Tous voyeurs ! Quand la téléréalité s’incruste en plein télétravail

Publié le 30 mars 2020 Sylvia Di Pasquale

CONFINEMENT - Depuis le passage au télétravail forcé, la visioconférence est devenue le canot de sauvetage de la cohésion d’équipe. Tout bon manager a converti ses troupes au rituel de la réunion tous-ensemble-à-distance. Confinement ou pas, l’interactivité est la nouvelle religion. Mais ces messes permettent aussi de mieux connaître ses collègues. Parfois mieux qu’en les côtoyant chaque jour dans l’open space.
Tous voyeurs ! Quand la téléréalité s’incruste en plein télétravail

Il n’a pas que des inconvénients ce confinement. Comment s’habille François de la compta quand il n’est pas au bureau ? C’est quoi la déco de Juliette du market chez elle ? C’est qu’au bureau, ils ne sont pas vraiment eux. Ils ont revêtu leurs fringues d’apparat, leur tenue de boulot. Alors que depuis quinze jours, on les retrouve tels qu’ils sont dans la vraie vie, en visioconférence grâce à Zoom, Google truc ou Skype bidule, tous les matins, et parfois deux fois par jour, par le truchement d’une webcam. Une technologie salutaire pour reproduire le moment essentiel de la vie pro du cadre –  à savoir la réunion – mais qui transforme tout le monde en voyeur à l’insu de son plein gré.

Dans une visioconférence, l’œil ne s’attarde pas que sur la bonne mine du collègue. On ne regarde, en fait, que ce qui compte réellement à ce moment-là : sa tenue et son intérieur, jusque dans les moindres détails. Dans les réunions à 12 ou 28, c’est encore pire puisque les occasions de distraction se multiplient.

 Lire aussi >> E-apéro, e-cafés, e-rituels : comment les télétravailleurs gardent le lien entre collègues

 

Forcément, le télétravail incite à la détente. Dans les tenues masculines au top tendance depuis quinze jours, on trouve le sweat à capuche, largement en tête devant le col en V. Avec l'arrivée du printemps et la hausse des températures, le t-shirt à message ne va pas tarder à prendre la corde. Chez les filles, le pull est plutôt informe, sans coupe, mais ultra-confort. Des tenues qui ont l’avantage de rétablir l’égalité entre tous, fut-elle seulement vestimentaire. Mais ces tenues confinées permettent aussi d’humaniser ceux et celles qu’on pensait distants. Tout bêtement parce qu’on a le même sweat qu’eux.

Il est un autre domaine révélateur des collègues que l’on connait peu. C’est celui de la décoration intérieure. Ne nous leurrons pas : dans la plupart des cas, derrière le confcalleur que l’on regarde, se dessine généralement une page du catalogue Ikea plus ou moins bien rangée. Mais parfois, se révèle une cuisine, une chambre ou un bout de salon où traine de la vaisselle, des fringues éparpillées ou des restes d’un apéro de la veille.

Des éléments disparates, des indices d’une vie jusqu’alors restée intime. D’autres vies de confiné que la nôtre par webcam interposée et qui fait de nos collègues et collaborateurs des gens si loin si proches. Plus encore qu’à l’époque de l’open space.

Dessin de Charles Monnier

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :