1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Tous des Charlie, en entreprise aussi

Tous des Charlie, en entreprise aussi

tous-des-charlie-en-entreprise-aussi

Sylvia Di Pasquale

12/01/2015

Tous des Charlie, en entreprise aussi

Depuis mercredi midi, la France s’est figée, stupéfiée, relevée et solidarisée. Elle s’est tue jeudi pour une minute de silence, elle a défilé dimanche et collé des « je suis Charlie » les plus gros possibles. Mais pas seulement la France des familles, des écoles, des services publics et des institutions. La France des entreprises aussi. Recenser ici toutes celles qui ont respecté une minute de silence en hommage aux victimes des attentats reviendrait à citer presque in extenso la base de données des immatriculations au registre du commerce.

Énumérer toutes celles où le bandeau noir s’affiche sur le site internet, le fil twitter, dans les mails, sur les vitres des bureaux et jusque sur la poitrine de leurs salariés seraient tout aussi long. Évidemment, il y a toujours quelques ratés, incompréhensions ou dérapages, comme ici. Mais depuis mercredi midi, la France des open space et des ateliers a changé.

Car pour la première fois peut-être un mouvement de solidarité s’est créé de façon totalement spontanée, et pas seulement dans les entreprises de presse. Il n’a fallu aucune suggestion de la direction, de la DRH ni du comité d’entreprise. Les salariés, saisis par l’ampleur de l’émotion, s’en sont emparée, l’ont portée pour la partager. Ensemble, entre collègues et souvent avec leur boss.

Hélas, cette solidarité vécue dans les entreprises de l’Hexagone durant cette semaine noire ne va  pas durer. Parce que le temps chasse l’émotion. Mais tous ceux qui l’ont vécu se souviendront de cette bulle d’air dans ce drôle d’univers. Un univers que l’on pensait farouchement individualiste, et que l’on a redécouvert collectif. Un univers où les désabusés de l’idéal sont redevenus une foule sentimentale.

 

@Sylvia Di Pasquale

Dessin de Charles Monnier © Cadremploi 

5

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

francky

16/01/2015

à 15:00

Ce n etait pas Charlie mais Hara Kiri, ne confondez pas les torchons (charlie hebdo) avec les serviettes (Hara Kiri).

Je NE suis Pas Charlie...

Et d'ailleurs si la France n'avait une politique étrangère comme elle l'a, JAMAIS, cela ne serait arrivé...

"Quand le sage montre la Lune, le sot regarde le doigts".
A vous lire vous m'avez tous l'air de regarder le doigts !!!!

Arrêtons avec cette opération marqueté jusqu au bout des ongles...

> Répondre

19cadremploi

14/01/2015

à 17:50

Chez nous ,tout comme la grève des Pharmaciens il y a quelques temps,la minute de silence n'a pas été respectée.
Mes boss n'ont de respect pour personne. Dommage...

> Répondre

toto

14/01/2015

à 14:13

Je suis partout et je suis chacun d'entre nous, car je suis Charlie.

> Répondre

cococool

13/01/2015

à 10:01

Article qui fait chaud au coeur ! compte-tenu que dans les entreprises visitées, les salariés sont tous soumis au stress, inciter à l'individualisme et à l'obligation de résultat sans recul sur le travail réalisé et sur l'aspect de solidarité !
il faut une catastrophe, une abomination pour qu'un élan de compassion et de solidarité s'éveille enfin !

> Répondre

futur retraite

13/01/2015

à 09:14

Jeune Homme je fus lecteur de Charly Car j'appréciais l'humour noir du Professeur choron Il était un illustre membre de l'équipe journalistique voire le fondateur du journal Aussi je suggère aux gens de lire ou relire Les Jeux de con du professeur Choron, Éditions du Square, 1971

Son cynisme m'évoquait Diogène

J'évoque sa mémoire ; car il était autodidacte Ce qui rend son œuvre encore grande

> Répondre

+