Un collectif de DRH se motive sur WhatsApp

Publié le 18 mai 2020 Sylvia Di Pasquale

Un ami m’a fait découvrir un groupe WhatsApp où des DRH s’échangent des solutions et des astuces depuis le début de cette crise. Ils sont entre eux, ils parlent sans filtres, ils se soutiennent, à tout heure du jour, tard le soir et le week-end. Mais ils ne font pas que cela.
Dessin de Charles Monnier ©Cadremploi

Devinette : quelle profession était au front pendant les deux mois de confinement et qui l’est encore ? Les soignants, caissières, routiers et éboueurs, évidemment. Mais il en est une autre, généralement classés dans les professions détestées : les DRH.

On les accuse depuis longtemps de tous les maux de l’entreprise. Mais peut-être que pour eux, la donne va légèrement changer après deux mois de confinement. Car pendant ces 56 jours, ils n’ont pas cessé de s’activer. Et même avant le 15 mars pour ceux qui avaient été  alertés par leurs filiales en Asie. Les uns et les autres, dès l’annonce du confinement, se sont démenés pour l’organiser avec toutes ses conséquences dans l’entreprise.

Un ami m’a parlé d’un groupe WhatsApp où des DRH se retrouvent, se motivent et s’échangent des solutions et des astuces. J’ai demandé à voir. Il m’a tendu son mobile et j’ai vu.

Des anonymes qui ne se connaissaient pas entre eux, en poste dans des PME ou de grosses ETI et qui n’avaient jamais travaillé ensemble ont constitué une communauté d’entraide désintéressée. Non seulement, ils ont mis en place entre eux une solidarité nouvelle, mais leurs échanges horodatés prouvent les heures avancées auxquelles ils se sont librement astreints durant ces deux mois – souvent jusqu’à 23 heures, week-end et jours fériés compris.

Dans des messages souvent très courts, ils résolvent des problèmes de tous types. Et sans rien demander en échange.

Ces DRH ont fait les DSI pendant cette période, veillant à la fourniture de matériel informatique pour chacun, s’inquiétant du bon fonctionnement des Zoom, Skype, et autres systèmes de visioconférences.

Ils ont également, depuis leur domicile, fait les standardistes, répondant à travers des hotlines improvisées aux inquiétudes légitimes de salariés sidérés par la situation.

Ils se sont surtout pris la tête sur des questions juridiques. Il fallait s’informer au jour le jour sur des textes de loi qui n’en finissait pas de tomber, écrit dans un sabir juridique proche de l’énigme, dans une période qui n’en finissait pas d’évoluer.

- D’après le dernier questions réponses nous n’aurions pas besoin de consulter le CSE. - Ah bon. mais ca contredit l'ordonnance du 22 avril alors ?
Messages sur un groupe WhatsApp de DRH

Quand l’un avait enfin déchiffré un décret, il en informait les autres. Quand une autre avait fini de rédiger un document légal qui pouvait servir aux autres, elle le partageait avec la communauté.

- J'ai récupéré auprès de la MT des infos sur la mise à jour du DUERP mais rien sur le RI. - Je suis preneuse.
Echange sur un groupe WhatsApp de DRH

L’un d’entre eux, en particulier, a dû faire gagner des centaines d’heures aux autres en partageant un "kit de déconfinement", contenant une trentaine de documents pré-rédigés et que chaque entreprise n’avait plus qu’à personnaliser. Grâce à ce partage, on imagine que des centaines de petites entreprises – qui n’ont pas les moyens de se faire aider –  ont dû redémarrer plus vite.

Heureusement vint l’heure du déconfinement. Le 11 mai les a-t-il enfin soulagé de ces deux mois de stress ? Bien au contraire. Il a fallu préparer les process de distanciation sociale pour les entreprises qui accueillent à nouveau du personnel, des protections à la signalétique, des méthodes à mettre en place, aux masques, aux visières et aux parois de plexi à commander. Ils sont devenus acheteurs et logisticiens, et toujours solidaires avec leurs homologues digitaux.

Bonjour Je suis en contact avec un fournisseur de masques français et la livraison est de 10 jours environ. Si besoin, je pourrai vous communiquer la fiche tarifaire et leurs coordonnées.
Un message sur un groupe WhatsApp de DRH

Répétons-le : les DRH ne sont pas les personnels soignants qui sauvent des vies et méritent les applaudissements de 20 heures. Bien sûr, certaines dérives RH ont été relayées sur les réseaux sociaux et dans les media, car certains ont dû couvrir des abus au chômage partiel, et des mesures rendues possibles pour forcer des salariés à prendre des congés payés.

Mais pour ces exceptions, combien de RH intègres et restés dans l’ombre auront permis que cette « période compliquée » soit simplifiée et facilitée pour une majorité de salariés ? Ce qui mérite, au minimum, une reconnaissance qu’ils n’auront pas tous, lorsque l’orage sera passé. L’une d’entre eux s’est lancée vendredi dernier  :

Je vous suis avec assiduité depuis le début et je suis impressionnée par votre efficacité individuelle et collective. Je n'ai pas été impactée autant que vous mais j'ai appris beaucoup à vous lire et je vous en remercie. Je vous félicite pour vos questionnements et votre efficacité. Merci pour votre générosité dans le partage des documents réalisés pour faciliter le travail des membres de ce groupe.
Message anonyme sur un groupe WhatsApp de DRH

Ils continuent en ce moment-même d’échanger entre eux, entre DRH refileurs de bons tuyaux à la communauté. Sans attendre de reconnaissance. A ce sujet, l’autre soir, deux d’entre eux s’en amusaient :

- Merci beaucoup à défaut d’avoir un merci de mon DG (smiley) - C’est ce que je me disais. Mais les lignes bougent quand même apparemment. J’ai eu la chance d’avoir un mot en pleine réunion des 70 dirigeants du groupe. Alors je ne peux pas me plaindre.
Messages anonymes sur un groupe WhatsApp de DRH

A la fin de ma lecture, j’ai repensé à l’essai d'Edgar Morin « Un festival d’incertitudes » (Gallimard), dans lequel il espère que le confinement physique favorise le déconfinement des esprits, et la « solidarité de "nos "je" dans des "nous". »

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :