1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. « Vous ne me dérangez pas patron, je suis en workation »

« Vous ne me dérangez pas patron, je suis en workation »

-vous-ne-me-derangez-pas-patron-je-suis-en-workation-

Sylvia Di Pasquale

19/06/2018

A force de confondre vie perso et vie pro, il fallait bien que ça arrive.  C’est chose faite grâce à quelques pros de l’hôtellerie qui se sont risqués à conjuguer vacances et boulot. Le concept du « workation », mélange de work et vacation, est né en Californie il y a dix ans. Les Français ont bien tenté de le traduire en « travacances », sans grand succès notable.

Mais l'idée fait des adaptes.

Il existerait donc désormais, selon Le Monde, entre 130 et 150 de ces lieux, clubs, hôtels, résidences à travers la planète, où l’on passe une partie de sa journée à bosser, et une autre à s’amuser, se muscler, se cultiver, déguster, réfléchir et faire toutes ces sortes de choses que l’on pratique durant ses congés. 

Ces clubs Med studieux (sans dirladada) ont ajouté à leur liste d’animations une activité « bouclage du dossier urgent » aux plus classiques aquabike et natation au milieu des dauphins. Evidemment, ils s’adressent avant tout aux freelances maître de leur temps, et autres nomades digitaux détachés de tous lieux de travail physique. Mais peut-être plus pour très longtemps.

Car les cadres au forfait pourraient aussi devenir des adeptes du workation. Que tous ceux qui partent l’esprit serein, sans jeter un œil aussi discret que régulier à leurs mails de boulot sur le mode « mais non chéri.e, je regarde la météo des plages pour demain » nous jettent leur premier mail.

Inutile de le nier, l’Ifop rappelle que vous êtes 78 % à rester connectés pendant vos vacances.  A tous ceux-là, les espaces de workation offrent le workaholisme décomplexé, le wifi, le spa, l’open space et les diners bio en all inclusive. Il leur offre surtout la fin de la honte. « Regarde chéri.e, y en a d’autres que moi qui travaillent en bermuda ». Ce jour-là, chéri.e, en attaquant son atelier culinaire se dira que sa.son conjoint.e apprécie autant son boulot qu’il.elle approuve l’alliance de saveurs des coquilles St Jacques et des cèpes.

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte