1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Qui trop au bureau bisouille risque l'embrouille

Qui trop au bureau bisouille risque l'embrouille

qui-trop-au-bureau-bisouille-risque-lembrouille

Sylvia Di Pasquale

22/08/2011

La cérémonie se déroule à peu près toujours de la même façon. L'un ou l'autre collègue revient bronzé jusqu'au bout des tongs. Et les autres, les jamais-partis, les rentrés-plus-tôt et les partants-plus-tard, s'extasient devant ledit hâlé, avant de lâcher le rituel « tétéoù ? ». Et de se jeter sur le (la) bronzé(e) pour l'embrasser.

Mais ces effusions ne semblent pas du goût de tous. Si pour nous autres vieux latins, elles sont généralement considérées comme une formule de politesse, aussi anodines qu'un serrage de louche, elles semblent dissimulées un potentiel intime et érotique chez nos voisins allemands. Ainsi en a en tout cas décidé Hans-Michael Klein, président de la société de conseil Knigge. L'homme et ses équipes ont bossé à fond la bise au bureau et ont livré leurs conclusions à la BBC et au Daily Mail. Verdict : la bise sur les deux joues au bureau, c'est très mal.

Car ce subterfuge pourrait être utilisé par les « hommes pour se rapprocher des femmes ». Que le ciel nous foudroie devant tant de stupre. De telles intentions pourraient donc régir les rapports entre homo laborius ? Hans-Michael et sa police des mœurs ont interrogé leurs contemporains dans la rue et au cours de plusieurs séminaires pour en arriver à une telle sentence. Et pour délivrer leur ordonnance.

Désormais, il faut « protéger les gens qui ne souhaitent pas être embrassés. Nous suggérons que les gens qui ne veulent pas recevoir de bises l'annoncent par un petit message placé sur un bureau. »

On imagine l'openspace constellé de pancartes « Ici, on embrasse » ou « J'embrasse pas ». Mais comme, d'un bureau à l'autre, les avis pourraient diverger, que la bise que se cloquent les voisins pourrait nuire à celui qui n'embrasse pas, et qu'on n'a pas encore mesuré les dégâts des bisous passifs, nous suggérons de séparer la surface de travail en deux zones bien distincte : les pro-bisous d'un côté, les anti-bisous de l'autre. Simple principe de précaution.

Évidemment, on se moque de nos voisins allemands. Et surtout des responsables de la société Knigge qui voient nos embrassades comme une « forme de terrorisme » (sic) et qui estime qu'il ne « faut pas embrasser, du moins pas au bureau, et ceci est valable immédiatement. » A la décharge de Herr Hans-Michael, il convient de rappeler que de cloquer une bise en Allemagne est considéré comme un acte très intime. Ce n'est évidemment pas à nous d'imposer nos us, coutumes et gestes tendres à d'autres. Tout au plus pouvons-nous tenter de rapprocher les points de vue franco-allemands au travers d'un baisemain protocolaire.

Allez, on vous embrasse.

Sylvia Di Pasquale © Cadremploi.fr - 22 août 2011

Une réaction ? Un témoignage ? Le forum ci-dessous vous est ouvert.

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi.fr

32

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Laurent

02/12/2011

à 11:43

Lorsque j'ai effectué mon stage au siège allemand de Mercedes-Benz (quelle belle époque), à un niveau proche des Présidents je passais, au début, pour un drôle d'oiseau...
Le seul qui non seulement "ouvrait la bouche", posait des questions, ne restait pas assis sur sa chaise, mais était pr-actif d'une part, et d'autre part, et surtout, le seul qui faisait la bise aux Stagiaires, femmes je précise.
Puis, durant ces 6 mois, des stagiaires d'autres nationalités s'y sont testés et ont adopté cette forme de "terrorisme"!
Et, à mon départ, ce sont les chefs de services qui bisaient... les stagiaires, n'osant pas le faire avec leurs "anciens" collègues...
;-)
Je devais être embauché, mais la suppression de 30% de leurs cadres (1992) a eu raison de la promesse... ou alors, je n'y avais pas pensé.... aurais-je donc trop bisouillé?

> Répondre

Ginette Rose

29/11/2011

à 20:20

Vision canadienne; Nous avons certainement des racines latines, mais la bise au bureau, vraiment??? C'est une pratique qui m'étonne...N'étant pas une 'bisouilleuse', je ne peux m'imaginer avoir à vivre cette pratique dans un cadre professionnel. Je suis d'accord avec les avis qui pensent que l'on doit séparer le professionnel et le privé. Je n'ai jamais vu cela au Québec pourtant nous avons de très bonnes entreprises qui sont respectueuses de leurs employés et où il fait bon travailler.
Pour les francais qui subissent cette situation, venez au Québec, on vous fera la bise seulement si l'on vous connait et apprécie et l'on acceptera un beau sourire

> Répondre

clo

29/11/2011

à 15:52

Je ne suis pas sûre qu'une main soit plus propre qu'une joue, des lèvres, arrêtez donc, trop dangereux! Pourquoi ne pas respecter une distance d'un mètre, c'est plus sûr! Pour éviter tout danger du début du commencement d'une pensée érotique, ne vous regardez plus, et d'ailleurs pratiquons les bureaux pour hommes ou pour femmes. Je n'irais pas jusqu'à la burqa, mais bon...Tout rapport humain comporte des risques et c'est ce qui est bon. Tous ces gens traumatisés à l'idée d'un contact physique avec leurs collègues laisse rêveur sur leur conception des rapports humains et du travail. Faire la bise n'est pas un rapport intime, c'est un truc français assez sympa qui n'oblige pas à aimer tout le monde mais permet de reconnaître l'autre comme autre chose qu'une machine à génerer du profit.

> Répondre

Fred

29/11/2011

à 12:07

Mettre une petite pancarte pour signaler qu'on "n'embrasse pas" est ridicule, tout autant que de s'adonner à ce rituel par obligation. Madame peut parfaitement éviter la bise matinale si elle le veut, pas besoin de signalétique. Au même titre je trouve pénible la poignée de main. Main grasse, main moite, main molle, main qui t'écrase les phalanges, main qui sort des toilettes... Ce qui m'énerve le plus c'est le type qui rentre dans ton bureau en fin de journée, te serre la louche et repart sans mot dire. On peut se dire tant de choses avec un regard, un sourire, pourquoi se toucher les paumes ?

> Répondre

Claude

29/11/2011

à 12:01

Je ne comprends pas bien le sens de cet éditorial qui consiste à moquer un point de vue qui n'est même pas rapporté convenablement. Il est vrai que quand on arrive en France on est surpris de devoir biser des gens que l'on ne connaît même pas et qui parfois ne vous sont même pas présentés. Car finalement si on travaille en France c'est finalement les coutumes françaises qui devraient nous intéresser et être analysées. Par exemple pourquoi au pays du baiser démocratique, universel et obligatoire le verbe "baiser" a pris un autre sens si mal connoté ? Voilà l'éditorial, et même mieux, l'enquête que nous attendons !

> Répondre

Fr

30/08/2011

à 17:25

Je suis très déçu de l'auteur de ce message à consonance italienne. Il ne faut pas oublier que les français sont en grande partie descendants des gaulois, et donc des celtes, pays du Nord. Bien que j'adore les femmes je trouve barbare la bise au travail et cela complètement ringard et faux-jeunes. Bref je vois cela comme un manque de respect pour les femmes. Il faut arrêter de marteler que nous sommes tous des latins.

> Répondre

HELENE SALAUN

27/08/2011

à 18:29

Je suis de l avis de marypop. La bise permet en plus d acceder a des joues qui collent ou a des rhumes en preparation.

> Répondre

pat

25/08/2011

à 10:15

Depuis quand une société de conseil est elle légitime pour livrer des analyses sur nos modes de vie ? Je pense qu'il y a des gens hautement plus sérieux dans le monde universitaire et qui ne s'appuient pas sur des séminaires pour "mener l'enquête".

L'article est néanmoins divertissant pour celui qui a du temps à perdre sur le net comme moi lors de mes recherches.

> Répondre

marypop

24/08/2011

à 20:58

Nous ne sommes effectivement pas Allemands.
Chez nous la bise a pris le relais d'une poignée de main.
Je n'aime pas faire la bise systématique en guise de salut : bien moins y passe qu'une étreinte de main. Ah ! Toutes ses bises hypocrites et sans saveurs !
Maintenant, justement, la bise, chez nous, n'est rien plus qu'une coutume, pas forcément toujours agréable : hypocrisie quand tu nous tiens...

> Répondre

STAFFIERI GRAZIELLA

24/08/2011

à 19:57

concernant l'article sur les bisous aux travail... Quel bêtise !? aH c'est allemand,
je pense qu'inconciament ils sont jaloues et qu'ils nous envie...

> Répondre

Lievens

23/08/2011

à 22:37

N'en déplaise à Madame Di Pasquale, la bise au bureau est une marque de proximité qui complique les rapports entre employés d'une même entreprise. C'est introduire une approche sentimentale (vous avez bien écrit "tendre" ) qui est source de bien des problèmes de management : tu m'embrasses et tu me refuses une augmentation ? Tu m'embrassais et maintenant tu me vires ? Le Chef l'embrasse "elle" et pourquoi pas moi ? ...
Mon patronyme n'est pas allemand et mes origines nordiques sont bien lointaines. Je suis souvent beaucoup plus proche de personnes auxquelles je serre la main que de certaines qui m'imposent leur bisou... On n'a rien gagné à brouiller les pistes en banalisant un signe de reconnaissance mutuelle qui est du domaine de l'affectif !

> Répondre

Fouquet

23/08/2011

à 18:09

Sans être allemande ni voir le mal dans la bise au bureau, je ne suis pas une adepte de ce mode de salut, trouvant toujours peu professionnelle une séance de bisous avant une réunion comme si les participants se retrouvaient entre amis pour une petite fête. Une différenciation entre une relation au travail et une relation dans un cadre amical ne me semble pas
inutile pour garantir une certaine neutralité au bureau.

> Répondre

Marc

23/08/2011

à 17:15

Sujet interessant...

Personnellement je ne suis pas du tout "bisous"...

C'est le code tacite dans mon entreprise. Bien évidemment le bisou n'efface pas les rancoeurs, jalousies et initmitiés. Aussi peut-il apparaître comme généralement hautement hypocrite!
Pour moi c'est la première entreprise où je le vois "systématisé", mais c'est pour moi aussi la première entreprise qui est attentive à l'état d'esprit et au climat de travail, sans que bien sur, il soit possible d'y voir une relation de cause à effet!

L'article ne rappelle pas le fait -évident certes- que le bisou ne se pratique qu'entre sexes différents et entre femmes... ce qui laisse songeur sur la raison de cette asymétrie ;-)!
Pour ma part, je me demande si le bisou pourrait représenter une forme de préambule rappelant à l'ordre que si le jeu de l'entreprise fonctionne sur des relations de pouvoir ou du moins de contradiction, il importe de respecter l'être humain que l'on embrasse. Mais alors pas de respect entre "mecs"?!... ou faut-il l'interpréter à l'inverse: le bisou permettant de se prémunir des relations les plus conflictuelles à savoir relations entre sexes différents et ... entre femmes?!! (j'attend les réactions;-))!

> Répondre

arnaud joyes

23/08/2011

à 15:22

ces allemands, y sont pas tactiles pour 2 sous forcément ! Vive la bise !

