Business developer : 5 conseils-clés pour votre CV

Cadremploi

Cette semaine, c’est le CV de Yannick, business developer, qui a été tiré au sort dans le cadre de notre opération « Améliorez votre CV en un clic ». Notre partenaire CVfirst lui vient en aide et lui propose 5 conseils sur mesure pour améliorer sa candidature. Ce service vous intéresse ? Découvrez à la fin de cet article les modalités de participation.

Visualisez un aperçu du CV Business developer.

L’impression générale de Sophie, experte CVfirst : « Elle est délicate car votre CV part dans tellement de directions, sur la forme comme sur le fond, qu'un recruteur potentiel ne saura où donner de la tête. Il met un tel accent sur la forme qu'il en oublie l’essentiel : un objectif clair, une valorisation de votre mission actuelle et surtout une vraie ligne directrice. »

Envie d’une analyse comme Yannick ? Cadremploi vous offre l’analyse complète (5-6 pages) de votre CV à moitié prix.

1. Justifiez votre projet

« Vous recherchez un poste de business developer? Entendu. Mais d'emblée, la dimension géographique recherchée (“Amérique du Nord, Afrique sub-saharienne, Asie du Sud-est”) prête à confusion. Comment interpréter votre exigence d’une relocalisation dans ces trois continents alors que vous n’avez - a priori - aucune connaissance de ces marchés ?

Globalement il manque une ligne directrice permettant de faire le lien entre vos différentes formations et vos missions, permettant de démontrer que votre objectif de relocalisation est fondé sur des éléments précis. Par exemple comment comprendre vos missions alors que, par ailleurs, les localisations géographiques de vos précédents employeurs sont complètement absentes ? 

Vous auriez aussi intérêt à rajouter en exergue un bref résumé de carrière pour renforcer la cohésion de votre parcours professionnel et mieux valoriser votre progression. En mettant en avant vos qualités par rapport à vos prétentions géographiques. »

2. Ne réduisez pas votre expérience à une fiche ROME de Pôle emploi !

« La description de vos fonctions gagnerait à être étoffée. En effet, vous présentez davantage les missions qui vous ont été confiées que les résultats obtenus. Cela se ressent dans le vocabulaire employé comme “suivre le budget”, “suivre les sous-traitants” ou “suivre les objectifs”. Au final, on croit lire des descriptions de postes ou des fiches ROME de Pôle emploi !

Trop de compétences comme “Rédiger le brief”, “attribuer les objectifs”, “animer et suivre les sous-traitants internes et externes” ou “gestion des promotions en partenariat avec les fournisseurs” ne sont pas suffisamment spécifiques et ne permettent pas à votre CV de se détacher nettement des autres candidats.

Ce n'est pas très vendeur : un recruteur connaît déjà votre métier et sera surtout intéressé par les contributions majeures que vous avez apportées à vos employeurs précédents et par les résultats concrets que vous avez obtenus. »

3. Ne soyez pas hors sujet

« Cette responsabilité, entre autres, doit absolument être valorisée : “négociation avec certains fournisseurs et suivi de leur rentabilité”. Quel est l’intérêt de suivre la rentabilité de vos fournisseurs ? Il faut l’expliquer !

Aidez le recruteur à choisir votre CV en mettant en avant les projets-clés que vous avez gérés davantage qu’en vous attardant sur des actions totalement déconnectées de votre mission de base ! À votre niveau d'expérience, votre CV ne doit pas constituer un simple moyen de lister vos missions et doit se recentrer sur vos responsabilités et non pas donner l’impression que vous êtes “hors sujet”. »

4. Ne négligez pas votre niveau de langue

« Par rapport aux langues, la mention anglais 4 étoiles » prête à sourire. En effet, ce n'est ni percutant ni valorisant. Il faut justifier et détailler votre pratique dans son contexte, et ceci tout en évitant de vous référer seulement à vos études. Savez-vous animer un workshop en anglais ? Présenter l’avancement d’un projet en anglais ? Négocier avec un client anglo-saxon ? Ce sont également des éléments que vous pouvez intégrer aux descriptifs de vos missions. Surtout si vous visez un poste à l'étranger... »

5. Ne privilégiez pas la forme au fond

« Clairement, le graphisme de la première page semble suggérer que vous avez dix ans d’expérience... ce qui n'est pas vraiment le cas. En outre, vous ajoutez à votre CV traditionnel - en page 2 - un CV “en timeline” un peu fastidieux à lire et qui, après un effort de compréhension, induit un sentiment de répétition. Un recruteur pourra avoir l'impression de perdre son temps en le décryptant. 

En outre, les pictogrammes semblent superflus dès lors qu'ils renvoient à des généralités (vos hobbies et des qualités et compétences vagues et générales pour la piste que vous visez...). Sans compter qu'un recruteur va peut-être rechercher une rubrique “Informatique” pour vérifier que vous maîtrisez bien les outils qui ont servi à créer votre CV… rubrique totalement absente.

Votre CV est très voyant et il attire le regard… mais reflète-t-il vraiment votre professionnalisme et surtout votre secteur de compétences ? Au final, je pense que vous êtes un bien meilleur candidat que ce que nous fait croire votre CV un peu “dépliant publicitaire”. »

5 actions à mettre en place immédiatement

- Créez une véritable accroche pour présenter votre parcours et justifier vos prétentions géographiques.

- Soignez et étoffez votre niveau de langue, dans une rubrique dédiée ainsi qu'au fil du CV pour justifier cette relocalisation potentielle.

- N'isolez pas vos compétences dans une rubrique séparée et intégrez-les à vos missions.

- Décrivez vos missions comme de véritables projets en termes QCD (qualité-coûts-délais) pour renforcer votre dimension opérationnelle.

- Choisissez une forme plus sobre, plus claire et finalement plus dense...

 

Vous aussi, participez au tirage au sort Cadremploi & CVfirst « Améliorez votre CV en un clic » et recevez 5 conseils clés pour votre CV.  Voici les modalités de participation.

 

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :