Cadremploi.fr  > Conseils > Conseils candidature > 7 choses que les recruteurs ne veulent pas savoir sur vous

7 choses que les recruteurs ne veulent pas savoir sur vous

7-choses-que-les-recruteurs-ne-veulent-pas-savoir-sur-vous-

Être transparent et en dire le maximum sur vous au recruteur ? La démarche part d’un bon sentiment mais attention, sur un CV ou en entretien d’embauche, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Surtout celles-ci...

1 - Votre situation maritale

Célibataire, marié, divorcé, pacsé avec une personne du sexe opposé ou pas, voilà des précisions qui relèvent de votre sphère privée. Donc qu’elles y demeurent. « Pour un poste de commercial, je me souviens d’un candidat qui m’expliquait être divorcé et donc avoir la garde de ses enfants depuis 3 mois. Il avait l’air abattu par la situation et moi très embarrassé », se souvient Makram Torkhani, ancien consultant en recrutement et aujourd’hui dirigeant du moteur de recherche Yatedo.

 

2 - La vie de vos enfants

Félix, Madeleine et Constance sont certes vos petits anges adorés, mais pas encore en âge de travailler. Donc halte à la prose sur le talent de vos petits génies. Limite, le recruteur ne doit même pas avoir connaissance de leur existence tant que cela n’a pas d’incidence sur votre organisation dans le futur poste. Ne perdez pas de vue que vous êtes encore au stade du recrutement. Donc les brillants résultats de Madeleine en prépa, les exploits de Félix au rugby sont à garder pour vous.

 

3 - Votre état de santé 

Là encore, diffuser ce type d’info au recruteur peut au mieux susciter de l’empathie, au pire annihiler toutes vos chances d’être sélectionné. « "J’ai fait un AVC puis un burn-out et laissez-moi vous raconter comment tout c’est passé", voilà le genre de phrase récemment prononcée par un candidat », raconte Corinne Cabanes, dirigeante du cabinet de recrutement Corinne Cabanes & Associés. « Pour justifier un trou dans son CV, une jeune femme m’expliquait qu’elle avait du mal à avoir un enfant et donc qu’elle avait du se rendre à plusieurs reprises à l’étranger pour y remédier. Même s’il y a toujours une certaine porosité entre la vie professionnelle et personnelle, je n’ai pas besoin de connaître ces détails. On ne sait pas comment réagir. Être trop empathique créé de la confiance chez le candidat mais jusqu’où faut-il aller ? Dans ce cas précis, j’ai abrégé le sujet en la recadrant sur son parcours », illustre Farida El Aridi, DRH de Coyote System.

 

4 - Trop d’infos sur votre passion

Que vous soyez passionné de golf, de littérature médiévale, de vins ou que vous ayez gagné l’élection de la miss locale, n’en faites pas tout un plat en détaillant pendant un quart d’heure votre handicap sur le green, en récitant des extraits de la Chanson de Roland, etc. « Vos propos sur votre engagement dans une activité extra-professionnelle doivent, en quelques mots, vous permettre de dégager les aspects positifs de votre savoir être et de vos savoir-faire », insiste le dirigeant de Yatedo.

 

5 - Votre vrai défaut

« Je dois vous dire, je suis un peu têtu ». Voilà le genre d’info dont les recruteurs se passeraient bien. En entretien, ne soyez pas trop honnête non plus. L’objectif est de vous vendre, pas de vous dévoiler totalement. Donc sans tomber dans le cliché du "je suis perfectionniste", trouvez vous un défaut qui ne mange pas de pain.

 

6 - Votre capacité à médire

Quelle que soit la raison pour laquelle vous avez quitté votre précédent poste, ne le racontez pas en mettant trop d’affect. « Par exemple, ne dites pas que vous n’avez pas pu progresser dans votre précédent poste car votre N+1 avait ses chouchous et que vous n’étiez pas l’un d’entre eux », illustre Makram Torkhani. « Médire sur son ancien chef, ses anciens collègues, pire son ancienne entreprise dénote une certaine fragilité chez le candidat. Alors que quand on recrute, on recherche des gens solides avec des convictions. Cela nous met également la puce à l’oreille sur son incapacité à garder des informations qui peuvent être confidentielles », souligne la DRH de Coyote.

 

7 - Vos idées politiques ou religieuses

L’entreprise est un espace laïc et apolitique donc le recruteur n’a pas à connaître votre vote à la dernière élection. Au mieux il partage vos opinions, mais n’a pas envie qu’un jour il vous prenne l’envie de faire du prosélytisme dans son entreprise. Au pire, il pense exactement le contraire. Et cela risque de peser en votre défaveur. Voire de vous mettre hors jeu.

120

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Demandeur d'emploi

19/04/2016

à 20:11

Même avis (45 ans)

> Répondre

En réponse à Demandeur d'emploi

makanfing camara

20/04/2016

à 11:47

un plus pour moi merci beaucoup.

> Répondre

Gatien

19/04/2016

à 19:43

Comment reconnaitre une fonction inutile au sein d l'entreprise ?
Demandez à chaque service de se mettre en grève, tour après tour ?
Si l'entreprise continue de produire, c'est que le service en grève, ne sert à rien !

Faites le test avec la RH ?

RH, devrait dire, RENDRE HEUREUX,
ou RICHESSES HUMAINES.

Au plaisir

> Répondre

En réponse à Gatien

Miro

20/04/2016

à 01:13

Ouais ça dépend combien de temps dure la greve et de la vision qu'on à se e l'entreprise. Sur du court terme effectivement quelques jours se grève des RH ne pèsera pas lourd sur la productivité ou sur l'innovation.

> Répondre

En réponse à Gatien

Mars

19/04/2016

à 21:15

Bonjour,
je ne défends pas du tout ma paroisse car je suis dessinateur projeteur. Ok le service RH ne produit pas certes mais en général, c'est lui qui établi la paye, donc à la fin du mois c'est utile.
Au revoir.

> Répondre

En réponse à Mars

CORVEA Claude

20/04/2016

à 07:32

Cher ami,
vous confondez la fonction de "comptable" et de R.H.

C'est probablement un "acte manqué" de votre part (une confusion involontaire) car la gestion des "Ressources Humaines" n'existe que dans les ENTREPRISES A VISAGE HUMAIN, et elles sont de plus en plus rares en France.

Quant aux Administrations, la plupart sont aujourd'hui phagocytées par des femmes (plus de 65% des effectifs) qui vivent dans la terreur et refusent l'embauche de mâles qui pourraient contester cette ambiance délétère dans leurs organisations.

Là aussi, il faudra "lancer une alerte" ou simplement lancer une pétition.

> Répondre

En réponse à CORVEA Claude

Cybcoco

20/04/2016

à 11:22

Très drôle comme remarque. Alors que les hommes phagocytent un certain nombre de domaines professionnels qui ne commencent à s'ouvrir aux femmes que depuis peu. Pourquoi croyez-vous qu'il y ait beaucoup de femmes dans certains secteurs et certaines professions si ce n'est la fermeture à d'autres domaines détenus par les hommes qui gardent également leur pré carré depuis des décennies. Sans compter les différences de salaire à un même poste. Ah le bon temps d'autrefois ! Avec ses braves entreprises à visage humain qui vous envoyaient dans le fond des mines pour une bouchée de pain, qui vous filaient quelques sous pour des heures de travail avec un chef si gentil qui pratiquait le droit de cuissage... et où vous ne pouviez même pas vous défendre. Qui vit aujourd'hui dans la terreur : les femmes ou vous qui avez peur des femmes qui ont quand même gagné un peu plus de liberté et de capacité à exister en entreprise ?

> Répondre

En réponse à Cybcoco

Ophrys31

18/06/2016

à 10:56

Merci pour cette réaction "si réaliste" de la situation. Enfin quelqu'un qui voit plus loin que sa propre condition !! De la part d'une femme qui travaille dans un monde d'hommes et qui n'y voit aucun inconvénient , quelques recadrages de temps en temps mais aucun inconvénient...... :-)

> Répondre

En réponse à Cybcoco

CORVEA Claude

20/04/2016

à 13:44

Bonjour, Cybcoco,
j'ai travaillé dans tous les milieux (en col blanc) : 100% d'hommes ; 100% de femmes ; 100% de jeunes.
Aucun de ces milieux ne m'a plu !
L'entreprise qui m'a laissé le meilleur souvenir?
Une banque d'affaires américaine (hors de France) avec un ratio du type (5 X 20%) : hommes, femmes, jeunes, "âgé(e)s", étranger(es).
Donc, je persiite et signe : moins de femmes dans les administrations (administrations sociales, enseignement,justice...).
Et vite, vite, plus de femmes et de jeunes dans les secteurs où ils font défaut...

> Répondre

CORVEA Claude

19/04/2016

à 19:18

Les recruteurs profitent (un peu trop) de la situation de sous-emploi généralisé.
Autrement dit, ils seraient bien plus modestes si la situation s'inversait : s'ils étaient quémandeurs comme c'était le cas dans les années 60-70.

De plus, leurs rémunérations sont disproportionnées par rapport aux qualifications requises et au travail exigé pour faire du recrutement à tel point que je ne vois pas de grandes différences entre leur "métier de maquignon" et le métier de "conseil en immobilier".
Beaucoup de blablas, beaucoup de suffisance mais que du vent !

Bien sûr, ce sont les candidats qui paient leurs rémunérations car leurs salaires à l'embauche seraient plus élevés si les employeurs ne devaient pas amortir les 20%-25% de la rémunération brute.

En clair, y en a un peu marre de lire tous ces articles sur ce qu'il faut faire, ne pas faire, dire, ne pas dire !!!!

Attendez-vous à des retours de bâton de la part de toute cette jeunesse brimée, méprisée, ignorée.
Les recruteurs les convoquent pour un oui ou pour un non, ils les mettent en situation de stress inutile...
Et comble de tout, ils ne reçoivent aucune indemnisation!!!

Même la SECU et les Administrations se permettent de rassembler du bétail (avec des testes, de des entretiens pénibles) sans même leur offrir un verre d'eau...

Et vous croyez que ces "spécialistes" font les bons choix ?
Regardez l'état de la France et de ses entreprises : nos voisins n'utilisent pas ces méthodes, et ils sont bien plus compétitifs que nous.

Mesdames, Messiers les recruteurs, profitez bien de la situation mais cela ne durera pas...
Et vous serez rapidement placés dans la situation humiliante de demandeurs d'emploi.

Signé :
Un retraité écœuré de voir comment cette Société est devenue futile et méprisante...

> Répondre

En réponse à CORVEA Claude

Michel

19/04/2016

à 20:17

Tout à fait d'accord !
Raz le bol que l'on nous "impose" ce qu'il faut dire, faire, être, ne pas dire, ne pas faire ou ne pas être...
Quoi qu'il en soit on sera toujours trop quelque chose ou pas assez autre chose !!!
Si l'on était prêt à payer pour aller travailler ça fonctionnerait peut être, mais même cela j'en doute, vu l'état de délabrement sociétal de notre pays...
En France, nous sommes toujours les plus beaux et les meilleurs... Sauf que nos voisins les plus proches s'en sortent mieux que nous... Cherchez l'erreur !
Les méthodes de recrutement dans bon nombre de nos entreprises sont devenues tellement "poussées" que même un robot programmé sur mesure aurait peu de chance d'être embauché... Tout ça c'est bien, mais... Avec toute cette ingénierie développée autour de l'embauche, nos entreprises fonctionnent-elles mieux qu'autrefois ? Ont-elles de meilleurs résultats ? J'en doute !
Oui il faudra s'attendre à un retour de bâton qui ne proviendra pas seulement de la jeunesse, d'ailleurs ! Et ce ne sera que justice...
La révolte gronde et vous Messieurs les recruteurs vous restez sourds et aveugles... Vous continuez à profiter de la crise. Je dirais même que vous entretenez cet état de crise car cette situation vous arrange bien... Donc, profitez ! Profitez ! Croyez moi ça ne durera pas et votre chute prochaine sera terrible. Vous avez su fabriquer des loups, un jour ces loups vous feront payer au centuple ce que vous leur avez fait enduré.

> Répondre

En réponse à CORVEA Claude

Katell

19/04/2016

à 19:54

Monsieur,
MERCI pour cette réaction. Telle est la vérité. Je ne fais plus partie de la jeunesse puisque après 40 ans nous sommes déjà remisés dans la catégorie des ''séniors qui ne sont plus bons à grand chose'' mais ce que vous dites est réel. Les limites sont plus que dépassées lors des entretiens d'embauche. J'aimerais que vous ayez raison lorsque vous dites que la situation ne durera pas...
Bien à vous.
Katell

> Répondre

En réponse à Katell

CORVEA Claude

20/04/2016

à 07:24

Bonjour,
Katell,

je réfléchis au lancement d'une pétition pour "changer les choses" sur trois points :

1) Baisse de leur rémunération à moins de 5% du salaire brut annuel des candidats recrutés ;
2) Indemnisation forfaitaire des candidats sur la base d'un minimum de 100€ par déplacement ;
3) Sanction contre les sociétés de recrutement et les contre les sites qui encouragent le manque de civilités (pas d'accusé de réception, pas de réponse, ...).

Je rappelle que CIVILISATION est le contraire de BARBARIE : ces gens-là se comportent comme des barbares.

De plus, les "grands chasseurs de tête" (maquignons ou esclavagistes modernes) délocalisent leurs bénéfices dans les paradis fiscaux : en Suisse, par exemple, mais pas seulement...

Cordialement,
C.C

> Répondre

En réponse à CORVEA Claude

CORVEA Claude

19/04/2016

à 19:39

Bravo à Sylvie LAYDET !

Elle a eu le courage de publier mon commentaire...

Merci... pour les jeunes (et pour les moins jeunes) qui souffrent bien plus que l'on ne le pense dans un système aussi inhumain.

C. C

> Répondre

En réponse à CORVEA Claude

CORVEA Claude

20/04/2016

à 07:36

Merci surtout à CADREMPLOI, et à ses modérateurs.

L'erreur (pour les sites de recrutement) serait de croire qu'il faut passer sous silence une montée (légitime) des exaspérations contre ce totalitarisme destiné à transformer des humains en petits robots "béni oui-oui".

Chapeau donc à CADREMPLOI !!!!

> Répondre

réaliste

12/04/2016

à 14:51

Les recruteurs ne veulent pas savoir. Laissez moi rire.

:-)

A l'heure où vie privée et vie professionnelle sont largement poreuses, le recruteur a intérêt à savoir ce qui motive réellement la candidate ou le candidat.

:-(

> Répondre

Ithaque

03/04/2016

à 11:23

Bonjour,

Je suis complètement d'accord avec l'article et je m'efforce de rester totalement "professionnelle" sauf que les recruteurs (cabinets, entreprises...) vous posent systématiquement des questions très indiscrètes sur votre vie privée : la situation maritale, les études suivies par les enfants, l'activité professionnelle de votre conjoint, de vos amis... Que répondre sinon que cela n'a aucune d'incidence sur votre activité professionnelle ? Et là, ils pensent que vous avez des choses à leur cacher, ce qui risque d'entâcher votre candidature !

> Répondre

En réponse à Ithaque

Ophrys31

18/06/2016

à 11:21

En effet, Ithaque, j'ai effectivement vécu ce que vous décrivez, Un directeur franchisé de chez Mc Do me reprochait, à l'époque, de ne pas avoir d'enfants (qui justement me permettait de pouvoir réaliser les services du soir). Pour lui, il résumait la vie à pas d'enfants = pas être responsable . Heureusement, je n'ai connu cette expérience qu'une fois. Certains PDG d'entreprise à taille humaine notamment s'improvisent RH sans formation ou information. De ce fait, ils disent tout ce qui leur passe par la tête avec des jugements "trop affectifs" et en définitif s'écartent de la finalité de leur entretien = > recruter le candidat motivé !! et aujourd"hui, encore, comme dit Castagnette, j'ai honte pour ce directeur . Ses remarques en disaient long sur son idée du statut de la femme ......

> Répondre

En réponse à Ithaque

CASTAGNETTE

19/04/2016

à 19:10

moi perso si on me pose des questions indiscrètes sur ma vie privé : ben, je ne réponds pas. nous avons droit à une vie privé.

quand j'étais juste marié 3 employeurs m'ont dit : mme vous êtes marié vous aimez les enfants vous voulez des enfants
ben oui............question sotte.........c'est la suite logique de la vie. il y en a une un jour qui m'a dit : ben, je vous embauche mais nous alllons passer un contrat moral : illégal..........de ne pas avoir d'enfant pendant un an............j'ai honte pour cette femme de m'avoir dit cela un jour..............que c'est petit..........
on ne m'a pas embauché à cause de çà dans une petite ville de M E alors que j'avais parcourus les 4 coins de FRANCE
ENSUITE A BEN VOUS AVEZ UN ENFANT ET LE 2 EME C EST POUR QUAND.............
ensuite en étant franche : je suis enceinte, je dits la vérité ben pas le droit de bosser : rester chez vous MME......................

alors maintenant beaucoup de chose je ne dits plus au recruteur, sur mon age et sur beaucoup de chose

on leur en pose des questions comme çà

dans le commerce en entretien prof : que penses votre mari de vous ?????????????pauvre DRH ELLE A EU LA REPONSE............

JE RESTE PROFESSIONNEL POINT BARRE..............................

FAUT ARRETTER AVEC TOUT CA..............

> Répondre

Habert Jean-Louis

02/04/2016

à 12:17

C'est bien.
Ce serait mieux sans les fautes d'orthographe grammaticale. Cela ne fait pas très bon effet pour "cadremploi"...

> Répondre

ARTOZOUL, Christophe, raphlou

02/04/2016

à 12:04

Bonjour à tous,
J'ai lu avec attention ce blog, et cela m'a beaucoup touché. Je prends donc la peine d'écrire ces quelques lignes.
J'ai été dans ma carrière en recherche à 2 reprises, dont la deuxième fois pendant 23 mois, et pour sortir de l'ornière (plutôt le gouffre) j'ai du accepter un premier poste avec un salaire divisé par deux.
23 mois, cela blinde. J'ai beaucoup appris.
Premier commentaire pour le candidat : en recherche d'emploi, vous êtes tombé du train. Le seul objectif que vous devez avoir, c'est d'y remonter.
J'ai rencontré des tas de recruteurs, tous impolis, incohérents, sans aucun respect pour le candidat.
Je peux écrire un livre, mais là n'est pas le sujet.
Entretien 1 : durée 3 minutes.
Entretien 2 : Je vous félicite, vous ne faites pas peine à voir.
Entretien 3 : Vous avez vu tous vos petits copains, mais vous n'êtes pas passé par la RH.
Entretien 4 : Vous habitez à la campagne ?
Entretien 5 : un email de refus avec tous les candidats en clair dans les destinataires.
Etc, etc, etc... Je peux vous en mettre 2 tonnes.
Bref, trop cher, trop vieux, trop fort, trop loin.....

Mais un VRAI responsable des ressources humaines saura décortiquer le candidat.
Je ne suis pas l'interlocuteur pour donner des conseils, mais sachez que si le recruteur est bon, il saura obtenir les informations voulues.
J'ai eu un entretien pour une grande société allemande, et j'ai eu un questionnaire test avec des questions du style : aimez vous les animaux ?
J'ai été impressionné, la responsable a su établir une vrai fiche sur moi où tout était vrai. Chapeau.
Responsable RH, c'st un vrai métier, et les compétents sont peu nombreux.
Mais le candidat doit être respecté.
S'il y a hostilité, le candidat n'est pas à l'aise, un manque de respect, le candidat peut mettre un terme à l'entretien. Car à ce stade, c'est déjà foutu.
Il m'est arrivé à plusieurs reprises de partir spontanément, surtout dans la fin de ma période de disponibilité.
Il ne faut pas être sur la défensive, l'entretien doit être fluide, et éviter de trop parler, attendez les questions.
Bon courage à tous.
Tous mes Vœux de succès.

> Répondre

johnjohn

31/03/2016

à 19:36

"« Pour un poste de commercial, je me souviens d’un candidat qui m’expliquait être divorcé et donc avoir la garde de ses enfants depuis 3 mois. Il avait l’air abattu par la situation et moi très embarrassé », se souvient Makram Torkhani, ancien consultant en recrutement et aujourd’hui dirigeant du moteur de recherche Yatedo. "

Il est évident que si l'annonce indique : cherche commercial motivé prêt à s'investir rémunération en rapport et que si au cours de l'entretien on explique au candidat qu'il va être en déplacement 3jours sur 5 - oui le candidat peut faire la tronche en expliquant que c’est pas boniche ou beauparents qui va chercher les gosses mais qu'il avait prévu un boulot de commercial lui permettant de sortir à 20h s'il commence à 11 donc d'amener les gamins le matin et/ou dans l'autre sens...
Des annonces qui spécifient : déplacements réguliers à l'étranger n'attirent pas des candidats sédentaires-faut arrêter de raconter n'importe quoi! Par contre des recruteurs qui envoient des profils complétement décalés oui ça j'en ai vu et plus qu'en recevant les candidatures en directs. Le fameux 'ah mais il est bien elle est bien faut le/la voir" et qui correspond pas du tout au profil tous ceux qui ont eu à recruter sont passés par là.
LE candidat et le poste parfait sont utopiques admettons mais il y a des limites .. surtout à 10% de chômage-je vois difficilement des travailleurs qui ne sont pas en poste et sans allocs faire les marioles en postulant sur des postes pourris...Moi je ne suis pas commercial mais à moins de 40 ans j'ai du baissé de 50% mon salaire et enlever diplômes + expérience (et même m'habiller à la Robert façon les inconnus chemisette jaune cravate verte) pour décrocher du boulot. Quand il faut bouffer - le candidat il ferme sa bouche. Le jour où l'on passera à 5% de chômage, là on pourra en reparler l'inadéquation des candidats qui deviennent trop exigeants...

> Répondre

Cornelius

31/03/2016

à 16:23

Voilà un article d'une Démagogie INOUIE !!!!
Nous marchons sur la tête, les recruteurs et cabinets de recrutement sont avant toute chose des Entreprises libérales au service du Saint Poignon !
Des "Conseils" au service de Patrons largués incapables de faire le tri et d'élargir le chemin, ayant confié le boulot à des RH à l'agonie dans un pays sclérosé par un modèle économique et une politique de l'emploi inacceptables où se côtoient 8 millions de travailleurs pauvres et 6.5 millions de chômeurs !
Il y a ce qui est de l'éthique des choses et à côté la Réalité sonnante et trébuchante ...
Le recruteur est un chasseur-prédateur, soyez attentif il ne cessera sa quête tant qu'il n'aura pas vu le fond du slip... Restez vigilent !!!
Et n'ayez pas peur de lui dire "Merde" au besoin !
Soyez vous même tel que vous êtes avec vos désirs , vos envies , vos amours , vos passions, soyez VIVANTS et fier de l'être !
Le recrutement n'est qu'une affaire d'adéquation entre besoins et personnes, le CD Rom du parfait recrutement n'existe pas, ça se saurait...
Ne répondez pas à une annonce parce que vous cherchez du boulot, mais parce que vous avez envie de bosser pour la boite qui passe une annonce.
Un bon conseil, usez de la candidature spontanée; renseignez vous , menez votre enquête, déplacez vous, serrez des paluches, buvez des canons et soyez exigent avec vous même et votre Employeur... Débranchez votre tablette, votre smart phone, ...
Bien venue dans la réalité du Chômedu !
Bon courage à toutes et tous !

> Répondre

En réponse à Cornelius

TAT

06/04/2016

à 15:02

Soyez vous même tel que vous êtes avec vos désirs , vos envies , vos amours , vos passions, soyez VIVANTS et fier de l'être ! - je partage cette idée mais complètement

> Répondre

En réponse à TAT

Gatien

19/04/2016

à 19:50

Magnifique !

> Répondre

En réponse à Cornelius

jean marc

31/03/2016

à 19:42

bravo pour ce franc parler qui est celui des non faux culs

> Répondre

MARBOT Charles

31/03/2016

à 00:09

Vraiment étalage de stéréotype ! Les questions personnelles ne sont pas toujours accessoires eu égard aux missions à remplir avec horaires décalés, longs déplacements et j'en passe. Notez que tous les jobs ne rentrent pas dans le créneau 8-12/14-18 .
NB: Un peu d'attention à l'orthographe ne serait pas superflue.

> Répondre

Hibiscus

30/03/2016

à 20:56

j'ai aussi beaucoup subit ces questions un peu trop intrusives sur ma situation sentimentale car j'ai un enfant... forcémment c'est le truc qui tue.... abusé...
mais la prochaine fois je ne répondrais pas ce qui est mais ce qu'ils veulent entendre...
Mes compétences sont toutes aussi pointues avant qu'après avoir eut un enfant....
Abused

> Répondre

johnjohn

30/03/2016

à 20:34

Bonjour,
J'ai passé plus de cinquante entretiens dans ma vie. Tous les recruteurs Français (MP, H..s,M......r,J......y,A....o, etc..etc...) m'ont tous demandé quelle était ma situation familiale-Tous sans exceptions. Tous aussi demandent qualités/défauts. Tous veulent en savoir plus qu'il n'en faut sur le plan personnel. J'ai déja quitté ce type d'entretien d'ailleurs (généralement effectué par des jeunes gens (H/F) n'ayant jamais travaillé plus de 3 ans dans une entreprise sur un poste opérationnel ou décisionnel), la question de ma couleur préférée(je ne travaille pas dans l'art mais dans les chiffres et la finance) se soldant par un Merci de m'avoir reçu -passage par le secrétariat: merci de me communiquer immédiatement toute photocopie me concernant et supprimer mon dossier dès que possible.
A l'étranger, les discussions sont soit plus respectueuses : La Suisse, Soit plus directe le UK mais on vous recrute pour un job , avec une certaine personnalité, on ne recrute pas votre famille ni vos passe-temps pour 90% des jobs. On a tous des amis qui vont au culte, qui sont gays, qui picolent, qui distribuent de la soupe au secours pop, qui font de la rando-chacun sa vie. Mais oser écrire que les recruteurs ne veulent pas et ne rentrent pas dans le détail de la vie privée c'est un Gros mensonge qui ne flatte pas le site cadremploi qui diffuse la version d'un cabinet de recrutement qui respecte certainement toutes les bonnes normes et chartes de respect et confidentialité...

> Répondre

En réponse à johnjohn

écoeuré

04/04/2016

à 21:14

j'adhère à ce message pour être passé par là mais avec une interrogation différente. Plus de 50 ans, célibataire et sans enfants je me suis fait jeter car pour eux c'était impensable et anormale de ne pas avoir d'enfants et d'être seul...postes dans 3 petites villes et la peur que si je ne me plaisais pas je parte au premier souffle de vent. Avec la difficulté qu'on a à trouver un job, je prends un poste et j'y reste. Ma vie s'organisera autour.
Qui vous dis que je ne préfère pas aller à la pêche que d'aller dans un bar et préfère le calme et la quiétude plutôt que le bruit des klaxons et la pollution....Suis-je un extra terrestre, anormal, ou une espèce en voix de disparition.
Que savez-vous de ma vie privée? Et dans vie privée il y a privé................
Je suis peut être séparé, ou divorcé, et aucune loi n'oblige à avoir des gosses.......
Prochaine question ou remarque de ce titre, je me lève et me barre.....
Pour avoir habiter très longtemps en amérique du nord, ils sont bien moins cons que dans ce pays et plus professionnels....Ils vont de suite à l'essentiel. D'ailleurs je n'ai qu'une envie c'est d'y retourner et ce n'est pas moi qui ferai la promotion de la france, ça c'est certain.

> Répondre

En réponse à écoeuré

Ophrys31

18/06/2016

à 11:51

Eh oui, "Ecoeuré", en France (je ne peux pas juger pour l'étranger) certains de nos recruteurs et employeurs sont de grands enfants (je sais, je vais me faire maudire) : en résumé :
- vous n'avez pas d'enfants : irresponsable
- vous avez des enfants : pas assez disponible, aménagement horaire trop lourd à mettre en application
- vous avez 20 ans : trop jeune et pas assez expérimenté
- vous avez 50 ans : trop vieux et trop expérimenté
- vous n'avez pas le bac : on ne grimpe plus les échelons en France (d'ailleurs, on n'a pas le temps) donc pas de poste à responsabilités
- vous avez bac +5 : très bien, poste à responsabilité mais avez vous de l'expérience. Si non, alors on l'invente et on manage une équipe plus expérimentée et on part au clash . Et si oui, vous êtes trop cher.
Et j'en oublie.......
Le candidat idéal, en France, aujourd'hui : 25 ans, bac+5, pas cher, 8 ans d'expérience, autonome mais pas individuel qui sache travailler en équipe, manageur et meneur de projet : ouf et bien avec ça, si vous ne postulez pas !!

> Répondre

En réponse à johnjohn

m. mcb

31/03/2016

à 12:56

VRAI, il faut arrêter de nous prendre pour des agneaux du jour............ il y a un abime entre ce qui doit se faire et ce qui se fait.

> Répondre

En réponse à johnjohn

FREDERIC

31/03/2016

à 11:44

Se faire recruter par des gosses qui n'ont jamais vu le seuil d'une porte d'une entreprise, ça, ça me plait. Leur parler de Supply Chain, à l'époque où les ateliers nous l'apprenaient, c'est encore plus excitant.
Comment nous faire croire qu'il ne faut pas d'intrusion dans la vie privée, alors que les gosses en face de nous sont dans le monde de Twiter, Facebook et Instagram???

> Répondre

En réponse à johnjohn

Méroula

31/03/2016

à 11:37

Bonjour,
Je suis absolument d'accord avec johnjohn, il existe une marge entre la réalité des entretiens avec les recruteurs en face à face et vers ce dont nous voulons aller par des écrits irréalistes à travers des articles.

> Répondre

En réponse à johnjohn

Helene

31/03/2016

à 09:17

Je suis tout à fait d'accord avec johnjohn car ceux ne sont pas les candidats qui souhaitent parler de leur vie privée mais les recruteurs quelqu'ils soient (en entreprise comme en cabinet) qui sont des plus indiscrets dès le 1er entretien. Il serait plus judicieux que cadremploi nous donne plutôt des conseils pour répondre ou pas aux questions personnels des recruteurs......et comment les contourner poliment....

> Répondre

En réponse à johnjohn

Jiji

30/03/2016

à 23:11

Entierement d'accord avec Johnjohn.
Cet article ne reflete pas du tout la réalité des recrutements en France.

> Répondre

jerome

30/03/2016

à 20:09

Très bon article et en grande partie vraie
Je suis directeur du recrutement et c'est pas faux .....

> Répondre

Frédéric

30/03/2016

à 17:45

Très intéressant... mais pour ceux qui n'ont pas l'occasion de le faire, fermez les yeux et imaginez-vous recruter pour vous, pour votre entreprise, quelqu'un avec qui vous allez travailler et partager de nombreux sujets et projets.
Bien évidemment, les points relevés sont vrais, mais je pense que chaque personne les apprécie et les traduit à sa façon, en fonction de SA personnalité, mais aussi en fonction de son interlocuteur, et pour moi, la vérité est là.
A mon humble avis, la vraie attitude à adopter et la vôtre, les bonnes choses à dire sont les vôtres, et peut-être serez-vous fait pour ce poste, cette entreprise et cette personne, ou peut-être pas. Mais vous n'aurez pas à "jouer" un rôle pour lequel vous n'êtes pas fait pendant les prochaines semaines, pour finalement revenir à votre vraie personnalité, et donc potentiellement vivre de mauvais moments (et être passé à côté de Votre poste).
Je pense qu'il faut plutôt passer de l'énergie à trouver un poste qui vous correspond, plutôt que de suivre des "conseils" pour correspondre l'espace d'un instant à un poste.
Merci....

> Répondre

En réponse à Frédéric

TAT

06/04/2016

à 15:00

pas mal!!

> Répondre

Carole

30/03/2016

à 16:54

A tous les entretiens que j'ai passé on m'a demandé si j'étais mariée célibataire ou pacsee et ce que faisait mon conjoint et dans quelle boîte et ville. ...
Ça doit donc les intéresser. ...

> Répondre

En réponse à Carole

RV

30/03/2016

à 22:18

je ne suis pas recruteur , mais cadre d'une grande société .J'ai donc beaucoup reçu de potentiel candidat pour un poste .Ce que je recherchais :
1)le potentiel du candidat à tel poste , donc ses compétences .
2)sa disponibilité pour le poste dit
3)bien entendu la motivation , la plus délicate ,tout le monde est motivé vu la conjoncture actuelle

Vie privée,hobbies,réseau sociaux etc ......Je suis toujours passé outre .
Conclusion: inutile de mentir ,tant pour la RH que pour vous .La RH va douter ,et vous , ne serez pas bien dans un poste qui vous ne convient pas du tout. Soyez vous même avec 2 ou 3 exemples concrets .
Maintenant pour les personnes avec une réelle expérience , vous n'êtes plus un gamin donc n’hésitez pas à stopper votre interlocuteur par des questions banales ,cela affirmera votre charisme ;

Une anecdote personnel: il y a quelques années je passe mon entretien avec le directeur et son "adjoint" arrive sans se présenter .Il commence à me questionner. Je me suis avancé ,le fixant droit dans les yeux et stoppé net ses questions .Je lui ai demandé de se présenter car j'aime bien connaitre la personne à qui je m'adresse , son rôle dans la société .Bref je l'ai cloué (je voyais le directeur rigolé)Monsieur lui ais -je dit votre position actuelle est celle que j'avais dans mon entreprise , donc je connais mon métier et peut être plus que vous !Le directeur rigolé toujours .Maintenant cessez vos questions pour débutants , j'ai suffisamment prouvé mon aptitude au poste recherché .Le directeur prend la parole toujours en souriant et me dit:Mr je souhaiterai en savoir davantage ,pourrions nous se voir ultérieurement .Ma réponse :Avec tous mes respects Mr......je ne maintiens plus ma candidature,je ne pourrais m'entendre avec Mx .Et je suis parti .Le directeur ma rappelé ,mais j'ai affirmé mon refus .
Bref tout cela pour vous dire , soyez vous même , vous n'êtes pas à la gendarmerie pour un interrogatoire mais pour vous vendre .
Bon courage dans vos recherches,
Amicalement,*
RV.

> Répondre

En réponse à Carole

Christian

30/03/2016

à 20:10

Bla Bla Bla recrutons des compétences et arrêtons de chercher l'oiseau rare

> Répondre

En réponse à Christian

Carole

30/03/2016

à 21:25

Je ne dis pas le contraire.
Juste que les recruteurs s'intéressent aussi à notre vie pour savoir si on est posé si on compte s'installer ici ou partir.

> Répondre

Yaplus

30/03/2016

à 16:33

A quoi bon ces conseils?
Déjà pour arriver à l'entretien, il faut passer le filtre de la discrimination (sexe, age, le nom, le diplôme, là ou on habite, l’expérience...) hé oui il ne faut pas se leurrer nous sommes dans 1 pays qui en fait (souvenez-vous de l'affaire Adecco avec l'Oréal) d'ou des les lois et organisme censé luter contre ce fléau.
Aujourd’hui lorsque vous rencontrez 1 recruteur (rh) et que vous leur posez la question sur le quotidien du poste ils ne savent pas vous répondre!!!
Alors qui sont-ils pour dire que tel candidat est fait pour le poste???
pourquoi passer 2, 3 voir 4 entretiens pour 1 poste en des stages, intérim et CDD.
Tous cela pour être considéré comme une ressource jetable.

> Répondre

En réponse à Yaplus

Ourida kemiche

30/03/2016

à 21:09

quand vous arrivez à l'entretien ils vous posent des questions souvent très perso car votre CV ils l'ont déjà bien épluché ET ils savent que c'est sur le privé qu'ils vont faire la différence.Age , nombre d'enfant nationalité couleur de peau....etc...

> Répondre

Caroline

30/03/2016

à 16:28

Je suis tout à fait d'accord sur le fait qu'il ne faut pas tout dévoiler lors d'un entretien professionnel car la vie privée et professionnelle sont différentes. Il faut savoir se remettre en question et savoir se poser les bonnes questions

> Répondre

Amina

30/03/2016

à 16:23

Bonjour je suis tout à fait d'accord avec cet article moi je suis divorcée et jai 2 enfants à charge et je n'en parle pas à mes entretiens sauf que parfois vous avez des recruteurs curieux donc je leur dit que je suis en couple et que jai 2 enfants. Ma vie privé ne regarde personne je dois vendre mes compétences et non ma vie privé au quotidien

> Répondre

Apaulogie

30/03/2016

à 15:39

C'est bien gentil mais quand vous avez été directeur de Cabinet, vos idées politiques, vous ne pouvez pas passer à côté, à minima pour tempérer les préjugés liés à tel ou tel mouvance politique et montrer que l'on est pas forcément aussi "extrémistes" que les militants de votre camps...

> Répondre

petit soldat

30/03/2016

à 14:43

Je pense que nous avons tous des casseroles et ce qui arrivent à ce faire recruter rapidement sont plus menteurs que les autres et les recruteurs aiment bien faire l'autruche. Un candidat sachant se vendre permet au cabinet de recrutement de gagner ses primes. Les recruteurs sont généralement jeunes sans grandes expériences de l'humain la sincérité et les valeurs ne sont plus de mise aujourd'hui. Quoique vous fassiez si vous n'êtes pas dans le cahier des charges du jeune, hyper dynamique, mobile à souhait avec BAC +4+5+6+7+etc.. vous n'aurez aucune responsabilités. Quoiqu'il en soit si vous voulez vous faire embaucher créer votre entreprise et ne laissez pas ces cabinets recruter pour vous .

> Répondre

En réponse à petit soldat

en colère

30/03/2016

à 18:08

je suis d'accord avec toi aujourd'hui les cabinets sont des gamins boutonneux avec un discours stéréotypé et malheureusement si on ne rentre pas dans les champs des réponses qui sont inscrites au dos de leurs questions on passe à la trappe. Quand on parle d'études, ils ne comprennent pas qu'on est pas un master +35....Mais jeune homme je suis de la génération de tes parents et à mon époque ça n'existait pas, on sortait d'école avec des BEP, BAC, BTS, DEUG, DUT etc....
D'ailleurs Monsieur Bérégovoy fut ministre avec seulement un CAP en poche et pas bac +10. Mais que suis-je bête messieurs les jeunes hommes des cabinets, vous ne pouvez pas le savoir ce n'est pas inscrit sur Facebook, twitter etc...
Alors messieurs les boss des cabinets, recrutez des recruteurs venant du monde du travail avec de l'expérience et qui savent de quoi ils parlent, savent ce qu'est un enjeux stratégique, savent anticiper les besoins et décoder les connaissances et connaissances transférables...
Arrêtez de mettre face à des candidats des bébés qui jouent avec leur téléphone pendant la phase entretien (c'est du vécu)

> Répondre

En réponse à petit soldat

Justin

30/03/2016

à 17:33

Exactement

> Répondre

Oscar

30/03/2016

à 14:18

Il s'agit d'erreurs tellement banales que la personne qui les commet ne mérite pas de continuer le processus de sélection...
Pour un entretien il faut se préparer, anticiper les questions.
La question fatidique sue les défauts et les qualités peut toujours nous tomber dessus (même si un recruteur qui la pose ENCORE est à mon avis vraiment limite dans son métier), donc on se prépare à l'avance... On liste 3 qualités et 3 défauts assez anonymes.

> Répondre

HIPPIAS

30/03/2016

à 14:12

Bof ! Encore un article qui veut nous apprendre la bienséance à respecter à l'égard d'une nouvelle dictature, celle-là économique et financière. Ceux qui l'ont écrit sont moins exigeants quant à leur orthographe ... Toujours la même histoire.

> Répondre

Carine

30/03/2016

à 13:53

Le recruteur ne veut peut-être pas savoir ma situation amoureuse mais ne se gênera pas pour la demander, surtout quand tu es une femme d'une trentaine d'années... Et cette question sera habituellement suivie de "des enfants ? “ et" quel âge avez-vous ? “. Et chacun sait que ce que sous-entendent ces 3 questions à la suite : "Quelle est votre probabilité de tomber enceinte ? “

> Répondre

En réponse à Carine

1970made

19/04/2016

à 18:29

Vous avez raison et il ne faut pas hésiter à mentir ! Moi je me souviens avoir dit : "les couches et les biberons, cela ne me fait pas rêver !". Cela ne m'a pas empêchée d'avoir un bébé deux ans et demi plus tard... Idéalement, il faudrait avoir le culot de leur dire : je ne répondrai pas à ces questions ; ce sont des questions discriminatoires. Mais tout le problème est que l'on peut vous écarter du poste pour cette simple raison. C'est dire que les discriminations sont bien réelles. Aussi à ce jeu de dupes, il ne faut pas hésiter à mentir.

> Répondre

Martin

30/03/2016

à 13:36

"les recruteurs ne veulent pas savoir... situation maritale, enfants..." en êtes vous sûr ?
Cela est peut être vrai dans les cabinets de recrutement mais dès que vous passez la porte de l'entretien avec l'entreprise ce genre de détails semblent intéresser fortement...
Je suis coté candidat, j'ai 30 ans et j'ai participé à 3 recrutements significatifs au cours des 3 dernières années. A chaque fois le thème du mariage est venu sur la table (certainement à cause de mon alliance visible) et cela a systématiquement dévié sur les enfants..."30 ans, marié, pas d'enfants...ah?!"
Evidemment cette question n'est pas censé être posée, mais elle l'ai... et encore je suis homme, je n'ose pas imaginer ce qu'on peut dire à une femme ! il faut donc se justifier pour tenter de ne pas être éliminé de suite...

> Répondre

YO

30/03/2016

à 13:35

Beaucoup de beaux principes et de belles théories. Dans la réalité des faits, c'est beaucoup plus complexe, voir tordu parfois. Quant à la religion et à la politique, elle prennent de plus en plus de place et ont trop d'impact dans les entreprises. De mon point de vue, c'est contreproductif. La vérité, c'est que les candidats sont très nombreux sur un même poste. Les CV, LM, échanges par mails, entretiens téléphoniques, questionnements en face à face, etc, fusent de toutes parts, mais tout ceci prend trop de temps et d'énergie au recruteur comme au postulant. Le feeling fait parfois la différence. La période d'essai est déterminante. Il y a les blas blas et il y a la pratique sur le terrain. Après, on peut choisir de lire tous les conseils d'Internet, de prendre des postures et des réponses formatées qui contenteront les RH. Mais c'est un jeu de dupe qui, à long terme, générera des insatisfactions des deux côtés.

> Répondre

KukrapoK

30/03/2016

à 13:07

Une règle d'or pour un entretien d'embauche : restez soi même.

> Répondre

Champau, François, Scoarfin

12/03/2016

à 16:50

Recruter pour l'entreprise, c'est d'abord une vraie prise de risques; le candidat est donc autant en position de force avec ce qu'il apporte (et notamment sa personnalité qui fait l'objet de ses 7 conseils) que l'entreprise avec ce qu'elle propose.
Hier ou aujourd'hui, l'enjeu est le même: il faut savoir se présenter sous son meilleur jour côté candidat, et savoir détecter la personnalité côté recruteur

> Répondre

En réponse à Champau, François, Scoarfin

Joseph

30/03/2016

à 16:48

Bien que cela semble être caricatural, se faire "accepter" par l'entreprise via son recruteur ou son futur employeur, équivaut dans la démarche à se faire "accepter" par la demoiselle ou le jeune homme convoité lorsque l'on drague. Plus l'attirance est grande pour celle-ci , plus on doit se montrer sous son meilleur des meilleurs jours. Vous n'irait pas dire à l'objet de votre convoitise que vous avez une haleine de cheval au réveil; que vous pantoufler à tout va le W.E et qu'à la première belle occasion vous irez irrémédiablement voir ailleurs ?
Idem en phase de recrutement : une pointe de fausse modestie doit englober un discours dynamique , mais pas trop; volontaire mais pas trop; enthousiaste mais pas trop etc. Valorisez vos succès et offrez vous une belle amnésie sur vos plantages (sauf un petit mineur pour la phase "fausse modestie); Vantez les qualités de votre entourage professionnel récent mais pour mettre en valeur les succès que VOUS avez su construire , etc. etc;
Et si l'entreprise vous intéresse moyennement, alors soyez le plus "nature" possible. Cela vous renseignera (si vous n'êtes pas pris) sur les défauts qui font tiquer le recruteur... et cela vous défoulera pour le poids des masques et hypocrisie que "cette foutue société" vous fait porter.
Idem en drague: si c'est un thon ou une morue, pourquoi faire des efforts ? Sauf que parfois la grenouille se transforme en .....

> Répondre

En réponse à Joseph

Cerise

31/03/2016

à 10:14

oui, le niveau des questions posées par le recruteur indique le niveau du recrutement. Par exemple, lors de mon dernier recrutement, je me suis attendue à des questions que l'on ne m'a pas posées (du style les qualités, les défauts). En revanche, savoir présenter son parcours en anglais, ça c'est demandé.

> Répondre

En réponse à Champau, François, Scoarfin

Deruem Sophie, demain

30/03/2016

à 15:06

le soucis, est que ce qui séduira un recruteur potentiel, sera rédhibitoire cher un autre. Notre personnalité séduira l'un et dérangera l'autre... Et on sait tous ce que ce n'est pas le CV qui fait tout, il reflète juste un parcours. Sans pouvoir renvoyer à l'interlocuteur toutes nos capacités, nos compétences et nos faiblesses. Seul l'entretien, le ressenti, à mon sens, font que l'entretien donne lieu à une embauche ou pas.

> Répondre

En réponse à Champau, François, Scoarfin

Christian

14/03/2016

à 20:23

Je ne suis pas tout-à-fait d'accord avec vous:

L'entreprise a dans sa shortlist une petite dizaine de candidats. Elle trouvera parmi eux celui qui sera le nouvel employé. C'est elle qui impose toutes les conditions. Et si elle se trompe dans son recrutement, elle n'hésitera pas longtemps à faire partir le nouvel employé. C'est le rôle de la période d'essai. Le risque, est donc nul, contrairement à ce qu'on essaye de nous faire croire.

Le candidat, lui, sait que si il n'est pas recruté, il va encore galérer plusieurs semaines/mois/années (en fonction de son âge: si plus de 45 ans, c'est en années...), il est donc en position de faiblesse devant le recruteur. Il va donc avoir le choix entre travailler aux conditions qu'on lui propose (impose), ou refuser et rester chômeur...

> Répondre

En réponse à Christian

Serge

30/03/2016

à 16:04

Bonjour Christian

Votre réponse me semble conditionnée par votre diplôme ou par votre cursus de premier de la classe sans expérience...

Recruter n'est pas chose facile, ce n'est pas un processus avec des entrées, des sorties, des solutions en cas de problème
c'est avant tout, un moment privilégié pour échanger, recevoir, analyser et représenter la culture de l'entreprise!!!

Oui !! ...la culture de l'entreprise se construit avec les hommes et la considération que nous leurs accordons dès le recrutement.
Se dire qu'il y à une dizaine de candidat dans la short List c'est une façon d'avouer son niveau d'incompétence, son manque d'implication et son incapacité à prendre des responsabilités.

Vous devriez changer de métier......

> Répondre

Milton

06/03/2016

à 08:14

Ah les fameux recruteurs! Volatilité et instabilité notoires. Quand ils posent une question pour savoir si la jeune femme en face d'eux à un enfant et à envie d'en avoir, on nous dit qu'il faut être discret. Les mêmes qui déconseillent poseront quand même leurs questions. On les connaît ces experts du FBI.

> Répondre

Christian

05/03/2016

à 15:43

Bonjour
L'entretien sert à quoi? A connaitre le candidat, non? Mais tout ceci confirme que nous sommes déjà dans le monde d'Orwell: Nous ne sommes que des numéros, tous potentiellement interchangeable.
Pourtant ce qui permet de prévoir le comportement d'un candidat, son intégration dans l'équipe qui va le recevoir, c'est de connaitre son histoire personnel, qui soustend notre perception des choses et nos réactions. Bien sur sans s'appesantir sur sa vie privée.
C'est bien ce que signifie le terme de RH: RESSOURCE humaine. A l'époque lointaine ou j'ai commencé à travailler, les DRH n'existaient pas, on parlait de Service du PERSONNEL. Les employés étaient des personnes, pas de ressource, et les employés faisaient parti du capital de l'entreprise. L'entreprise respectait ses employés.
Maintenant, l'employé n'est plus qu'une ressource, un numéro, lorsqu'il est amorti, il est remplacé, comme une photocopieuse ou une chaise de bureau. Même traitement. Bientôt on nous infligera une DLC, comme sur les yoghourt!..

Merci pour cette article, si besoin, je me souviendrai que les seules informations qui intéressent une RH sont ce a quoi peut servir le candidat dans l'immédiat.

> Répondre

En réponse à Christian

Kalissi

06/03/2016

à 12:46

Christian je partage tout à fait votre état d'esprit sur les RESSOURCES HUMAINES !
Mais les temps ont changé et l'entretien d'embauche devient un vrai show qu'il faut préparer minitieusement.

> Répondre

Fadiez

03/03/2016

à 19:09

Tout ceci est vrai...et contrôlable en situation.
Néanmoins, en connaître "un peu " de la vie personnelle d'un futur collaborateur permet parfois d'éviter les erreurs de recrutement et les incompatibilités professionneles.

> Répondre

drison

02/03/2016

à 19:26

voilè une question à laquelle je n'ai jamais su quoi répondre; "quel est votre plus grand défaut? "pouvez vous me donner de"s idées sur comment vous y répondez?

> Répondre

En réponse à drison

en colère

30/03/2016

à 18:18

il y a des réponses toutes faites mais c'est des questions d'un autre âge qu'on malheureusement nous pose encore. Tout le monde donne à peu près les mêmes réponses. Un vrai recruteur digne de se nom (mais c'est une denrée rare) ne devrait pas poser cette question mais plutôt orientée sur un défaut lié au poste et non à la personnalité. Par exemple pour un comptable se pourrait être de râler quand on le dérange toutes les 5 mn car ça le déconcentre. Un manager, qu'il soit directif....
Un défaut peut se transformer en qualité dans la fonction

> Répondre

En réponse à drison

Joseph

30/03/2016

à 17:02

Tout défaut qui peut être perçu comme une qualité fera très bien l'affaire s'il est bien présenté, (suivant le niveau requis).
Style : j'ai un réel axe de développement que je ne parviens pas à réaliser en entreprise. Je suis un stakhanoviste de première si je suis réellement passionné par le projet de l'entreprise.
Voix OFF : le recruteur répond immanquablement l'une des deux réponses suivantes : 1) Ah mais chez nous les projets sont toujours passionnants (il ne va quand même pas vous dire : chez nous on s'ennuie à mourir , ça ne risque donc pas de vous arriver!!!) , ce n'est pas un réel défaut !
A quoi il faut répondre un truc du style :et bien ce n'est pas l'avis de mon conjoint habituer à passer ses soirées souvent seul du coup....
Et voila.
Effet garanti.
Bien présenté, ça marche aussi avec l'empathie , l'ambition, l'obstination, l'honnêteté etc..il faut juste choisir le bon par rapport à la perception que l'on a eu du recruteur en face de soi.

> Répondre

En réponse à drison

Philippe DAUMIN

06/03/2016

à 12:38

Nous avons tous les défauts de nos qualités, et donc les qualités de nos défauts. L' important est de le savoir , et donc de pondérer au mieux de ce que l' on est, dans la mesure de notre possible.

> Répondre

En réponse à Philippe DAUMIN

Maverick

07/03/2016

à 20:39

Et l'autre jour, j'ai demandé à un Jésuite s'il était vrai que quand on pose une question à un Jésuite, il répond toujours par une autre question ... Il a eu l'air étonné, et a dit : "Mais qui vous a dit cela, mon fils ?"

> Répondre

En réponse à drison

Benjamin

04/03/2016

à 15:07

le plus gros défaut doit etre celui de la plus grande qualité.
en génral : "je suis franc et tenace" .. ça joue dans les 2, d'abord en défaut, et ensuite en qualité.

Après cette question est tellement bateau qu'elle n'a pas de valeur en soit. ça démontre juste que le recruteur ne sait plus de quoi parler

> Répondre

En réponse à drison

Piero73

04/03/2016

à 12:17

Pour répondre à ça, je fais un peu de sémantique : le terme de "défaut" exprime un écart par rapport à une référence. On parle de défaut de fabrication parce que le produit n'est pas conforme à son plan.
Donc, en aucun cas, ce terme ne devrait être utilisé pour un être humain : qui peut définir la référence humaine ?
Cette question "bateau" des recruteurs est donc par essence stupide.
Alors bien sûr je ne vous conseille pas de leur dire ça en ces termes. Vous pouvez vous en sortir en disant : "en absence de référence précise, je ne parlerai pas de défauts, mais de choses que je ne sais pas (ou peu) faire, telles que ...... "

"Têtu" n'est pas en soi un défaut, c'est une caractéristique qui peut être fort utile dans certaines circonstances.
"Colérique" est plus difficile à vendre, parce que je ne vois pas bien à quoi cela sert .... mais plutôt que "colérique", on peut dire "j'ai un caractère bien trempé, je ne me laisse pas marcher sur les pieds quitte à élever la voix parfois". Et finalement, les "défauts" seront au minimum perçus comme "pas bien graves", au mieux comme des qualités.

Et puis, de vous à moi, à moins d'aimer être désagréable (voire sadique) pour son entourage, si on a conscience d'un vrai défaut, on fait tout pour le corriger, non ? Donc, les défauts restants, on n'en a pas forcément conscience .....

Allez courage, vous avez plus de qualités que de défauts !

> Répondre

En réponse à drison

Salah

04/03/2016

à 09:52

La 1ère : machouilleur de stylo ( sa détends l atmosphère et cela prépare le recruteur )

La 2 eme :
Pour moi la meilleur est comme tout les salariés : exigeant ( professionnellement parlant )

> Répondre

En réponse à drison

Jess

04/03/2016

à 07:18

Je pense qu'il faut donner un défaut qui peut être une qualité

> Répondre

En réponse à drison

TNT

03/03/2016

à 20:44

C'est une question piège.
On ne parle pas de défaut, on parle d'axe d'amélioration et on ne parle pas au niveau personnel, mais uniquement sur un axe professionnel.
Par ailleurs les qualités sont plutôt des atouts pour l'entreprise!

> Répondre

En réponse à drison

Jess

03/03/2016

à 18:21

Je pense qu'il faut donner un défaut qui peut être une qualité

> Répondre

En réponse à Jess

nadia znidi

30/03/2016

à 15:29

merci de me donnerun exemple d'un defaut en tant que quaité

> Répondre

En réponse à drison

patmobil31

03/03/2016

à 18:19

justement, il faut bien se préparer pour ne pas être pris en défaut .... et sécher ..... perso, j' aime bien le " perfectionniste " , même si ça fait cliché , cela peut être perçu aussi comme quelqu'un d' accrocheur - un peu têtu aussi , mais ok pour adhérer si un consensus se dégage d' une réunion de groupe , par exemple .... bref le but est d' aborder un dialogue sans stresser pour autant ...

> Répondre

En réponse à drison

Sylvia Di Pasquale, rédactrice en chef de Cadremploi

03/03/2016

à 16:02

Bonjour Drison, Cadremploi a réalisé un mini-site sur ce sujet. Rendez-vous sur http://www.jereussismonentretiendembauche.fr/ pour trouver la réponse à votre question sur les défauts + beaucoup d'autres infos pour vous préparer. A toutes fins utiles. Bien à vous.

> Répondre

En réponse à Sylvia Di Pasquale, rédactrice en chef de Cadremploi

drison

05/03/2016

à 01:05

merci bien à la rédaction et à tous ceux qui ont pris la peine de me donner leur réflexion sur la question. j'avoue que maintenant, je sais à quoi m'en tenir

> Répondre

En réponse à drison

Régine Mazion

03/03/2016

à 14:44

Vous donner des idées pour répondre à la question "Quel est votre plus grand défaut" ? Franchement, je trouve cette question bidon, étant donné que la ficelle est trop grosse, que tout le monde la connait, que la plupart des candidats ont lu articles et traités où on leur explique qu'il ne faut surtout pas répondre à cette question en disant la vérité mais au besoin s'inventer des défauts qui, pourront passer pour des qualités utiles à l'entreprise qui recrutent : exemple : je travaille trop, je suis trop ambitieuse...etc ; Pour moi, les entreprises qui posent encore cette question en entretien se disqualifient d'emblée par leur lourdeur et leur manque d'imagination ! Je leur tourne le dos car je ne vois pas comment quelqu'un d'aussi créatif que moi pourrait survivre dans un environnement aussi platement ringard ! (et vous noterez au passage que la modestie, justement, ni la patience, ne font pas partie de mes qualités...)
Mais pour apporter une réponse plus positive à votre question, je vais vous raconter une anecdote qui m'est véritablement arrivée. J'avais alors 28 ans et déjà au cours d'un entretien d'embauche passé à Paris, on m'a justement posé la fameuse question (et c'est dire si elle est surannée !) : "Quel est votre plus grand défaut ?" J'ai pris l'air outré : "Mon plus grand défaut ? Mais Madame, je n'ai que des qualités ! Je suis vive, intelligente, subtile, créative, entreprenante, efficace, charismatique, organisée, méhrodique, sensible, serviable, etc, etc...Il fallait voir l'air complètement ahurie de ma recruteuse, apparemment outrée de tant de prétention ! Mais soudain j'ai achevé ma longue énumération en déclarant : "En fait, je n'ai qu'un seul défaut : je suis un peu menteuse" Alors là, la psychologue chargée du recrutement a éclaté de rire. Je suis de Marseille et comme les parisiens espèrent toujours de nous un peu d'humour, j'avais parfaitement rempli mon rôle. Et, bien entendu, j'ai décroché le job !
Régine Mazion

> Répondre

inconnu

02/03/2016

à 09:01

Alors que je passais un entretien (en province Chalon Sur Saône) à l'âge de 27 ans dans un grand groupe français leader sur son marché, sur une durée de 1h30 d'entretien =) 45 mns passées sur des questions sur ma volonté de faire des enfants - j'en suis venue à répondre que je n'étais pas là pour parler de mes projets de vie de famille mais bien pour postuler dans l'entreprise.
Finalement ma franchise et mon audace ont été payantes car j'ai été prise. Je pense malheureusement que ce type de question est posé aux femmes mais pas aux hommes, et contribuent à mettre mal à l'aise les candidates voir ne pas être honnêtes. L'audace dans ce cas précis ne paye pas souvent à mon sens et j'ai eu de la chance !!!!

> Répondre

En réponse à inconnu

Renan

04/03/2016

à 13:55

il me semble avoir lu qu'il est interdit de poser ce genre de questions.

> Répondre

En réponse à inconnu

FHE

03/03/2016

à 19:07

Ce type de questions est juste interdit par la loi (discrimination à l'embauche). Refuser d'y répondre n'est pas de l'audace mais juste normal, quel que soit le prix que l'on imagine devoir le payer.
Je suis content pour vous rétrospectivement que vous ayez trouvé du travail, ce qui n'est jamais facile, mais moi j'aurais refusé d'entrer dans une entreprise qui met en œuvre de telles pratiques de recrutement.

> Répondre

En réponse à inconnu

FHE

02/03/2016

à 23:32

Ce type de questions est juste interdit par la loi (discrimination à l'embauche). Refuser d'y répondre n'est pas de l'audace mais juste normal, quel que soit le prix que l'on imagine devoir le payer.
Je suis content pour vous rétrospectivement que vous ayez trouvé du travail, ce qui n'est jamais facile, mais moi j'aurais refusé d'entrer dans une entreprise qui met en œuvre de telles pratiques de recrutement.

> Répondre

Pascal Mesmin

02/03/2016

à 08:19

Merci
Il est toujours bon de refaire le point sur les bases.

> Répondre

Pascal P

02/03/2016

à 06:44

Heu! pour l'état de santé j'ai un peu de mal avec la concision du conseil donné !

J'imagine que le verbiage de façade consistant à militer réglementairement à l'ouverture des postes de l'entreprise aux salariés en situation de handicap reste un vœu pieu !...Les entreprises font passer des visites médicales d'embauche donc il est nécessaire d'aborder les conditions de santé dans la limite des exigences du poste. De toutes façons c'est l'entreprise qui le fera pour valider ce point ...

> Répondre

Nicolas

01/03/2016

à 23:45

Moi, j'aime bien les personnes qui réagisse aux fautes d'ortographe et gramaire d'autruie, le font savoir, mais font des fautes dans leur commentaires....
Sinon, sur le fond, l'article : du dit et redit.

> Répondre

En réponse à Nicolas

Ella

21/04/2016

à 14:02

Grammaire, il y a 2 "M" et autrui ,pas de "E" . Les personnes qui réagissent sont plusieurs, donc la conjugaison c'est "ENT". Quant à "orthographe", on met 2 "H" .
C'est l'hôpital qui se fout de la Charité!

> Répondre

En réponse à Nicolas

Lorène

03/03/2016

à 13:39

Bonjour Nicolas,
je suppose que vous vous incluez dans ce genre de personnes. A moins que ce ne soit de l'orthographe au second degré...

> Répondre

pochet bénédite

01/03/2016

à 21:02

bonsoir,
lors d'un entretien en province (Marseille) ...on m'a ouvertement demandé si j étais capable de gérer une famille ( deux ados) sans homme dans le milieu "hostile" du Sud. Vu que je sentais que "les carottes étaient cuites", je me suis permise de dire s'ils poseraient cette question à un papa solo ! Je travaille dans les sciences humaines , je ne pensais pas qu'il y avait des machos dans ce milieu ....malheureusement si !

> Répondre

En réponse à pochet bénédite

v moi

01/03/2016

à 23:31

les machos sont malheureusement dans tous les domaines. En France lorsque vous êtes une femme on vous autorise a travailler entre 36 et 45 ans . Avant vous êtes susceptibles d avoir des enfants et un homme feignant donc toutes les responsabilités des enfants (inscription scolaire, aller les chercher à l école, le médecin etc.............) quand vous n'êtes pas seule à les élever!! après, certes vos enfants sont grands, mais vous êtes trop vieille pour être dynamique, souvent minée par un divorce, nous les petites choses fragiles ! bref à 50 on se lève dans le bus pour vous laisser la place !!!!!! la vie d une femme sur le marché du travail n'est pas facile ! Messieurs un peu d indulgence ! que feriez vous sans nous !!! Nous sommes bien plus souvent plus fortes que vous fasse aux accidents de la vie ! alors laissez nous travailler !!!!!

> Répondre

En réponse à pochet bénédite

DAnne

01/03/2016

à 23:10

Bonsoir Bénédicte, moi aussi je travaille dans les Rh et de telles questions me révoltent.
Ne regrettez surtout rien, travailler avec ce genre de " professionnel " n a vraiment aucun intérêt.

> Répondre

Alain PES

01/03/2016

à 19:11

Bonjour à tous,
Je suis entièrement d'accord avec l'ensemble de cette article.
Rester professionnel, ne pas étaler sa vie privée ou ses états d'âme et encore moins ses opinions politiques (hors sujet).

> Répondre

Houston

01/03/2016

à 17:24

Je suis d'accord avec 6) & 7), un peu avec 5), mais alors pas du tout avec les 1), 2), 3), 4). Je ne sais pas quels recruteurs ont donné leur avis là dessus, mais tous ces éléments sont au contraires, très importants il me semble pour connaitre l'environnement du futur recruté, et donc comprendre si le poste le mettra dans une situation pérenne qui lui permettra d'allier au mieux sa vie privée, et sa vie professionnelle. C'est au contraire pour moi la clef d'un bon recrutement. L'idée selon laquelle la vie privée, et la vie professionnelle sont complètement séparées, est à mon sens, une idée dépassée et obsolète.

> Répondre

En réponse à Houston

Pascal Mesmin

02/03/2016

à 08:11

bonjour Houston,
le propos de l'article n'est pas de dire si avoir ces informations est important ou non pour le recruteur.
le propos de cet article est au contraire de conseiller sur ce qu'il faut éviter de dire ou de faire pour limiter d'être évincé de la course !

par ailleurs, la législation française restreint le droit aux recruteurs de poser certaines questions.
inutile donc d'aller au-delà de ce que qu'autorise la loi.

> Répondre

lubenice

01/03/2016

à 16:44

est-ce que tous les consultants ont une conception aussi laïque de leur job?;;;;;;vous etes sur?............

> Répondre

Loup

01/03/2016

à 14:22

En quelques mots, aux entretiens d’embauches, ne dite rien sur tous, et surtout ne dite rien, mains si vous voulez être retenu n'oubliez pas de leurs dire que vous ne travaillez pas que pour l'argent et que se serrait irraisonnable d'avoir un salaire trop concequent pour un travail qui demande tout de même de hautes qualifications.
Essaillez sa marche !!! exemple une place qui est bien représentative celle de '' PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE ''
Il bien évidant, qu'il faut mettre tout de même une bonne dose de mensonge.
A plus

> Répondre

En réponse à Loup

Francis

01/03/2016

à 18:40

Bonjour Loup,

Je me permets de réagir à votre commentaire. Sur le fond à 80 % je suis d'accord avec vous. surtout pour le poste de Président de la République.... Mais je n'aimerai pas être à sa place en ce moment. Quoiqu'il l'ai voulue en se présentant en 2012.
Je suis actuellement en recherche d'un nouvel emploi depuis 60 jours, donc je ne suis pas un recruteur.
Ne le prenez pas mal mais ce qui me choque dans votre commentaire ce sont les nombreuses fautes d'orthographe qu'il contient.
Vous devez savoir que les recruteurs, quand ils reçoivent une lettre de motivation attachent une grande importance à l'orthographe et à la grammaire. Trop de fautes et la candidature va directement à la poubelle. Et lors d'un entretien d'embauche des fautes de diction peuvent aussi vous éliminez.
Je crois être plus âgé que vous (j'ai 57 ans) et ne voudrais surtout pas être moraliste, mais à mon avis il est primordial de vérifier tous nos écrits, ou de les faire vérifier par quelqu'un d'autre avant de les envoyer.
J'espère pour ma part, bien qu'ayant vérifié, ne pas avoir fait de faute d'orthographe, de grammaire ou de diction.
Bonne continuation à vous.
Comme vous pourrez le constater, je ne cache pas mon identité et reste à votre disposition si vous le jugez utile.
Bien cordialement.

Francis

> Répondre

En réponse à Francis

Pascal Mesmin

02/03/2016

à 08:18

Bonjour Loup, bonjour Francis,

J'abonde totalement dans votre sens Francis.
Quels que soient les moyens technologiques mis à notre disposition sur un ordinateur, il est important de se faire relire. Les fautes d'orthographe sont toujours pénibles, pour tout le monde.
Se faire relire par plusieurs personnes permet également de recueillir leurs opinions sur le contenu de votre document.
Bien évidemment, on ne peut pas toujours tout faire relire, mais il le faut pour les documents de base.

Je ne suis pas un recruteur.

> Répondre

En réponse à Loup

filipink

01/03/2016

à 17:42

ces recommandations sont tellement évidentes que cet article enfonce des portes ouvertes.
D'habitude, Cadremploi publie des choses ayant plus d'épaisseur.
Rédacteur en méforme à l'image de son orthographe ?

> Répondre

En réponse à Loup

Calypso

01/03/2016

à 17:29

Et probablement un peu plus de rigueur en orthographe. A moins que la réforme ne soit passé par la.

> Répondre

En réponse à Loup

vinc

01/03/2016

à 17:15

Et surtout aivitez les fotes d'ortograffe........A l'heure du tout numérique, nous communiquons énormément par mail , alors en interne dans l'entreprise cela peut encore passer , mais vis à vis des clients ou intervenants extérieure ............
A bon lecteur.....

> Répondre

En réponse à Loup

pierre

01/03/2016

à 16:58

tout ca c'est du blabla.

> Répondre

En réponse à Loup

Renan

01/03/2016

à 16:26

il fallait vous présentez comme PR alors. ;)

> Répondre

En réponse à Loup

BLB

01/03/2016

à 16:26

comment peut-on faire autant de fautes d'orthographes en si peu de lignes ... Et des fautes aussi monstrueuses ("Essaillez sa marche") ... Cela me dépasse ...

> Répondre

François

01/03/2016

à 13:34

Et comment faire quand on a été licencié suite à un défaut de reclassement pour cause de maladie ( c'est mon cas )
Je ne sais pas comment aborder cette situation car ce ne sont pas mes résultats qui sont en cause mais tout simplement l'impossibilité de reprendre mon ancien poste ET de m'en trouver un autre dans la boîte où j'étais ....

> Répondre

En réponse à François

Benjamin

04/03/2016

à 15:54

ne jamais parler d’échec en entretien en France
en France, c'est tabou. on dit "prendre un risque"' alors qu'en anglais c'est "take a chance" ..

dans un cas pareil il est plus important d'appuyer sur l'entente mutuelle avec l'employeur précédent de l’arrêt du contrat, qui montre une bonne volonté forte du candidat. en gros tout est beau dans le meilleur des mondes et c'est grâce à vous que vous vous êtes quittés si ce n'est en bons termes mais correctement au moins. Le point de la maladie est a évoqué pour une cause temporelle passée sans insister. une grosse dose d'hypocrisie, quoi

> Répondre

En réponse à Benjamin

Dadou

10/07/2016

à 19:01

tout bêtement parce qu'en anglais, le risque (danger) se traduit (entre autre) par "chance"...

> courir ou prendre un risque se traduit littéralement par " to run a risk", "to take a chance".

> Répondre

Vince

01/03/2016

à 13:25

Voila un superbe article doté de lieux communs et de banalités! A faire sourire un jeune ado...

> Répondre

jerome

01/03/2016

à 12:43

C est bon de le rappeler
Mais surtout de bon sens

> Répondre

Thierry

01/03/2016

à 12:37

Merci pour ces bons conseils !!

Un sujet auquel il est difficile de répondre en entretien : celui des "défauts"... Pourriez-vous nous faire un petit article ? En nous donnant des idées de défauts acceptables... Pour ma part, j'avoue que je sèche sur cette question...

Merci d'avance !!
Cordialement.
Thierry.

> Répondre

En réponse à Thierry

Francois-Xavier Romney

01/03/2016

à 23:21

Ce qui est important quand on parle de ses défauts c´est d´une part de montrer qu´on en est conscient et d´autre part de dire que l´on travaille pour les éliminer … en plus je ne pense pas qu´il faille en donner plus que 2. Soyez « soft ». Par exemple, mon niveau d´anglais est scolaire ,mais je prends actuellement des cours pour m´améliorer.
J´espère que cela pourra vous aider.
François-Xavier

> Répondre

En réponse à Thierry

pochet bénédicte

01/03/2016

à 21:18

bonsoir,
Puis je me permettre de donner quelques conseils de bon sens.. et de vécu ....si je vise un job en équipe j'évite de dire que je suis irrationnelle, irascible, têtue ou autoritaire...il faut des qualités qui fédérent, qui créent du contact, de l'empathie., de la créativité , que le groupe me stimule etc.....qui puissent de pas mettre une équipe en péril.
si je vise un job plus solitaire et/ ou indépendant je ne dis pas comme défaut que je suis perdue lorsque je me sens démunie face à une situation imprévue , que je ne suis pas autonome, et simple executante..bref...une femme mature et réaliste. il faut bien lire les fiches de poste (s'il y en a une ), et s'appuyer dessus. pour moi à éviter : les trop ..tout ...tout doit être dans la demie mesure..et dernière précision : je donne toujours le défaut le moins discutable en premier...car on retient d'une discussion le début ...et la fin. ON commence par du positif, puis un peu de négatif réaliste pour finir sur un note positive avec le sourire ! bénédicte

> Répondre

En réponse à pochet bénédicte

Pascal Mesmin

02/03/2016

à 08:23

effectivement du bon sens
merci

> Répondre

Patrick Demay

01/03/2016

à 11:54

Entièrement d' accord ! d' où l'importance d' une bonne préparation pour être bien en phase dans sa tête sur ce que l'on veut faire passer comme message

> Répondre

En réponse à Patrick Demay

pascal

01/03/2016

à 23:03

Il n'y a pas de bonnes réponses aux questions parfois hors sujet ou indiscrètes, c'est la façon de présenter les choses qui est importante. Rester positif?
Responsable commercial de zone EMEA, je suis à l'écoute d'opportunités.
Je réponds à des offres et suis contacté par des "chasseurs de têtes".
Pour ma part, je pense qu'ils ne se focalisent pas toujours sur l'essentiel.
Tout comme en affaires, les valeurs ajoutées du postulant sont des clefs de succès, mais pour cela il faut comprendre le besoin et les enjeux (coté consultant et consulté).
Cela demande du temps et n'est pas forcément compatible avec le besoin de rentabilité des sociétés de recrutement (trouver un clone rassurant) :-)
Il faut savoir en jouer, lire entre les lignes, être force de proposition, raconter une belle histoire et rester positif.
#Business #EMEA #OpenInnovation #MadeInFrance #ConsultativeApproach

> Répondre

+