1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. On quitte son entreprise quand il est déjà trop tard

On quitte son entreprise quand il est déjà trop tard

on-quitte-son-entreprise-quand-il-est-deja-trop-tard

Sylvia Di Pasquale

01/07/2019

[Edito] La dernière étude de l’Apec sur les mobilités des cadres révèle que le départ a des motivations plus souvent défensives que positives.

On l’observait, mais le dernier baromètre annuel de l’Apec* a ventilé nos derniers doutes. Qu’on se le dise, les cadres sont plus mobiles que jamais. Un seul chiffre permet de coller le blues pour la semaine entière à tous les DRH qui n’arrivent pas à recruter : 30 % de cols blancs ont changé de poste ou de boîte l’an passé. Un taux qui grimpe à 50 % chez les moins de 30 ans. Hommes, femmes, tout le monde bouge avec le même empressement sauf les seniors, qui ne sont que 18 % à être nomades.

Mais au fait, pourquoi cette bougeotte ? Pour gagner plus, progresser, évoluer, faire carrière ? Certes, ce genre de préoccupations légitimes est bel et bien exprimé par les interrogés. Mais ce n’est pas vraiment leur principale motivation pour prendre la poudre d’escampette. La quête d’un meilleur salaire n’est exprimée que par 9 % des cadres. Ils sont autant à motiver leur départ en raison de perspectives de carrière.

Il faut savoir partir deux ans trop tôt

Les principales motivations sont ailleurs et sont plus défensives que positives. 16 % des partants avouent avoir quitté un « environnement difficile ». En deuxième position, toujours bien avant la promotion d’un nouveau poste, les cols blancs expriment la résignation en cochant « mon entreprise ne m’a pas laissé le choix ». Et ils sont 10 % à être parti pour désaccord avec la stratégie de leur boîte.

Autant de mobilités subies plutôt que choisies, autant de fantasmes sur le dynamisme de l’emploi des cadres quelque peu refroidis. Une prise de conscience  qui peut aussi servir de piqûre de rappel aux cadres et à leurs employeurs : comme les footballeurs, les premiers ne doivent pas jouer la saison de trop et attendre que leur environnement ne se dégrade. "Il faut savoir partir deux ans trop tôt", me disait récemment un ami, heureux reconverti dans le conseil après 27 ans passés en banque d'investissement (dont 20 de trop, vue la diversité de ses talents).

Quant aux entreprises, si elles veulent éviter de voir fuir leurs bons éléments, elles doivent les écouter, et veiller à une meilleure qualité de vie au travail. Plus que jamais.

* Apec, Panorama des mobilités professionnelles des cadres, juin 2019

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi
Dessin de Charles Monnier
[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte