1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Printemps-été 2017 : à quelle mode managériale allez-vous succomber ?

Printemps-été 2017 : à quelle mode managériale allez-vous succomber ?

printemps-ete-2017--a-quelle-mode-manageriale-allez-vous-succomber-

Sylvia Di Pasquale

30/05/2017

Le management et le recrutement, c’est du sérieux. On n’est pas là pour rigoler dans le monde rigoureux de l’entreprise. Alors, quand une nouvelle méthode est appliquée ou un nouvel outil adopté, c’est sur la base d’une réflexion mûrement réfléchie, pesée, soupesée, controversée, powerpointée devant le codir, soumise au sacro-saint ROI avant d’être douze fois validée. Voilà pour la théorie, celle d’un monde rationnel. Car en vrai, il se pourrait bien que managers et recruteurs soient soumis, comme toute midinette qui se respecte, à la bonne vieille sociologie de la mode qui nous fait acheter des pattes d’éph dans un revival seventies qu’on moquait quelques mois auparavant.

C’est en substance le constat de Romain Zerbib dans un article publié par la Harvard Business Review intitulé « Pourquoi nous suivons (tous) les modes managériales ». Il est enseignant chercheur au Lara/ICD Business School et responsable de l’Académie du commandement à HEC. En s’appuyant sur diverses études, il règle son compte au succès soudain de certaines méthodes de management apparues dans les entreprises ces quarante dernières années. Comment ? En reprenant tout simplement le boulot d’autres chercheurs affûtés qui, dès les années 80, avaient repéré le phénomène à l’ère du management par la « qualité totale ». Une mode qui devait impliquer toute la boîte, ce qui aurait permis d’obtenir une réduction du gaspillage, des performances en hausse et une qualité nickel. L’affaire avait fait pshiiit en trois ans à peine, les 500 plus grandes entreprises mondiales s’en étaient emparé et avaient laissé tomber 36 mois plus tard.

Pourquoi ? Parce que, d’après le prof et ses prédécesseurs, les managers de l’époque ont tout simplement cédé au même moutonisme que la première fashion victime face aux pattes d’éph. Un phénomène qui naîtrait –  toujours selon ces travaux –  d’une injonction contradictoire qui pousserait les cadres à se distinguer individuellement tout en ayant la volonté d’appartenir à un groupe. Résultat : tout le monde y succombe, du moins le temps de s’apercevoir que la mode en question ne vaut pas tripette.

D’ailleurs cette mécanique moutonnière n’a aucune raison d’épargner le recrutement. En témoigne le sondage réalisé par Page Personnel et intitulé « Snapchat et la recherche d'emploi : qu'en pensent les candidats ? ». Selon le cabinet spécialisé, le réseau chouchou des moins de 25 ans n’a pas la moindre utilité pour les entreprises qui, pourtant, s’y déploient en masse ces temps-ci pour tenter d’y dorer le blason de leur marque employeur. 95 % des sondés ne s’en servent pas pour découvrir des entreprises dans une optique de recrutement. Pour 82 % d’entre eux, Snapchat n’est que pur divertissement.

L’exemple de ce réseau envahi par les recruteurs est symptomatique de cette sociologie de la mode disséquée par Romain Zerbib : « Les méthodes de management suivent en effet un cycle de vie de plus en plus court, marqué par des pics de popularité de plus en plus élevés, et ce depuis plus de quarante ans. » On attend avec curiosité la prochaine toquade managériale ou le prochain outil génial pour les ressources humaines. Parce que, humanum est, on est tous des victimes de la mode.

@Syl_DiPasquale

Dessin de Charles Monnier ©Cadremploi

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Batman

01/09/2017

à 20:38

J'ai également beaucoup aimé cet article de Romain Zerbib, merci !

> Répondre

france Vidal

30/05/2017

à 21:25

Le travers des modes ; bien que chacun d'entres nous souhaitent rester eux mêmes, inconsciemment nous restons dépendant du monde extérieur et du regard de autres
Soyons au dessus de toute cette superficialité , n'oublions pas que dans la vie : il y a l’essentiel et l'accessoire !!!!
A vous de choisir

> Répondre

En réponse à france Vidal

Pascal P.

31/05/2017

à 06:38

A la lecture de votre commentaire, soyez assurée que certains/certaines vont penser accessoire de mode ! ;)

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte