Riposte

Publié le 16 novembre 2015 Sylvia Di Pasquale

Riposte

Les événements de la nuit de vendredi à samedi nous ont sidérés. Mais ils ont aussi provoqué de petits et grands gestes de solidarité, de liens qui se sont créés. À travers tout le pays, les gens ont senti la nécessité de se retrouver, de se donner des nouvelles, de se rassembler, pour de vrai, ou pour de faux. En allumant de petites bougies ensemble, en cliquant sur un bouton Facebook pour dire qu’ils sont là, ou en accueillant les naufragés de la nuit de l’horreur, ils ont voulu dire à tous qu’ils étaient là, vivants, avec les autres. 

Cette forme de solidarité, née en janvier, et qui renaît en ces jours à nouveau sombres, produit de grands effets un peu trop éphémères, mais aussi de petites idées qui peuvent grandir. Comme l’association Viens voir mon taf. Elle est née après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher, et elle enfonce aujourd’hui le clou de la nécessité. Car ce qu’elle propose est concret, applicable immédiatement, et peut avoir des conséquences sur le monde de demain, pour qu’il soit moins violent que celui d’aujourd’hui. C’est une idée qui parle de mixité sociale, d’échange, d’abolition de la ghettoïsation et de la discrimination.

On le sait, nombre d’entreprises n’ouvrent leur porte qu’aux stagiaires de 3ᵉ issus du sérail : enfants du personnel ou amis. C’est évidemment la meilleure manière de reproduire les castes, de rester entre-soi et d’en exclure tous les autres, ces intouchables. C’est pour casser cette forme de communautarisme que deux journalistes d’Europe 1 et de France 5, Virginie Salmen et Mélanie Taravant, ainsi qu’une prof de banlieue, Gaëlle Frilet, ont fondé leur structure. Elle est opérationnelle depuis la rentrée de septembre et s’adresse aux collégiens qui n’ont d’autre choix que de faire leur stage dans le premier kebab venu, ou dans l’un des services de leur mairie. Parce qu’ils n’ont pas de piston.

Elle s’adresse à tous ceux qui rêvent aussi d’une carrière d’avocat, de chercheur ou d’ingénieur du son. Sur le site de l’association, eux et leurs professeurs vont découvrir que passer une semaine en stage d’observation au Grand Journal de Canal Plus, c’est possible sans être le neveu de Maïtena Biraben. Ils vont s’apercevoir qu’un cabinet d’architecte est accessible, même quand on est issu d’un collège du 93 classé en Réseau d'éducation prioritaire (anciennes ZEP).

Évidemment, ces jeunes ne deviendront pas forcément les Antoine de Caunes ou les Jean Nouvel de demain. Mais ils sauront, et se souviendront, que les barrières qui les séparent de cet autre monde sont moins solides qu’ils ne l’avaient cru. Et lorsque l’on se tend la main, de part et d’autres, l’on est moins enclin à se haïr.

@Syl_DiPasquale © Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :