CV : ce que les recruteurs regardent en premier

Aurélie Tachot

La majorité des recruteurs se rend tout de suite à la rubrique "compétences" du CV. Mais certains louchent d'abord sur la photo du candidats, selon une étude Robert Half. Conseils pour déjouer les automatismes plus ou moins inattendus des DRH.

L'expérience professionnelle

Vos précédents postes, les missions que vous avez menées, la durée de vos contrats de travail... Voilà (sans surprise) ce que vont chercher en tout premier lieu 42 % des recruteurs français sur votre CV, selon une étude du cabinet de recrutement Robert Half parue fin novembre. Et là, pas question de se contenter d'énumérer les postes que vous avez précédemment occupés. « Pour chaque expérience significative, il faut indiquer les résultats concrets que vous avez obtenus », rappelle Bruno Fadda, directeur associé de Robert Half International. Un directeur financier, par exemple, pourra évoquer l'optimisation d'une trésorerie ou la baisse d'un ratio sur la rotation des stocks tandis qu'un responsable juridique pourra axer son CV sur le nombre d'opérations d'acquisitions effectuées et les outils de reporting mis en place.

Les qualifications professionnelles

Même si elles sont reléguées au second rang, les qualifications professionnelles continuent d'être une priorité pour 21% des recruteurs français. Tout comme leurs compères allemands et italiens, les recruteurs de l'Hexagone considèrent que les diplômes restent d'excellents sésames pour se faire embaucher dans une entreprise. À moins que vous ne soyez diplômé d'un établissement méconnu des recruteurs français, « il est inutile d'entrer dans le détail du contenu de votre formation », précise Bruno Fadda. Profitez plutôt de cette rubrique pour indiquer les stages que vous avez suivis dans le cadre de la formation continue. Surtout s'ils portent sur des thématiques d'actualité comme la gestion de crise ou les risques psychosociaux.

Les compétences techniques

Le tour d'Europe de Robert Half indique que 14% des recruteurs français scrutent en priorité les compétences techniques des candidats. Un pourcentage qu'on retrouve également chez nos voisins italiens et belges. « Si un candidat possède des compétences techniques attendues par le marché, il doit les rendre visibles en les faisant figurer dans le descriptif de ses expériences voire même en entête de son CV », explique le directeur associé. Pour coller aux attentes du poste, pensez à reprendre les mots-clés de l'annonce. Si vous convoitez un poste dans la comptabilité, par exemple, le recruteur s'attend à ce que indiquiez les normes IAS, IFRS, US-GAAP... Pensez toutefois à rester dans la sphère technique. Quoiqu'essentielles, les compétences qui ont trait au savoir-être n'ont pas leur place en entête de votre CV.

Les renseignements personnels et la photo

C'est LA bonne nouvelle de l'enquête de Robert Half. Seuls 6% des recruteurs français entament la lecture d'un CV par les renseignements personnels (âge, situation familiale, adresse...). Et environ 3% par la photo. Des résultats qui prouvent que les campagnes de sensibilisation sur la discrimination à l'embauche commencent à porter leurs fruits. Sur ce point, la Suisse fait toutefois figure de mauvais élève. Les recruteurs helvétiques sont 10% à admettre qu'ils regardent le visage du candidat avant de s'intéresser aux autres critères.

Aurélie Tachot © Cadremploi

Aurélie Tachot
Aurélie Tachot

Après avoir occupé le poste de rédactrice en chef d’ExclusiveRH.com (entre autres), je travaille désormais à mon compte. Pour Cadremploi, je contribue à la rubrique Actualités via des enquêtes, des interviews ou des analyses sur les évolutions du monde du travail, sans jamais oublier l'angle du digital.

Vous aimerez aussi :