1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. CV >
  5. CV : 5 trucs pour faire ressortir ses qualités de manager

CV : 5 trucs pour faire ressortir ses qualités de manager

cv--5-trucs-pour-faire-ressortir-ses-qualites-de-manager

Céline Chaudeau

Quand un recruteur cherche un manager, il attend bien sûr un candidat qui maîtrise son sujet mais aussi et surtout un meneur. Et ces qualités de leader, vous avez intérêt à les faire ressentir dès l’étape du CV. Voici quelques astuces.

Un profil déjà charismatique… sur la forme

C’est une définition qu’il se plaît à rappeler à ses candidats. « Le CV, c'est à la fois une image et une explication », insiste Benjamin Stanislas. Pour ce consultant senior au sein du cabinet de recrutement Clémentine, un CV peut donc refléter d’emblée un certain charisme, et parfois même avant d’être lu ! « Encore plus que les autres, le CV d’un bon manager doit paraître séduisant et aller droit au but. Un CV se lit d’abord en diagonale. Sur la forme, cela signifie que sa photo, s’il y en a une, est bien choisie, et surtout, que le CV ne doit pas dépasser une page. Quand je vois des CV de managers avec dix ans d'expérience qu’ils arrivent à résumer en une page, je me dis que, déjà, ils sauront pitcher un projet en moins de cinq minutes. »

 

À lire : Entretien d'embauche : quelles questions pour les managers ?

 

Indiquer le nombre de talents recrutés

Mais bien évidemment, la forme ne fait pas tout. « Ensuite, quelle que soit la fonction visée, le CV doit être un minimum orienté résultats, poursuit Benjamin Stanislas. Il faut dérouler une histoire proche de la réalité : dire où on a voulu aller par exemple, avec quels moyens et pour quels résultats. Et là aussi, deux ou trois lignes peuvent suffire. » Ce consultant rappelle au passage que des qualités managériales peuvent couvrir un vaste périmètre. « Un manager, c'est autant quelqu'un qui encadre une équipe que quelqu'un qui sait atteindre un but. Il peut aussi évoquer qu’il a convaincu sa hiérarchie, voire d’autres interlocuteurs, de monter un projet. » « Il ne faut surtout pas cloisonner ses qualités managériales dans une rubrique dédiée aux compétences », prévient Guillaume Colein, directeur du Cabinet Victoire. Pour ce chasseur de têtes, rien de tel, pour dévaloriser ses capacités managériales, que de les isoler. « L’idéal est de les décrire en situation en les associant à des objectifs concrets et atteints. » « De manière globale, je recommanderais aux candidats de donner plus de chiffres », ajoute Christophe Bergeon, fondateur et dirigeant de Zest. Ancien professionnel du recrutement, ce chef d’entreprise évoque des formules qui font mouche. « On peut indiquer par exemple combien de talents on a recruté ou fait évoluer sur une période donnée. Ce sont de vraies compétences que l'on ne met jamais assez en avant. »

 

Proposer des références… de ses n-1

Selon nos experts, un CV, même succinct, peut exprimer bien des choses. Et encore plus si l’on se départit de certaines idées reçues. « Prenez la questions des références, observe Christophe Bergeon. Désormais, tout le monde s’accorde pour penser que quelques recommandations peuvent apporter un plus. Mais pourquoi se cantonner à une vision verticale et hiérarchique des organisations ? » Ce spécialiste suggère au contraire de proposer le feed-back… de ses équipes. « Pourquoi ne pas proposer des références parmi ses n-1 ? Il ne faut pas hésiter à suggérer des noms de personnes avec qui on a travaillé et qui auront aussi un avis pertinent à donner sur les compétences managériales d’un candidat. En plus, c’est le signe d’une vision contemporaine plus ancrée dans la tendance au bottom-up actuelle qui consiste à considérer ses collaborateurs davantage comme des clients qui peuvent tout à fait donner leur avis sur le management. »

 

Parler de (certaines) formations

On l’aura compris, rien ne sert de cantonner ses qualités managériales dans une rubrique dédiée. Néanmoins, une telle rubrique peut toujours servir. « Quand on parle de sa formation, il faut voir plus large, analyse Christophe Bergeon. Selon moi, il y aujourd’hui une grande part de démarches individuelles à valoriser. Il existe notamment des MOOC remarquables sur certaines questions. N’hésitez pas à indiquer ceux que vous avez suivis en rapport avec certaines questions managériales. C’est un gros point positif car cela signifie qu’un candidat se prend en main et peut se poser de bonnes questions. » « C’est aussi une façon d’évoquer compétences intéressantes en développement personnel si on a suivi des modules en communication non-violente par exemple », abonde Guillaume Colein.

