Mille euros pour un boulot

Publié le 28 mai 2007 Sylvia Di Pasquale

On en a vu passer. Des CV en forme de dessins animés trash et d'autres en version comédie musicale déjantée. Certains se sont même retrouvés sur des bouteilles de vin, ou sur des affiches de quatre mètres sur trois. Jérôme Choain, lui, a franchi un cap dans la singularisation du curriculum vitae.

Et surtout dans la manière de décrocher un boulot. Passons sur la forme de son CV proprement dite et plutôt futée. Ce multimédiaticien se vend à la manière d'un logiciel. Il se transforme en pack tout en un : le « JC Premium » dans lequel ce chercheur d'emploi se présente à la manière d'un produit. C'est drôle et teinté d'ironie. Mais il ne se contente pas de très bien emballer sa candidature : il propose de rémunérer celui qui va l'aider à décrocher un poste. Mille euros de prime seront offerts à celui qui transmettra le CV au recruteur qui embauchera ce candidat pack.

Ce dernier a bien entendu émis quelques conditions à ce deal : il lui faut un poste intéressant, rémunérateur, pas loin de chez lui et avant le mois de juillet. Le buzz semble fonctionner à plein, puisque le site de l'informaticien prêt à tout a déjà enregistré 26 000 connexions en 20 jours et que des contacts sérieux seraient en cours, dont une proposition ferme.

On peut évidemment tomber en pamoison devant l'esprit commercial du bonhomme, et se dire que la recherche d'emploi est un sport de combat où tous les coups sont permis. Mais on peut également émettre quelques réserves, observer que le chercheur d'emploi n'est pas (encore) un produit comme un autre, que les départements des ressources humaines des entreprises n'ont pas (encore) fusionné avec ceux des achats. On peut. Mais on connaît déjà la fin de l'histoire.

On sait déjà que Jérôme Choain va pouvoir partir en vacances, tranquille. Sûr d'avoir dégotté un nouveau job à la rentrée. Que celui qui lui aura servi d'impresario partira lui aussi en congé, avec un petit pécule supplémentaire. On sait tout ça, en toute mauvaise conscience. Même en tentant de se convaincre que tout le monde est content, que le type a trouvé du boulot et qu'un autre a gagné un peu d'argent, on n'arrive pas à se défaire d'un certain malaise. Même si on jette un œil, par hasard, à notre carnet d'adresse. Juste pour voir si on n'aurait pas une connaissance, même lointaine. Quelqu'un qui aurait besoin d'un multimédiaticien futé.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :