs pour voir pendant 2 ans si le salarié vaut la peine...

A contrario, il ne faut pas croire qu'un CDI rime avec 'pour la vie', il n'est pas plus compliqué de se séparer des salariés en CDI en France qu'ailleurs, il faut juste plus le motiver et donc prendre plus de temps.

Il est grand temps de changer ce système !

Une RH

> Répondre

Alex

07/10/2014

à 05:30

Encore un édito bien écrit Monsieur Michel Holtz

> Répondre

Isabel55555

06/10/2014

à 21:32

Je pense que en fait personne n'est content et dn même temps les cadres eux même ont des comportements minables avec les personnes.... tout se paye un jour ou l'autre qumils ne viennent pas se plaindre en disant qu'ils sont tristes parce que en attendant ils sont payés!
Et à defaut de ne pas changer de societe ils prennent des arrêts se mettent en congés !
Une personne m'a parler d'une societe ou les permanents et les interimaires se mettent tellement en congés que l'open space est quasiment vide et le travail non fait est donner aux personnes presentes... Ils se retrouvent à faire des heures plus que supplémentaires etc.... voila mais je pense que les societes ne font pas preuve de bon sens.... Ni d'intelligence. Et voila ou nous en sommes.

> Répondre

tresbo

06/10/2014

à 16:05

Ceci prouve le malêtre qui sevit au sein des élites professionnelles françaises. C'est vraiment grâve.

> Répondre

+