 

Et si vous aimez la cuisine…

Enfin, la rubrique des Centres d’intérêt peut ponctuer un CV de deux ou trois lignes pertinentes.  « J’ai vu des managers parler de cuisine dans leurs centres d'intérêt pour illustrer leur art de la synthèse », témoigne Benjamin Stanislas. Pour ce recruteur, la mention est bienvenue et invite à la discussion. « De même, j'en ai vu aussi valoriser leur goût pour l’improvisation théâtrale, utile aussi pour emmener ses équipes. »

 

36

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Alban de l'escarmouche

20/12/2016

à 20:38

Vu le nombre qui font recruteurs il serait illusoire de croire qu'il n'y a qu'une recette... un cv doit cibler l'offre si trop resumé vous passez à coter.

> Répondre

Jième

07/12/2016

à 11:40

Ayant travaillé à l'étranger et dans des groupes internationaux, je confirme que le management français n'est pas terrible et que nos méthodes de recrutement ne font suivre des modèles. Quand on manque de qualifications et de connaissance de l'humain, c'est très confortable de suivre une méthode, on a l'impression d'avoir une expertise. Mais pourquoi ces cabinets fleurissent-ils sur le marché ? Nos RH ne savent-ils plus évaluer un candidat à un poste ? D'ailleurs savent-ils vraiment faire des définitions de poste (je ne parle pas de fiches métiers pour le manuel qualité) ? Regardez la différence entre une annonce française, allemande ou britannique et vous comprendrez pourquoi les talents émergent et l'expérience est valorisée chez eux et pas chez nous.

> Répondre

En réponse à Jième

Le Smile

17/02/2017

à 12:45

Je suis tout à fait d'accord avec ce commentaire, j'ai moi-même travaillé plus de 15 ans en Angleterre et après avoir eu un poste pendant 10 ans en France me voilà en recherche d'emploi et là, j'ai du mal. Les recruteurs veulent des gens qui cochent tous leurs critères et qu'ils vont pouvoir mettre dans une case. Ils ne semblent pas disposé à voir le potentiel et les capacités pour un poste à travers les expériences professionnelles si cela n'est pas clairement mentionné dans le CV. Résultat, on fait des CV qui correspond à des annonces au lieu de faire un CV qui correspond à nos expériences.

> Répondre

En réponse à Jième

Alban de l'escarmouche

20/12/2016

à 20:40

Les RH sont deux lignes de dépenses et d'incompetences, ce qui fait le bonheur des cabinet de recrutements

> Répondre

En réponse à Jième

Titus

08/12/2016

à 10:20

La réponse est simple:
Un cabinet de recrutement permet d'anonymiser l'entreprise qui recrute.
Faire appel à un cabinet de recrutement c'est faire appel à un service facturé. Le système économique français "encourage" cela dans la mesure où une facture permet un dégrèvement du CA imposable d'une entreprise économique.

Stupide!!?, oui, je crois, mais c'est ainsi. Les compétences RH des entreprises qui recrutent se concentrent sur les élites qu'elles s'apprêtent à intégrer dans leur staff.

> Répondre

Alain

06/12/2016

à 17:45

Les conseils sont toujours bons à prendre, aventurier dans l’âme j’ai toujours eu pour habitude de tester et de voir si le retour est positif, que risquez-vous ? C’est tellement plus facile maintenant avec l’informatique.
Dans ma carrière j’ai changé 12 fois de sociétés, occupé les plus hautes fonctions de l’industrie dans des groupes prestigieux et des PME. Pour avoir expérimenté le truc quand on a passé 50ans en France les opportunités se font plus rares. Alors il faut prendre ce facteur, c’est comme cela vous devez intégrer statistiquement cet handicap, et vous demandez ce que l’on peut faire.
Le CV a toujours eu son importance pour décrocher un rendez-vous. Pensez aux réseaux sociaux vos relations les salons professionnels les démarches directes tous en bon et surtout ne vous découragez pas.

> Répondre

Jérôme

06/12/2016

à 14:55

Il est certain que les manageurs en France ne sont pas les meilleurs, mais il n'y a pas qu'en France, ne soyons pas trop négatifs.
Par contre la case management est souvent obligatoire en France pour progresser et tout le monde n'est pas fait pour diriger et fédérer une équipe autour de lui, c'est bien dommage car un mangeur doit avant tout savoir s'entourer, donner du sens et une vision à son équipe. Il n'y a malheureusement pas d'école pour enseigner cela et surtout pas l'école en France qui a tendance à former des experts et non des manageurs.

Enfin il est surtout dommage qu'en France on ne donne pas plus sa chance à l'individu de montrer ce dont il est capable, il faut avoir la bonne formation, de l'expérience et qui plus est dans le secteur d'activité, les valeurs de l’individu et sa capacité à s'intégrer sont souvent reliés au second rang voir complétement ignorés. Beaucoup de recruteur ne font pas leur travail auprès de leurs clients, car ils ne sont pas capables de les influencer et se contente de leur fournir ce qu'ils demandent.

> Répondre

guillaume

06/12/2016

à 14:36

merci pour ces conseils.
je suis assez dubitatif quant à la possibilité de citer des N-1 en recommandations, en tout cas, des personnes actuellement N-1 .

cela revient à dire à ses equipes qu'on cherche à quitter le navire ? ... et on parle de motiver les equipes ?

> Répondre

En réponse à guillaume

Chris

10/12/2016

à 10:53

Good point !

On a l'impression de lire une Nième recette de cabinet de recrutement qui essaie de se positionner en éditant des écrits sur le net... C'est uniquement du marketing...

Soyez vous-même et faites le maximum de contact par relationnel.

> Répondre

Serge

06/12/2016

à 13:25

Le manager ne sera jamais réellement manager tant que ses objectifs lui seront dictés par des ratios financiers et uniquement financiers, empêchant toute prise de risque potentielle pour permettre à ses équipes d'initier certaines actions. L'approche court-termiste de la gouvernance d'entreprise d'aujourd'hui propulse le manager au rôle de fusible entre la direction générale et les opérationnels à proprement parler. Leur avenir est tout tracé et ressemble à celui, en leur temps, des DRH qui sont devenus au fil des années et des modes de recrutement, le bras séculier d'une rationalisation des équipes par les coûts. J'en veux pour preuve qu'on nomme aujourd'hui des Chief Happiness Officer pour amener un semblant d'humanité dans les sociétés... Malheureusement, n'est pas manager qui veut....cela se situe bien au dela de nos MBA ou autres sésames institutionnels !
Un manager se doit de prendre le risque de tenir tête à sa direction pour les convictions qui sont siennes comme il doit savoir lacher prise pour des impératifs partagés par la Direction Générale et compris par lui. C'est le lieutenant qui monte au front avec ses équipes et qui partage les inquiétudes de son général d'armée. J'ai vécu les deux situations, j'ai déserté les armées menées par des généraux peu scrupuleux comme j'ai aimé travaillé avec des lieutenants aux valeurs et principes établis, ces derniers amenant les équipes là ou jamais je n'aurai pu moi-même les amener...
C'est là toute la limite des modes de recrutement des managers et du CV tels qu'on les connait aujourd'hui...

> Répondre

frederic

28/09/2016

à 04:33

Le management français est le pire que je connaisse. Manque de pro activité et injustice. Voila son résumé. beaucoup de secteurs sont mal dirigés et souffre à cause de leurs têtes.
Reconnaitre ses erreurs, libérer la parole, fluidiser la communication, récompenser l'initiative et ne pas la brimer lorsqu'elle est mal venue.
Le manager doit avoir du charisme. Il l'obtient avant tout va son objectivité, son honnêteté et ses compétences techniques.
Le reste n'est qu'un emballage destiné à le mettre en valeur vis à vis des ses supérieurs et n'a, pour moi employeur, aucun intérêt.

> Répondre

En réponse à frederic

Pascal Maitre

08/12/2016

à 19:51

Je ne peux qu'être d'accord avec vous.
Les cabinets de recrutement en sont en partie la cause.

> Répondre

En réponse à Pascal Maitre

Chris

10/12/2016

à 10:57

Exact, l'emballage est l'élément qui est jugé en première visu par les cabinets de recrutement... si on en croit tous ces articles qu'ils éditent sur la toile ...

> Répondre

En réponse à frederic

Chousa marc

07/12/2016

à 09:01

A tout vouloir encadrer, maitriser les entreprises ont les managers qu'elles méritent. Des personnes parfois sans pouvoir ni autorité liée à leurs fonctions. Les managers deviennent des gestionnaires du quotidien sans vision sur leurs activités et l'évolution de leurs collaborateurs.
Ils ne sont pas auteurs ni même acteurs mais de simples exécutants.
Heureusement ce n'est pas le cas de toutes les entreprises. Souvent dans les petites et moyennes entreprises, les managers restent des personnes investies d'une autonomie, qui doivent avoir une vision sur l'évolution de leur activité. Ils gardent une responsabilité dans la formation et la promotion de leurs collaborateurs ainsi que l'organisation de leurs services.
Les managers doivent être exemplaires dans leur comportement, être en capacité de décider, savoir communiquer en interne comme en externe et demander à être évalués sur leurs résultats sur des plans financiers, organisationnels et humains. C'est ce qui en feront des personnes charismatiques.

> Répondre

En réponse à frederic

James

06/12/2016

à 20:51

Très juste et très bien dit. J'approuve à 100%

> Répondre

En réponse à frederic

LORI Marie -Dominique

06/12/2016

à 18:16

Il ne faut pas exagérer quand même! Quelles sont vos références dans d'autres pays?
Seriez-vous entrain de dire et de généraliser que la formation ne sert à rien? Elle constitue un accélérateur de compétences et met le doigt sur les zones de vigilance, elle évite bien des erreurs à la prise de poste, à la gestion des conflits et permet de savoir alterner les 4 styles de management.

Certes la personnalité positive induit charisme et capacité de leadership et justement la formation par la mise en mains d'outils d'organisation a ce mérite d'aider ceux qui deviennent chefs sans l'avoir voulu et qui n'ont pas le charisme et le leadership naturels.
Mais quand même je peux vous dire que depuis 1991 que je forme au management j'ai constaté que le management à la française a permis et permet encore de sauver bien des situations de conflits et de crises, de stress de collaborateurs et de hiérarchiques!
Le problème du management à la française se résume dans le fait de privilégier les titres , les grades aux compétences!
Par ailleurs on ne fait pas assez la différence entre les critiques constructives des personnels caractérisés trop souvent de "grandes gueules" de ceux qui sont des "casseurs "(EAR circuit négatif en AT) jamais contents et résistants à priori à tout changement
Il faut libérer la parole sans aucun doute.De là à dire que le management à la française est le pire ,évitons toute généralisation forcément fausse et abusive!

> Répondre

En réponse à frederic

Leroy Philippe

06/12/2016

à 16:02

Cher Frédéric

Soyez béni des dieux pour cette réflexion pertinente que je partage, moi qui ne suis qu'un manager officieux.

> Répondre

En réponse à frederic

Agathe

06/12/2016

à 15:14

Je suis tout à fait de votre avis.
Cependant comment faire valoir ces qualités lorsque nous souhaitons évoluer vers un poste managerial sans avoir réellement encadré et fait évolué une équipe en direct.
Aujourd'hui, les employeurs ne veulent pas perdre de temps avec des profils juniors et ne reçoivent en entretien que des personnes ayant déjà eu le poste de "Manager".
Le plus mauvais manager du monde à plus de chance aujourd'hui de trouver un nouvel emploi qu'une personne extrêmement motivée ayant des compétences de coach et de formateur terrain sans voir eu LA fonction.

> Répondre

En réponse à frederic

Philippe

06/12/2016

à 14:26

Ne soyez pas si sévère, il y a des managers extraordinaires en france mais moins de la moitié c'est vrai.
- Ethique et désintéressé.
- Capable d'amener chacun a donner le meilleur de lui même.
- Reconnait et exploite les différences
- A de la vision et du charisme.
-Partage et déploie les objectifs
- Capable de mettre une pression positive
- Donne un feedback.
Et malgré toutes ces qualités ne se prend pas pour un kador

> Répondre

En réponse à frederic

MO

04/10/2016

à 08:08

Tout à fait d'accord Frédéric !!!!

> Répondre

ericF

27/09/2016

à 21:49

CDAS

22/09/2016

à 08:49

Ces précisions sur les points clefs recherchés par les recruteurs nous apportent une vision plus large et une aide pour la rédaction du CV Merci

> Répondre

Florence

20/09/2016

à 11:52

Une fois de plus, Cadremploi nous livre de précieux conseils pour optimiser notre recherche d'emploi. un grand MERCI !
une question subsidiaire, comment avoir un CV qui va donner envie au recruteur de vous donner le "1er poste" de manager, celui qui va entraîner la dynamique positive ?
Et oui, on a le diplôme mais comment accéder à ce premier sacro-saint poste de manager quand on a pas encore eu la chance de diriger un service ou une division ?

> Répondre

En réponse à Florence

B2B

09/12/2016

à 15:02

Le 1er poste de manager ? (ou tout autre poste d'ailleurs), si vous le voulez, et si vous devez : construisez-le :)
Et en vous appuyant sur des fragments réels collectés dans votre vie professionnelle et personnelle. Renseignez-vous (internet) sur les outils, les méthodes, et aussi les buzzwords qui plaisent.
Décrivez un peu le poste qui vous fait envie.
Un mensonge, une trahison, un péché irréparable, une fracture dans le lien de confiance dont l'employeur vous honorera..bla.bla... ? non une marketisation de votre profil :)
Je ne considère pas un entretien comme une confession d'église...et aussi exit la relation (m/p)aternaliste avec le recruteur bienveillant qui embauche parce que vous êtes bardés de valeurs bien-comme-il-faut. On parle business, contrat, échanges de besoins et de valeurs ajoutées.
Offrez à votre audience ce qu'ils souhaitent lire en sachant qu'à l'entretien faudra produire, bien sûr.
Laissez-les vous dire non, plutôt que vous dire non vous-même.
Les recruteurs sont là pour faire leur choix - à eux de faire leur travail :)
D'ailleurs, les annonces et les entretiens témoignent de la même démarche côté employeur, en éludant sur le N+1 caractériel, la direction sans stratégie, le bazar ambiant ou l'atmosphère délétère...
"Le recrutement et l'embauche sont trop sérieux pour être laissés aux seuls recruteurs " :)

> Répondre

En réponse à Florence

Gege

06/12/2016

à 13:28

Réponse à Florence
Vous êtes jeune manager , ce qu'il vous faut en plus de vos diplômes : du talent , c'est ce qui fera la différence et que vous serez crédible sinon attendez un peu , soyez humble pour apprendre

> Répondre

En réponse à Gege

Florence

07/12/2016

à 15:11

à Gege

Humble je l'ai été longtemps -trop peut-être, et je me suis aperçue que ça ne m'avait pas beaucoup servi ! A rester trop dans l'ombre, on finit par se faire passer devant par des gens pas toujours talentueux -et je reste polie, parce que des bouffons, j'en ai croisé !

Du talent ? on m'en a souvent fait le compliment mais j'ai décidé d'être plus assertive, et je récolte beaucoup plus efficacement !

Jeune ? je ne le suis plus, c'est pour cela que je passe la surmultipliée !

En attendant, par le biais d'opportunités via mon réseau, je me retrouve dans la peau d'une formatrice et donc un peu éloignée des paniers de crabes que représentent certains services en entreprise, et finalement que du bonheur !

> Répondre

youriane

14/09/2016

à 18:07

C'est super interessant

> Répondre

En réponse à youriane

réaliste

20/09/2016

à 14:04

Mais le papier endure tout !

> Répondre

En réponse à youriane

Comte

20/09/2016

à 12:59

comme d'habitude les recruteurs francais (car a l'etranger ca ne se passe pas comme cela...) n'ont rien a dire si ce n'est essayer de justifier leur poste qui ne sert a rien. Ils donnent des lecons qu'ils ne savent meme pas appliquer, et la France s'enfonce dans la mediocrité et les tests en tout genre. Avant il y avait les tests graphologiques, maintenant les lecons sur les CV ! quelle tristesse

> Répondre

En réponse à Comte

Chris

10/12/2016

à 10:59

Je suis d'accord.

> Répondre

En réponse à Comte

Lézard bleu

21/09/2016

à 10:14

Pragmatisme...il a quitté la France!
Petit pays (1%) du monde qui donne de petites leçons de savoir être. Allons...Messieurs et Mesdames des autres pays, merci de bien vouloir passer devant nous, nous sommes ridicules...

> Répondre

En réponse à Comte

MD

20/09/2016

à 19:44

On est encore là, le CV DOIT être sur une page ?! De quoi parle-t-on ?
Et l'on se demande pourquoi de très bons profils, expérimentés dont le parcours nécessite 2 pages, ne trouvent pas de job.
Recruteurs, à l'ère du 2.0, il est temps de faire évoluer vos pratiques archaïques, non ?

> Répondre

En réponse à MD

Boud59

06/12/2016

à 15:08

Un CV en 1 page, à moins d'écrire petit et dense, ne résume pas une carrière de 30 ans, surtout si on veut l'illustrer de quelques chiffres (objectifs/réalisations)... ou alors quelque chose m'échappe ! Sortons de ce stéréotype et prenons soin de raconter une belle histoire, de séduire nos interlocuteurs. Recruteurs de France, EVOLUEZ que diantre !

> Répondre

En réponse à MD

Titus

22/09/2016

à 10:36

Bien d'accord avec vous!
Que l'on édite un CV classique ou un document par compétences, faire toujours plus court fini par ne plus rien mettre si ce n'est que les références des entreprises qui ont accueilli le candidat. En fait, un CV est personnel et tous les lecteurs de CV, les recruteurs et autres RH, ont chacun leur manière de le lire: on ne pourra pas plaire à tout le monde même si le CV est reconstruit à chaque offre d'emploi utilisée.

Les recruteurs ne sont pas tous blancs!

> Répondre

En réponse à Titus

LAURENT

07/12/2016

à 11:04

Bonjour,

vous parlez de ces recruteurs; ces personnes qui vous contactent via Linkedin pour grossir leur CVthèque. Ceux qui vous font faire perdre du temps ensuite par téléphone ou par téléphone. Ceux qui ne vous rappellent jamais...

Avant de donner des leçons sur la forme du CV, je pense qu'ils devraient déjà rencontrer les candidats afin de se faire une idée en réel... Des robots en moins bien...

Je pense que Mesdames et Messieurs les recruteurs devraient se limiter au minimum dans leurs contacts avec les candidats, la politesse, le respect et certainement le savoir-vivre..... Ils devraient apprendre à dire de vive voix à un candidat " vous ne faites pas l'affaire" plutôt que de ne jamais rappeler ces derniers ou 1 fois sur 100 envoyer un joli mail comme quoi nous sommes les meilleur(e)s mais qu'ils ont trouvé encore meilleurs candidats que nous.

> Répondre

En réponse à Titus

Troubadour

06/12/2016

à 14:15

Tout à fait d'accord sur ce commentaire...
Arrêtons de penser comme des clones, faisons preuve d'imagination et d'ouverture. Le CV en un mot qui veut tout résumer n'existe pas et sans doute ne voudra rien dire...
Alors les recruteurs, soyez des vrais pros en lisant, analysant, convoquant et échangeant.. sans cela rien ne sera sérieux... si vous avez trop à faire! Embaucher!

> Répondre

+