Cadremploi.fr  > Conseils > Conseils candidature > Cherchez-vous toujours un emploi comme en l'an 2000 ?

Cherchez-vous toujours un emploi comme en l'an 2000 ?

cherchez-vous-toujours-un-emploi-comme-en-lan-2000-

Conseils candidature

Les relations entre employeurs et candidats ont changé ! Ne perdez plus de temps en postulant comme il y a 10 ou 15 ans. Aux oubliettes les candidatures par écrit ou l'attitude passive ! Adaptez vos pratiques à celles des RH : place à la visibilité en ligne, aux démarchages sur les réseaux sociaux ainsi qu'à la mise en avant de votre savoir-être.

Concernant la méthode à proprement parler, la donne n'a pas vraiment changé en matière de recrutement selon Fabrice Coudray, directeur au sein du cabinet Robert Half : « les entreprises continuent de rechercher des candidats et ces derniers de postuler. C'est la mise en relation qui a été totalement bouleversée. » Et donc l'attitude à adopter pour rechercher un emploi efficacement.

 

Vous misez encore tout sur la presse ? Dépoussiérez vos pratiques

« En 2000, tout le monde guettait les annonces dans les journaux. Ils représentaient la visibilité du marché et aboutissaient à l'envoi de dossiers par courrier », constate Jean-Pierre Baudinat, senior manager pour le cabinet Robert Walters. Hormis peut-être quelques titres très spécialisés, si vous attendez toujours la sortie de ces parutions, il est grand temps de dépoussiérer vos pratiques ! De 20 courriers pour 20 candidatures, en trois clics vous touchez aujourd'hui 20 cabinets ou entreprises. « Mais les choses ne sont pas devenues plus simples pour autant, commente Fabrice Coudray. Comptez toujours six mois pour trouver un job en moyenne. »

Pour éviter d'inonder les boîtes mails, ne pas perdre de temps inutilement ou même vous décrédibiliser, « veillez à calibrer au maximum votre candidature. Postuler en vous disant que vous allez tomber par hasard au bon endroit, au bon moment, c'est terminé ! Nous sommes passés de 150 courriers à 300 emails par annonce », indique Fabrice Coudray. D'où l'importance de ne pas se manifester sans concordance évidente entre l'entreprise et son profil. « Cibler L'Oréal, Michelin ou bien Dassault ne sert plus à rien sans savoir à qui vous vous adressez, ce que vous avez précisément à leur dire et quelle recommandation vous pouvez faire valoir. »

 

Attendre que les offres se présentent, une attitude contreproductive

L'e-réputation des candidats est plus que jamais au centre de l'attention. Ou comment « savoir mettre en avant ses compétences de manière intelligente pour se faire repérer naturellement », souligne Alain Fusiller, dirigeant du cabinet Axone RH. Pour lui, l'attitude passive est complètement désuète. «Il faut prendre les devants, être proactif », assène-t-il.

Autre exemple du même genre pour Jean-Pierre Baudinat : « à l'époque, les jobboards et autres sites d'emploi spécialisés n'existaient pas encore ou fonctionnaient à peine. » Vous recherchez un poste d'ingénieur ou de commercial ? « Gagnez du temps, c'est aussi se créer des alertes ou effectuer des recherches par mots clés. S'en priver serait une vraie erreur », ajoute-t-il.

 

Investir les réseaux sociaux pour le réseautage, en plus du téléphone

Erreur aussi de ne pas se rendre visible sur les réseaux sociaux, LinkedIn et Viadeo voire Twitter, qui fonctionnent sur le même principe de recherche côté recruteur. Si décrocher son téléphone fonctionne encore, il ne faut pas hésiter à rentrer en relation avec les professionnels de l'emploi directement via ces canaux. « Finalement, cette démarche reste encore relativement minoritaire. On ne nous sollicite pas forcément régulièrement », relève Alain Fusiller. De quoi attirer l'attention, notamment si vous êtes actif au sein  de groupes spécialisés, si vous donnez votre avis, etc.

 

Finie la toute-puissance du savoir-faire, misez aussi sur le savoir-être

Du grand groupe à la start-up, le degré d'exigence en matière de recrutement s'accroît toujours plus. En cause, le coût des embauches et surtout, des éventuelles erreurs de casting. Bonne présentation, prise d'initiatives, gestion  du stress... Comme le confirme Jean-Pierre Baudinat : « c'est désormais sur ces points que la sélection s'opère également. D'autant qu'à compétences égales, les recruteurs vont se pencher avec force sur la personnalité des profils afin de faire le tri. » D'où l'importance de soigner ce domaine à chaque étape pour éviter de passer à la trappe... et perdre encore quelques semaines à trouver la bonne opportunité. Certaines solutions permettent aux employeurs d'identifier votre personnalité rapidement et proposent même ensuite d'effectuer du matching entre candidats et compétences recherchées. Un premier pas vers le recrutement de 2020 !

 

57

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

ar un courrierar

22/02/2016

à 14:08

les exigences en matière de recrutement évoluent avec la loi de l'offre et de la demande du marché du travail. Quelques années en arrière, une offre d'emploi correspondait à une centaine de demandes d'emplois. De nos jours , ce n'est plus le cas. Cette correspondance est multipliée par 10 voire plus.
Cette facilité de traiter quelques dizaines de courriers pour retenir quelques candidatures s'est vite fait relayer par le tri informatique proportionnellement à la demande croissante. L'entretien d'embauche et le test permettent d'évaluer respectivement le savoir être et le savoir faire du candidat.
Postuler par écrit ne révèle pas en grande partie la personnalité du candidat. Postuler par écrit c'est monter par les escaliers la tour Montparnasse pour arriver au sommet pendant que tout le monde est déjà installé et la porte fermée. Postuler par écrit dévient un problème des employeurs nostalgiques qui ont le regret de perdre certaines habitudes par rapport à leur passé et qui n'arrivent pas à s'adapter à l'outil informatique. Malheureusement, pour les candidats croyant que leur bien-être leur donne toutes les chances du monde pour être recrutés, malheureusement pour eux, ces employeurs ne sont plus qu'en pourcentage très minime. Bientôt, il n'y en aura plus un seul dans les pays développés. Il faut aller les chercher dans les endroits où l'outil informatique est encore un luxe et où on veut encore travailler dans une case au lieu d'un château.

> Répondre

Sym.e

18/02/2016

à 12:21

Tout cela reste un peu caricatural pour qui suit le recrutement depuis presque 30ans ; en 2000, même la pseudo génération x du secteur qui est le mien (et qui n'est pas l'informatique) utilisait déjà à 90% les mails, les sites internet (et oui, cela existait déjà !!! cela déplaira au soit disant spécialistes actuels, mais les moteurs de recherches et les algorithmes étaient alors meilleurs en termes de concordance besoin/offre... et les recruteurs plus efficaces car ils se fondaient sur l'analyse humaine pour compléter le process de recrutement)! et oui. De même les réseaux existaient déjà (bien sur, pas les réseaux sociaux actuels ; mais d'autres, tout aussi efficaces...que les "bons" professionnels continuent préconiser).... ils étaient d’ailleurs plus professionnels qu'à ce jour (et on constate que plus de la moitié de des réseaux organisés ont disparus, ou se sont fondus dans des réseaux plus large...cqfd)... ; mon constat aujourd'hui est plus global ; les erreurs de casting se multiplient en raison des nouvelles méthodes recrutement ; pourquoi ? Car on ne regarde comme vous le dites que le savoir être, et l'on se fonde sur des analyses de personnalités que les psychologues ont abandonnés depuis 20ans. Curieux non !? Pour l'anecdote et pour les curieux ; regardez les sondages sur l’efficience du réseautage, et qui aujourd'hui parmi les professionnels sont le plus anxieux, les plus dépassé sur ces sujets... (vous avez sans doute perdu si vous n'êtes pas dans le domaine ; ce sont les rh eux même !... ceux qui parlent à sen étouffer du rh 3.0, qui pensent que leur métier s'informatise (pardon, se "hubérise") trop. A méditer, pour ceux qui savent penser par eux même.

