1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Tout travail mérite salaire, même si c’est une passion

Tout travail mérite salaire, même si c’est une passion

tout-travail-merite-salaire-meme-si-cest-une-passion

Sylvia Di Pasquale

09/07/2018

Ils sont 70 artistes à être montés au créneau, de Paul McCartney à Jean-Jacques Goldman, au nom des moins connus. Las. Les eurodéputés n’ont pas entendu leurs voix. En tous cas, pas suffisamment pour qu’ils soient justement rémunérés. C’est ce que l’on peut déduire du retoquage, le 5 juillet dernier, du projet de directive européenne réformant le droit d’auteur, que ces artistes soutenaient et que les Gafam ont réussi à contrer.

Ces derniers pourront donc continuer de diffuser à leur guise, et pour une somme ridicule, les œuvres de ces artistes, comme ceux de tous les autres, mais aussi toute la presse mondiale, pillées par Facebook, Youtube ou Google.

Un peu comme si TF1 diffusait la coupe du monde de foot sans reverser le moindre fifrelin à la Fifa, ou si le premier multiplexe venu projetait les Indestructibles 2 sans payer les ayants droits du film. Tout en encaissant des tickets d’entrée, ou le prix des écrans de pub en ce qui concerne la Une.

Ce refus de la directive, que les géants du Web américains ont obtenu en laissant croire aux internautes qu’il s’agit là d’une attaque frontale des grands principes de la liberté du Web, marque en tous cas l’entrée officielle de nos sociétés dans l’ère du bénévolat. Une gratuité qui s’applique à l’art, au sport ou à toute passion, au nom de la fin de la professionnalisation des dites passions.

C’est vrai, quoi : pourquoi demander rétribution contre quelque chose que l’on fait par plaisir, par goût, par vocation chevillée ? 

Si l’on suit le raisonnement de nos eurodéputés, n’essaient-ils pas de nous dire, d’une manière très insidieuse, et sûrement totalement inconsciente, que le vrai travail n’est pas quelque chose de choisi, mais de subi. L’on ne rémunère que le tripalium, le boulot pénible. Quand on a fini de l’exercer, on peut se distraire, se cultiver, réfléchir. En regardant, en lisant et en écoutant, des artistes, des intellectuels et des journalistes qu’il est inutile de rémunérer puisqu’ils exaucent leurs vœux en dehors de leurs heures de boulot, c’est bien connu.

En fait, les eurodéputés retoqueurs de directive donnent, par leur refus, un conseil à tous les candidats. Si vous aimez votre job, ne prononcez pas le mot « passion », malheureux. Vous pourriez être privés de salaire. Sait-on jamais.

 

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

 

 

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

toto

11/07/2018

à 13:30

oui, pour des VIP déjà en place, tout travail mérite salaire. Mais que dire des artistes qui débutent, la seule façon de se faire connaître est de publier encore et encore gratuitement sur Youtube, Dailymotion and Cie. Je parle aussi des développeurs sur les plateformes comme Github (le Youtube du développeur).
Comment rémunérer ces travailleurs, puisque tout travail mérite salaire?

> Répondre

Alice

10/07/2018

à 16:05

Excellent! Oui, tout le monde accepte que l'on travaille gratis, personne ne veut payer dès qu'il s'agit de philosophie, d'art, de sciences. On ne paie que les applications de la science (le vernis à ongles bien polluant et non la réflexion sur l'harmonie des couleurs dans la nature, par exemple). Notre société, qui chante sur tous les tons qu'elle est libérée, est en outre ficelée de morale. Le travail, c'est dur, c'est rebutant, c'est exténuant. Aimer soigner, ce n'est pas normal. Et pour éviter que l'on aime soigner, on le fait faire des dizaines d'heures par semaine de façon à dégoûter les meilleures volontés. Certains résistants font quand même ce qui leur plaît, certains sont au RSA et ne consomment rien. Bravo la politique! Et comme ils ne savent pas monnayer leur art auprès de consommateurs toujours prêts à consommer gratis, on considère qu'ils ne font rien. Travailler c'est gagner de l'argent. Les plus grands philosophes, inventeurs, artistes, métaphysiciens de l'histoire ne faisaient rien selon notre état d'esprit. On les aurait remis vite fait au pas à notre époque. Monsieur Pythagore, monsieur Mozart, monsieur Van Gogh, interpella Pôle Emploi, on vous a proposé un poste de tueur dans un abattoir, un poste de technicien dans un labo de vivisection à seulement 300 km de votre taudis, un poste de chimiste dans une usine de glyphosate et vous êtes toujours au chômage. Mais que faites-vous de vos journées ?

> Répondre

madjid

10/07/2018

à 13:48

Ils ont raison ! D'ailleurs, comme la politique est également une activité exercée par passion, il serait normal que l'on cesse immédiatement de rémunérer les députés (européens ou pas), les maires, les ministres...

> Répondre

+