1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Un petit caillou dans les bottes à clous des discriminations

Un petit caillou dans les bottes à clous des discriminations

un-petit-caillou-dans-les-bottes-a-clous-des-discriminations

Sylvia Di Pasquale

14/12/2015

Bien sûr, entre les élections perturbées, la COP21 réchauffée et les souvenirs des attentats pas encore estompés, l’affaire ne devrait pas bousculer les programmes des chaînes info. Pas de breaking news pour le Programme d’excellence diversité des Mines d’Albi. Déjà, l’intitulé est aussi attractif qu’un menu sans sel des hôpitaux publics. Ensuite, on peut se demander quel minerai divers on peut extraire d’une fosse du Sud-Ouest. Bien sûr, les mines dont il s’agit sont celles qui désignent la fameuse école d’ingénieurs. Et puis, ce programme à l’intitulé rébarbatif ne l’est pas tant. Et il tombe peut-être à pic en ces temps. Un bidule pas si nul, d’ailleurs récompensé par une Victoire des Leaders du Capital Humain. D’accord, encore un intitulé ronflant pour un prix remis en présence de 400 DRH. Mais passons outre les rodomontades de langage pour regarder de plus près le programme dont il est question. Il oblige tous les futurs ingénieurs de cette école, et logiquement futurs managers, à suivre des cours très particuliers. Tout y passe : la mixité culturelle, la lutte contre l’homophobie, le sexisme, le racisme comme la xénophobie. À la fin du cursus, les étudiants obtiennent une certification de "managers de la diversité".

On peut en rire, se plier en trois devant tant de falbalas. Mais peut-être que cette action, unique en France pour le moment, peut instiller un petit courant salvateur. Car les ingénieurs issus d’Albi vont débouler dans les entreprises avec ce savoir-là et cette réflexion. Avoir étudié les ravages des discriminations les amènera à considérer différemment leurs collègues et leurs collaborateurs, mais aussi les candidats qu’ils recruteront certainement un jour. Le bon vers étant dans le bon fruit, il peut même faire des petits, au moment où la méfiance, la stigmatisation et les amalgames se glissent dans les esprits, y compris ceux des managers. Maria Giuseppina Bruna, qui dirige ce programme, est d’ailleurs consciente de la nécessité de son action, ici et maintenant. « Dans un contexte où la persistance des discriminations met à mal notre promesse républicaine, il est urgent de porter une parole humaniste ». Sans verser dans une espérance éperdue en une action isolée, on peut pour le moins saluer celle-ci pour ce qu’elle est : un petit caillou dans les grosses bottes à clous des courants nauséabonds.

@Syl_DiPasquale

Dessin de Charles Monnier

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Emacien

17/12/2015

à 18:06

Diplômé il n'y a pas si longtemps de l'École des Mines d'Albi, je n'ai vu ni vécu aucun bizutage, et ai pu conserver ma dignité intacte durant 3 ans, merci bien.
Quand on sait à quelle vitesse les esprits s'échauffent lorsqu'il s'agit de cet épineux problème, on peut saluer votre enthousiasme à alerter les lecteurs, mais rester vigilant quant à la fiabilité de vos informations.

> Répondre

joseph

16/12/2015

à 16:18

Quand on sait que les écoles des Mines sont aussi en pointe sur les bizutages honteux hors de toute dignité, on peut saluer cette initiative, mais rester vigilant.

> Répondre

Dom

15/12/2015

à 17:09

Très bien. Il faudrait généraliser cela à l'attention des étudiants (rarement d'origine modeste ou étrangère) qui peuplent les amphis des écoles de commerce, lesquelles vont former (entre autres) les DRH de demain. Car à ma connaissance peu d'ingénieurs deviennent DRH, même si beaucoup d'entre eux peuvent devenir chefs d'entreprises.

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte