Architecte coordinateur de projet : 5 conseils clés pour votre CV

CV First, partenaire de Cadremploi

Cette semaine c’est le CV de X., architecte et coordinateur de projet, qui a été tiré au sort dans le cadre de notre opération « Améliorez votre CV en un clic ». Notre partenaire CVfirst lui vient en aide et lui délivre 5 conseils sur-mesure pour améliorer sa candidature. Ce service vous intéresse ? Découvrez dans cet article les modalités de participation.

Visualisez le CV  (architecte/coordinateur de projet) en PDF*

L’impression générale d’Anthony, expert CVfirst : « Votre CV, mal hiérarchisé, pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Objectif : montrer une progression et apparaître au recruteur comme un candidat unique... »

1 – Un CV doit comporter un titre clair et précis

« Une des premières choses qui me perturbe est l’absence d’un titre. Aussi exceptionnelles vos compétences, votre expérience professionnelle et votre formation soient elles, vous ne pouvez pas vous passer d’un titre présentant un objectif professionnel précis. Ce titre permet au recruteur de classer votre CV. Il n’a pas le temps de deviner le type de poste dont vous rêvez et il risque de mettre votre CV de côté simplement car il ne sait pas dans quelle case vous positionner. »

2 – L’expérience professionnelle doit traduire une montée en puissance

« Un point essentiel mérite d’être souligné : votre expérience la plus récente n’est pas mise en valeur. Tel qu’il est rédigé, vos responsabilités semblent aller « decrescendo » : vos fonctions de 2006 (« responsable de programme immobilier ») apparaissent plus valorisantes que celles de 2012 (« coordinateur de projet »). La dernière mission est essentiellement centrée sur des moyens alors que les précédentes mettent en avant quelques résultats tangibles.

Or si votre CV accorde moins d’espace à votre dernière expérience qu’à certaines de vos expériences précédentes, le recruteur va considérer que votre dernière fonction n’est pas celle qui vous représente le mieux et que votre capacité à progresser est limitée. Cette impression est encore renforcée par l’absence de direction donnée à votre évolution, qui donne l’impression d’un échec. Pour y remédier, pensez à intégrer des résultats mesurables et immédiatement appréciables, en renforçant en particulier votre dernière mission pour qu’elle ne fasse pas figure d’échec. »

3 – Montrez que votre parcours professionnel est unique

« Gare aux banalités : votre CV manque d’éléments permettant de vous distinguer des autres candidats présentant un parcours professionnel semblable au vôtre. Quelle qualité vous rend unique ? Quel résultat fait de vous un concurrent précieux ? Par exemple, en quoi la formule « Assurer le planning et les délais définis en amont » permet-elle au recruteur de valoriser votre candidature si vous n’indiquez aucun résultat précis ? Votre CV manque cruellement de ces petits détails permettant de comprendre votre valeur ajoutée et votre mode de fonctionnement. Il décrit uniquement votre métier et les tâches qui vous ont été confiées, et n’indique même pas si vous les avez gérées. Vous devez fournir au recruteur des éléments démontrant la valeur de votre candidature et la richesse de votre profil. Quels sont éléments qui vous permettent au recruteur de dire : « C’est cette personne qu’il me faut, car c’est elle qui va me permettre de résoudre les problèmes auxquels je suis confronté. » ? Votre CV ne permet pas de répondre à cette question. »

4 – Soignez la forme et la présentation

« Votre expérience professionnelle se résume ici à une liste de puces. Cet outil de mise en forme sert normalement à mettre en valeur des informations essentielles. Or avec des puces à chaque ligne, vous annihilez complètement leur impact. Cette mise en page rend la lecture de votre CV laborieuse, et vos responsabilités les plus importantes (« Vérifier les plans d’exécution et leurs conformités ») sont noyées au milieu de lieux communs (« Traiter les questions techniques qui se présentent sur le projet et les résoudre dans les meilleurs délais. »). Aidez-le recruteur à vous choisir en mettant en avant vos points forts.

Certains alignements verticaux ne sont pas respectés (« Langues » n’est pas sous « Nationalité » par exemple). Or ce type d’imperfection, même minime, amène le recruteur à douter du niveau de confiance qu’il peut vous accorder. Valideriez-vous un bâtiment présentant de telles imperfections ?

Enfin, cette impression d’imperfection est encore renforcée par la multiplication des effets graphiques comme la sur-utilisation du gras et des soulignés ainsi que des tailles et polices multiples. Il faudrait choisir une autre présentation, plus simple et plus professionnelle, mettant plus en valeur le fond en limitant les puces, supprimant la couleur et en modérant l’utilisation du gras. »

5 – Formation et informations personnelles : ne ratez pas votre sortie !

« Par rapport aux langues, il faut justifier et valoriser votre niveau, détailler votre pratique dans son contexte tout en évitant de vous référer seulement à vos études. Ce qui m’intéresse, c’est votre niveau actuel et comment je puis utiliser cette compétence pour répondre à un besoin existant ou futur, avec la garantie que vous n’aurez pas à être formé ultérieurement. Et quand on parle une langue plus rare, mais c’est aussi l’occasion de montrer que l’on possède une compétence indispensable à son métier. Contrairement à d’autres qui doivent… être éliminés. »

Vous aussi, participez au tirage au sort hebdomadaire de l’opération Cadremploi & CVfirst "Améliorez votre CV en un clic" et recevez 5 conseils clés pour votre CV. Voici les modalités de participation.

* Les CV publiés dans le cadre de cette chronique sont rendus anonymes.

Propos recueillis par Céline Chaudeau

CV First, partenaire de Cadremploi
CV First, partenaire de Cadremploi

Vous aimerez aussi :