1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Seniors, le plan B des recruteurs

Seniors, le plan B des recruteurs

seniors-le-plan-b-des-recruteurs

Sylvia Di Pasquale

17/07/2017

Les plus pessimistes parlent d’une embellie. Tous les autres évoquent sans complexe l’euphorie. L’emploi des cadres est en hausse de 5 % cette année par rapport à l’an passé, et de 50 % par rapport à 2013. Davantage, ce serait suspect. Même les juniors et les seniors sont embarqués dans ce TGV du retour au boulot, ou du premier boulot. C’est dire l’ampleur du phénomène. Pourtant, les plus de 45 ans, ont toujours été les mal-aimés de l’entretien, et les absents des shortlists de l’embauche finale. Alors que se passe-t-il ? La hausse de 7 % qui concerne leurs recrutements est-elle liée à une soudaine prise de conscience des dirigeants et DRH se sentant investis d’une mission : ne pas laisser les plus de 20 ans d’expérience sur le carreau ?

Lire aussi : 58 % des entreprises veulent recruter des cadres au troisième trimestre 2017

La réponse de cette embellie dans l’embellie se niche plutôt dans le pragmatisme que dans l’éthique. C’est que, selon les quelques chiffres livrés par l’Observatoire de la parentalité, 93 % des salariés considèrent que l’équilibre entre vie pro et perso est super important. Ils sont d’ailleurs 73 % à manquer de temps dans leur job actuel. Résultat : s’ils consentent à changer d’entreprise, leur première demande concernera cet équilibre, ce temps rien que pour eux, pour leur vie à eux, leurs enfants à eux, et leur partie de squash à eux.

Alors les DRH s’activent, parce qu’il le faut bien. Ils cogitent tard le soir pour mettre sur pied des chartes interdisant les réunions après 18 heures. Ils viennent bosser tôt le matin pour préparer la fiche de poste du futur directeur du bonheur. Ils se plient en quatre pour que les jeunes candidats ne soient pas pliés en deux en apprenant que l’entreprise ne leur propose ni conciergerie, ni télétravail.

Et puis il y a d’autres DRH, d’autres dirigeants, d’autres entreprises, qui font comme au bon vieux temps. Ceux-là considèrent qu’un ministre du bonheur au codir c’est à hurler de rire, qui pensent que le télétravail c’est réservé aux utopistes des start-up et s’imaginent que les concierges doivent rester cantonnées à leurs loges. Des ringards ? Peut-être. Sûrement. En attendant, elles sont encore nombreuses ces boîtes-là. Et plutôt ravies de tomber sur des quinquas qui n’ont plus d’enfants à récupérer à la sortie de la garderie, qui ne connaissent pas les règles du squash et ne sont pas fâchés d’avoir une petite réu en fin de journée qui leur évite de regarder Touche pas à mon poste. Ces entreprises là, les seniors devraient les sélectionner, y candidater. Mais il n’y a pas que dans celles-là qu’on peut leur ouvrir les bras.

Les modernes, les boîtes à charte, à concierges et à happiness officers, risquent, elles aussi d’avoir besoin d’eux. Pas comme premier choix – ne rêvons pas –, mais par défaut. Car, foin d’hypocrisie, ce retour d’affection s’explique surtout par cette période de plein emploi, et donc de pénurie de certaines fonctions. Aux seniors d’en profiter, d’en abuser et de prouver qu’entrés en qualité de plan B, ils sont devenus indispensables avec un grand A.

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

 

16

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Nico

22/07/2017

à 14:16

Sur quoi s'appuie ce papier, visiblement écrit le temps d'une pause dans un cybercafé ?
Sur des entretiens approfondis auprès d'employeurs ? Sur des données solides?
Faut-il se plaindre que la jeune génération soit à la recherche d'un meilleur équilibre vie professionnelle / vie privée.
Dans les incubateurs de start-up, la journée se finit effectivement le plus souvent à 18:00. Est-ce un signe de non performance ?
Ces propos sont tellement caricaturaux qu'ils sont offensants de bêtise à la fois pour les Gen Y/Z et leurs aînés.

> Répondre

Manu

19/07/2017

à 09:35

D'une façon générale les présentations des Rh sont "déconnectées" des réalités du terrain . De plus à 58 ans cadremploi me dit d'attendre la retraite alors que je n'ai pas envie d'arrêter de travailler . j'y suis contraint pour le moment (licenciement)
Alors éthique , garderie , squash etc me paraissent hors sujet pour être poli.

> Répondre

Cozic Thierry, sixCBX

19/07/2017

à 00:30

Il m'aura fallu atteindre 55 ans pour découvrir le chômage et un marché du travail extraordinairement cloisonné, segmenté au-delà de la raison. On a beau adapter ses prétentions au "prix de marché ", accepter de déménager, offrir plus de qualifications et d'expériences que le recruteur n'en réclame, avoir un parcours sans faute, faire confiance aux chartes sur la diversité : encore et toujours le mur de l'âge. Alors si les lois du marché nous donnent de nouvelles opportunités, entreprise au management new age ou "à l'ancienne " ça m'est égal: je fonce et j'y reste.

> Répondre

Telbor 05

18/07/2017

à 22:14

Bonjour,
Quinqua de 58 ans je viens de signer pour un nouveau job de commercial "terrain" . Nouveau job secteur étendu clientèle élargie , avec projet de coaching pour les nouveaux entrants bref le groupe qui m a embauché sait ou il va. Il m a été dit en entretien d'embauche on remplace un senior par un senior (je prend la place d'un départ a la retraite fin 2016) secteur vente de produits aux pros du secteur auto.
Je pense qu'une partie de l'embauche des anciens tient autant dans la tête des seniors que celle des drh.
Le marché de l emploi reste un MARCHE ou l on doit se vendre et trouver le bon "acheteur" de notre produit. Il n y a pas de mauvais produits il n y a que des produits non adaptés au besoin des acheteurs.

> Répondre

Valérie

18/07/2017

à 18:44

Bonjour,

J'apprécie en général vos billets. Mais je dois dire que celui-ci me laisse perplexe. Vous avez une vision bien étrange des "quinquas".

Figurez-vous que les quinquas connaissent les règles du squash, voire même qu'ils y jouent ! Si, si, je vous assure.

Par ailleurs, s'ils n'ont plus d'enfants, ils ont souvent des petits-enfants avec qui ils aiment passer du temps, et pourquoi pas aller les chercher à la sortie de l'école de temps en temps.

Enfin, même s'ils ne sont pas fan de "Touche pas à mon poste" (mais ils savent très bien à quoi ressemble l'émission), ils ne sont pas dépassés au point de n'avoir pour seule ambition de fin de journée qu'une réunion 18h-20h...

Si c'est là votre vision des quinquas, nous avons en effet du souci à nous faire.

Je vous laisse, j'ai kung-fu à 19h.

Une quinqua qui vit avec son temps.

> Répondre

mzg

18/07/2017

à 15:49

je suis une "sénior" de 55ans expérimentée dynamique organisée et rigoureuse avec de nombreuses compétences et je reste malgré tout un plan C ou D même dans une région hyper dynamique j'ai clairement 10ans de trop pour retrouver un emploi rapidement.....Alors le plan B c'est moi qui vais le trouver en reprenant une formation dans le funéraire pas forcément très "fun" mais un secteur porteur pour les séniors

> Répondre

NATHALIE

18/07/2017

à 15:48

Le vrai problème c'est qu'en France, la discrimination par l'âge est encore permise. On se bat sur tous les fronts contre toutes les discriminations mais personne ne parle de l'attitude anti vieux. J'ai 52 ans et l'air d'en avoir seulement 40. Aux USA j'aurais du travail tout de suite, en Europe, je n'arrive même pas à l'entretien. Ce qu'il faut obtenir c'est une législation anti- discrimination qui interdit à la fois photographie et date de naissance sur le CV.

> Répondre

En réponse à NATHALIE

Véronique

25/08/2017

à 19:22

Bonjour Nathalie
Il n'est pas obligatoire d'indiquer son âge, sa date de naissance et de joindre une photo à son CV. Nouvellement quinqua, je n'indique pas mon âge sur mon CV. On peut le deviner par mes diplômes, ça suffit. Je mets une photo. J'ai eu récemment un entretien d'embauche.

> Répondre

En réponse à NATHALIE

Daniel

18/07/2017

à 18:32

Je peux témoigner de la discrimination à l'embauche due à l'âge.
> J'ai arrêté de mettre ma date de naissance sur les CV
> Je donne la date de mon diplôme d'Architecte, et j'indique la chronologie de mes formations post diplôme. Et je fait un CV par compétences.
> Cela me rajeuni bien, puisque j'ai fait d'autres études avant et que je n'ai présenté mon travail de diplôme qu'après avoir travaillé quelques années.
Lors d'un entretien, je démarre ma présentation à partir de ce diplôme, et à ce moment on me coupe la parole et on me demande l'année d'obtention de mon Baccalauréat !
> j'ai tout de suite compris que c'était pour calculer mon âge !

> Répondre

En réponse à Daniel

Véronique

25/08/2017

à 19:24

Bonjour Daniel
En effet cette question est déplacée et montre l'éthique du recruteur.

> Répondre

En réponse à NATHALIE

sév

18/07/2017

à 18:29

La date de naissance ainsi que la photo ne sont pas obligatoires. Sur le CV vous pouvez donc les enlever pour ainsi passer les entretiens. Bien sur suivant la date de passation de son bac on se doute bien que vous n'êtes pas le "perdreaux" de l'année !. Le CV est un outil de communication. Lorsqu'on sait que cette donnée peut vous fermer des portes, on peut éluder certaines infos... Ne pas dire n'est pas mentir...

> Répondre

En réponse à NATHALIE

Monia

18/07/2017

à 18:23

Bonjour,
Meme si la date de naissance et la photographie sont enlevés du CV, à l'entretien le recruteur constatera l'âge et vous enverra un mail de refus. Il faut plutôt un renforcement dans l'incitation fiscale à embaucher des seniors, il n'y a que cela qui fera changer les choses .

> Répondre

En réponse à Monia

Véronique

25/08/2017

à 19:30

Toutes les mesures sont pour les juniors. D'ailleurs à lire les statistiques du chômage de juillet 2017 (variation sur un an), on note moins de 25 ans = - 3,6 % et les 50 ans ou plus = 3,4 %

> Répondre

Sediri line

18/07/2017

à 13:02

Je suis une femme de 60 ans dynamique d'excellente présentation sans aucun problème de santé j'ai de nombreuse compétences dans divers secteur d'activité j'ai été chef d'entreprise pendant plus de 17 ans et malgres tout cela je ne trouve pas de travail ont ma ranger au placard domage car sans prétention je peut énormément apporter à une société.

Ayant besoin et envie de travailler j'ai trouver en cdd un poste d'agent d'entretien dans un camping je travaille qu'avec des jeunes qui se plaignent du matin au soir de travailler le samedi dimanche jour ferier elle sont fatiguer et ce mette en maladie sans cesse.

Et moi senior trop contente de travailler assure le travail.

Alors oui les DRH devrais se tourner vers les senior moi c'est ce que je ferais si demain je devais à nouveau avoir une entreprise.

> Répondre

germ1

18/07/2017

à 12:03

Bon article mais toutefois un peu cliché, un quinqua aspire également à une vie personnelle.
En réalité, ce sont ceux pour qui leur travail est 80 % de leur vie qui acceptent de se donner plus que de raison à leur employeur.
En tous cas, c'est une bonne nouvelle pour nous (les séniors de plus de 45 ans !!!...)
Enfin, c'est quand même hilarant de faire rimer "séniorité" avec "bientôt retraité" des 45/50 ans qui ont "encore" 15 à 20 ans de carrière professionnelle devant eux !
Quoi qu'il en soi, l'entreprise a besoin de diversité ans tous les sens du terme y compris en âge afin de faire profiter les "jeunes de moins de 45 ans" de la sagesse des plus anciens, la transition entre les "anciennes" et les "nouvelles" règles de vie professionnelles passe par l'embauche de "séniors".

> Répondre

En réponse à germ1

Daniel

18/07/2017

à 19:54

Je suis assez d'accord avec le commentaire de "germ1" !
… Bien sûr il ne faut pas réduire les gens à une caractéristique de leur tranche d'âge !
Mais j'ai constaté dans mon agence des jeunes sans expériences qui ne songeaient pas à faire une minute supplémentaire pour compenser les erreurs, ou qui bâclaient le boulot pour finir à l'heure !
> Je me suis rendu compte que certains jeunes cherchaient surtout à se faire une première expérience !
… Ce qui m'a couté assez cher !
… Et ça m'a éloigné de ma famille de nombreuses soirées !
> J'aurais dû embaucher un sénior qui sache travailler !
… Certes j'ai vu aussi des jeunes sérieux !
Mais les entreprises devraient s'intéresser aux seniors avec de bonnes qualités relationnelles, qui soient capables de transmettre des choses essentielles pour l'entreprise, en plus du savoir faire :
> Le sens du travail d'équipe,
> Le sens du service rendu au client et du travail bien fait !
… Mais, là, je suis peut être trop « ringard » ? Non ? ;-)

> Répondre

+