Salaires : prendre des responsabilités paie moins pour les femmes que pour les hommes

Publié le 02 mars 2020 Sylvia Di Pasquale

ÉDITORIAL EFFRONTÉMENT OPTIMISTE – A responsabilités égales, on savait déjà que les femmes cadres gagnaient moins que les hommes. Mais – surprise ! –, une nouvelle étude de l’Apec nous apprend que plus les femmes sont promues, plus l’écart salarial augmente. En clair : prendre des responsabilités ne paie pas forcément. Pire, plus elles s’approchent du sommet, plus le plafond de verre se transforme en plafond de titane. Pourtant, rien n’est perdu !
Salaires : prendre des responsabilités paie moins pour les femmes que pour les hommes

On nous aurait donc menti ! Voilà des lustres qu’on nous rebat les oreilles avec cette équation et sa solution : chez les cadres, si les hommes gagnent en médiane 16 % de plus que les femmes , c’est parce que ces messieurs sont chefs, et que ces dames restent sous-fifres. La preuve ? La pléthore d’hommes cadres dirigeants et le peu de femmes au postes de pouvoir dans les entreprises. Sauf que, si l’on en croit l’Apec*, cette bonne vieille démonstration ne tient pas la route.

 

Les femmes voient l’évolution de leur rémunération ralentir au fur et à mesure de l’avancée de leur carrière.

 

C’est que l’Association pour l’emploi des cadres s’est penchée sur les salaires des femmes qui ont réussi à briser le plafond de verre. Déjà, les enquêteurs ont dû sérieusement enquêter, puisqu’elles ne sont que 31 % à encadrer des équipes et seulement 25 % aux postes de direction générale. Mais une fois identifiées, ils ont eu une grosse surprise en épluchant leurs fiches de paie et en les comparant avec celles de leurs homologues masculins, à profils identiques (âge, ancienneté, secteur d’emploi).

 

A travail égal, salaire inégal

 

Car si l’écart médian des salaires entre les hommes et les femmes cadres est globalement de 8 %, à profils équivalents,

  • il monte à 10 % chez les managers
  • et s’envole littéralement à 21 % chez les cadres devenus dirigeants

 

Il faut se rendre à l’évidence : prendre des responsabilités ne paie pas forcément. Pire,

 

plus les femmes s’approchent du sommet, plus le plafond de verre se transforme en plafond de titane

 

Moralité : Mesdames, mieux vaut affûter vos stratégies d’ascension car il semble que vous ne soyez pas les bienvenues au sommet. Du moins pas partout.

 Heureusement, des "roles models" ont ouvert la voie et ont testé pour vous : 

En attendant, le 8 mars prochain, lors de la Journée internationale des droits des femmes, ne laissons pas proliférer les discours invoquant ces promos à saisir à tout prix pour se rapprocher du sommet. Ou alors, demandez à leurs auteurs comment ils s'y prennent pour percer le titane.

Lire aussi >> Femmes, cadres et féministes : elles témoignent

 Dessins de Charles Monnier

* Observatoire de l’emploi cadre, Apec, collection Trajectoires, février 2020. Basé sur le baromètre annuel de la rémunération des cadres (Apec) portant sur les salaires de 2013 et de 2018. L’enquête est réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 17 000 salarié·e·s cadres, en poste, du secteur privé.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :