1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Les cadres sont-ils riches ?

Les cadres sont-ils riches ?

les-cadres-sont-ils-riches-

Sylvia Di Pasquale

06/06/2017

Quand l’Observatoire des inégalités livre son rapport*, il ne s’encombre pas d’analyses au petit bonheur. L’organisme se contente d’asséner des chiffres. Mais ces données suffisent à laisser apparaître la France d’aujourd’hui. Le nombre d’éléments passés au crible est tout simplement impressionnant. Du soin des dents selon les catégories professionnelles comparé à l’espérance de vie, le logement, la voiture ou le taux de possession de lave-vaisselle (présent chez 69 % des cadres mais chez seulement 43,5 % des ouvriers), sans oublier les salaires de chacun, c’est une somme de données chiffrées et ultra-précises qui s’étalent sur 180 pages. Et on a beau additionner, comparer, jauger, soupeser cette somme, on a beau en retourner et relativiser les résultats, force est de constater qu’effectivement, les cadres sont riches.

Une richesse que les auteurs du rapport n’ont pas établi selon leur humeur du moment, mais grâce à un calcul très simple : selon eux, un Français est aisé lorsque sa rémunération est égale ou supérieure au double du revenu median (après impôts et prestations sociales), c’est-à-dire lorsqu’il atteint 3 045 euros. Or, la médiane des salaires des cadres en France est à 4 000 euros selon les derniers chiffres de l’Apec. 

Si l'on fixe le seuil de richesse au niveau du double du revenu médian, on devient riche à partir de 3 045 euros pour une personne seule, 5 940 pour un couple et 7 797 pour une famille avec deux enfants.

On oublie de relativiser ces différences en tenant compte des investissements de tous ces cadres en longues années d’études ? Les auteurs ne l’oublient pas : elles sont remboursées en une seule petite année. Sauf qu’il y a le stress, le burn out, autant de maladies professionnelles reconnues ou non dont ne souffrent pas les populations les moins aisées. Certes mais ces désagréments sont largement compensés par une attention beaucoup plus grande aux soins, aux vacances et aux loisirs. Et pour cause. Avec un résultat sans appel : une espérance de vie augmentée de 6,7 ans par rapport aux ouvriers. Quant au risque de perdre son emploi, il est deux fois moins élevé pour un col blanc.

Alors on en fait quoi de ce rapport ? On le cale sous le pied de son joli bureau et on l’oublie un peu honteusement ? On l’exhibe triomphalement, fier de sa réussite ? On peut aussi s’en emparer pour y constater un accroissement des inégalités, y découvrir qu’elles ont augmenté de 274 euros par mois entre les plus riches et les plus pauvres depuis 2004, que le nombre d’allocataires du RSA a augmenté de 365 274 depuis 2006. Et fort de ces chiffres, on peut néanmoins continuer à vivre sans avoir le (bon) salaire honteux tout en œuvrant dans le sens d’une société plus saine et plus respirable.

Reste à définir une telle société. Est-ce celle qui tend au plus petit revenu commun ou à son exact inverse ? Est-ce une société du "que le meilleur gagne" ou une société plus équitable et fondée sur d’autres valeurs que la seule compétition ? Comme le soulignent les auteurs du rapport « Tout cela impose de faire des choix et de négocier des compromis. » On ne saurait mieux dire. 

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

 

Dessin de Charles Monnier ©Cadremploi

* Le rapport n’est pas disponible en ligne mais peut être commandé. L’Observatoire des inégalités est une association créée par des sociologues, des économistes, des juristes et des journalistes sans lien avec les structures publiques officielles.

 

4

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

marjolaine

13/06/2017

à 10:18

Entièrement d'accord. Même si les cadres sont payés moins que 3045 euros (après déduction impôts), ils sont ponctionnés plus que les autres, 2 mois d'impôts le plus souvent et ce sont surtout les célibataires et les couples sans enfants qui trinquent le plus. C'est lourd surtout pour le célibataire au début de sa carrière qui a plein de projets, maison, enfants, vacances et c'est plus difficile à Paris où le logement est plus cher.

> Répondre

En réponse à marjolaine

RAUT Nadine Sixtine

13/06/2017

à 16:51

Un grand merci pour votre commentaire. Non, on n'est pas riche avec 3045€ mensuels en France au regard du montant inique de l'impôts, et...........de tout le reste.

> Répondre

XXX

08/06/2017

à 14:39

Je travaille depuis bientôt 10 ans avec un investissement personnel et des sacrifices importants, et je ne me considère pas comme riche. Je suis loin d'atteindre le seuil des 3045 € (après impôts...). Je vis correctement mais quand on paie l'équivalent de 2 mois de salaires en impôts, ça fait mal et c'est injuste, sans compter toutes les aides auxquelles nous n'avons pas droit. Etant célibataire, je paie de surcroît tout plus cher. C'est lourd à la fin.
Je ne dis pas que c'est plus facile du côté des ouvriers, mais chacun à accès à des prestations auxquelles l'autre n'a pas accès. et chacun dépense son argent selon ses priorités.
A quoi cela sert de ponctionner toujours les mêmes? Nous ne sommes pas des vaches à lait.

> Répondre

Thierry

08/06/2017

à 14:33

Effare par le niveau des salaires en France, meme si la vie est bien plus cher aux USA. Si en France, 90% de la population gagne moins de 3000 euros mois, aux USA les bas salaires sont de l'ordre de $45000/personne /an. Un salaire correct est de $60 000 et un bon salaire $80 000. Il est certes plus difficile de vivre a Manhattan que dans une petite ville de l'Ohio ou meme a Austin, TX. Le cout de la vie est plus chere pour l'alimentation X2.
Mais tout ce qui touche a la voiture (essence 70 cents/le litre, autoroutes $20 les 500km,). La sante est tres chere avec franchise hopital. Alors ayez un job, en bonne sante et tout ira bien. Ne soyez pas salarie mais plutot independant car vous deduirez toutes vos depenses !
La Classe moyenne en France devrait relancer l'economie mais a taxer le travail, il est impossible de relancer l'economie.Voial pourquoi je suis parti il y a 20 ans et je souhaiterais revenir mais creer une entreprise (No way) et les salaires sont miserables.
A cela une politique d'immigration qui vous concurrence plus chaque jour. Mais que faire pour un peuple qui veut aller au suicide? Toutes les protections sociales uniques en France sont en train de sauter avec votre consentement. Vous serez dans une situation pire qu'aux USA.

> Répondre

+