> Répondre

ar un courrierar

16/02/2016

à 21:02

Bonjour,

J'essaierai de répondre quand je pourrai. Le plus vite possible. Je suis un peu trop prise.
Merci. A bientôt

> Répondre

ar un courrierar

02/02/2016

à 12:17

C'est vrai que tout évolue à une vitesse vertigineuse. La science met à notre disposition des outils informatiques dont la performance dépassent celle des humains; entraînant avec elle la naissance de plusieurs voies nous facilitant la communication. Répondre à une annonce de nos jours par courrier, c'est absurde. Les moyens qui nous sont offerts ne le permettent plus. S'adapter à cette vitesse devient une obligation.

> Répondre

En réponse à ar un courrierar

GARRIDO Hervé

16/02/2016

à 11:08

Bonjour,
ce n'est pas "absurde" de répondre à une annonce par courrier si le recruteur le demande. Ce qui peut l'être, c'est de ne pas s'adapter à l'entreprise et au type de poste auquel nous postulons. L'informatique nous donne des moyens mais ne remplacera jamais le contact et le savoir-être. Se croire universel dans ses affirmations n'incite pas à la communication.

> Répondre

En réponse à ar un courrierar

Toto

04/02/2016

à 15:01

Du coup le courrier devient un élément differentiateur pour certains postes de communication.
Les principes du marketing appliqué au recrutement.

> Répondre

Yannick Smadja

01/02/2016

à 11:27

Interressant !
ça reflette effectivement la réalité du marché.
Allez... au boulot !

> Répondre

RENAULT Catherine

01/02/2016

à 10:03

Très instructif et reflet de la réalité. Dommage que tout le monde ne soit pas "pro" du réseau!

> Répondre

Hoffmann Olivia

31/01/2016

à 06:26

Court et percutant !
Très instructif !
A suivre !
Merci

> Répondre

MATHON Miene

30/01/2016

à 17:10

Bonjour,

Bien vu !
Mon cas : le fait d'avoir un age avancée ne veut pas dire que je n'ai pas de compétences.
Un peu ridicule, car je sais que le même travail n'est pas rénuméré pareil selon le lieu où l'on postule.

Je pense que de parler des langues, devrait déjà être une réelle compétence en France. Communiquer sur ce seul fait devrait suffire, il me semble. Ou bien le fait d'avoir élevé 3 enfants qui eux ont trouvé du travail, devrait aussi signifier qu'une personne comme moi est bien structurée et capable de trouver un job !

Donc, on fait quoi maintenant ? J'envoie mon CV où ?

> Répondre

Olivier Doussaint

30/01/2016

à 01:09

Les réseaux sociaux bon plan pour le recrutement ? Efficacité 3%, 97% d'exposition de l'entreprise. profil professionnel tracé, orientation métier figée.

> Répondre

Olivier Doussaint

30/01/2016

à 01:03

Il y a beaucoup à dire sur le fonctionnement des RH et de la méthode de sélection . Il n'y a en réalité que trop peu d'emplois, cette faiblesse donne la toute puissance aux recruteurs. Les recruteurs privés ont des positionnements gouroutesques autant grotesques que malveillants. Pour la plupart. leurs méthodes ne changent pas vraiment. Ils se prétendent tous meilleurs, et différents, cependant ils sont emportés, comme les autres, par la tourmente du chômage: par le turn-over et les liquidations des cabinets. Quant aux grands faiseurs, ou grands menteurs, ils publient avant même de signer le contrat avec le commanditaire, des annonces pouvant être qualifiées de fictives. Ce comportement d'affamés prêts à se jeter sur le client les conduit à conserver sous le coude un vivier disponible. Parfois certains cabinets n'hésitent pas à rechercher des informations sur vos employeurs, en vue de se créer des contacts et du business. Enfin, les recruteurs n'échappent pas aux archétypes, ils pensent benchmark, mais recrutent toujours des profils identiques, croyant dénicher la perle rare. Pourtant, mis à part une stratégie de détournement d'information, de clients propriété de leurs concurrents... le benchmark source d'innovation passe par le recrutement de profils dont l'expérience s'est construite dans des secteurs différents. En dernier lieu, soulignons le formatage scolaire dont les formations plus géniales les unes que les autres, pour ceux qui ne connaissent pas, ne produisent que des standards additionnées d'une touche d'arrogance et de mépris.

> Répondre

En réponse à Olivier Doussaint

henri

01/02/2016

à 16:52

très belle analyse
rien à redire

> Répondre

En réponse à Olivier Doussaint

ANNE MARIE

31/01/2016

à 19:40

Un seul mot EXCELLENT!!!

