Réponse automatiquement correcte

Publié le 06 août 2007 Sylvia Di Pasquale

Des vacances ? Quelles vacances ? C'est pas en se la coulant douce dans une magnifique villa de Wolfeboro (côte est et chic des Etats-Unis) ou dans une caravane pliante de Palavas-Les-Flots (côte sud et surpeuplée de France) que l'on pourrait assurer notre indispensable service. Franchement, comment pourrions-nous rester à l'affût des dernières tendances du recrutement en restant allongé dans un transat, couvert de crème solaire indice 40 ? Certes, les indispensables auteurs d'études sectorielles, d'avis d'experts ou les traceurs de courbes d'embauches de cadres des nouvelles techno comme de l'industrie lourde font comme tout le monde ces derniers jours : ils font la queue pour acheter un cornet de glace sur le port de Saint-Martin-en-Ré, de Saint-Raphaël de Saint-Tropez ou des autres canonisés balnéaires.

Du coup, au cours de la semaine écoulée, la seule info croustillante concernant le recrutement nous vient de ce fabricant de missiles, obligé de mettre les bouchées doubles pour livrer en temps et en heure les joujoux d'un colonel libyen. C'est peu. Mais cette pauvreté de l'actualité, loin de nous arrêter, nous motive. L'info refuse de venir à nous ? Allons la débusquer, jusqu'au fond du dernier bureau, de la plus petite agence, du plus petit des plus petits cabinets de recrutement ou de la plus micro PME s'il le faut. Opération coup de fil à tous nos indics et interrogatoire façon garde à vue. « Alors Brice, tu nous le dis comment il se porte, le marché de l'emploi dans le secteur de la roulette de dentiste en aluminium brossé ? ». Sauf qu'à la place de Brice, on tombe sur son répondeur, qui nous précise que le sieur est « actuellement absent » mais qu'il « prend quotidiennement connaissance de ses mails ». Et ça veut dire quoi, ça ? Qu'il est en vacances ou en longue maladie ? Tant pis pour Brice, tentons de joindre Christine de chez Michael Front, une hyperactive bien connue pour être toujours joignable.

D'abord par mail. Pas de chance, une réponse automatique revient en boomerang dans le plus pur style flou artistique : « Actuellement en déplacement, je reste néanmoins joignable sur mon portable. » Un 6 août, forcément, on se pose la question : la déranger sur son lieu de vacances ou laisser tomber ? La curiosité l'emporte. Mais le message de son répondeur met fin au suspense : « Actuellement en déplacement, je prendrai connaissance de votre message dès mon retour. » C'est agaçant cette manie de dissimuler le simple fait d'être en vacances. Tout autant que celle, qui consiste à s'afficher joignable urbi et orbi pour au final n'y être pour personne. Pas découragé pour autant, essayons le 06 d'Alain : avec un sérieux papal, Aurélien, 6 ans et demi, décroche et m'annonce que « Papa est en réunion mais je vous conseille d'essayer le texto parce qu'il a son Blackberry sur lui. » En arrière fond, des bruits de plongeon dans une piscine, des crincrins de cigales... Trop dur de bosser dans des conditions pareilles.

Alors forcément, face à ces pros de la dissimulation, on se demande ce que l'on fait là, rivée sur notre chaise de bureau, même si son ergonomie frise le parfait. On finit même par se dire que l'on serait tout aussi bien un peu plus loin. Tout près du sable ou de l'herbe verte. Et qui sait si, le soir venu, on ne tomberait pas sur Brice, Christine ou Alain, bras tendus vers le ciel, enfiévrés par un DJ en plein mixage de « Donnez-nous mille colombes » version dancefloor. Après tout, aller à la source de l'info réclame parfois des sacrifices.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :