1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Les seniors veulent leur Coupe Davis

Les seniors veulent leur Coupe Davis

les-seniors-veulent-leur-coupe-davis

Sylvia Di Pasquale

24/11/2014

Il y a des moments comme ça. Où l’actu démonte l’air du temps qui sévit dans le recrutement. Après Loïck Peyron pulvérisant le record de la Route du Rhum, voilà que Roger Federer a liquidé l’équipe de France de tennis en finale de la Coupe Davis. Le point commun de ces deux sportifs de (très) haut niveau : on les a traités de vieux, de vétérans, de has been. Comme tous les seniors que l’on n’embauche plus. Pensez donc : 33 ans pour un tennisman du circuit international, c’est le quatrième âge, celui où il est temps de ranger sa raquette, d’astiquer ses coupes et de compter ses sous. Et les conseils pour qu’il raccroche ne datent pas d’aujourd’hui. Quant au dinosaure Peyron, du haut de ses 54 ans, il aurait mieux fait d’agiter son mouchoir sur les quais de Saint-Malo, et souhaiter bonne chance aux petits jeunes qui hissaient les voiles vers Pointe-à-Pitre.

Seulement voilà. Le roi de la raquette suisse a su gérer son tournoi, canaliser son stress après un match perdu pour revenir plus fort le lendemain en double et achever Richard Gasquet hier après-midi. Le seul titre majeur qui manquait à son palmarès long comme le bras, il l’a décroché à force d’expérience et de résistance. Loïck Peyron en a, lui aussi, remontré aux jeunots. En deux mois à peine, il a réussi à s’adapter à un bateau inconnu. En choisissant une route loin de la meute, il a grillé les juniors. L’expérience du vieux loup de mer contre la fougue des moussaillons a payé. Et lui aussi a remporté un trophée qu’il n’avait jamais gagné, parce qu’il s’est acharné.

Pendant ce temps-là, le chômage des seniors progresse deux fois plus vite que celui des autres chercheurs d’emploi. Pendant ce temps là, l’exécutif se creuse le ciboulot pour tenter de leur trouver du boulot. Pendant ce temps- là, les DRH accrochés à leurs vieux clichés déplorent la déconnexion des quinquas en matière de nouvelles technos, leur suffisance et les salaires élevés qu’ils réclament.

Évidemment, les seniors au chômage ne sont pas tous des Peyron ni des Federer. Mais si les recruteurs qui éliminent systématiquement les CV des quinquas étaient les patrons de la Banque Populaire, ils n’auraient sûrement pas confié la barre de leur trimaran au vieux briscard. Et s’ils étaient capitaines de l’équipe suisse, ils auraient remplacé le « vieux » tennisman par un jeune athlète. Négliger les seniors dans l’entreprise, c’est oublier qu’ils ont encore l’envie de gagner une Coupe Davis ou une Route du Rhum, pourvu que l’entreprise ne les en décourage pas.

@Syl_DiPasquale

Illustration © Charles Monnier

12

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

c.maransa

09/12/2014

à 15:10

Triste monde ! C'est exactement ça. Il n'y a pas si longtemps de ça, quelqu'un m'a dit que les employeurs craignent que les seniors ne soient pas suffisamment malléable, qu'ils sont trop chers, et que c'est difficile psychologiquement pour des jeunes de donner des ordres à des personnes plus âgées qu'eux. J'ai plutôt l'impression que nous marchons sur la tête, que ce sont comme des enfants gâtés qui font leurs caprices et qui trouve toujours des excuses bidons pour jeter les seniors. En tout cas j'ai plus le sentiment que c'est lié à la moyenne d'âge de l'entreprise, qui fait partie des critères de son évaluation sur le marché ainsi que des provisions à constituer obligatoirement pour 'indemnité de départ à la retraite. C'est d'autant plus triste quand on pense à cette perte énorme en potentiel qui ferait tellement de bien à notre économie si on avait un administrateur compétent quelque part pour traiter et résoudre ce problème de manière efficace !

Bon courage à vous et à l'ensemble des seniors.

> Répondre

ciaoby

27/11/2014

à 16:54

Hello!
Je suis bien OK avec vous. Cependant je crois lire de vieilles rengaines. Pourriez-vous faire de l'out-placement en me proposant des postes disponibles pour seniors?
Merci d'avance.
bbtangere

> Répondre

csaudio

27/11/2014

à 00:43

Fantastique article et je suis tout à fait d'accord de l'haut des mes 57 ans et 30 ans d'expériences professionnelles.
Tous les jours je regarde des gestes dans mon entreprise de mauvaise gestion et leadership des nouvelles generations qui ne sont pas correctement encadrées pour d'autres generations, car absentes, plus agées et surement plus responsables. Les "vieux" sont laissés de cote... et cela n'est pas attitude progressiste!

> Répondre

Oxfo

26/11/2014

à 15:56

Oui, peut-être y a-t-il quelques seniors qui pratiquent cette discrimination.
Mais ne nous voilons pas la face, il s'agit bel et bien de recruteurs plus jeunes qui craignent le savoir, l'expertise, la sagesse de l'expérience.(cf. commentaires de Tagore ci-dessous).
Un vieil adage ne dit-il pas : l'expérience commence là où s'arrête la .onnerie... :-)))
Et qui n'a pas connu dans sa propre entreprise une promotion lui échapper car la préférence s'est tournée vers "un plus jeune".
Et vous voilà avec un supérieur à qui vous devez apprendre l'entreprise, le savoir faire, le savoir être, voire .... le métier...

> Répondre

Omanel95

26/11/2014

à 08:57

Quels sont ceux qui pratiquent la discrimination?
Des Seniors en poste à des niveaux suffisants pour être décisionnaires qui ont peur de ceux qui pourraient leur faire de l'ombre !

> Répondre

Omanel95

26/11/2014

à 08:51

Les a priori et les discriminations sont les deux tares les plus difficiles à combattre, même en y opposant la réalité et les démonstrations logiques....

> Répondre

Atasy

25/11/2014

à 11:09

Les seniors veulent leur Coupe Davis ???

Non, nous voulons simplement travailler comme tout le monde, avoir un jour le droit à une retraite (?), vivre dignement et ne pas finir dans la misère... Et à force d'être rejetés juste sur le critère de l'âge, aussi stupide que celui de la couleur de peau ou autre, nous y sombrons, que nous ayons 45 - 50 - 55 ans ou plus...

Que fait la France pour nous ? Qui nous aide ? Quelle action entreprise depuis que ce phénomène est évoqué sur la place publique ? RIEN !!! ou si peu !
Il ne s'agit pas d'un manque de diplôme, ni d'expérience, ni de capacité à nous adapter, c'est tout simplement un PREJUGE, qui ne fait aucun sens
C'est du vécu quotidien !!!

Mon CV intéresse beaucoup les employeurs, qui me demandent mon âge à un moment, à partir de là je deviens soudain "obsolète" à leurs yeux, je ne peux plus comprendre leur langage (Web ou autre)... c'est juste INCOMPREHENSIBLE de mon point de vue. Et que faire ? je vis seule, doit IMPERATIVEMENT travailler, et je glisse glisse glisse vers la misère, comme beaucoup d'autres, malgré des efforts surhumains à m'adapter, je veux dire me former régulièrement, prendre tout poste à tout niveau de salaire... j'envisage même l'alternance pour avoir au moins le SMIC à Bac +5 !!! Mais là aussi, je suis rejetée sur les préjugés des employeurs.

Cette société est juste désespérante pour tous ! Car ceux qui s'en sortent bien à ce jour, qui ont donc 30 à 38 ans, enfin certains pas tous, et bien eux aussi auront demain notre âge. Qu'il nous expliquent en quoi on devient incapable du jour au lendemain sur un tel critère ? Comment se voient-ils demain du point de vue professionnel ? Quelle image cela renvoie-t-il aux parents, aux enfants ? Triste monde !

> Répondre

canard76

25/11/2014

à 09:40

"trop de la balle ! "

Loïc n'est pas resté sur son perron, Roger a su fédérer énergies et sympathie...
Celui-ci en montant au filet, celui-là en jouant les funambules sur son trampoline marin...

Loup de mer vs. fou de terre... battue:
- les "seniors" ne mordent pas la poussière, et font écumer (de rage ?) les rangs bruyants des supporters d'un jour, et rugir les quarantièmes de rumeurs trop vite montées à la une de journaux dits "spécialisés"...
Car "aux âmes bien nées..."

> Répondre

Tagore

25/11/2014

à 06:49

La richesse de l'expérience fait un peu aux recruteurs car ils ont en face d'eux des personnalités qui sont bien établies (et souvent bien remplies) et cela demande donc au recruteur "d'aller au contact", de se confronter, donc de passer de position de dominant dans la rencontre à celui d'égal. Ce repositionnement dans les échanges suppose ainsi de mieux défendre ses positions, d'utiliser des arguments pertinents et pas un discours convenu et prêt à servir, d'écouter et éventuellement entendre un autre point de vue, prendre en compte. Cela peut aller même jusqu'à remettre en cause ses principes et ses idées (préconçues).
Toutes ces choses que certains recruteurs ne veulent pas s'abaisser à faire, préfèrant se contenter d'asséner et se conforter dans le cliché que le senior n'est pas adaptable. Oui pas assez malléable, pas assez "souple" pour rentrer dans le moule de l'entreprise, trop compliqué à gérer, finalement trop borderline pour être corporate. Tant que ces stéréotypes demeureront, le senior n'aura pas beaucoup de chance de faire "l'affaire"...

> Répondre

Beldecadix

25/11/2014

à 06:15

On a tellement répéter qu à partir de 45 ans on était dépassé et que l expérience n avait plus de valeur face à la jeunesse que c est entré dans les mentalités et que les uns et les autres en s ont persuadés. Quand on comprendra que c est une grave erreur et que chaque génération a besoin les unes des autres et que les jeunes ont beaucoup a apprendre a écouter et à respecter les plus anciens on aura beaucoup progressé. Encore faut il que les médias, les entreprises etc arrête de faire du jeunisme stupide et ridicule. Chacun a sa place et ses atouts encore faut il arrêter la dictature et la pensée unique en vogue depuis des décennies
Il faut trouver le juste équilibre et tout va beaucoup mieux

> Répondre

FLB81

24/11/2014

à 19:04

Woahhh !!!
Ca c'est envoyé !!!
Enfin un discours qui tient la route et qui sent la vérité et le bon sens.
Merci,

Fabrice

> Répondre

Oxfo

24/11/2014

à 16:34

Bravo pour cet article qui sort des sempiternels conseils que TOUS les recruteurs diffusent à longueur d'année, sur la meilleure manière d'attirer l'attention des recruteurs et des entreprises...
Conseils qui sont sans promulgués par des personnes, somme toute, d'entière bonne foi et qui sont d'excellentes pistes de remise en cause des ses propres méthodes de recherche d'emploi, mais qui n'aborde JAMAIS les vérités de cet article.
Il faudrait imposer, non seulement pour les séniors, mais pour toutes les embauches, une obligation de passer dans un premier temps par Pôle Emploi afin de recruter prioritairement les personnes en recherche d'emploi.
Combien de fois entend-on : "un candidat est plus "sexy" quand il est en poste !"
Incroyable qu'avec le nombre de chômeurs actuels, de telles réflexions soient encore monnaie courante.
Mesdames, Messieurs les recruteurs, lisez et relisez cet article, et peut-être arriverons nous à changer les aprioris.
PS : je suis en poste, ce n'est pas pour mon cas personnel... :-)) quoique...

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte