4 bonnes raisons de relancer un recruteur après un refus

Publié le 21 octobre 2019 Elodie Buzaud

Peut-on recontacter un recruteur après qu’il ait refusé une candidature ? Oui, à condition d’avoir une bonne raison de le faire. Cadremploi détaille quatre situations valables dans lesquelles vous pourriez le recontacter sans aucun problème.
4 bonnes raisons de relancer un recruteur après un refus

Répondre à un refus de candidature, c'est aller jusqu'au bout du processus de recrutement et vous permettre de comprendre les raisons qui ont poussé le recruteur à ne pas vous choisir dans le but de vous améliorer les fois prochaines.

1ʳᵉ raison de relancer un recruteur après un refus : comprendre pourquoi sa candidature n’a pas été retenue

Les recruteurs sont unanimes sur ce point : les candidats ne doivent pas hésiter à demander les motifs du refus de leur candidature. C’est très utile car cela incite à « réajuster sa recherche d’emploi en visant des secteurs ou des postes plus en adéquation avec son profil, améliorer son CV et travailler sa présentation pour l’entretien d’embauche, considère Emilie Trappler, senior manager chez Hays, ou même pour acquérir les compétences qui manquent ».

Mais attention : il faut être prêt à entendre la critique et ne pas se braquer. Selon Emilie Trappler, les consultants sont de plus en plus francs avec les candidats. « On peut refuser un candidat parce qu’on estime qu’il est sous-dimensionné par rapport au poste, parce que son niveau d’anglais n’est pas satisfaisant ou parce qu’il n’a pas su convaincre l’opérationnel. », précise-t-elle. Il faut aussi accepter que certains employeurs ne donnent pas de réponse précise.

Notre conseil Cadremploi : pour augmenter vos chances d’obtenir une réponse, appelez le recruteur ou envoyez-lui un e-mail maximum deux ou trois jours après le refus, de façon à ce qu’« il se souvienne encore bien de vous et que sa réponse soit de qualité », préconise Sébastien Bompard, directeur au sein du cabinet de recrutement Taste.

À lire aussi >> Réussir son entretien d'embauche

2ᵉ raison de relancer un recruteur après un refus : s'il y a eu un malentendu sur nos compétences

Si un recruteur vous reproche de manquer de compétences que vous estimez avoir, dites-le lui ! « Un candidat peut encore renverser la tendance, s’il justifie qu’il possède bien les compétences qu’on recherche, mais qu’il a simplement été déstabilisé durant l’entretien », estime Emilie Trappler.

Le consultant en recrutement Yves Maire du Poset nous citait récemment le cas d’une candidate repêchée après un refus : « elle n’a pas hésité une seconde quand elle a reçu un retour négatif. Elle a pris son téléphone et a rappelé l’accueil de l’entreprise en demandant à parler à la personne qui l’avait reçue. Elle a réaffirmé une nouvelle fois sa motivation, son savoir-faire et sa capacité d’apprentissage. Le recruteur a accepté de la revoir… et a fini par l’embaucher ».

Mais « pour renverser la vapeur, il faut être très fort », prévient Sébastien Bompard. En réalité, il faut réagir du tac au tac, dès que le recruteur vous apprend que vous êtes refusé par téléphone ou par mail, argumenter et justifier pourquoi on n’a pas été en mesure de faire preuve de ses compétences lors de l’entretien ou des tests. « Mais on ne sollicite pas de nouvel entretien », prévient Coralie Girard-Claudon, responsable chez Approach People.

À lire aussi >> Comment montrer sa motivation en entretien d’embauche ?

3ᵉ raison de relancer un recruteur après un refus : si le recruteur sous-entend qu’il peut y avoir d’autres opportunités

Dans certains cas, un recruteur peut vous inciter lui-même à le relancer. Si dans sa réponse il indique « qu’il a apprécié votre candidature, qu’il a choisi un autre candidat, mais qu'un poste équivalent sera de nouveau vacant dans trois mois ». Là, « il faut renvoyer un mail un peu plus tard et proposer une nouvelle prise de rendez-vous ! », encourage Emilie Trappler. De même, si un recruteur vous dit que votre candidature n’est pas retenue mais que d’autres postes sont à pourvoir dans la société, n’hésitez pas ! Cela signifie qu’il vous verrait peut-être sur une autre mission, et que vous pouvez tenter votre chance.

À lire aussi >> Feedback entretien : comment le demander au recruteur ?

4ᵉ raison de relancer un recruteur après un refus :  après avoir acquis les compétences manquantes

Enfin, si votre candidature est refusée à cause d’un manque d’expérience ou de compétences (en langues par exemple), vous pouvez acquérir ces compétences et revenir à la charge.

« On peut être amené à rencontrer des jeunes diplômés qui ont été refusés, six mois ou un an plus tard, une fois qu’ils ont acquis les compétences nécessaires, indique Coralie Girard-Claudon, en général, si le motif du refus est le manque d’expérience, vous avez tout intérêt à postuler à nouveau ».

Pour ce faire, « le mieux, c’est d’envoyer un mail à la personne que l’on avait rencontrée lors de l’entretien avec un CV à jour ou refait, d’écrire que l’on avait déjà postulé et pas retenu mais que depuis, notre profil a évolué », recommande la recruteuse d’Approach People.

À lire aussi >> Quelle est la meilleure période pour postuler ?

3 bonnes raisons de ne pas relancer le recruteur après un refus de candidature

  • Si le recruteur est catégorique. D’autant plus si vous avez déjà eu plusieurs entretiens.
  • Si vous avez déjà relancé (plusieurs fois) sans réponse.
  • Si les motifs de refus du recruteur ne sont pas acceptables aux yeux de la loi (origine ethnique, apparence, nationalité, âge, etc.). Dans ce cas, vous pouvez saisir le Défenseur des droits pour discrimination.

À lire aussi >> Entretien d’embauche : 8 questions illégales

Elodie Buzaud
Elodie Buzaud

Le travail et l’écologie sont mes thématiques de prédilection. En tant que journaliste indépendante, je cherche notamment à répondre aux questions que posent ces deux sujets pour mieux comprendre comment le travail, et les travailleurs, peuvent contribuer à la transition écologique.

Vous aimerez aussi :