DRH assassinées : drame de la crise ou dérive du DRH bashing ?

Sylvia Di Pasquale

EDITORIAL Elles s’appelaient Estelle Luce, Patricia Pasquion et Géraldine Caclin. Elles ont été abattues à bout portant la semaine dernière. Pourquoi ? Parce qu’elles travaillaient dans les RH ou, pour l’une d’entre elles, à Pôle Emploi. Il faudra du temps pour mettre à jour les motifs qui ont incité le meurtrier - sans doute un seul et même homme - à passer à l’acte.

Dessin de Charles Monnier ©Cadremploi

DRH assassinées : drame de la crise ou dérive du DRH bashing ?
Dessin de Charles Monnier ©Cadremploi

Pour les  enquêteurs – cités dans un article du Parisien –  ces assassinats relèvent d’une « dérive personnelle, humaine et tragique du meurtrier » mais sont aussi « très probablement le fruit d’une longue maturation, dont la crise actuelle a été l’élément déclencheur. »

La crise de la Covid n’a-t-elle pas le dos un peu large, et les éléments déclencheurs ne sont-ils pas plus anciens que la crise sanitaire, même s’il n’est pas question d’écarter totalement le rôle de cette dernière ?

Dans le jeu des 7 familles des métiers les plus détestés (avec les policiers, les politiques et les journalistes), les DRH sont bien placés. Ils sont devenus une cible idéale et personnifient l’entreprise dans ce qu’elle a de pire aux yeux des salariés, surtout de ceux qui en ont été écartés ou qui souffrent d’y être. Parce qu’ils décident d’une embauche, ou d’un licenciement, les ressources humaines sont en première ligne dans l’un ou l’autre des cas. Ils transmettent, encaissent les coups, et deviennent du coup les responsables et les coupables. Parce qu’on occulte inconsciemment toutes leurs autres missions. Parce que les humains que nous sommes tous, retiennent surtout les côtés négatifs d’un humain ou d’une action.

Alors parlons encore et encore des mécanismes à l’œuvre dans notre cerveau, cette petite usine à simplifier qui ne peut s’empêcher d’essentialiser. En l’occurrence d’essentialiser la fonction de DRH à une seule mission : licencier.

 

Essentialiser : acte de réduire un individu à une seule de ses dimensions.

Et si cette essentialisation perdure, c’est qu’elle est constamment attisée depuis quelques années que sévit le DRH bashing.

De la chasse aux DRH, organisée en 2017, au moment du congrès des DRH au Pré Catelan près de Paris. Une chasse organisée, et cautionnée, par l’économiste et philosophe Frédéric Lordon, qui voyait dans le programme de congrès organisé au cœur du bois de Boulogne, « une benne à ordures qui viendrait verser au milieu d’une nappe de pique-nique », pas moins. Les DRH qui y participaient ? « Leur vision de l’homme, de la vie et de la société nous est parfaitement répugnante. Et leur congrès lobotomique se propose de la célébrer », toujours selon Lordon.

Un an plus tard, une deuxième salve a pris le relais sous la forme d’un livre, celui de Didier Bille intitulé DRH la machine à broyer (Eyrolles). Cet ex-DRH y dénonçait les méthodes inhumaines dont il a usées pour licencier un millier de salariés dans les grands groupes industriels où il est passé au cours de ses vingt-deux ans de carrière. Le tout avec les mots d'un tueur à gages qui remplit sa mission sans se poser de questions. Glaçant. Son réquisitoire a donné naissance au hashtag #Balancetondrh sur les réseaux sociaux où les braises n’ont cessé d’être réveillées. Et quand Didier Bille, interrogé par Le Parisien, explique qu’il ne se « sent pas coupable du drame », parce qu'il ne faisait pas l'apologie de ces pratiques mais qu'il les dénonçait au contraire, on songe à la portée des mots que chaque écrivain, et chaque journaliste, ou chaque économiste et philosophe devrait avoir en tête lorsqu’il publie.

Mais c’est le songe d’un monde idéal, ou la réflexion l’emporterait sur la vindicte, ou quelques uns ne serviraient pas de boucs émissaires à tous les autres, ou des personnes fragiles ne passeraient pas à l’acte.

 

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :