1. Accueil >
  2. Actualités >
  3. L'édito de Sylvia Di Pasquale >
  4. Zidane, inventeur du management taiseux ?

Zidane, inventeur du management taiseux ?

zidane-inventeur-du-management-taiseux-

Sylvia Di Pasquale

11/01/2016

C’est vrai qu’on ne misait pas un caramel sur lui. Aucune chance que notre Zizou national n’endosse un jour le costume de bonne coupe d’un grand entraîneur. Lui, l’extra-terrestre sur le terrain et le taiseux dans la vie ? Lui qui, au long de sa carrière s’appuyait sur son copain Dugarry pour se protéger du monde ? Lui, coach d’un des plus grands clubs du monde ? On en riait, mais c’est fait.

Il est à la tête du Real Madrid et on se dit que les dirigeants madrilènes savent ce qu’ils font. Du coup, on se demande aussi si Zinedine Zidane n'est pas en train d'inventer une nouvelle façon d’être manageur. À base de paroles rares mais expertes, il incarne un statut qui n’a plus  besoin de cette rhétorique de bateleur pour soulever les foules, les joueurs, ou les collaborateurs d’une entreprise.

Qu’est-ce qu’un cadre encadrant aujourd’hui ? Une question que nous nous posons chez Cadremploi dans une étude dont nous vous livrerons les résultats dans quelques jours. Peut-être  que ce manageur 2016 sortira du même moule (en moins glamour) que Zizou ? Un type de boss que Raymond Domenech, qui a coaché l’artiste Zidane, a joliment défini dans Le Monde. « Le métier a changé. Aujourd’hui, il y a quelqu’un pour préparer les séances d’entraînement, et pour s’occuper de la préparation physique à la place de l’entraîneur. Pour entraîner, en 2016, il faut deux choses : une image et du poids par rapport aux joueurs ». L’image et le poids, c’est cette légitimité reconnue par les collaborateurs. Le reste, si l’on en croit Domenech, peut être délégué.

L’ex-sélectionneur compare Zidane au Kagemusha,  guerrier mythique du film éponyme d’Akira Kurosawa : « il ne fait pas la guerre. Il est une montagne, inamovible ». Pas besoin d’aller au charbon, il suffit d’être soi pour que la machine se mette en marche. « Mais un jour, la montagne bouge et meurt » chez Kurosawa, et peut-être au Real, si les résultats ne sont pas à la hauteur. De tous ces buts au fond des filets adverses, ou pas, dépendront la nouvelle carrière de Zizou. Elle a commencé par un flamboyant 5-0 contre La Corogne ce dimanche. Coup de bol ou signe qu’il a déjà insufflé aux joueurs du Madrid le plaisir de travailler ensemble et d’une certaine discipline ? Le défi de tout manageur, dans le monde normal d’un boulot normal, comme dans le foot.

Syl_DiPasquale © Cadremploi

Dessin de Charles Monnier

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+