Et si le masque nous avantageait ?

Sylvia Di Pasquale

Ras-le-bol du masque ! Certes, mais tentons de voir le bon côté des choses : selon une étude britannique, le masque transforme celui qui le porte en beau gosse. Et l’effet est décuplé lorsqu’il s’agit d’un masque en papier bleu.

Selon une récente étude, le masque bleu a tendance à avantager celui qui le porte. Illustration originale de Charles Monnier pour Cadremploi.

Et si le masque nous avantageait ?
Selon une récente étude, le masque bleu a tendance à avantager celui qui le porte. Illustration originale de Charles Monnier pour Cadremploi.

Il nous scie les oreilles, nous empêche de vivre, de respirer correctement et l’on n’a qu’une hâte : pouvoir baisser la garde et le masque lorsque cette fichue pandémie sera derrière nous. Mais si l’on en croit la très sérieuse étude menée par l’université de Cardiff et publiée par la non moins sérieuse Cognitive research revue, le bout de papier qui nous cache la bouche et le nez (et qu’il faut changer toutes les quatre heures) a un sacré avantage : il rend les garçons plus beaux. Du moins aux yeux de leurs interlocutrices, ce qui, dans nos sociétés de l'image, peut s’avérer décisif. Car lorsque l’on se sent joli garçon (ou fille canon ?), on a ce petit surplus d’assurance qui, notamment en entretien, peut être déterminant pour décrocher un poste.

 

43 cobayes ont voté pour des masqués

Pour démontrer l'effet magique du masque, les chercheurs britanniques ont réuni un groupe de 43 femmes pour assister à un curieux défilé de mode. Devant eux, certains garçons étaient affublés d’un classique masque facial bleu, d’autres avaient un masque en tissu, d’autres encore se cachaient le bas du visage avec un carnet noir et enfin, les derniers ont défilé à visage découvert. Les spectatrices devaient ensuite voter et choisir les plus beaux garçons parmi tous ceux qu’elles venaient de voir passer.

 

Le masque bleu est rassurant car il rappelle l’univers médical

Et non seulement leurs suffrages se sont portés vers les garçons masqués, mais plus précisément vers ceux qui portaient un classique masque bleu. Pour l’un des auteurs de l’étude, ce choix est évidemment lié au monde médical, aux soignants que l’on a pris l’habitude de voir ainsi, et qui rassurent inconsciemment ceux qui les observent.

 

L'atout masque en entretien d'embauche

Cette règle est-elle valable en entretien d’embauche ? Bien sûr que non. Faut-il rappeler que l’apparence physique n’a aucune influence sur les critères de choix d’un recruteur digne de ce nom, fût-il une femme ?  Néanmoins, au cas où l’un d’eux ne serait pas un archange d’objectivité, voici une bonne raison de garder son masque. Et si l’on avait décidé de porter un joli morceau de tissu pailleté, on l’oublie pour le plus traditionnel objet en papier bleu.

Ce qui tombe bien, puisque c’est le moins cher. Et qu’il peut donc rapporter gros.

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :