Informatique : 5 conseils clés pour votre CV

Cadremploi

Cette semaine c’est le CV de X., responsable infrastructure et production SI (Système d’Information) qui a été tiré au sort dans le cadre de notre opération « Améliorez votre CV en un clic ». Notre partenaire CVfirst lui vient en aide et lui délivre 5 conseils sur-mesure pour améliorer sa candidature. Ce service vous intéresse ? Découvrez dans cet article les modalités de participation.

Visualisez le CV informatique en PDF*

L’impression générale d’Anthony, expert CVfirst : « Vos réelles compétences restent encore trop vagues pour convaincre un recruteur. Objectif : clarifier le champ de votre expertise ! »

1 – Choisir un titre accrocheur pour un recruteur

« Vos compétences principales, présentées en accroche sous le titre de votre CV, semblent très intéressantes mais restent bien trop floues pour qu’un recruteur cherchant à pourvoir un poste vous correspondant soit immédiatement convaincu par votre candidature. Vous devez adapter les éléments-clés, en créant un titre immédiatement compréhensible par un Directeur général ou un Directeur des ressources humaines.  

Car, en attendant, un recruteur doit encore lire entre les lignes ! Il peut, à travers les mentions ITIL et MCO vous catégoriser comme responsable d’exploitation ou responsable production - ce qui va d’ailleurs plutôt vous rattacher à la période 1998-2005. En même temps, le côté fédérateur, développé dans vos fonctions de DSI adjoint, n’est pas mis en avant dans le titre, ce qui donne l’impression que vous souhaitez revenir à une fonction de production pure. » 

2 – Clarifiez votre position actuelle

« Où travaillez-vous exactement et jusqu’à quand s’il s’agit d’un contrat à durée déterminée ? Votre mission actuelle semble bien mystérieuse, tant par les responsabilités que vous occupez que par l’absence d’information sur votre employeur ! Vous pouvez bien sûr choisir de ne pas citer le nom de votre employeur. Malgré tout, indiquer la ville et le pays où vous travaillez constitue un prérequis nécessaire. 

En outre, votre mission précédente est longue et nettement plus valorisée que cette dernière expérience. Cette économie de détails entretient un doute sur vos motivations à ce poste. Si c’est un vrai virage, il faudrait étoffer cette dernière expérience, développer vos réussites et vos responsabilités. En revanche, si c’est une simple parenthèse, vous pouvez renforcer son côté transitoire. Voire évoquer les raisons du départ de votre poste précédent. » 

3 – Sachez valoriser vos succès

« Voici typiquement le genre de formulation qui ne sert pas à grand-chose : « Manager Technique de Transition pour la mise en commun des moyens d’infrastructure et de production SI au niveau national et mondial pour SAP, réseaux/télécom et sécurité, via la filiale informatique du groupe (basée en province, 6 collaborateurs en direct, 60 au total) ». Vous devez dégager des résultats plus visibles par le recruteur et ainsi mieux valoriser vos atouts face aux autres candidats ! Or, citer un nombre de collaborateurs, par exemple, est une arme à double tranchant : même s’il s’agit d’un élément quantifiable, il peut aider le recruteur à vous déstabiliser en vous demandant si vous n’auriez pas pu faire la même chose avec des équipes plus restreintes et plus productives. A minima, il faudrait indiquer si vous avez « ajusté l’équipe ». 

Mieux vaut mettre en avant des éléments moins sujets à caution. Quelles sont vos responsabilités précises ? Qu’avez-vous apporté à cette structure grâce à vos actions personnelles et concrètes ? Qu’avez-vous modifié, amélioré, créé dès votre prise de fonction (puisque vous mettez en avant une « création de poste ») ? D’ailleurs, plus, globalement, l’absence de réussites précises orientées business étonneront tout autant un DG qui ne trouvera pas dans votre CV les éléments clés permettant de se projeter dans une relation de type « Business Partner » avec son futur RSI/DSI. »

4 – Formation et hobbies : rectifiez le tir

« Attention à la rubrique « formation ». Côté langues, la mention « Anglais comme langue de travail » est contre-productive ou à préciser. En effet, à l’analyse de votre CV, cette pratique semble remonter à 2005 car aucune mission internationale n’est visible après et ce type d’incohérence peut jeter un doute sur le reste de votre parcours professionnel.

De même, la mention ITIL, figurant uniquement dans le titre du CV, mérite d’être précisée. À quelle date votre certification a-t-elle été obtenue ? Ces imprécisions inquiéteront un DSI qui ne sera pas en mesure d’évaluer l’étendue de vos compétences et pourra penser que vous picorez des mots-clés sans développer réellement les compétences correspondantes.

Quant à vos hobbies, gare aux loisirs très prenants ! Des disciplines comme le marathon peuvent contrarier un futur employeur qui peut craindre que cela n’empiète trop sur vos activités professionnelles, par des absences ou demandes d’aménagement d’horaires répétées, par exemple. »

5 – Design : plus de modernité

« Sur la forme, enfin, votre CV manque un peu de modernité. Par exemple, supprimez le cadre du titre de votre CV qui donne un petit côté « rubrique nécrologique ». Autre détail qui n’en est pas un : les puces sont une fausse bonne idée. Vous avez utilisé la « puce numéro cinq de la bibliothèque de puces de Word 2007 » que tous les recruteurs connaissent bien. Sans chercher l’originalité, repiquer brut de fonderie un format standard de Word ne colle pas trop avec votre capacité à « créer un poste ».

Par ailleurs, simplifiez la présentation de vos expériences professionnelles en valorisant davantage le fond. Mettez en exergue vos fonctions (DSI adjoint par exemple) plutôt que vos employeurs, car c’est vous que vous vendez, pas eux… Et ce serait dommage de vous sous-estimer ! »

 

Vous aussi, participez au tirage au sort hebdomadaire de l’opération Cadremploi & CVfirst « Améliorez votre CV en un clic » et recevez 5 conseils clés pour votre CV. Voici les modalités de participation.

 

* Les CV publiés dans le cadre de cette chronique sont rendus anonymes.

Propos recueillis par Céline Chaudeau © Cadremploi.fr

 

 

 

Cadremploi
Cadremploi

Vous aimerez aussi :