1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Y aller mollo au boulot n'éloigne pas la promo

Y aller mollo au boulot n'éloigne pas la promo

y-aller-mollo-au-boulot-neloigne-pas-la-promo

Sylvia Di Pasquale

28/08/2018

Évidemment, en rentrant frais comme un gardon, tout le monde a pris de bonnes résolutions. Et chacun s’est juré d’attaquer de front la nouvelle saison et de bosser plus que de raison. 

Tout faux !

Il suffit de lire les déboires de ce pauvre Elon Musk pour s’en convaincre. Dans une interview que le boss de Tesla a livré au New-York Times le 16 août dernier, il raconte sa vie de bureau : 120 heures par semaine au boulot, 3 à 4 jours d’affilée sans quitter son usine, des sédatifs pour dormir et une vie de famille plus qu’en pointillé. Une description qui ressemble fort à un burn out, d’autant que le journal américain commentant l’attitude de l’interviewé, explique qu’il passe du rire aux larmes au cours de l’entretien.

Évidemment, Magic Elon pourrait se reposer et passer la main. Mais à qui ? : « Si vous avez quelqu’un qui peut faire un meilleur job, je vous en prie, dites-le-moi. Je lui donne le job. Il y a-t-il quelqu’un pour faire ce travail ? Je lui donne les rennes dès à présent  ». Sauf que le même Musk a déjà refusé les offres de son conseil d’administration qui lui proposait de s’adjoindre les services d’un numéro 2.

Point trop bosser il ne faut, pour ne pas commettre l’erreur de trop, c’est le mantra que le patron californien aurait pu méditer s’il avait pris connaissance de l’étude que deux chercheurs londoniens sont en train de mener et dont le Monde a révélé quelques conclusions. En gros, et selon les deux profs anglais, plus on travaille, plus on travaille mal. Et plus on travaille mal, moins on a de chance d’obtenir une promotion. 

Certes, Elon Musk n’est pas vraiment concerné et ne peux plus espérer un poste supérieur au sien dans sa propre boite. Mais peut-être pourrait-il découvrir, après quelques jours de repos mérité, un moyen pour que son entreprise gagne enfin de l’argent. 

Plus on travaille, plus on travaille mal, moins on a de chances d'obtenir une promotion

Bien sûr les cadres de retour de vacances ne passent pas quatre jours au bureau sans dormir, ne bossent pas 120 heures par semaine et ne sont pas (forcément) harcelés par des actionnaires. Mais si certains avaient quelques velléités d’en faire plus, et d’en faire trop, en cette rentrée, qu’ils aillent plutôt, au lieu de trainer tard au bureau, offrir une piscine de rosé à leurs copains-collègues de bureau. Histoire de chouchouter son équilibre vie privée, vie pro.

 

@Syl_DiPasquale ©Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

[Cet article est un éditorial qui reflète le point de vue de la rédaction. Le forum ci-dessous vous permet de le commenter ou d’apporter votre témoignage en lien avec le sujet évoqué, dans le respect des principes éthiques et de savoir-vivre (comprenant l’écriture avec un certain soin). Nous avons hâte de vous lire et vous remercions de votre visite.]

 

3

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Dr Ralph

05/09/2018

à 23:37

Peut-être Elon Musk pourrait-il donner les « rennes » au Père Noël et garder les « rênes » de son entreprise ?
L'interview qu'il a « livrée » pourrait aussi s'accorder avec le COD placé avant l'auxiliare avoir.
« Il » y a-t-il quelqu'un pour signaler un « il » superflu dans cette question ?
Elon Musk ne « peux » plus espérer de conjuguer pouvoir à la troisième personne du singulier.
Travailler moins permet aussi de renouer avec de vieux amis ; Bescherelle, Grevisse et Larousse, par exemple.

> Répondre

Dr Ralph

05/09/2018

à 20:27

Peut-être Elon Musk pourrait-il donner les « rennes » au Père Noël et garder les « rênes » de son entreprise ?
L'interview qu'il a « livrée » pourrait aussi s'accorder avec le COD placé avant l'auxiliare avoir.
« Il » y a-t-il quelqu'un pour signaler un « il » superflu dans cette question ?
Elon Musk ne « peux » plus espérer de conjuguer pouvoir à la troisième personne du singulier.
Travailler moins permet aussi de renouer avec de vieux amis ; Bescherelle, Grevisse et Larousse, par exemple.

> Répondre

réaliste

03/09/2018

à 18:17

Pour avoir de la promo, il ne faut pas faire de vague. C'est molo molo au boulot et surtout bien savoir cirer les chaussures...

> Répondre

+