1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Parole en entreprise : Hommes 1- Femmes 0

Parole en entreprise : Hommes 1- Femmes 0

parole-en-entreprise--hommes-1--femmes-0

Sylvia Di Pasquale

26/01/2015

Les hommes qui parlent beaucoup au boulot ? Ce ne sont pas des mauviettes. Mais les femmes qui en font autant sont des pipelettes. Ce constat, qui ramène à des temps qu’on pensait oubliés a bousculé Sheryl Sandberg. La patronne de Facebook s’en est ouverte dans une tribune du New York Times le 12 janvier dernier qu’elle a cosigné avec Adam Grant, prof à l’université de Pennsylvanie. Ils ont tous deux repris les chiffres d’une étude réalisée dans une autre fac, celle de Yale. Une enquête d’où surnagent deux petits chiffres plutôt éclairants. Lorsqu'un homme, un cadre, prend la parole plus souvent qu’à son tour, et plus souvent que ses collègues, on le considère, sur une échelle de 0 à 100, plus compétent de 10 % que les autres. Mais lorsqu’une femme agit de même, elle est jugée 14 % moins douée.

On peut se dire que bof, que le jury interrogé est composé de vieux tromblons machos persuadés que la place des femmes est aux fourneaux, pas au bureau. Sauf que le groupe de cadres qui a jugé leurs collègues était constitué d’hommes et de femmes. Elles-mêmes, donc, se considèrent comme des enquiquineuses bavardes, juste bonnes à se faire couper la parole par des garçons qui ont raison de détourner l'attention vers leur myself. Une situation qu’elles semblent accepter, devenant leur propre ennemi et peut-être le plus puissant. Évidemment, faire le bonheur de quelqu’un contre son gré est une gageure. Mais y renoncer serait un déshonneur.

@Sylvia Di Pasquale

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Don Quichotte

23/02/2015

à 17:18

Effectivement, il a fort longtemps que je me suis rendu compte que dans la majorité des entreprises pour lesquelles j'ai travaillé, quand un homme parle un peu beaucoup, personne ne critique. Par contre si c'est une femme, celle-ci est très vite étiquetée de "pipelette".
La raison n'est pas très compliquée à deviner : dans mon domaine professionnel (les NTIC) ... 80% sont des hommes !!!
Aussi, le jour où toutes ces langues de vipère auront pris conscience que leurs critiques peuvent détruire quelqu'un, humainement ou professionnellement, alors le monde du travail cessera d'être ce grand champ de bataille où les mots remplacent les balles et où l'on se débarrasse si vite des cadavres.
Comme le dit si bien le dicton ... la critique est aisée mais l'art est difficile !

> Répondre

HAO

18/02/2015

à 01:48

Est-ce qu'un jour, il sera accepté que les hommes et les femmes n'ont pas le même comportement quand ils sont réellement eux-mêmes ? Si enfin, il était possible de se respecter sans vouloir être identique... Parce que pour l'instant, c'est cela qui est proposé. Faire tout pareil !

Le féminin et le masculin n'abordent pas le monde de la même façon. C'est normal, sinon, nous serions fabriqués pareil... En revanche, nous pouvons apporter des avantages complémentaires. Ce serait mieux que de demander à des femmes d'être aussi violentes dans leur attitude que les hommes, et aux hommes d'être dans une relation maternante... Cela n'a aucun sens.

Une entreprise est une micro-société où les deux aspects de l'humanité doivent se côtoyer et s'épauler pour la faire grandir. C'est aux dirigeants de savoir détecter si un homme qui "cause" cherche à en mettre plein la vue ou s'il apporte une réelle contribution. Et si une femme plus discrète n'est pas en train de construire un projet ou une démonstration qu'elle confiera dans un lieu moins exposé qu'une réunion plénière... A titre d'exemple.

Que la direction soit féminine ou masculine, c'est la même attention qui doit être apportée et non une demande de travailler de la même façon.

Un rêve sans doute ...

> Répondre

Isabel55555

27/01/2015

à 20:12

Tant que la femme ne se réveillera pas et n'osera pas dire non au machisme, et au comportement infâme des hommes, les inégalités hommes-femmes se creuseront.
Maintenant pour bien enfoncer le clou je dirai aux personnes qui se reconnaitront :
Ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font le moins.

C'est bien beau de parler et de jouer au paon pendant une réunion c'est peut-être mieux de faire du chiffre et d'être efficace.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte