CV directeur régional des ventes

Publié le 10 avril 2020 Sylvie Laidet

Voici un exemple de CV tellement complet, qu’il peut – en fonction du recruteur – permettre au candidat de se passer du mail de motivation. Ce curriculum a été sélectionné et commenté par Cyril Capel, dirigeant de CCLD recrutement.

 

Exemple de CV d'un directeur régional des ventes

Voir le CV en format PDF.

Les commentaires de l’expert

Aspect général

Un CV de DRV très fourni mais très clair car organisé en deux parties essentielles : expériences et compétences.

Parcours

Il est cohérent. Le candidat a débuté comme commercial puis a évolué comme chef des ventes. Il a ensuite changé de métier en passant en GMS. Pour cela, il a accepté un job de chef de secteur, l’équivalent d’un poste de commercial. Il a ensuite poursuivi son ascension dans la direction commerciale jusqu'au poste de directeur régional des ventes, c’est très logique et bien expliqué.

Données personnelles

Le candidat se limite aux informations pratiques. Il n’est pas nécessaire de mettre son âge ou sa situation marital, si l’on risque de faire face à certains préjugés. Selon moi, il est d’ailleurs de plus en plus judicieux de placer les infos personnelles en bas du CV. Ainsi, le recruteur attaque la lecture du CV sur le versant professionnel. [Note : d’autres recruteurs conseillent de laisser ces informations en haut du CV, là où le recruteur a l’habitude de les trouver, à vous de voir !]

Expériences

Ce CV précise l’intitulé du poste occupé, le nom de son employeur, une info sur son entreprise et, surtout, il illustre par des chiffres toutes ses réalisations. Le nombre de personnes encadrées, l’objectif fixé et le résultat produit. C’est exactement ce que l’on attend d’un responsable des ventes : des faits et des chiffres.

Compétences

C’est parfait car il cite et développe grâce à des verbes d’action (participer, diriger, animer, accompagner….) les trois compétences clés attendues pour le poste : commercial, management et gestion.

Diplômes et formation

En 1998, il décroche une habilitation chez l’un de ses employeurs. Il en donne un équivalent en diplôme plus connu. C’est malin car cela permet au recruteur de situer le niveau de connaissance. Même si de toute façon son expérience est déjà bien suffisante.

Centres d’intérêt

C’est clair et concis. Le candidat a raison de ne pas trop développer. C’est lors de l’entretien qu’il devra en dire plus sur son investissement par exemple, dans le club de rugby en mettant en avant les valeurs de ce sport qui lui sont chères.

Pour en savoir plus, lire le dossier lié : "Trois CV qui se passent de mail de motivation"

Propos recueillis par Sylvie Laidet © Cadremploi.fr

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :