RIP, le statut cadre ?

rip-le-statut-cadre-

Sylvia Di Pasquale

04/03/2019

Les cadres n’ont jamais été aussi nombreux, et pourtant ils sont peut-être les derniers de leur espèce. Le fameux statut cadre français semble devenir la cible des réformes simultanées : celle de la retraite, celle de la formation mais aussi celle des indemnités chômage.  Des assauts répétés qui pourraient bien inciter les employés en pleine évolution et les jeunes diplômés à se dire : à quoi bon ?

C’est que, jusqu’à présent, devenir cadre correspondait à certains avantages. Certes avec des cotisations plus lourdes sur le salaire, mais qui étaient compensées par une retraite plus élevée à l’heure de raccrocher. C’était sans compter avec la fusion des caisses de retraite complémentaires depuis le 1er janvier dernier, qui risque d’émousser cet avantage. (Lire notre article Retraite complémentaire : ce qui change pour les cadres depuis le 1er janvier 2019). Du coup, à quoi bon ?

L’autre avantage du statut cadre, était lié au garde-fou qu’il procurait en cas de perte d’emploi : deux ans d’indemnités chômage à taux plein, ce qui, pour les seniors, premières victimes des dégraissages, était une garantie de pouvoir se retourner vers une autre activité, ou de se laisser le temps de retrouver un job. Car l’on sait que le plein emploi que connaissent les cadres, avec seulement 3,5 % de cols blancs sans emploi, ne concerne pas les quinquas, ou si peu. Mais la réforme à venir pourrait raboter ces deux années du moins les rendre dégressives. Si elle n’abaisse pas le plafond des indemnités maximum en deçà du montant qu’ils pouvaient espérer toucher jusqu’à présent (voir notre article Les allocations chômage des cadres sont-elles menacées ?). Du coup, à quoi bon ?

D’accord, les cols blancs sont perdants sur leur retraite et sur les éventuelles indemnités qu’ils pourraient percevoir s’ils perdent leur emploi. Mais tout de même, le bon vieux statut leur assurait de bonnes formations, ce qui, en ces temps de révolution digitale, permet de rester dans la course. Dans sa boîte actuelle ou ailleurs. Mais la réforme de la formation venant, et le législateur s’apercevant que les cols blancs sont mieux et plus souvent formés que les autres, a décidé de déshabiller Paul pour rhabiller Pierre. Au lieu de saper tout le monde comme jamais (Lire notre article Big bang de la formation professionnelle : et les cadres dans tout ça ?). Du coup, à quoi bon ?

Avec ces trois coups de canif au statut des cadres, qui peut bien continuer à le défendre ?  Les employeurs y verront toujours un contrat en or et voudront continuer à octroyer ce graal de plus en plus fantoche.  Car il possède une qualité unique : le forfait jours. Grâce à lui, peu importent les 35 heures, les heures sup, les contraintes horaires et mêmes journalières. Une carotte magique qui ne coûte pas bien cher : à peine quelques jours de RTT supplémentaires. Sauf que les entreprises en question vont désormais ramer pour convaincre leurs employés d’adopter ce statut éclopé, comme elles vont ramer pour attirer des candidats, surtout les plus jeunes, qui se ficheront comme de l’an 40 d’être « cadre », si aucun avantage ne compense les inconvénients.

Alors, pour convaincre, les recruteurs pourraient bien faire la danse des sept voiles, avec une compensation salariale par-ci et une belle voiture de fonction par-là. Et au final, cette révolution du statut ne fera que des perdants : les entreprises qui verront leur masse salariale exploser, les cadres qui voient déjà leurs avantages ventilés, et même le pouvoir qui avait trouvé, au moment des élections, le cœur de son électorat parmi les cols blancs et qui risque de bouder. Du coup, à quoi bon ?

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

>> Sur le même thème :

Les cadres vont-ils devoir mettre la main à la poche pour se former ?

Le statut cadre va-t-il être ventilé façon puzzle ?

Les cadres ont-ils des horaires de travail


Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte