Cadremploi.fr  > Actualités > L'édito de Sylvia Di Pasquale > Recruteurs au bord de la crise de nerfs

Recruteurs au bord de la crise de nerfs

recruteurs-au-bord-de-la-crise-de-nerfs

Vous savez comme on est chez Cadremploi. A force de mettre en ligne des conseils pour un meilleur CV, une lettre de motivation au top et un entretien qui dépote, on se dit que tous les chercheurs d'emploi sont devenus des super pros de la candidature. Mais voilà que, depuis quelque temps, des recruteurs nous alertent, dépités par l'inflation de bourdes commises par les candidats. Intéressés, on se dit qu'on en a loupé quelques-unes, qu'il faut vous avertir d'urgence pour que vous puissiez éviter ces nouvelles bévues.

Sauf que, celles que dénoncent nos recruteurs au bord de la crise de nerfs, n'ont strictement rien de neuf : ce sont de bonnes vieilles erreurs grossières que, naïfs, on croyait enterrées aussi profondément que la croissance économique.

Prenez les fautes d'orthographe. C'est acquis : à force de le répéter, pas une candidature ne part sans être triplement relue et corrigée. Tout ça, c'est au pays où tout le monde il est grand, blond, idéalement proportionné avec un QI de 160 et pas une carie. Dans la vraie vie, ça donne un tas de mails qui « vous sollisite pour ce post », qui affirment la « polivalence » de son auteur ou « son profesionalisme ». Et qui se font retoquer sans espoir d'aller plus avant. « Faire des fautes, ce n'est pas grave. C'est ne pas se faire relire qui l'est. De nombreux candidats trouvent cette règle désuète. Sauf qu'elle reste un critère de professionnalisme. Cela montre qu'un candidat n'est pas je-m'en-foutiste par rapport à des règles », avertissent les recruteurs.

Autre sujet d'agacement : les e-mailings. Certains candidats veulent gagner du temps en envoyant leur CV à tout ce qu'un secteur compte de multinationales, PME, TPE et officines off-shore. Rien de plus vexant, évidemment, pour un employeur, que de s'apercevoir qu'on lui a balancé un CV avec la même attention qu'un vulgaire spam. « Ce sont des candidatures de touristes. Comment avoir envie de recruter quelqu'un qui postule par hasard ? »

Et puis, il y a les candidats qui passent ce premier obstacle et se ratatinent dès le suivant : le coup de fil du recruteur. Parfois, ce dernier tombe sur un butor qui, sans même laisser son interlocuteur lui présenter le poste, le coupe d'un fort gracieux « c'est payé combien ? ». Il y a cet autre candidat, en lice pour un poste de commercial, que le chargé de recrutement appelle à 19 heures, parce qu'il n'arrive pas à le joindre dans la journée. A cette heure avancée, le futur vendeur ne se démonte pas, lâchant à l'homme des RH « ah ben non, là je peux pas vous parler, je suis en train de laver mon chien ». Le toilettage canin est en plein essor, il est vrai.

Passons sur les gaffes accumulées au cours des entretiens. Du retard sans justification, au candidat venu en jogging (sûrement un ami du toiletteur qui en profite pour promener son chien), c'est un florilège de bourdes que les recruteurs désespèrent de voir réapparaître en si grand nombre. Des maladresses que nous signalons dans chaque article sur la meilleure façon de candidater.

Alors, forcément on s'interroge : qui suis-je, où vais-je et à quoi sers-je ? Mais en réfléchissant (un peu) et en questionnant les recruteurs (beaucoup), on s'aperçoit que ces bourdes concernent un nouveau type de candidats, poussé sur le marché du travail par la crise actuelle.

C'est un salarié en poste depuis très longtemps, qui a totalement perdu l'habitude et l'entraînement nécessaires à une recherche d'emploi efficace. Les temps qui courent et la situation de son entreprise l'entraînent à tenter sa chance et à tomber dans tous les pièges. On ne peut que l'encourager à consulter nos conseils. Quant à tous les autres, briscards du CV de la lettre de motivation et de l'entretien, qu'ils n'hésitent pas à y retourner. Et à réagir ci-dessous.

77

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Herv

29/10/2010

à 02:03

l'article s'appelle "erreurs de candidats", alors voici quelques "erreurs de recruteurs"
---------------------------
Allez, un exemple croustillant pour alimenter le débat -combat devrais-je dire- entre le "professionnalisme" des candidats et le professionnalisme des recruteurs.

1er entretien pour un poste de middle manager très très bien payé dans une société de distribution ou la présentation au client est importante, de 2000 personnes. La personne recevant le candidat est membre du comité de direction et recrute l'un de ses collaborateurs directs.

Le directeur reçoit le candidat en jean délavé, baskets converse et chemisette écossaise des années 70 à manches courtes... 1ere question : pourquoi êtes vous venu en cravate ?

Le candidat brillant passe le filtre, 2eme entretien avec un autre directeur membre du comité de direction et DG d'une filiale du groupe. Le candidat a remis sa cravate ... le directeur son pull camionneur, son jean bleu trop grand et ses baskets cyrillus. 1ere phrase : "je n'ai pas trop le temps, je vous propose de répondre à un questionnaire de 15 mn, faites des réponses courtes svp".

Le brillant candidat encore passe le filtre, il est en finale, en short list... le candidat préfère ne plus y aller.

---------------------------------------------
Un autre exemple ? Alleeeeez !!

un candidat est chassé par un cabinet "spécialisé en chasse de haut potentiel", il a un poste en or pour le candidat, d'ailleurs il en a même 10 pour créer complètement une "dream team" pour son client, grande entreprise européenne de 4500 personnes, pour exploser la concurrence sur un métier très en retard dans le groupe. Les salaires vont avec évidemment, il faut faire vite !!! Le recruteur se déplace en province une journée seulement, le rdv doit être fait dans 2 jours absolument et ne doit pas durer plus d'une heure.

Le candidat précise que dans la liste des 10 postes, il n'y en a qu'un seul qui pourrait être susceptible de l'intéresser et précise sa rem actuelle. "Viens quand même, tu vas voir c'est géniaaaal !".

Le candidat se renseigne, épluche les 10 postes dispo également sur internet, connait déjà très bien l'entreprise par ailleurs. Le candidat y va, est reçu rapidos, le recruteur lui tend 2 formats A4 : la description sommaire de l'entreprise et la fiche de poste sur lequel il voit le candidat parfaitement. Le chasseur de tête s'absente 5mn le temps que le candidat lise les documents qu'il connait déjà par coeur, précisant également qu'il est très pressé car les rdv candidats s'enchainent.

Le poste proposé ? un des postes refusés explicitement par téléphone, avec une rem 25% inférieure à celle actuellement perçue par le candidat...

Le recruteur revient, "ca vous plait ?" "qu'en pensez-vous ?"
le candidat : "C'est une caméra cachée ? Au revoir monsieur, vous allez pouvoir gagner une heure de votre temps... et moi perdre une demi journée de RTT"
--------------------------------------------

Encore un autre ?

Après une candidature spontanée, le directeur de département de ce géant international reçoit le candidat pour un entretien, sans préciser le poste qu'il perçoit pour le candidat.

Le candidat se déplace, le directeur explique l'organisation du groupe pendant une heure et demie, puis étudie le parcours du candidat qu'il trouve excellent. S'en suivent de nombreuses questions très pointues sur l'un des domaines de compétence du candidat, qui y répond brillament.

A la fin de l'entretien, le directeur précise "je n'ai pas de poste à pourvoir pour le moment, je ne vous rappellerai pas". Le candidat "alors quel était l'objectif de cet entretien ?".... "nous lançons une activité proche de vos compétences et nous voulions avoir des informations de la part d'un expert".
Le candidat : "c'est bête, j'aurais dû vous envoyer un bon de commande pour une prestation de consulting !"

--------------------------------------------

Un autre ? toujours plus fort le recruteur

Candidature spontanée, puis entretien mi figue mi raisin pour le candidat. Il sait que cela ne marchera pas dans ce géant européen de la distribution, l'un des plus gros employeurs francais.
la semaine suivante, email reçu "suite à votre entretien..."...

L'entreprise a la politesse d'écarter le candidat par email, ce qu'il faut souligner car cela dépasse largement le traditionnel robot "sans réponse de notre part sous 3 semaines, veuillez considérer blabla blabla blabla".
Le problème ? Madame "la stagiaire ressources humaines" ne connait pas le champ caché d'outlook... le candidat est content d'apprendre qu'il y a eu 73 personnes ayant échoué au 1er filtre RH et que sa collègue du même étage avait postulé également...La remerciant pour l'information et la réponse, même négative, la stagiaire ressources humaines n'a jamais répondu... peut être ne faisait-elle plus partie des effectifs ?

--------------------------------------------

Une dernière pour la route !

Le chasseur de tête appelle le candidat pour un poste fort intéressant au sein de ce géant mondial. Le candidat est emballé, le recruteur aussi. l'entretien dure plus d'une heure, "voyons nous rapidement !"
Le candidat se déplace, après 3 mn, le recruteur pense que le candidat est trop fort et trop expérimenté pour le poste, il ressemble trop a son prédecesseur qui est parti trop rapidement.
Le candidat se défend, explique sa maitrise du sujet, jure qu'il vient si une proposition lui est faite, que c'est son rêve d'évolution professionnelle.
Le recruteur semble changer d'avis au fil des minutes, l'entretien dure 2 heures,

et la conclusion ? "vous êtes un candidat excellent, mais je pense que vous êtes trop fort, dommage !"

> Répondre

JT

03/10/2010

à 15:24

A trop vouloir rechercher le mouton à cinq pattes, on fini par ce retrouver le bec dans l'eau ou tout simplement à décourager les futurs candidats.

Ce petit jeux cynique ne débouche à fortiori sur rien. On n'est loin d'avoir universellement les 160 de QI mentionné dans l'article, et faire une faute d'orthographe dans une candidature ne devrait pas ulcérer nos chers recruteurs.

A la fin du chemin du désespoir et de la non reprise économique, il y aura une triste réalité : les grands donneurs de leçon de morale et de conseils en tout genre se retrouveront eux aussi dans des situations inconfortables.

Pour justifier une fonction de DRH ou de recruteur, il faudra que l'emploi perdure. N'oubliez pas qu'en méprisant de plus en plus les candidats ou les employés, vous alimentez la bulle du chômage. Alors pourquoi garder de tels poste si une société n'embauche plus ou embauche ailleurs... Votre fonction pourrait, elle aussi, se retrouver en délocalisation vers les pays de l'est ou Asiatiques.

Faudra faire preuve d'intelligence et développer un QI bien supérieur à 160 pour apprendre le mandarin.

> Répondre

Iris

17/03/2010

à 13:53

C\'est tellement VRAI ! Ils portent leur part de la croix du recrutement.
Et puis franchement, ces méthodes vieillottes de cv/lm de recrutement, personne ne les trouve désuètes ??? Sincèrement, il serait temps de changer un peu tout ça non !

> Répondre

FGI79

24/02/2010

à 10:03

Les recruteurs n\'ont moralement pas le droit de se plaindre de la sorte. Les réactions précédentes sont hélas le reflet réaliste d\'une situation conflictuelle entre des gens, dont je fais parti, qui recherchent objectivement un emploi, et des recruteurs censés sélectionner avec le moins de discrimination possible. Le problème c\'est qu\'un recruteur à aujourd\'hui un pouvoir, comme aucun autre n\'en à sur les citoyens. Même la justice, ne se permet pas de déshabiller les individus de la sorte ! Autrefois l\'ethnie était discriminante, maintenant le lieu d\'habitation, l\'âge, le parcours, tout semble discriminant, et aucune vertu (courage, créativité, clairvoyance, abnégation, loyauté, …) ne sauve les dossiers. Sachez, messieurs les recruteurs, que la nature est bien faite : dans un souci d'équilibre, à tout extrême contrebalance l'extrême opposé, et ce quelque soit le sujet.

> Répondre

annie baudlet

08/12/2009

à 12:32

Que dire des recruteurs qui vous recoivent et ne vous rappellent jamais pour vous dire qu'ils ne vous ont pas sélectionnés? C'est tellement dur de donner des explications? A quand le respect du candidat?
merci

> Répondre

Fab

25/09/2009

à 12:38

Pour avoir vécu des deux côtés, je confirme qu'il y a quelques perles dans le recrutement, mais pour me joindre à la vindicte collective, je regrette la politique de mise dans les cabinets de recrutements qui consiste à ne surtout pas se mouiller en ayant recours au clonage, pour ne pas déplaire à leurs clients. Les intitulés sont confondants ex : "cherche commercial dans les parquets... Vous avez au moins 5 ans dans le commerce du parquet" (véridique) bonjour l'ascension sociale, et l'enrichissement personnel alors que nous sommes de plus en plus nombreux à vouloir nous "enrichir" de nouvelles expériences et apporter parfois un regard neuf. Il faudra que l'on m'explique en quoi un profil différent mettra plus de temps à être opérationnel lorsqu'il est motivé par un nouveau défi. Finalement, nous sommes tous des OS.

> Répondre

Pierre

25/09/2009

à 11:10

Et oui, on a tous plus ou moins vécu la triste expérience du recruteur de ce genre. Un bon conseil : renseignez-vous sur les recruteurs avant d'accepter un RDV. Ce sera leur rendre la monnaie de leur pièce... Au sujet du coup du type qui arrive en jogging, effectivement, c'est déplacé, mais j'ai l'expérience personnelle d'un entretien avec un Directeur Commercial, pour un poste de Key Account Manager ( RDV au bar d'un Hotel IBIS, bonjour la classe ) et qui m'a dit : " Ah bon, vous êtes venu en costume ?" d'un air narquois... Deux mois plus tard il était à la retraite. Ciao...

> Répondre

Segan

24/09/2009

à 19:53

Je vous trouve très injuste et le ton de votre article n'est pas respectueux du commun des mortels.
J'imagine que les recruteurs doivent effectivement faire face à la règle immuable des 20/80 et de son lot de coquilles et de fautes rencontrées. La presse en regorge, nous mêmes ainsi que nos collaborateurs préférés à tous niveaux hiérarchiques de l'entreprise sont également concernés par la fatale coquille et malencontreuse faute .... et oui pourtant on avait relu 15 fois avant de cliquer sur la fameuse touche envoi ... mais on ne l'a pas vu, l'insidieuse faute de temps, l'article en double ou le participe passé qui devrait être un verbe à l'indicatif présent.
En ce qui concerne le type qui douche son chien et qui ne peut répondre au téléphone. Il aurait certes du dire qu'il ne "pouvait pas parler" comme le stipule la formule consacrée dans ces cas là, et tout simplement proposer de rappeler le fameux RH. Le fait qu'il se justifie sur le fait qu'il lave son chien ne me semble pas plus dramatique que s'il avait dit qu'il changeait son gamin ou qu'il soit dans la queue à la caisse du super marché du coin. Le monsieur qui vient en entretien en sur-vêtement, c'est juste une erreur de casting. C'est toujours très dommage de caricaturer les situations sans donner de chiffres. Il aurait été très intéressant que vous ayez étayé votre article avec des chiffres, du genre "80% des e-mails qui accompagnent les candidatures contiennent des fautes d'orthographe ou des coquilles." ou "62% des candidats rencontrés sont évincés car ils ne savent pas se tenir."
Dieu merci, il y a plein de candidats très bien. Il y a également des recruteurs et des RH pour lesquels savoir qu'on n'est pas disponible immédiatement parce qu'on lave le chien, ce n'est pas grave.

Je me suis permise de rechercher sur l'acte de "candidater" ... et je n'ai pas trouvé, même dans la version révisée du "Le Littré". Je n'ai sans doute pas les bonnes sources d'information.
N'étant pas académicienne, je ne peux affirmer que le mot n'existe pas. Néanmoins, dans le doute, il me semble que le ton de votre article est fort déplacé.
Et oui, le "hic" de cet article aura été ce "candidater" sans lequel je n'aurais réagi. Car c'est lui, "le candidater" qui donne toute l'ampleur du ton déplacé à votre article.

> Répondre

braisi

24/09/2009

à 19:45

Un cabinet de Toulouse se targue d'être un acteur incontournable du recrutement.
Ils m'ont fait rencontrer une entreprise, le courant passe très bien. Je traite avec la société pour le premier, second, troisième entretien. Aucune nouvelle, aucun feed-back du cabinet. J'attends quelques jours la réponse de l'employeur...
Et là les boulets du cabinet me rappellent. Monsieur, parlez-vous librement ? Etes-vous toujours à l'écoute ? Ben... je suis dans un process de recrutement avec vous, je vous rappelle. Ah bon ? Et ça en est où ? Me demande le consultant... Attendez, vous m'appelez pour me proposer un autre poste ? Vous pourriez sans doute vous renseigner avant d'appeler ! Le consultant, qui ne perd pas le Nord :"ah ben, c'est à vous de nous tenir informé de l'avancement du process avec le client". Je suis scotché. Je préfère ne pas m'énerver. "Oui, sans doute, Monsieur", et vous m'appelez pour ? Et là je découvre qu'il s'agit du même poste auquel j'avais postulé. J'ai gueulé, il s'est énervé. Aucune nouvelle de ces gens.
Et pourtant... près de 20% des offres passent par eux dans la région. Des tocards.

> Répondre

Marjo

23/09/2009

à 11:43

Je comprend bien que le boulot de RH soit compliqué et fastidieux : ils ne doivent pas se gourer dans l'embauche d'un candidat, sinon ca leur coute bcp de sous. Et éplucher 90 à 100 CV pour un seul poste, c'est long, et il faut trouver un moyen d'éliminer rapidement ceux qui ne font vraiment pas l'affaire...
Mais que les recruteurs se mettent aussi un peu à notre place.
Perso, j'applique les conseils que l'on me donne : je me relis pour chasser les fautes d'orthographe (je peux pas embaucher 3 personnes pour le faire à ma place à chaque lettre envoyée !), je personnalise mes CV et mes LM, j'ai participé à des formations sur les entretiens, j'ai un petit boulot "parce que c'est mieux vu que de ne rien faire, et ça permet de garder un pied dans le monde du travail, etc."
Mais apparemment ça ne suffit pas.
En fait, le problème est : je suis jeune diplômée, je n'ai donc quasiment pas d'expérience. Mais l'expérience, ce n'est qu'en nous donnant notre chance que l'on pourra l'acquérir.
pire : le fait d'avoir un petit boulot à tendance à me plomber davantage : je suis animatrice vacataire (faut bien manger, et c'est le seul que j'ai trouvé rapidement, et qui me laisse assez de temps pour continuer à chercher le job de mes rêves), et parfois on me le reproche. "On peut pas vous prendre, vous avez un profil d'animatrice. Ben, vous avez qu'à continuer dans cette branche !"
Oui mais voila, animatrice avec bac+5, les gens n'en veulent pas (trop qualifiée). Et rester vacataire, trop précaire.
Alors dites nous : Quelle est la solution ?
Acquérir de l'expérience avec une baguette magique, ou changer radicalement le système de recrutement français ?

> Répondre

junior

23/09/2009

à 10:49

Quand vous avez envoye 100 candidatures et que c'est la crise... les employeurs ne devraient-ils pas avoir la jugeotte de se dire que le candidat veut travailler, que c'est un bosseur... plutot que de se regarder le nombril en demandant des flateries ? A l'inverse, quelle societe respecte aujourd'hui les candidats ? Merci d'en citer !

> Répondre

gaultier

23/09/2009

à 10:47

Le nieavu des recruteurs ne fait que baisser - un bon exemple : chez Edf des "beurettes" qui ne savent pas parler correctement le francais, et oublient qu'a 17H il leur faudra aller chercher les enfants.. et annulent les RDV !

> Répondre

julie

23/09/2009

à 10:44

Les recruteurs et les Direction devraient plutot se regarder dans une glace : la pluaprt ne savent pas ecrire correctement, n'ont aucune correction... et les societes, qui essaient d'avoir les candidats le plus vite et le moins cher devraient se dire ce "pas cher" signifie "minable" !

> Répondre

Sebastien

23/09/2009

à 10:44

Comment avoir envie de personaliser les CV en fonction de chaque entreprise, alors que 70% d'entre elles ne prennent pas le temps de répondre? De respecter des entreprises qui font attendre les candidats aux entretiens plus d'une heure? Il ne faut surtout pas oublier que dans l'affaire, le bon rôle revient toujours au recruteur qui est bien assis confortablement au fond de siège; recevant un bon salaire pendant que le candidat lui doit répondre à bon nombre d'annonces avant de décrocher ne serait-ce qu'un entretien! Alors ces plaintes de recruteurs me paraissent vraiment très surfaites et inutiles...

> Répondre

Delage

23/09/2009

à 10:40

Bonjour à tous,
Ayant passé 7 ans dans le recrutement (intérim et cabinet de recrutement), il est une évidence que le niveau de certain candidats, recherchant un emploi répondant à leurs critères, est parfois incroyablement delirant voir sur une autre planète du monde de recrutement.

A l'inverse, pour très bien connaitre le monde du recrutement, l'ACCUEIL de candidats (tel, mail ou physiquement) est parfois d'une pauvreté voir d'une incompétence TOTAL !
Il faut dire que leur Direction ne parle que de chiffres de facturation client tout en recrutant leur propre chargé de recrutement ou RH au minimum acceptable (en intérim les débutants sont a 1500 voir 1600 brut ?!)
D'où un certain decalage entre les recruteurs et les candidats. Heuresement que certains RH et candidats sérieux font la difference et contre dise cet article.
Ps: j'espère en tant que Cadre, je n'est pas fait trop de faute d'orthographe, bref j'en tremble d'avance.
A bon entendeur, je vous salue.

> Répondre

vincent

23/09/2009

à 09:47

Je suis rassuré en lisant les commentaires... en effet, j'avais peur d'être la cible privilégiée de l'incompétence des recruteurs "pros"...
Les fautes d'orthographe, c'est déjà dans l'annonce bien souvent...
En entretien, le grand classique du cabinet qui bâcle, : ignorer le CA et l'effectif de son client ( en gros la taille de l'entreprise qui l'emploie) quand ce n'est pas tout simplement le motif du recrutement ( remplacement, départ, retraite...)
Enfin la "palme" de mes réponses à candidature (grand groupe de Services) : aprés plusieurs mois, un mail laconique avec pour adresse expéditeur " stagiaire.rh@entrepriseX.com"... si ça c'est pas du mépris !?
Heureusement, il y a les autres, ceux qui répondent encore sur papier, avec un signature vraiment signée (avec un stylo, oui !!!). Et ceux qui vous renvoient un mail personnalisé ( même si c'est en automatique avec des insertions de mots, c'est bien fait au moins). POur ceux là, et parce que "l'espoir fait vivre", je continue à m'appliquer en répondant aux offres.

> Répondre

NADAL MAUBOUSSIN Sylvie

23/09/2009

à 07:51

Bonjour,

Il n'y a pas que les demandeurs d'emploi qui font des fautes (et c'est bien dommage sans doute, vous avez raison).

Rendez vous sur le site de l'Apec et consultez l'offre d'Algoé Executive : "réf Apec N° 15597409-5417-6885 : Chef de projet accompagnement social des réorganisations".
Profil recherché : diplômé de L'ANCIENNEMENT supérieur !!!!

C'est réellement excellent !

Là aussi, certains devraient apprendre à se relire....car en termes d'images, cela laisse à désirer....

> Répondre

Ang

22/09/2009

à 20:09

Alors là je dis bravo, c'est fantastique. Non contant de se prendre pour des "Sarko" en puissance (Bling-bling), tout est stéréotypé, formaté, régulé (CV, lettre de motivation)nous voilà au niveau du CM1! VilianS petits chercheurs d'emploi, ils ne mettent pas en pratique la correction automatique d'orthographe (disponible sur tous les PC!), ils osent nous envoyer des candidatures avec des fautes d'orthographe!
Mais à Cadremploi, il n'y a que des recruteurs pour le Petit Larousse? Car je ne pense pas que la valeur d'un candidat se détecte que par la lettre de motivation (sans faute) qui peut être corrigée par un ami, un parent ou autre. Alors, qu'elle est la demande? Des candidats de qualité ou le paraître? Je pense connaître la réponse, malheureusement.
En France tout est paraître, rien n'est en profondeur, dommage. Vous n'avez Messieurs que le retour que vous méritez.

> Répondre

Filgood33-2 - Le retour

22/09/2009

à 18:52

Après mon post précédent sur ce même sujet, j'en arrive à me demander si l'article n'était pas en fait une véritable provocation pour mesurer le niveau d'exaspération des personnes en recherche d'emploi.
Après lecture des commentaires transmis, j'ai le net sentiment que commence à s'instaurer un climat pré-insurrectionnel qui devrait un jour voir le 1er recruteur se faire mettre en charpie par un candidat trop poussé à bout.
Après tout, on voit maintenant, même si ce n'est pas neuf, croitre le nombre de personnes se suicider sur leur lieu de travail, jouer les forcenés à leur domicile, prendre des chefs d'entreprise en otage, ….
Au vu de l'exaspération que témoignent tous les commentaires lus ici, parions que le temps où des scènes de brutalités, voire plus encore, dans les cabinets de recrutement n'est peut être plus très loin de nous.
N'y a-t-il dès lors pas des façons de procéder à revoir de toute urgence avant que l'irréparable ne se produise ? Je pense qu'il y a, ici comme ailleurs, certainement des marges de progrès à trouver.
A l'heure où l'on parle de Responsabilité Sociale des Entreprises, de développement durable (incluant la question des relations sociales), de nouveau modèle économique, … une opinion contraire serait pour me surprendre.
La question est ensuite : qui va payer ce temps supplémentaire à accorder aux individus pour leur montrer qu'ils ne sont pas qu'un dossier furtif au milieu d'une pile ?
Vaste question.
Réponse ?

> Répondre

Julie

22/09/2009

à 18:13

Et les demandeurs d'emploi qui galèrent pour trouver un travail? Et les jeunes qu'on recale pour manque d'expérience??? Et les gens qui veulent changer de métier??? Pourquoi ils galèrent encore plus que ces gens qui sont payés à recruter? Et pourquoi c'est eux qu'on écouterait plus que quelqu'un d'autre?
Je me moque que ces gens se plaignent, ils n'ont qu'à changer de métier...

> Répondre

V

22/09/2009

à 18:08

Je suis bien d'accord avec l'ensemble des commentaires précédents. Au lieu de faire un article sur les demandeurs d'emplois qui ne s'y prennent pas comme les recruteurs le veulent, demandez aux demandeur d'emploi de raconter leurs entretiens, c'est tout aussi édifiant!! Sans même parler des entretiens, lorsqu'on répond à une offre, il serait sympa, même si c'est un mail genre SPAM, de prévenir quand le recrutement est terminé auprès de ceux qui ont postulé. Mais non, ça c'est pas possible. On en a autant à dire sur eux que eux sur nous!

> Répondre

roux

22/09/2009

à 17:35

les recruteurs reprochent les réponses "bateaux" ?? et leurs offres alors ? annonce sans réel contenu, si ce n'est "nous sommes un grand groupe dans lequel vous serez bien" ... pire, ceux qui oublient de préciser leur secteur d'activité : ils font perdre un temps précieux au candidat, qui découvre en fin de lecture que si toutes les actions requises lui sont limpides, elle le sont dans le secteur ultra spécialisé du "zam learning", expérience spécifique exigée bien sur ! bref, offre précise et honnête, réponse honnête. pour les autres ... 3 clics et on en discutera plus tard. ou jamais : y'a quand même du monde sur la place !

> Répondre

IL

22/09/2009

à 17:02

Plus que des mots, voici un exemple tout frais de ce jour, la faute d'orthographe étant d'origine mais ce n'est pas le pire...

Assistant commercial (H/F)
// - CDD

// recherche pour l'un de ses clients (abattoir) un Assistant commercial H/F avec ou sans experience - avoir bts agro ou commerce force de vente. Divers travaux : prise de commandes - suivi des commandes - relance clients... - eventuellement integration sur tous les poste de la societe.

Pas mal la "polyvalence", le salaire n'était pas précisé.

Le constat est bien affligeant mais pour qui ?

Ce n'est d'une annonce parmi d'autres comme j'en vois tous les jours, cadre ou pas ...

> Répondre

Filgood33

22/09/2009

à 16:59

Je suis étonné par tant de naïveté : on semble découvrir qu'il existe des touristes de la recherche d'emploi au même titre qu'il existe des amateurs du recrutement. Et de ce pas guilleret qui nous caractérise, nous autres français, on commence à en déduire des généralités au sujet des uns et des autres.
Alors SVP, on se calme ! D'accord il existe surement des gugusses qui n'ont encore pas tout compris du rapport candidat / recruteur, mais de là à en tirer un article pour faire état de la déprime des recruteurs ...
Un partout, balle au centre et il n'y a certainement pas matière à épiloguer là dessus.
En revanche, là où je bondis quand même, c'est sur le point de devoir faire relire ses courriers à 2, 3 personnes avant d'envoyer.
D'une part, je pense que, pour nombre de personnes, l'environnement dans lequel on évolue doit pas mal conditionner vos capacités en français.
D'autre part, dans le contexte actuel où chacun passe par quelques dizaines de courriers (avec quelques très rares réponses
de la part des recruteurs), je vois mal qui que ce soit mettre sur pied une "read team" pour tout relire systématiquement.
Dernier point, même si je reconnais que les fautes d'orthographe et de grammaire ont le don de m'agacer, il serait enfin bon que nos amis recruteurs se penchent plus sur les personnalités qui se présentent à eux, sur ce que les personnes ont dans les tripes et qu'lles sont prêtes à en donner, plutôt que de chercher à trouver la bêbête syntaxique qui permettra d'écrémer plus rapidement le tas des candidatures.
Mais il est vrai que cela prendre sûrement plus de temps...
Cordialement

> Répondre

Maverick

22/09/2009

à 16:44

Apparemment, candidat, c'est en train de devenir un métier en soi. Cela requiert tellement de compétences, que cela finirait presque par éclipser la finalité du processus de recrutement! L'entreprise X a un besoin d'une personne qualifiée et motivée pour exercer des fonctions précises, et capable de s'intégrer tant dans l'organigramme que parmi ses collègues. "Back to basics", soyez vrais! Arrivez sapé comme si vous occupiez déjà le poste, et que c'était votre entretien annuel de carrière... Pareil pour le recruteur; visionnez le candidat en situation, au lieu de vous torturer avec la PNL, la morphopsychologie, et je ne sais quoi...

> Répondre

Brigitte

22/09/2009

à 15:57

et que dire des stagiaires RH qui se font passer pour des chargées de recrutement au sein d'une très très grosse entreprise informatique? (je l'ai vécu! j'ai découvert 4 ans après que la personne en question qui m'avait reçu en tant que chargée de recrutement pour un poste d'assistante de direction n'était en fait...qu'une stagiaire qui avait passé 5 mois dans l'entreprise !)
alors les cv bidonnés, ca me fait doucement rigoler !!
et ne parlons pas des multiples "recruteurs" (et souvent recruteuses d'ailleurs) qui ne savent pas lire !! exemple un titre "Assistante de direction bilingue Anglais" en gras encadré sur mon cv et on me répond "vous comprenez, vous ne parlez pas Anglais donc on a pas pu retenir votre cv"...Notez au passage la fantastique syntaxe des recruteurs !! non contents d'êtres nuls en orthographe ils le sont aussi en syntaxe et...dans leur langue maternelle svp!!!
Tu ne sais pas quoi faire de tes dix doigts dans la vie ma fille? Fais des Ressources Humaines !

> Répondre

LDA

22/09/2009

à 15:29

A quand aussi une critique sur les recruteurs dont les annonces ne permettent aucune relance faute de coordonnées et qui ne répondent même pas par la négative si le candidat ne convient pas!

> Répondre

Antho

22/09/2009

à 15:06

C'est très vrai ce que vous avez dit. Les recruteurs ne récoltent que ce qu'ils sèment...j'ai reçu la semaine dernière une proposition de RV d'une entreprise dont je tairai volontairement le nom, qui avait "remarqué mon CV sur cadremploi" et me proposait une rencontre le lundi 21 septembre (hier, donc). On me demande de confirmer ma présence, ce que je fais le lendemain matin en demandant le lieu et l'heure du rendez-vous (pas bête, si on désire s'y rendre :). Depuis...bah, j'attends toujours...curieux quand même, vous ne trouvez pas?

Je ne suis certainement pas le seul à qui ce genre de choses est arrivé. Que le CV soit très bon ou pas, que la lettre soit impeccablement rédigée ou pas, peu importe: le système français veut que des gens moyens occupent des postes à responsabilité et qu'à l'inverse, des personnes avec de solides expériences et formations se voient refuser un boulot sous prétexte d'une virgule mal placée...

J'adore le monde professionnel!

Ps: Non jeu noeud fée jamai deux photes d'aurthograffe

> Répondre

Marie

22/09/2009

à 14:51

Mesdames et Messieurs de la Rédaction de Cadremploi vous avez largement matière à rédiger un article d'après les commentaires postés. Je me suis retrouvée dans le vécu de toutes ces personnes. Peut-on espérer que les recruteurs se remettent en cause après cela ?

> Répondre

JChristophe

22/09/2009

à 14:43

L'expérience que j'ai vécu pourra peut être vous éclairer sur certains comportements, le rôle des recruteurs n'est-il pas justement de déceler au-delà des apparences, la perle rare qui deviendra un pilier de l'entreprise et ne pas faire d'un détail l'argument essentiel de la mise au rebut d'une candidature.
Avec une quinzaine d'années d'expérience en tant que technico-commercial. Je change régulièrement de société tous les 3 à 4 ans, j'ai donc eu à faire à plusieurs reprises avec des cabinets de recrutement.
L'objectif pour un cabinet de recrutement étant de satisfaire son client, de lui amener le candidat qui correspond au mieux de sa demande et de facturer son client pour cette embauche.
Pour le candidat, c'est une toute autre réalité qui s'annonce.

Dans un premier temps, le cabinet de recrutement laisse imaginer au candidat qu'il a fait l'objet d'une sélection rigoureuse et que son profil est intéressant. En réalité le cabinet de recrutement à simplement écarté en fonction du nombre, toutes les candidatures trop éloignées du poste proposé et convoque les candidats à leurs frais.

Viens ensuite la partie entretien, là c'est le festival. On a droit à une batterie de tests qui vont mettre en relief les traits de votre personnalité. Commentaires des résultats obtenus, je me découvre des qualités formidables et des défauts qui seront des atouts dans ma profession.

Description de la société et du poste, un secteur à pourvoir idéal, mise à disposition du kit complet du commercial itinérant présenté comme un véritable avantage. Reste la partie salaire, là, entre partie fixe et partie variable, salaire mensuel et annuel, brut ou net, perspectives d'évolution on commence à rentrer dans le brouillard. Effectivement le recruteur à tout de même cette lourde tâche d'avoir à expliquer au candidat qu'il va avoir de longues journées, devoir s'absenter et avoir le catalogue de l'entreprise en guise de livre de chevet pendant plusieurs mois et tout cela pour finalement une somme très modique face à la responsabilité et au travail dans lequel il va s'engager.

« Vous êtes le candidat idéal pour le poste ! et de vous à moi, je vous met en pôle position... ». Les tests et l'interprétation sont là pour démontrer cet état de fait.

Après avoir pris un soin tout particulier à transformer une simple présentation de candidats en « Au vu de votre candidature, la société X souhaite vivement vous rencontrer », rendez-vous est pris pour « l'Entretien ».

Le même discours étant tenu à chacun des candidats, chacun arrive à « l'Entretien » et déballe sa cuisine, le client est ravi et sûr de lui, il n'a en face de lui que des candidats hyper motivés qui s'imaginent que l'entretien ne va être qu'une formalité à leur probable embauche.
J'attends évidemment avec impatience d'arriver à la phase rémunération car le cabinet de recrutement à force de noyer le poisson, m'a un peu laissé sur ma faim.

Après une présentation dithyrambique de la société, claquage de bretelles en règle sur les résultats et description du poste à pourvoir par le PDG en personne, viens l'heure de la déception, le client est alors obligé de mettre les chiffres à plat, ça devient grotesque, le seul à prendre véritablement des risques c'est le candidat, fixe ridicule et variable sur des objectifs fixés par l'employeur et de surcroit plafonné. Quand j'explique que j'ai du mal à faire correspondre quantité de travail, niveau technique et rémunération, on m'explique que l'on prend en considération ma demande et que l'on va me tenir au courant de la suite des évènements, que monsieur ou madame « X » du cabinet de recrutement vas me rappeler rapidement.

Puis rien.......FIN.

Alors à vous les recruteurs, las d'avoir cru à la sincérité de votre discours et au bien fondé de votre profession, vous qui êtes chargé par les entreprises de recruter au meilleur prix le candidat idéal sans débourser un centime, vous qui avez méprisé tous les efforts en temps et financier des candidats qui se sont rendus aux entretiens pour vous. Il n'est pas difficile d'imaginer que ce qui me reste de mieux à faire, plutôt que de vous consacrer mon temps, c'est d'enfiler mon jogging et partir promener mon chien.

> Répondre

Franklin Marshall

22/09/2009

à 14:41

Après avoir lu cet article, je ne peux qu'être déçu de l'actualité éditoriale de ce site. A quand de vraies infos plutôt qu'un simple recyclage de ce qui existe dans le reste du site ?

Au lieu de parler de quelques candidats qui préfèrent soi-disant nettoyer leur chien que d'aller voir un recruteur, pourquoi ne pas parler de points sensible comme par exemple le suicide au travail ? France Télécom est le parfait exemple, Renault aussi...

Nous sommes pourtant sur Cadremploi, non ? A quand de l'info finement analysée ?

> Répondre

JChristophe

22/09/2009

à 14:40

L'expérience que j'ai vécu pourra peut être vous éclairer sur certains comportements, le rôle des recruteurs n'est-il pas justement de déceler au-delà des apparences, la perle rare qui deviendra un pilier de l'entreprise et ne pas faire d'un détail l'argument essentiel de la mise au rebut d'une candidature.
Avec une quinzaine d'années d'expérience en tant que technico-commercial. Je change régulièrement de société tous les 3 à 4 ans, j'ai donc eu à faire à plusieurs reprises avec des cabinets de recrutement.
L'objectif pour un cabinet de recrutement étant de satisfaire son client, de lui amener le candidat qui correspond au mieux de sa demande et de facturer son client pour cette embauche.
Pour le candidat, c'est une toute autre réalité qui s'annonce.

Dans un premier temps, le cabinet de recrutement laisse imaginer au candidat qu'il a fait l'objet d'une sélection rigoureuse et que son profil est intéressant. En réalité le cabinet de recrutement à simplement écarté en fonction du nombre, toutes les candidatures trop éloignées du poste proposé et convoque les candidats à leurs frais.

Viens ensuite la partie entretien, là c'est le festival. On a droit à une batterie de tests qui vont mettre en relief les traits de votre personnalité. Commentaires des résultats obtenus, je me découvre des qualités formidables et des défauts qui seront des atouts dans ma profession.

Description de la société et du poste, un secteur à pourvoir idéal, mise à disposition du kit complet du commercial itinérant présenté comme un véritable avantage. Reste la partie salaire, là, entre partie fixe et partie variable, salaire mensuel et annuel, brut ou net, perspectives d'évolution on commence à rentrer dans le brouillard. Effectivement le recruteur à tout de même cette lourde tâche d'avoir à expliquer au candidat qu'il va avoir de longues journées, devoir s'absenter et avoir le catalogue de l'entreprise en guise de livre de chevet pendant plusieurs mois et tout cela pour finalement une somme très modique face à la responsabilité et au travail dans lequel il va s'engager.

« Vous êtes le candidat idéal pour le poste ! et de vous à moi, je vous met en pôle position... ». Les tests et l'interprétation sont là pour démontrer cet état de fait.

Après avoir pris un soin tout particulier à transformer une simple présentation de candidats en « Au vu de votre candidature, la société X souhaite vivement vous rencontrer », rendez-vous est pris pour « l'Entretien ».

Le même discours étant tenu à chacun des candidats, chacun arrive à « l'Entretien » et déballe sa cuisine, le client est ravi et sûr de lui, il n'a en face de lui que des candidats hyper motivés qui s'imaginent que l'entretien ne va être qu'une formalité à leur probable embauche.
J'attends évidemment avec impatience d'arriver à la phase rémunération car le cabinet de recrutement à force de noyer le poisson, m'a un peu laissé sur ma faim.

Après une présentation dithyrambique de la société, claquage de bretelles en règle sur les résultats et description du poste à pourvoir par le PDG en personne, viens l'heure de la déception, le client est alors obligé de mettre les chiffres à plat, ça devient grotesque, le seul à prendre véritablement des risques c'est le candidat, fixe ridicule et variable sur des objectifs fixés par l'employeur et de surcroit plafonné. Quand j'explique que j'ai du mal à faire correspondre quantité de travail, niveau technique et rémunération, on m'explique que l'on prend en considération ma demande et que l'on va me tenir au courant de la suite des évènements, que monsieur ou madame « X » du cabinet de recrutement vas me rappeler rapidement.

Puis rien.......FIN.

Alors à vous les recruteurs, las d'avoir cru à la sincérité de votre discours et au bien fondé de votre profession, vous qui êtes chargé par les entreprises de recruter au meilleur prix le candidat idéal sans débourser un centime, vous qui avez méprisé tous les efforts en temps et financier des candidats qui se sont rendus aux entretiens pour vous. Il n'est pas difficile d'imaginer que ce qui me reste de mieux à faire, plutôt que de vous consacrer mon temps, c'est d'enfiler mon jogging et partir promener mon chien.

> Répondre

larecruteuse92

22/09/2009

à 14:31

bon bah moi qui recrute d'un coté et qui cherche de l'autre, que dire???
les candidats font des bourdes, aprés nous avons nos filtres personnels :
une candidate m'a envoyé un CV truffé de fautes , et la chef de service , qui n'était pas d'accord sur mes critères de selection m'a trouvé trop sélective (c'était juste sur un poste où le mot rigueur avait été écrit en rouge, gras, 2 tailles de +) : je l'ai emporté quand le numéro indiqué sur le CV, n'était pas attribué .....

Sinon, j'ai envoyé paître un cabinet, car après 8 entretiens pour un poste uniquement de middle management, on me reprochait d'avoir oublié de nom de famille du la 1ere personne rencontrée 4 mois auparavant, mais que j'intéressais toujours l'entreprise, et que j'allais devoir "en faire plus" lors du 9eme et avant dernier entretien ....
J'avoue , je ne répond pas individuellement au 450 personnes qui ont envoyé leur CV, je fais un mailing.
Par contre, je rappelle les personnes rencontrées, qui ne comprennent pas toujours que non,ils n'ont pas été retenu (raccrochage brutal au nez), que le manager n'a pas accroché avec leur personnalité (j'ai eu droit : moi je suis un diesel, je mets du temps à démarrer , mais là croyez moi, vous verrez ce que vous verrez ....)
Pas facile pour personne, mais c'est sûr que lorsqu'on est en fin de droit , l'enjeu n'est pas le même pour le candidat, que pour le recruteur

> Répondre

Robert demi, michael feuille, et surtout man pouvoir, et kelly S...

22/09/2009

à 14:08

Face à la médiocrité de certains recruteurs qui ne connaissent rien techniquement aux profils qu'ils recrutent, et qui en sont encore avec des questionnaires basés sur le plan comptable de 1982, je trouve que toiletter son chien ça peut être prioritaire, quant au salaire c'est bien la seule chose d'intéressante que peuvent apporter les postes qu'ils ont à pourvoir. Pour certains on retrouve le même poste qui revient tous les trois mois depuis un an, bizarre…Espérons que les candidats ne partent pas en périodes d'essai, ils perdraient leur anciens droit au chômage, pour trois mois sur un poste qui remplace cinq départs « volontaires » et un suicidé…Dans des GRANDs GROUPEs, qui vous offrent une carrière, et de vraies perspectives d'évolution…ahh ahh, minables !
Désolé pour l'orthographe je prends pas la peine de me relire, s' il y des mots que les « recruteurs » ne connaissent pas y a un tuc : « le dictionnaire ». Ils découvriront que s'est aussi parfois les candidats qui savent mieux écrire qu'eux. Même si face à des illettrés du recrutement intérimaire, le langage SMS s'est mieux pour être compris !Trois fautes d'orthographes par ligne dans une conclusion d'entretien faite par « pôle emploi », sans compter des mots qui n'existent pas…et j'en passe ! Mais ils me conseillent cadremploi pour mon profil…depuis je viens surtout en touriste sur le site en effet…qui se ressemble s'assemble !

> Répondre

Erwan

22/09/2009

à 14:06

Très intéressant! On voit de tout de nos jours

> Répondre

Christophe

22/09/2009

à 13:56

Je confirme, les recruteurs compétents se font rares, il faut du courage pour aller plus loin après le premier contact téléphonique avec un débutant qui connait à peine la société et le poste pour lequel il vous appelle.

> Répondre

Fran

22/09/2009

à 13:38

Je comprends parfaitement l'indignation et le scepticisme exprimés plus haut Oui, si le monde du recrutement faisait vraiment bouger les lignes, çà se saurait...quoique dans le discours il y a parfois de la lumière. Reste à voir les actes.

> Répondre

PRAT

22/09/2009

à 13:35

Je rêve et ils se permettent des remarques désobligeantes. Qu'ils commencent par respecter les candidats.

> Répondre

Vallet Caroline

22/09/2009

à 13:22

Eh oui! ...Changement de situation ! Les bons et les mauvais recruteurs ...tout un débat ! Respect car quand toi tu es chômeur ... eux gagnes de l'argent et remplissent leurs fichiers pour demain ! M'enfin !!! C'est pourtant logique ? Et c'est un trés bon job aussi ...(*=*)... jouer avec les dossiers, avec les CV,l'avenir des personnes, naturel ? ou un égo surdimentionné ? C'est la question ? Et je ne parle pas de certains monopoles dans le style !!! C'est pas facile, courage, je vous souhaite d'être actif dans la société prochainement ...!

> Répondre

cp

22/09/2009

à 13:16

Parce qu'ils ont le temps de les remarquer les fautes d'orthographe?
Il n'y a pas que les recruteurs au bord de la crise de nerf! il y a ceux qui recherchent activement un poste sans commettre ce type d'erreur et pourtant transparents...
MORAL DE L'HISTOIRE: ils se plaignent pour se plaindre car même une candidature parfaite sur la forme (je ne parle pas des compétences, une autre histoire...) ça passe à la trappe!

> Répondre

Anne-Laure

22/09/2009

à 12:42

C'est plutôt surprenant de penser que de vrais candidats MOTIVES postulent en dilettantes. Cependant, je suis d'accord avec Martin pour avoir été confrontée à des recruteurs (personnels fonctionnels de PME et aussi grandes entreprises) négligents et manquant de sérieux lors d'entretiens; qu'il s'agisse de la tenue vestimentaire ou de leur connaissance du poste... l'effet est garanti, et quelle publicité pour l'entreprise !

> Répondre

Ouioui

22/09/2009

à 12:29

Eh ben on est content de savoir que certains se font éliminer sur des questions aussi basiques, malheureusement il semble qu'il en reste encore suffisamment en course pour qu'on ait un mal fou à décrocher un entretien soi-même...

Et puis on pourrait aussi lister les bourdes des recruteurs :

Par exemple, la nana qui téléphone à un cadre, ne présente pas son cabinet, au nom strictement inconnu au bataillon, et demande le niveau de salaire de son interlocuteur. Et comme on bloque un peu elle rétorque d'un ton très énervé : "je ne vais pas le mettre sur internet !"

Ou bien ceux qui appellent, prennent des renseignements, disent qu'ils vont envoyer un email de confirmation et souhaitent avoir votre CV, et puis on ne reçoit jamais rien.

Ou encore ceux qui voudraient que vous déménagiez à l'autre bout du pays alors que vous avez bien précisé que vous n'étiez pas mobile.

Et encore celle qui vous dit d'un ton très convaincu que comme vous avez 20 ans d'expérience dans votre métier mais que vous avez pris 3 ans pour faire autre chose, vous avez sûrement tout oublié...

Et je suis sûre que les lecteurs de Cadremploi en ont bien d'autres à raconter !

> Répondre

Cindy

22/09/2009

à 12:24

A croire que c'est les DRH qu'il faut plaindre... C'est le monde à l'envers

> Répondre

Ga

22/09/2009

à 12:11

Bonjour,
Je me retrouve pour la première fois au chômage après 10 ans passés non-stop dans différents postes technico-commerciaux.
Certes, je pense avoir commis quelques erreurs lors de mes premiers entretiens, et je me rends bien compte aujourd'hui, grâce à ces "entrainements", que les entretiens se passent mieux. Néanmoins, aucune de mes erreurs ne sont de l'ampleur de celles que vous exposez ... heureusement.
Je trouve aujourd'hui les recruteurs hyper professionnels et aguerris, et du coup hyper exigeants, et ils fouillent énormément, pas que sur le plan professionnel ... caractère, valeurs (tests en tous genres), vie privée (organisation familiale, situation du conjoint ...). Est-ce que ça ne va pas trop loin ?
Après 10 ans à bosser sans compter mes heures, à donner satisfaction à ma hiérarchie, et à progresser, j'ai du mal à digérer le fait d'être recalé sur des postes où je suis tout à fait en mesure de réussir, comme auparavant.
Enfin, il serait bon de parler aussi des bourdes des recruteurs. J'ai envie de vous citer 2 exemples, les pires c'est vrai ...
A mon tout premier entretien, on m'a proposé moins que lorsque j'ai démarré 10 ans plus tôt, manifestement le poste était pour un junior, et le recruteur avait bien connaissance de mon CV. J'ai eu droit aussi à "je vous rappelle, et ça pourra être rapide", mais bien sûr pas de nouvelle.
Autre entretien, qui commence par une question choc ... "vous venez pour quel poste ?" la douche froide, manifestement la recruteuse n'avait rien préparé ... et à part sa phrase d'introduction mainte fois répétée, qu'elle connaissait par cœur, et qu'elle me récite comme un robot, je n'ai plus rien entendu de l'entretien. Pendant 45min ou 1h, la recruteuse s'oblige à ne montrer aucune émotion, aucun sourire, pas un mot. Mais qui a inventé ce type d'entretien de recrutement ??? c'est ridicule, on rend le monde du travail complètement inhumain. Bien sûr j'ai eu droit à la petite phrase gentille à la fin en nous serrant la main "vous pourrez me rappeler pour reparler de cet entretien à froid", mais impossible de la joindre sur son téléphone et mes mails sont restés sans nouvelles. Je demandais simplement le pourquoi de mon élimination, 2 minutes au téléphone ou quelques lignes par mail, mais rien, juste un courrier standard sans explication précise. Je tiens à préciser que de mon côté mes courriers ne sont pas des photocopies dans le but de faire du mailing, j'y passe un certain temps, j'ai également passé un test de personnalité, je suis monté à Paris pour l'entretien, ce qui m'a pris la journée et couté un peu de sous ... bref on se sent un peu pris pour des moins que rien ... pour rester poli.
Voilà c'était pour étendre un peu le débat.
Cordialement.

> Répondre

Adrien

22/09/2009

à 11:51

Quand même ce sont des extrêmes non ? Enfin personnellement on m'appellerai pour me proposer un travail en ce moment, cela ne me ferai pas de mal ! En ce temps de crise la paye est importante mais les compétences que l'on peut acquérir également. Je pensais que les gens en général faisaient attention à leurs candidatures pour obtenir des entretiens et donc un travail mais apparemment pas !

> Répondre

un chomeur

22/09/2009

à 11:39

Des recruteurs au bord de la crise de nerfs? Laissez moi rire! Des candidats qui font 15 fautes d'ortographe par phrase, cela court les rues et cela ne les empèche pas d'être recrutés par les plus plus grandes entreprises. Il suffit de voir les échanges par mail pour constater le niveau intellectuel, mais du moment qu'on rentre dans les clous en termes d'âge de formation et de connaissances d'outils informatiques cela passe comme une lettre à la poste. A quand le retour au bon sens, aux vraies valeurs, au réalisme aux pieds sur terre? allez, je rêve encore, il est vrai que j'ai bientôt 57 ans alors bonne chance à tous...

> Répondre

Bruno

22/09/2009

à 11:00

Votre édito est toujours plein d'humour mais le thème de ces candidats candidatant maladroitement et heurtant le professionalisme exacerbé des professionels de la profession de recruter la crème des bons des meilleurs est juste un peu rebattu et j'aimerai suggérer un sujet : le comportement des officines de recrutement face aux brillantissimes offreurs de service.
Avec au hasard et en vrac, les emails sans réponses ou pire les accusés de réception automatiques, les rendez-vous en retard, les questions stupides à considérer avec le respect du aux simples d'esprit et, mon préféré, le silence radio intégral alors que l'on était sur la short liste des 2 finalistes du concours du job de rêve bien payé dans une boite trop sympa et que ...plus rien.
Oui, voilà bien un thème, certainement déjà traité ici, mais qui mériterait une (petite)réactualisation, un upgrade en quelque sorte.

> Répondre

moi

22/09/2009

à 10:54

Bonjour.

Face à tout ce "laissé allé" ou le "je m'en foutiste" des candidats, où est la remise en cause des recruteurs face à leur critères et méthodes arriérées de recrutement? N'ont ils pas instauré avec leur comportement hautain ce laissé allé et démotivation dans les candidatures? Est-ce qu'ils ont pris conscience qu'un candidat "idéal" existe seulement dans les ouvrages de RH? Si les recruteurs n'arrivent pas à trouver ces perles rares, sont-ils à leur poste?
Débat à ouvrir sur le site cadremploi.

Salutations.

> Répondre

Florence

22/09/2009

à 10:47

Et s'il y avait là dedans des bourdes "faites exprès" pour ne pas avoir à son actif de chômeur le refus d'un emploi estimé trop loin, trop mal payé, ou fort peu en concordance avec ses aspirations ?

> Répondre

Anne

22/09/2009

à 10:38

Bonjour

Très drôle ! Ca m'a fait sourire. Mais tant mieux si ça existe, ça me donne plus de chance à trouver un emploi qui se fait rare depuis plusieurs mois.

La question que je ne supporte plus en entretien : quelles sont vos prétentions ? Cela fait plusieurs mois que je suis en recherche et que je ne suis plus indemnisée. Dois-je dire : le SMIC ça serait royal ! J'ai appris ensuite que le salaire était de 1400 Brut. Alors quand on propose des emplois au SMIC ou SMIC amélioré, c'est se foutre du monde de demander les prétentions.

> Répondre

Claire Romanet, Elaee

22/09/2009

à 10:19

C'est vrai qu'on a un peu tendance à oublier que, pour les recruteurs aussi, ce n'est pas toujours facile (foi de recruteur ;-)).
De la même façon qu'il ne faut pas juger trop vite les candidats qui font des erreurs, il faut aussi savoir comprendre les impératifs et les contraintes d'un métier. C'est bien qu'un site comme le vôtre prône cette équité.

> Répondre

THEL Jean-Luc

22/09/2009

à 10:07

Cet article sur les "Recruteurs au bord de la crise de nerfs" est symptomatique.En effet que devrions nous dire, nous Les Pauvres Petits Candidats, de ces recruteurs qui ne prennent même pas la peine de nous répondre individuellement, lorsqu'ils daignent le faire, mais seulement par des e-mails types, du style "si vous n'avez pas de nos nouvelles dans la quinzaine etc etc..." vous connaissez surement la suite. Sans parlez de ceux qui vous laissent un espoir de rendez-vous et ne vous rappellent jamais. Et je n'ose même pas aborder la question de l'age du candidat, j'ai moi-même 52 ans. Car sur ce terrain là, je peux vous assurer que l'on nous fait bien comprendre ou se situe notre avenir professionnel : "la casse" ..... ou la retraite si vous préférez. La belle affaire que de juger les autres sans se regarder soit même dans le miroir et de toujours se plaindre en se regardant le nombril. Mais il est vrai, j'allais presque l'oublier, que se sont eux les décideurs, les "jaugeurs", les sélectionneurs et nous leur devons, rien que pour cela, dix fois, que dis-je, cent fois plus de respect qu'ils ne nous en accordent du simple point de vue de l'être humain. J'ai conscience qu'il est nécessaire, pour ne pas dire impératif sinon obligatoire, de jouer le jeu selon les règles établies pour arriver à ses fins. Mais alors pourquoi ne pas les contraindre, eux aussi, à appliquer les règles toutes simples et naturelles du respect de l'être humain. Mais le pouvoir ravage tout et ces recruteurs en ont bien conscience puisqu'ils ont droit de votre "vie" ou de votre "mort" professionnelle. Cordialement

> Répondre

Ceronumos

22/09/2009

à 09:57

J'adhère totalement à la conclusion de l'article, Ceux qui lisent la lettre électronique de Cadremploi.fr sont des chercheurs (d'emploi) professionnels et ne commettent pas ce genre de bévues !

> Répondre

MAJCHER

22/09/2009

à 09:54

Les demandeurs d'emploi peuvent tout autant s'indigner des cabinets qui appellent effectivement à n'importe quelle heure, qui posent deux questions et à la troisième demande : quel salaire souhaitez-vous ? une fois le chiffre dit, impossible de négocier et on se voit sorti immédiatement du recrutement ; pas une question pour vérifier les compétences et les motivations !
On peut se demander quels sont les réels critères de recrutement et mettre en cause le professionnalisme des recruteurs ; alors si ceux-ci en ont marre, qu'ils changent de métier et laissent la place à des personnes compétentes !

> Répondre

maludzinski

22/09/2009

à 09:52

Il y aussi des recruteurs qui transforment le parcours en course de haie;Le vehicule de fonction pour un responsable commercial france et export se transforme en fourgon utilitaire,le SAV fait partie de la mission :),l'employeur magnanime garantit quand même un salaire fixe pendant trois mois de 1600 €...Je conseille aux candidats des missions impossibles de vérifier les bilans, si possible.

> Répondre

MARTIN

22/09/2009

à 09:46

Il y aurait beaucoup à dire sur les recruteurs et leurs méthodes de recrutement !

> Répondre

le bret

22/09/2009

à 09:34

Je ne peux m'empêcher de sourire en lisant votre article…
Afin d'avoir un CV vraiment au top, j'ai mis en application tout ce que m'avait préconisé mon interlocuteur lors de mon bilan de compétences.
Afin d'avoir une lettre de motivation vraiment au top, j'ai mis en œuvre tous vos conseils sur "comment rédiger une bonne lettre de motivation - les bourdes à éviter".
Afin d'être sûre d'être lue, je privilégie les envois postaux et personnalise mes envois mails.
Eh bien, vous savez quoi ? Malgré tout cela, je n'ai AUCUNE réponse. Je suis certes dans un secteur pas tout à fait "basique" puisque je suis graphiste, mais franchement,
je pense que pour me démarker, ge vé aitre obliger de fère des fotes d'aurtografe, ne pa me randre dispaunible… honnêtement, c'est décourageant.
Que les recruteurs arrêtent de vous baratiner : ils ne prennent pas plus le temps qu'avant de nous répondre. Seul le piston fonctionne, et quand on n'a pas le carnet d'adresses, on entre nulle part.
Enfin, continuez à donner des conseils, je prendrai sans doute le temps de vous lire, ça ne mange pas de pain !
Bien à vous,

Delphine Le Bret.

> Répondre

striffling

22/09/2009

à 09:22

Messieurs les recruteurs, arrêtez de jouer les mijorés, les vierges effarouchées, si les fautes d'orthographe n'ont pas leur place dans une candidature, votre posture de vous croire supérieurs aux candidats est des plus déplacée.
Vous vous octroyez le principe de la sélection mais êtes dans une inconséquence totale au vu des entreprises, cessez de trouver des critères pompeux et sans réalité avec ce qui s'y passe .Celles ci demandent des moutons idéaux pour assumer des tâches en dehors des fonctions proposées
Vos sélections sont tellement pointues que l'on voit le résultat! Les boîtes n'ont jamais aussi mal tourné! Pourquoi? Simplement parce que, vous, si vous êtes au bord de la crise de nerfs, ce n'est rien par rapport à ceux qui sont au bord de la faillite personnelle.
La sélection que vous imprimez est un véritable miroir aux alouettes, vous êtes les fautifs de premier rang du non emploi. Vous êtes si vaniteux et imbus de votre position que vous ne voyez même plus le B A BA de votre profession, celui de faire preuve de compréhension pour ceux qui doivent se mettre à nu devant vous.
Vous avez la chance de pouvoir travailler et vous permettre de toiser vos semblables, si vous pouvez tout vous permettre aujourd'hui, n'oubliez pas que tous qui recherchent un poste ne sont pas des idiots et qu'ils savent également vous juger.

> Répondre

Herv

22/09/2009

à 09:07

Soyons sérieux! J'ai recruté pendant des années et les exemples que vous donnez sont l'exception plutôt que la règle. L'impolitesse, la maladresse et les fautes d'orthographe sont aussi très présents chez les recruteurs. Ceci dit, la conclusion de votre article est la bonne. Il faut consulter vos conseils et se préparer sérieusement. Cordialement.

> Répondre

deloche

22/09/2009

à 08:51

Et à tous ces recruteurs qui ne prennent même pas la peine de répondre aux centaines de candidatures convenablement écrites!!!!

> Répondre

Faure

22/09/2009

à 08:49

Lu au second degré, votre article pourrait être un moyen pour les recruteurs d'identifier les candidats en poste.
Ils exercent (les recruteurs) une sélection impitoyable pour les candidats qui ne sont plus en poste depuis quelque temps, le quelque commençant à six mois.
Ceux-là ont eu le loisir de devenir des pros de la recherche d'emploi, en suivant notamment les conseils éclairés de Cadremploi, mais je doute qu'ils soient la cible d'un recruteur, particulièrement en ces temps de crise.
Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, des chercheurs qui trouvent, on en cherche.
Faut-il alors lire votre article au troisième degré ? Comme une incitation pour les chercheurs d'emploi à passer pour des amateurs de la recherche, très occupés car encore en poste ?

> Répondre

musard

22/09/2009

à 08:16

Après avoir essayé d'envoyer des CV bien ciblés et écrits de façons relativement correctes, avoir été appelé pour des postes où il n'y a pas de suite, été convoqué localement ou encore à Rennes, Nantes, Paris à mes frais, et sur mon temps, et n'avoir aucun commentaire sauf une lettre type pour dire que je ne suis pas retenue, je ne pense pas que c'est l'orthographe qui est en jeux. Je ne culpabiliserais pas là dessus. Je pense que c'est en partie le marché du travail, mais surtout la froideur des recruteurs qui bloquent nos candidatures. Ils recherchent un mouton à cinq pattes, mais le rejettent car non conforme. Quand je cherche un chien de garde, je me fiche de savoir s'il a une carie aux dents ou pas ! Pourvu qu'il ait vie assez longue pour rentabiliser son achat, son éducation puis ses frais de fonctionnement, et je précise je ne l'ai envoyé chez le vétérinaire que pour les vaccins obligatoires. On critique la fonction publique qui est presque apte à muter n'importe quel fonctionnaire d'un poste à un autre, et je pourrais critiquer des recruteurs qui ne savent pas considérer les potentiels d'adaptabilité de leurs candidats.

> Répondre

Berthier

22/09/2009

à 08:10

Bonjour,

Les "recruteurs" ?? avec un ami journaliste qui prepare une emission pour M6 (qui fait de l'audiance) j'ai bidoné mon CV un comme DG (rien que cela) et l'autre vraiement dans ma partie (directeur technique) c'est à mourrir de rire .
Le cabinet un grand conseil en recrutement de la ville de notre president de la republique.
Je suis expatrie depuis plus de 25 ans et pas chomeur.
Mon avis pour la baisse du chomage remettre des DRH de terrain(avec un peu de connaissance moi aussi je vous passe les fautes d'orthographe mais eux c'est pas grave ) "Faire des fautes, ce n'est pas grave. C'est ne pas se faire relire qui l'est. De nombreux candidats trouvent cette règle désuète des DRH et recruteurs aussi."
Surtout ne pas manquer l'emission sur M6 semaine 50, les recruteurs et DRH le lundi auront un peu mal à la tête.
Bon courage

Bien cordialement

> Répondre

Viningy

22/09/2009

à 07:43

Bien, bien, bien... N'oublions pas que les offres d'emploi sont également truffées de fautes d'orthographe. Or, là, ce sont bien des recruteurs professionnels qui sévissent ! Pour le salarié aussi c'est agaçant de répondre à ce genre d'annonces, mais il le fait... Il n'est pas évident qu'il ait le choix.

> Répondre

RIB

22/09/2009

à 06:21

En fonction du nombre de demandeurs, le recruteur a de plus en plus la possibilité de trouver la "perle rare", et il devient excessivement difficile.

Du fait de cette politique !
CV "bidoullés", avec des trous comblés, des expériences en réalité inexistantes, c'est ce qu'on constate de plus en plus,
dans les cv, trouver un emploi devenant exceptionnel pour certaines catégories.

Remettre en cause les recruteurs - discrimination par l'âge - convocation après un courrier négatif au candidat - orientation vers un autre poste que celui de l'annonce - aucun recrutement malgré une annonce dans la presse - conditions de salaire ne correspondant pas - ....etc...etc....
.........serait, à notre époque, souhaitable.

A 59ans, en associations de cadres, j'ai constaté que les décideurs et recruteurs étaient responsables, notamment, de l'exclusion des seniors. J'ai de ce fait pris ma retraite, avec une opinion défavorable de la politique du recrutement en France

> Répondre

Nirvana

22/09/2009

à 00:33

Je suis aussi surprise que vous, rédacteurs de cet article, de voir que certains candidats commettent de telles erreurs.
Je ne suis pas une pro des candidatures parfaites mais tout de même, un minimum s'impose !
Un CV et une lettre sans faute, une tenue profeSSioNNelle (avec une petite touche de fantaisie parce que moi, je suis comme ça) et aborder la question épineuse du salaire de préférence en fin d'entretien (sauf si c'est demandé avant), c'est le B-A-BA.
Quant au toilettage du chien... libre à vous mesdames et messieurs les recruteurs de préférer l'odeur lorsque ce dernier n'a pas pu être lavé...

> Répondre

Toscano

22/09/2009

à 00:24

Je trouve ces remarques très constructives et pertinentes.
Cela dit, parle-t-on des employeurs qui publient des annonces mensongères et une fois à l'entretien vous proposent un poste de qualification moindre?

Il y a le bon sens, certes, il y a aussi la démagogie de certain qui pousse à se lasser d'être optimiste.

Personnellement j'essaye de le rester, actuellement en poste et cherchant à évoluer dans ma carrière, j'ai dû envoyer plus de 155 candidatures pour 7 entretiens... sans compter les entretiens réussis où on vous dit " vous êtes trop jeunes pour vos compétences.."

Arrêter de vous plaindre chefs d'entreprises..... www.jerome-toscano.com ( mon cv en ligne)

> Répondre

Alexis

22/09/2009

à 00:14

Je comprends certes totalement ce problème (qui malgré tout me semble, pour ma part, totalement aberrant), mais la difficulté est qu'actuellement, tout candidat ne présentant pas ces signes de "je m'en - foutisme" et autres attitudes impardonnables, a malgré tout grand mal à se faire repérer dans ce grand marasme ambiant.

J'estime (et j'espère) ne pas être un décadent de la faute d'orthographe, je suis toujours arrivé à l'heure, et même en avance, à mes rendez-vous, et ce dans la tenue appropriée, mes candidatures sont toujours personnalisées, et pourtant la porte du premier emploi m'est actuellement toujours fermée...

Car oui, la tare actuelle n'est pas nécessairement de faire une ou deux fautes dans une longue missive de motivation, d'appliquer strictement le principe du "juste-à-l'heure" en entreprise, ou tout autre comportement indigne d'un postulant, c'est tout simplement le manque d'expérience qui empêche le recruteur de se pencher plus en avant sur notre profil.

Ainsi, au-delà des considérations de sémantique, d'horaire, ou autre, je pense qu'il serait également judicieux d'approfondir le dossiers de ces (nombreux) jeunes diplômés qui ne demandent qu'à travailler, et à qui on le refuse pour une "faute" qu'il ne peut leur incomber...


Un candidat plein d'espoirs, de volonté et d'envie, mais sans expérience...

> Répondre

Beuchet

21/09/2009

à 23:49

Pauvre petit recruteur. Je suis plein de compassion.
Ne devrait-il pas, lui aussi, s'adapter (voire évoluer) plutot que d'essayer de garder intact un système de recrutement
dont les regles (ringardes?) qu'il a fixées
datent d'un siècle.
S'il veut toujours assurer sa fonction, il devra bien se résoudre à prendre en compte les changements de comportement dans notre société.

> Répondre

denis

21/09/2009

à 22:54

et les bourdes des recruteurs, vous n'en parlez jamais.

petit florilège :

-"mais je vois que vous avez eu le bac en 96, vous avez redoublé quelle classe ?"

- ou encore après 2 entretiens passés pour un job, le recruteur ne se donne même pas la peine de rappeler alors que nous n'étions plus que 3 candidats

- encore plus fort, le poste décrit en entretien ne correspond plus du tout avec la description faite dans l'annonce

je pense que donner quelques conseils de savoir vivre et rappeler la simplicité aux recruteurs seraient salvateurs !

> Répondre

Trucnet4

21/09/2009

à 22:41

Ravi de voir que les recruteurs sont au bord de la crise de nerf !
Pour répondre dans l'esprit de votre article :
• Que dire des recruteurs injoignables aux heures de bureaux ? Ils ne commencent pas avant 11h00 (Pas encore arrivé me dit l'accueil téléphonique) et le repas s'éternise jusqu'à 15h00 (Parti déjeuner…).
• Des recruteurs pro de la langue de bois : «nous avons des profiles plus proches des critères de notre client » et qui continuent à passer des annonces pour recruter avec le même descriptif de poste pour la même société ! (Visiblement ils n'ont pas le plein de candidatures annoncé…)
• Des recruteurs qui n'ont pas le moindre vernis dans la culture du poste recherché : Citrix à quoi ça sert en informatique ?
Rassurez moi, les touristes ne sont pas tous du côté des candidats !
Vais-être publié ou censuré ?

> Répondre

Thierry JARLET

21/09/2009

à 22:32

Bonjour,
Vos remarques sont bienvenues et votre site reste, pour moi, le plus riche en offres potentielles. Pour avoir moi-même recruté souvent, je suis étonné, en retour, du faible nombre de recruteurs qui répondent et du nombre élevé de cabinets qui font répondre par une machine que "sans réponse" sous 8 jours, ou 1 mois, leur réponse sera implicitement négative. En 25 ans de carrière, en partie RH, je n'ai jamais laissé une lettre sans réponse. Et pour être maintenant un observateur (actif) des politiques de RSE (Responsabilité Sociale d'Entreprise), je trouve qu'un comportement constructif vis à vis des candidats malheureux qui ne respectent pas les règles, socialement plus responsable qu'une simple adhésion à la Charte de la Diversité, consisterait à commencer par les respecter soi-même. Cordialement
Thierry Jarlet

> Répondre

de chande

21/09/2009

à 22:24

.n'importe quoi!
critiquer les candidats est une habitude minable
comment expliquer que ces braveS recruteurs en quasi faillite soient incapables de donner une description ecrite d'un poste, un organigramme détaillé et les resultats en CA
la verité est qu'il y a si peu de poste à pourvoir que les recruteurs croulent sous les candidatures et la selection est peu compliquée
Quand est ce que vous parlerez des fausses offres d'emploi et des pratiques de consultants qui ont tellement de boulot qu'ils sont aux RMI !

> Répondre

hunter

21/09/2009

à 22:09

Pour ce qui de la question "c'est payé combien", je comprend le candidat à qui l'on propose systématiquement le smic pour toutes ses années d'études et d'expérience, de couper court la discussion en posant une telle question, les recruteurs n'ont pas de temps à perdre, nous non plus.

> Répondre

Marco

21/09/2009

à 21:58

Franchement, faisons tourner les chaises et regardons maintenant le niveau de professionalisme des recruteurs .... Sans rire, ils ont ce qu'ils méritent, c'est tout de meme eux qui ont commencé a jouer au jeu du plus nul, a ne pas répondre a des candidats qui s'étaient déplacés pour 1 voir 2 entretiens, a faire attendre 1 heure un pauvre gars dans une salle d'attente avec pour seule distraction des Auto Journal présentant la renault 21 ( pour les plus jeunes, elle est sortie en 1985, oui je sais j'exagére un peu .... ) a se vanter qu'ils passaient en moyenne 13 secondes sur un CV pour la phase 1 de classement / sélection ! Tout cela je ne l'invente pas, ont est des centaines a l'avoir vécu, alors aujourd'hui ils ont des candidats qui se sont adaptés a leur niveau de sérieux, qui passent 13 secondes sur leur CV et le balancent en e-mailing aux 228 entreprises ayant une activité similaire, bref on est au niveau de la Nulité totale partagée, du manque de professionalisme ultime et mutuel et la ils se plaignent encore ..... Et les gars retroussez-vous les manches et allez chercher des clients au lieu de vous plaindre a Cadremploi !
P.S. j'ai mis des grosses fautes exprés rien que pour qu'ils puissent dire que ceux qui disent du mal d'eux c'est que des tocards .....Bon courage a ceux qui cherchent, c'est pas facile mais on est de tout coeur avec vous ... Keep fighting !

> Répondre

Moncel

21/09/2009

à 21:11

Rèvons un peu : et si les recruteurs se comportaient comme de vrais professionnels, honnètes, respecteux des candidats,mettant en face du candidat une personne qualifiée (on ne recrute pas un DG comme un novice en nettoyage achèterait un paquet de lessive) répondant aux propositions par un courrier adapté et non un vulgaire émail standard.
le viel adage qui se ressemble s'assemble s'applique toujours, le futur employeur a chois son chagé de recrutement à son image, pitoyable parfois...

> Répondre

Fabien Delaunay

21/09/2009

à 18:42

N'importe qui peut faire du recrutement sans aucune compétence. Ce moteur de recherche qui fait rêver me convoque à Paris pour un entretien. Je devais être recu par X qui sur place, ne répond ni au tél, ni aux emails. 1 H à attendre. Quand des employés sortaient des bureaux on demandait « z'avez pas vu X ? » Non personne ne l'a vue. On peut lancer des gadgets et etre incapable d'utiliser un agenda. J'ai demandé des explications au responsable France. Réponse cinglante : « c'était à moi candidat de savoir qu'ils seraient en retard ». Après 1H d'attente à jongler avec coussins colorés devais je entrer de force ? You're already evil.

Autre rendez vous à Sophia Antipolis. Plus de 1000 km. Sur place regard ahuri de la secrétaire « il est en rendez vous extérieur ». il ne répond pas au téléphone. Plus de 1000 kilometres pour RIEN. Mossieur a oublié.

Passez chez Michel… et ses offres d'emploi… dont une qui porte le titre de mon précédent boulot et les mêmes taches. Le recruteur me rappelle après le 1er entretien pour me dire texto « j'ai un copain à placer, il veut bouger. Bon il n'a pas les compétences mais il apprendra ».

Cet autre recruteur qui n'a jamais entendu parler de grande école. Entretien téléphonique « ah ben non je connais pas ! Bon ben je vais marquer Fac à la place ! »

La foldingue du 16eme qui vous reproche un MBA auto financé qui « forcément incite l'employeur à vous licencier des votre retour ».

La recrutrice aux méthodes pourries du sud ouest: feuilles de paie (illégal), enquête de voisinage, appel aux homonymes et comme à la télé l'appel à un voisin pour des renseignements (est ce que je recycle mes déchets, ca influence mes compétences). Son cabinet a pour siege une maison particulière. Elle ne parle pas un mot d'anglais sous traite la vérification du niveau, pourtant Miss Maggie devrait parler anglais.

Des dizaines d'exemples: pour ces raisons, je privilégie les entreprises qui recrutent elles mêmes.

> Répondre

+