> Répondre

EOS95

23/08/2011

à 14:52

Marre des bises au bureau, marre d'expliquer que je les réserve à la sphère privée. En plus, ce n'est pas du tout hygiénique. Les bises des trop-maquillées-qui-font-semblant pour ne pas abîmer leur ravalement qui leur a pris une heure ce matin, des haleines-de-chacal qu'on approche en apnée, etc. Stop, pitié, épargnez-moi tout ça ou la prochaine fois que vous me tendez votre joue, je vous mords !

> Répondre

arsinoe

23/08/2011

à 12:41

Bonjour, Personnellement je n'aime pas faire la bise au bureau. Mais c'est assez mal vu de refuser, on passe pour quelqu'un de "bizarre". Alors je ne dis rien la plupart du temps et je prends mon mal en patience.

> Répondre

Xavier Dosseh

23/08/2011

à 12:23

nous devons considérer le cadre de travail comme un lieu où il fait bon vivre mais, aussi il serait trop familier de se faire des bises ! Séparons le travail des aspects affectifs au risque de ne plus être objectif sur notre lieu de travail

> Répondre

Serge

23/08/2011

à 12:20

Or, le baise main protocolaire ne se faisant qu'après 19h00, en intérieur et dans un lieu, non public, où tous les présents sont liés, au moins par l'évènement qui les réunit, selon la bienséance, alors pas de solution ...

> Répondre

BT

23/08/2011

à 12:14

L'open space c'est trés pratique pour travailler. la trouble et le derangement est mumltiplié par le nombre de collegue il faut avoir une culture de partage et de respect de l'autre d'abord . les administrations le prefere car c'est moins couteux mais au detriment de la qualité de travaille et du bien etre de l'employé. generalement les gens qui l'impose se situe dans un bureau seul. je pense la meilleure chose c'est avoir un bureau a deux max a trois(partagent les memes interets et taches) . que par le temps devellopent leurs connaissances qui se traduit par harmonie et perfection des taches qu'on a leurs attribué ...

> Répondre

rubick

23/08/2011

à 11:51

Fichtre!!! Après la parité, l'égalité des sexes, le féminisme... on atteint le paroxisme de la débilité dans le genre humain! Vivement que les rats nous supplantent! Eux, ils ne doivent certainement pas se faire payer des millions (qui seraient bien mieux utilisés ailleurs et par d'autres) pour sortir des inepties aussi pathétiques.

> Répondre

Paul

23/08/2011

à 11:11

eh bien, je ne serais pas contre ce type de panneaux sur les bureaux, dans un premier temps, pour mettre dans la tête des collègues que tout le monde n'embrasse pas automatiquement. J'ai horreur de çà et je ne suis pas le seul : les critiques sur les bisouilleur(se)s qui appuient trop, les parfums forts, quand ce n'est pas l'haleine ou les dessous de bras, ... sont nombreuses. La bise au travail est hypocrite !
et puis de toute façon, je n'embrasse que ma famille et les ami(e)s, et je pense que ça suffit largement !
crotte alors !

> Répondre

noebleue

23/08/2011

à 10:21

je ne suis ni allemande ni britannique ! même pas une petite origine lointaine (plutôt l'Italie en fait..) mais je suis d'accord avec ça ; j'ai eu des collègues avec qui nous nous voyions à l'extérieur mais au boulot on se serrait la main ; on parlait peu de choses personnelles ; on gardait ça pour l'extérieur.
J'ai travaillé dans une institution où les nouveaux élus avaient instauré bise + tutoiement systématique avec le personnel ... totalement artificiel, hypocrisie et les bonnes relations ont mis un long temps avant de s'établir. je viens de changer : c'est vous + prénom + serrage de main : les choses sont claires et tout le monde est à l'aise dès le début.

> Répondre

Anna

23/08/2011

à 08:35

Je dois reconnaître que, sans être allemande, le rituel de la bise m'ennuie. J'avais trouvé une parade lors de la pandémie H1N1 où celle ci était proscrite. La pandémie a disparu et les bises sont revenues. Pas si simple de dire NON.

> Répondre

charlie

22/08/2011

à 21:13

Je pense que la dimension de l'entreprise et son histoire ont une importance dans le fait que la bise au bureau puisse faire partir du "protocole". Je viens d'une très grosse entreprise le "claquage de bise" était anecdotique et je suis désormais dans une société où les gens se connaissent depuis longtemps et où le bonjour intimiste est la normale. Ceci n'est pas sans me poser un dilemme à l'aube d'une nouvelle prise,de fonction : étant personnellement contre cette pratique conviviale au bureau, dois-je "faire avec" et me plier à la "règle" pour ne pas choquer et entrer dans "le moule" ou annoncer tout de suite la couleur quitte à perturber au début mais à être plus en phase avec mes convictions profondes pour les années qu'ils me reste à passer dans cette entreprise ?

> Répondre

Fran

22/08/2011

à 21:09

L'Europe fédérale sera sûrement dans l'avenir une réponse à de nombreuses questions toujours posées à notre continent...
Mais nous mesurons là le poids des embuches qui nous attendent !!!
Bref, Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage.
Nos bisous en viendront à bout !

> Répondre

Olivier

22/08/2011

à 19:09

Bonjour,
La Pologne est encore plus stricte sur ce point.
Pas de bises entre hommes et femmes, même dans la sphère privée
Sauf si vous vous connaissez très très bien.
Ce sont des petites différences culturelles toujours un peu surprenantes pour nous latins, mais nous vivons très bien avec ;)
Olivier

> Répondre

carole

22/08/2011

à 18:19

ici si on collait des post it pur dire qu'on n'embrasse pas ce serait une grosse catastrophe des colères et des incompréhensions donc je préfère dire bonjour à tout le monde comme ça pas de problème

> Répondre

Compant Ir

22/08/2011

à 18:12

tout a fait d'accord contre la bise après il n'y a plus de respect pour le supérieur
acte vécu

> Répondre

Lea Vitello

22/08/2011

à 17:48

Et oui, cela peut nous choquer nous les français. J'aime pourtant la façon dont les allemands se saluent. Si on ne se connait pas trop, on se dit bonjour, un peu plus, on se serre la main, et si on s'apprécie vraiment c'est l'accolade, généreuse et authentique. J'avoue avoir du mal depuis mon retour d'alemange avec toutes ces bises et avec tout le monde sans différenciation. Parfois, je dois faire preuve de beaucoup d'imagination pour ne pas faire de bises sans blesser, car bien sur, si on n'embrasse pas, on est forcément mal vu... dommage..

Je ne vous embrasse pas, mais je vous salue sincèrement.
Lea

> Répondre

gared

22/08/2011

à 17:32

je suis un homme, je suis français, et je vis les bises imposées chaque matin comme une agression

> Répondre

Fred

22/08/2011

à 17:08

ça choque aussi lorsque 2 amis proches se font la bise sur les joues ? Seulement, ce qui est souligné dans cette étude allemande est de prime abord désopilant, il n'en va pas de même en Chine ou aux Etats-Unis : il y a un (petit) enseignement pratique de la bonne conduite entre H et F en entreprise. Et la bise est interdite, tout comme il faut laisser les portes ouvertes, etc. Avis aux expats pour nous faire leur retex. En tout cas, la bise fait notre spécificité...locale.

> Répondre

Brige06

22/08/2011

à 15:07

Eh bien moi je dois être allemande....je ne supporte pas qu'on me fasse la bise et qu'on me dise "tu" au prétexte qu'on bosse dans la même boîte! Surtout quand je sais que par derrière, on ne se prive pas pour me critiquer!! Moi je le ressens comme un VIOL de mon intimité ! j'ai peut etre une education "vieux jeu" mais j'en suis fiere ! Par contre je sais que lorsque je fais la bise à quelqu'un ou que je lui dis "tu", c'est sincère !

> Répondre

+