1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Nous et les autres : l’expo qui vaccine contre les discriminations

Nous et les autres : l’expo qui vaccine contre les discriminations

nous-et-les-autres--lexpo-qui-vaccine-contre-les-discriminations

Sylvia Di Pasquale

02/05/2017

C’était pourtant une bonne idée. Une évidence même : sponsoriser l’exposition temporaire Nous et les autres : des préjugés au racisme, actuellement au Musée de l’Homme à Paris, toutes les entreprises auraient dû y penser. En ces temps de chartes éthiques, de main sur le cœur des boîtes qui jurent lutter contre les discriminations à l’embauche, les sponsors auraient dû se bousculer pour en être. Mais on a beau regarder aux quatre coins de l’affiche et dans les recoins du catalogue et du programme : rien. Pas la moindre entreprise classique – en dehors des partenaires media et de la RATP –  n’a osé miser un euro sur l’expo. Il y a bien des entreprises mécènes pour le musée dans sa globalité, mais aucun pour cette expo en particulier.  

Les entreprises ont peut-être préféré s’offrir des visites privées pour y envoyer leurs collaborateurs ? Une pratique courante à l’occasion des grandes expos.  Alors on se renseigne, on contacte le service idoine du musée. Et rien de rien non plus : aucune réservation de groupe émanant d’un groupe, ni même d’une PME. 

Et pourtant, voilà une expo aussi subtile qu’efficace pour déconstruire les préjugés et attaquer les discriminations par la racine. Elle décrypte scientifiquement, simplement et ludiquement le processus en trois phases qui produit la discrimination et le rejet de l’autre. Elle nous immerge dans des univers où l’on détaille ses semblables : le quai d’un métro, une salle d’embarquement d’aéroport ou la terrasse d’un café. Et au fil des jeux du parcours, elle met à nu les mécanismes à l’œuvre dans notre cerveau, cette petite usine à clichés qui ne peut s’empêcher d’étiqueter, de classer et de juger les gens que nous croisons.

Un processus qui débute avec la catégorisation que nous faisons tous. Car tout le monde remarque qu’un passant est noir ou asiatique. Ce qui est, après tout, la moindre des choses. C’est ensuite que ça se gâte parfois. Car certaines personnes essentialisent ces différences, pour définir une personne selon un seul des critères qui la composent. On vous le donne en mille : c’est souvent sa couleur de peau ou sa religion supposée, rarement son talent de joueur d’échecs. Troisième lame de ce rasoir du racisme : la hiérarchisation que produit cette essentialisation. On considère que telle couleur vaut mieux que telle autre couleur de peau (idem pour la religion, les préférences sexuelles, la classe sociale, etc.) Et devinez quoi ? On se place soi-même en haut de la pile lorsque l’on est embringué dans ce processus. « On a très vite tendance à préférer son groupe par rapport aux autres, même si la manière de définir ce groupe est basée sur rien du tout », précise sur France Inter l'anthropologue généticienne Évelyne Heyer, également commissaire scientifique de l’exposition.

Ce déroulé du pire, simple et ultra efficace est mis en scène au Musée de l’Homme comme une évidence devant laquelle tout le monde est amené à se reconsidérer. Y compris dans les entreprises et, dans quelques jours, dans les bureaux de vote. « On s’est mis dans une position de scientifique, pas dans celle de donneur de leçon », rassure Évelyne Heyer. L’exposition se tiendra jusqu’au 8 janvier 2018.

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi.fr

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]


1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Dibondo Cassandra

05/05/2017

à 18:19

Bonjour,

J'ai l'impression que l'exposition est très intéressante. Bon article. Mais ce processus ne s'applique pas à tous. Moi je ne discrimine pas, j'aime simplement. Penser "un asiatique" ou "un noir" c'est pas du racisme, à moins que les noirs et les asiatiques n'en soient pas.

J'aimerais répondre à la scientifique: ça devrait être en donneur de leçon aussi, car ce n'est pas bien de discriminer. Oui j'ai dit "pas bien" car il est bien question de bien et de mal. Discrimination: injustice. C'est mon point de vue.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte