CV directeur général

Publié le 10 avril 2020 Sylvia Di Pasquale

  1. Impression générale - maquette
  2. Titre du CV
  3. État civil
  4. Compétences
  5. Expérience professionnelle
  6. Formation
  7. Langues et informatique
  8. Divers ou compléments
  9. Conclusion

Impression générale - maquette

Ce qui frappe Michel M., chargé de recrutement dans un groupe de dis­tribution, lorsqu'il examine ce CV de directeur général, c'est son sérieux. « Il n'y a aucune fioriture, pas de fantaisie. Les liserés autour de la photo ou en fin de CV rappellent un peu les faire-part d'antan. On ne peut lui reprocher son manque de fantaisie, mais l'impression générale est terne. D'autant que le candidat a choisi de mettre une photo (alors qu'elle n'était pas deman­dée) où il n'esquisse même pas le début d'un sourire. C'est dommage pour un premier contact. »

Titre du CV

Il est clair et complet, mais notre recruteur y découvre néanmoins une petite anicroche : « C'est le verbe capitaliser qui me chiffonne, ça donne au candi­dat un côté petit épargnant de carrière. J'aurais préféré un titre comme "directeur général" et un sous-titre sobre : "Vingt-cinq ans d'expérience". »

État civil

Il est très complet. Le candidat donne sa date de naissance et livre son âge, ce qui évite au lecteur de faire le calcul. « C'est une manière d'assu­mer son âge haut et fort, même en connaissant les difficultés de retour à l'emploi lorsque l'on est presque quinqua (y compris pour des postes de direction). »

Compétences

Elles sont parfaitement décrites et surtout très bien synthétisées. Michel M. apporte tout de même un bémol. « Il est inutile, à ce niveau de res­ponsabilités, de placer la "pratique de la bureautique" dans les compé­tences-clés. Cela peut laisser supposer chez le candidat qu'il s'agit d'une découverte récente, d'un acquis dont il est fier. Alors qu'aujourd'hui, pour un cadre, c'est bien la moindre des choses. »

Expérience professionnelle

La carrière de ce candidat est d'une lisibilité absolue. « C'est dû à la clarté et à la logique de son CV. Pour chaque expérience, décrite de manière synthétique mais complète, il a précisé les missions réalisées et, pour les postes à fortes responsabilités, il a en outre ajouté une rubri­que "résultats". Simple et rudement efficace. »

Formation

Le candidat ne s'est pas étendu sur ce sujet. « Il a parfaitement raison, insiste le spécialiste de la grande distribution. Il sait que c'est sa grande expérience qu'il doit valoriser avant tout. »

Langues et informatique

L'informatique, nous l'avons vu, s'est retrouvée au rayon compétences, quant à l'anglais, il figure dans la rubrique « formation ». « Mais on ne sait pas de quelle formation ou diplôme de langue il dispose. »

Divers ou compléments

Pas la moindre rubrique « loisirs » dans ce CV très sérieux. « Vous savez, sourit Michel M., plutôt que d'écrire "balade, voyages" ou "marche à pied", notre candidat a peut-être préféré s'en passer. Car il sait que ces rubriques sont parfois d'une banalité affligeante. »

Conclusion

Si ce CV de directeur général manque un peu de fantaisie, il n'en reste pas moins rudement efficace. Malgré quelques légers défauts dans son titre et quelques amé­nagements possibles.

Télécharger : CV_Directeur_general.jpg

Sylvia Di Pasquale
Sylvia Di Pasquale

Je suis rédactrice en chef de Cadremploi depuis 2006, en charge de la rubrique actualités du site. Je couvre des sujets sur la mutation des métiers, l'évolution des rapports recruteurs/recrutés, les nouvelles pratiques managériales ou les avancées de la parité. A la fois sous forme de textes, d'émissions video, de podcasts ou d'animation de débats IRL.

Vous aimerez aussi :