Les mots clés du e-CV

Publié le 01 avril 2008 La rédaction Cadremploi

Il est très loin le temps où un recruteur décachetait lui-même son courrier et triait les CV : d'un côté le bon grain, les candidatures qui correspondent peu ou prou au profil recherché, et de l'autre l'ivraie, celles qui sont à côté de la plaque. C'est terminé, du moins pour plus de la moitié de ces missives.

Car une majorité de CV sont désormais envoyés à leurs récipiendaires par mail, ou par le biais de job boards comme Cadremploi.fr. Et ils sont traités automatiquement. Depuis deux ou trois ans, les logiciels de tri se sont généralisés. C'est que, grâce à la facilité d'envoi offerte par le numérique, chaque offre suscite de plus en plus de réponses. Du coup, leur sélection s'avère plus fastidieuse qu'au bon vieux temps de l'envoi postal et la plupart des recruteurs en cabinet ou en entreprises utilisent ces trieuses qui fonctionnent sur un mode assez simple.

Trouver le mot juste

En fait, ce sont des tamis qui filtrent les CV suivant certains mots clés soigneusement sélectionnés par le cabinet ou la direction des ressources humaines de l'entreprise embaucheuse. Il est donc essentiel de les intégrer à son curriculum, au risque de passer à la trappe, même en ayant le profil recherché.
Un logiciel, aussi sophistiqué soit-il, n'est qu'un robot. Il élimine systématiquement le candidat s'il ne découvre pas dans son curriculum une majorité de mots que son mentor lui aura indiqué. Certains établissent un « scoring », un classement qualitatif des CV en fonction de leur pertinence. Ceux qui récoltent le plus de points dans cette course aux mots-clés gagnent le droit d'être retenus pour un second tour.

S'adapter

Il est donc essentiel d'adapter son CV à chaque annonce. Si l'offre s'adresse à un « ingénieur commercial », il convient de reprendre ce terme. Directement dans la rubrique « expériences » ou au travers du titre figurant en haut du CV. Personne ne vous reprochera de traduire votre titre officiel s'il relève d'un jargon peu utilisé en dehors de votre entreprise ou de son secteur d'activité. Ainsi un ingénieur « liaisons au sol » dans l'automobile devra se trouver un titre plus générique pour travailler dans l'aéronautique. A propos, veillez à préciser systématiquement le secteur d'activité à côté du nom de l'entreprise pour laquelle vous avez travaillé, même s'il s'agit d'employeurs très connus. Et si vous espérez changer de secteur, précisez-le en titre du CV, qui correspond dans ce cas à votre projet professionnel.
Si la fonction occupée est importante, les compétences techniques le sont tout autant et contiennent elles aussi des mots clés. Ils dépendent bien évidemment des fonctions. Linux, SAP, HTML sont les bienvenus en informatique, toujours selon la spécialité spécifiée dans l'annonce. Mais l'impitoyable logiciel se penche également sur la formation du candidat.

Gare à la coquille !

Comme on l'a souligné, ce logiciel n'est qu'un exécutant, alors gare aux fautes d'orthographe qui pourrait faire disparaître le curriculum d'un ex H&C à cause d'une malheureuse coquille, alors que le poste s'adressait, évidemment à un ex-HEC.
Enfin, quelques petits rusés prennent un malin plaisir à saisir sur leur CV Word des mots clés en haut de la page mais en caractères invisibles, histoire de ne pas refaire leur CV à chaque fois et de réaliser malgré tout un bon scoring. Ce petit truc habile n'empêche pas les recruteurs de les retoquer lors de leur sélection à eux s'ils ont triché. Car le deuxième tour éliminatoire est toujours effectué par une main et, surtout, un œil humain.

La rédaction Cadremploi
La rédaction Cadremploi

Vous aimerez aussi :