> Répondre

En réponse à ANNE MARIE

dermond

08/02/2016

à 16:20

Je ne suis pas d'accord étant à la fois en recherche d'emploi et ayant été recruteuse.
Je n'utilise plus le papier pour postuler depuis 20 ans et j'ai cherché à m'entretenir par téléphone avec quelques recruteurs : peu acceptent de vous prendre en ligne et personne ne vous rappelle. Ceci dit un de mes entretiens semble avoir été profitable car j'ai été polie et ai remercié (sincèrement) le recruteur à la fin de l'entretien. Les techniques n'ont pas changé : réponses aux annonces, candidatures spontanées, copinage... Je sais bien que mes chances sont plus élevées dans mon domaine "spécialisé" et par un site "spécialisé".

En tant que recruteuse j'avais plusieurs canaux et je recoupais mes informations avec l'agence Addheco d'à coté. Les CV étant très divers la première chose c'est de s'y retrouver aussi le CV doit-il être adapté au poste et aisément lisible. Un CV truqué se voit tout de suite ! Si la personne a plus d'une page il est évident qu'elle n'est pas junior et cacher son âge est ridicule. Je faisais passer des tests où en général les prétentieux se "bananaient" en beauté ! On voit de tout dans les candidats. Certains ne veulent rien dire... dans ce cas pourquoi ont-ils postulé ? D'autres croient qu'ils sont seuls à avoir postulé !

> Répondre

Isa

29/01/2016

à 21:13

Francan je partage. La société est de plus en plus impitoyable. Bonnes recherches et prend ces refus comme un tremplin pour rebondir ailleurs, une seconde jeunesse? Tu sais pour les femmes surtout avec des enfants, c est encore plus dur. La discrimination on la vit tous les jours quand on cherche du travail mais aussi quand on est en poste.... On reste une femme donc.... On ne peut pas être aussi compétent que un homme et si on l est, c est parte au n aurait peut être du naître autrement... Mais relativisons, il y a pire que nous. Tu finiras par trouver! Stay positive!

> Répondre

francan

29/01/2016

à 15:48

Aujourd'hui la recherche d'emploi est une jungle encore plus dense que l’Amazonie avec ses pièges, encore plus dangereuse que cette foret enchevêtré dans les lianes et dont notre système franco français l'est avec sa bureaucratie figée au 19 ème siècle.
Les cabinets, parlons-en: des gamins encore pleins de boutons qui se permettent de juger des gens de 45 - 50 ans et qui pourraient être nos mômes...Ces bébés en cravate qui se la pètent et qui se permettent de juger des gens qui ont de l'expérience, des compétences, des connaissances mais qui dans leur discours ont osé dire bleu blanc vert et pas rouge.......oupssss quelle erreur.....
Quand ces jeunes fraîchement sortis de leur école et dont c'est la première expérience professionnelle se permettent de vous faire remarquer qu'on ne possède pas un master +35 et seulement un BTS ne se posent même pas la question à se demander si à l'époque les masters étaient aussi prisés que les Smartphones aujourd'hui....et un bac F qu'est ce que c'est..........et sans oublier de vous demander si vous savez vous servir d'un ordinateur.
Jeune homme, il faudrait réviser votre copie et poser des questions à vos parents qui doivent être de ma génération...
Messieurs les boss des cabinets il y a pleins de gens qui ne sortent pas d’école de commerce mais connaissent très bien le monde de l’entreprise et ont des compétences transférables et savent décoder les besoins d’une entreprise…Quand j’ai voulu rentrer dans le recrutement c’est ce qu’on m’a répondu : vous ne sortez pas d’une école de commerce. Disons que certainement plus cher aussi.
Messieurs les fondateurs des cabinets dites à vos gamins en culotte courtes de voir différemment ou embauchez des gens qui ne feront pas joujou avec leur téléphone portable lors de l'entretien (c'est du vécu)...pardon smartphone , Iphone...

Une offre aujourd'hui = 500 candidatures et le tri se fait à la base par le diplôme. Dans mon cas, on ne demande que des BAC + 5 en je ne sais pas quoi d'ailleurs, pâtissier peut être ou en aménagement d'espaces vacants ou en interprétation du langage des inuits...je sais plus......

Que se soit les entreprises au niveau des rh ou cabinets dans ce pays on est nulle, 0, incompétent...Je me suis amusé à faire plusieurs candidatures pour le même poste avec un vrai cv et 2 ou 3 faux pratiquement similaires mais en changeant des dates et des entreprises qui n’existent d'ailleurs pas. Les candidatures avec des diplômes bidons qui n’existent pas mais en master ++++ on me contact et celui avec BTS, j'attends encore et encore...surprenant...

Pourquoi également des procédures si longues, 4 voire 5 entretiens avec des tests +++ et pour vous dire que votre profil ne correspond pas à l’issu…….surprenant. Si vous ne vous en êtes pas rendu compte avant c’est que vous êtes vraiment mauvais.
Dernièrement, je devais être convoqué mais je le suis plus et avec des relances on me dit oui et finalement non (je sais c’est confus) Mais on m'avoue qu'ils ont déjà fait 2 campagnes de recrutement mais personne de retenu....démoralisant.
Ça c'est le côté positif, je n’ai pas gaspillé du temps et de l'argent.
Très souvent même après 3 entretiens on s'assoit sur la réponse et l'impossibilité de contacter les RH. Ils se cachent les vilains, ils ont peur de se confronter aux gens...
J'ai été directeur dans une boite et je me suis toujours imposé de répondre aux candidats ne serais-ce que pour leurs recherches futures pour qu’ils améliorent certaines choses. Même si un CV ou un entretien c'est complètement subjectif, pour un il est top et pour l'autre il est pas terrible.

Même le parcours du combattant était plus simple que chercher un job maintenant...C'est vrai, j’ai publié un parcours du combattant pour notre jeunesse Mastorisée, elle ne sait pas ce que c'est...et il n’y avait pas le wifi en haut de la girafe..
Aujourd'hui j'en ai tellement marre de la France et de son système rétrograde et de dinosaure que je vais repartir vivre à l'étranger où j'ai déjà vécu de nombreuses années et où tout va vite...
Marre de se prostituer pour un poste, de voir une offre avec un salaire bien entendu non négociable et ne correspondant pas au poste et que lors de l'entretien on enlève 40% et de cadre on passe à maîtrise pour le même job. Marre d'attendre des réponses qui ne viennent jamais, marre de n'avoir aucun retour des personnes que l'on a rencontré, marre de passer jusqu'à 5 entretiens, marre qu'on me juge sur ma situation personnelle (célibataire sans enfants ça existe), marre de voir des fausses offres circuler pour alimenter les bases de données, marre qu'on me dise Monsieur vous êtes trop vieux, etc, etc, etc....
Il m'est arrivé qu'on me fasse passer un entretien avec un membre de l'équipe que j'allais diriger...très surprenant!!!
On me l'avait jamais fait celle là encore....Au 25 ème tour je devais passer un entretien avec la femme de ménage je crois. (Profession dure et très respectable)

Quand on regarde les offres, dans certaines boites ou cabinets elles tournent en rond...fausses annonces ou turnover important des entreprises ???

Un livre à lire: Trop qualifié pour ce poste...Ah oui je lis encore des livres mais j'utilise aussi une tablette quand j'arrive à trouver le bouton marche arrêt bien entendu...
Donc à partir de 45 ans, quittez ce pays car c'est fini pour vous...
Sur un autre continent, un entretien c'est un jury, questions réponses, interactivités et on commence...et pas 6 mois à attendre et dépenser du temps de l'argent, gérer son stress se poser mille questions etc...
Pour finir, il ne faut pas penser qu’un cadre à peine au dessus du SMIC restera. Très mauvaise gestion des RH. Un salaire = un niveau de poste et un poste = un niveau de rémunération.
Un gars de 50 ans aujourd’hui restera dans une boite mais un jeune lui, nouvelle génération ne restera pas, il bougera….

> Répondre

En réponse à francan

ANNE MARIE

31/01/2016

à 19:47

TRES TRES JUSTE!!!

> Répondre

En réponse à francan

PRD

31/01/2016

à 18:21

bravo pour cette analyse plus que pertinente, puisque je l'ai aussi vécue... c'est vrai que passer 50 ans , ce n'est plus un parcours du combattant mais un chemin de croix, certains m'ont même dit qu'il me faisait une 'fleur' en me proposant le poste....
bon courage à tous, au fait en France on a encore le regard d'un cv avec de multiples expériences d'un mauvais oeil....pas stable etc... c'est plus rassurant un cv avec deux parcours de 15 ans dans la même boîte !
sur ces bonnes paroles bonne semaine et bonnes recherches

> Répondre

En réponse à francan

BYS

30/01/2016

à 09:34

Je ne peux qu'approuver ces quelques lignes connaissant des situations rigoureusement identiques, voir pires dans certaines cas. De plus je pense que le recrutement est devenu un business et non plus un service a l'entreprise.
On demande effectivement de plus en plus de diplôme pour suivre en définitive des rails impliquées par les normes. Mais des diplômes avec de la réflexion et du recul, de l'expérience point du tout.
C'est ainsi que l'on se retrouve face à de jeunes consultants qui appliquent ce qu'ils connaissent parfaitement à ce qu'il ne connaissent pas du tout. Quand nous avons débutés dans le métier, nous étions au moins accompagnés et recadrés si besoins par des gens d'expérience.

Si l'on sort du système recruteurs, il ne nous reste que les petites boîtes ou il ne faut pas trop faire briller nos postes de direction sous peine d'être taxé d'arriviste dangereux par notre futur employeur.
Ne parlons pas de Pôle emploi qui se noie dans un système clos avec un manque de personnel évident.

Courage continuons il ne nous reste plus qu' à créer notre emploie a défaut de refaire le monde d du travail.

> Répondre

En réponse à francan

Hein Brigitte

30/01/2016

à 08:46

Magistrale description du parcours du combattant. J'ai absolument la même vision de ces "bébés" qui nous font passer un entretien et vous vous apercevez qu'ils ne savent pas conduire un rendez-vous, que les questions posées sont d'une bêtise à pleurer le tout arrosé d'une supériorité qui ne fait plus aucun doute sur le sujet : nous sommes reçus par des incompétents.
Quant à la question du salaire alors là, je suis ébahie de voir les responsabilités s'additionnées et de vous annoncer royal 26 ke dont des primes hypothétiques vont constituer ce fabuleux salaire...
La France c'est la prime à la médiocrité.

> Répondre

Puzel

29/01/2016

à 15:04

Un article très juste sur les nouvelles méthodes de recrutement.
Aujourd'hui l'e- réputation est extrêmement importante. Il faut savoir que nous sommes en concurrence avec au moins 100 personnes sur un même poste en moyenne.
Pour faire la différence, il faut soigner non seulement ses profils viadeo/linkedin mais aussi avoir le potentiel de faire la différence en entretien d'embauche.
Connaître ses forces par rapport à la concurrence est essentiel pour mieux se "vendre". Le recruteur à besoin d'être rassuré avant tout.
Bonnes recherches à tous!

> Répondre

Mercier Eric-Noel ( labyrinthe )

29/01/2016

à 14:43

De belles analyses des uns et des autres , des questions , des introspections a la recherche de parvenir a des réponses sur notre présentation , notre image, notre éthique , nos relations etc , bref la recherche du saint Graal , le Job des Jobs , puis la clef de la porte qui ouvre sur un futur emploi ? vision des rats de labo a la recherche aussi de la sortie du labyrinthe . A force de faire trop d'analyses pour ne pas voir le réel de la crise au niveau du globe ainsi que les répercutions monstrueuses au niveau des humains , avec les nouveau critères de cette géométrie variable constante , trop vieux ou trop jeune , ou trop grand ou trop petit ou trop ou pas de diplômes ou les mauvais ? les apprentis sorciers du mental évoque la magie d'un nouveau grimoire qui pourrait être le remède au mal du chômage actuel , grasse a des analyses du moindre indice , la détection d'une erreur possible dans le cadre du produit que nous sommes finalement a cette grande vente de nous mêmes , toujours cette question comment plaire a nos acheteurs !!! les décideurs et leurs codes , comment y parvenir sans perdre notre personnalité , voila la question.

> Répondre

Patrick

29/01/2016

à 13:02

Il faut rester positif et y croire. Je reste persuadé qu'en se battant on y arrive. J'ai été licencié en 15 jours alors que je n'avais rien fait. Très dure à encaisser, mais il faut y aller sinon le patron a gagné.

> Répondre

En réponse à Patrick

mduchant

08/02/2016

à 16:31

Si vous aviez travaillé au lieu de "ne rien faire" il vous aurait gardé ! (HUMOUR)
Ceci dit je pense aussi que le monde du travail est parfois complètement saugrenu. Depuis des années je "joue le jeu" pour être recrutée, avec comme objectif un salaire minimum fixé (le reste ce n'est que du pipeau) , puis j'essaie de me faire plaisir au max car j'aime mon travail... et le reste on fait avec ! J'ai été victime de machisme à plusieurs reprises (moins payée que mes collègues masculins ou harcèlement car je suis jolie) : maintenant il m'arrive de "jouer " avec certains messieurs par revanche... Effectivement il faut avoir envie de "se battre" et surtout donner une bonne image de soi. C'est le jeu de l'offre et de la demande.

> Répondre

Marguerite

29/01/2016

à 12:54

Très intéressant comme article, n'oublions pas quand même que certains recruteurs restent modernes! donc tous les moyens sont à utiliser pour décrocher un emploi!

> Répondre

FREDDY

29/01/2016

à 12:37

Posez vous la question, les managers de cabinet sur la compétence de vos consultants qui tels les présentateurs lisent
les CV comme des prompteurs sans rien y connaître ou les logiciels qui les remplacent; La mode est de personnaliser
le CV à l 'offre mais comment le faire sur les réseaux sociaux qui fatalement vous grillent d'entrée .Messieurs les Français
sortez des étiquettes de l 'expérience dans les secteurs spécifiques le bon candidat est celui qui s 'adapte à n'importe
quel domaine et Messieurs les recruteurs profitez de gens très qualifiés qui sont prêts à sacrifier leur rémunération mais
vous n'avez pas intégrer cette source d'économie et on se demande pourquoi les postes ne sont pas pourvus et
pourquoi La FRANCE piétine !!!!

> Répondre

Puzel

29/01/2016

à 11:50

Un article très juste sur les nouvelles méthodes de recrutement.
Aujourd'hui l'e- réputation est extrêmement importante. Il faut savoir que nous sommes en concurrence avec au moins 100 personnes sur un même poste en moyenne.
Pour faire la différence, il faut soigner non seulement ses profils viadeo/linkedin mais aussi avoir le potentiel de faire la différence en entretien d'embauche.
Connaître ses forces par rapport à la concurrence est essentiel pour mieux se "vendre". Le recruteur à besoin d'être rassuré avant tout.
Bonnes recherches à tous!

> Répondre

Marc

21/01/2016

à 23:50

Une chose est sure, cette article fait réagir...Je trouve la vision du patron très dur dans certains commentaires. Tous les patrons ne sont pas des "requins" sans cœur à la tête d'une multinationale et partant à la retraite avec un parachute doré....
Il y a plein de "petits patrons" et leur quotidien n'est pas le même....
J'ai été salarié pendant 12 ans, comme cadre, j'ai ensuite créé mon entreprise où j'ai découvert les joies d'une patron de PME....le stress quotidien de garder son entreprise en vie et pouvoir payer les salaires de mes deux CDI à la fin du mois, le stress quotidien de l'arrivée du courrier et son lot de bonnes nouvelles envoyées par les nombreuses administrations....Après quatre ans de stress, en me payant, en tant que Travailleur Non Salarié, 1/2 smic par mois, j'ai du mettre la clé sous la porte....
Aujourd'hui, je rêve de redevenir salarié, mais effectivement, je m'aperçois que les méthodes de recrutement ont évolué...Fini les lettres de motivations manuscrite et la lecture des petites annonce dans la presse spécialisée....quelques clics suffisent à rentrer en contact avec un très grand nombre de recruteur.
Je suis, à 44 ans, entre deux générations, je ne suis pas adepte des réseaux sociaux, mais si ces nouveaux outils de communication permettent des prises de contact, pourquoi pas.
De toute façon, quelle que soit la méthode, la dernière étape est toujours la même, l'entretien et ce sont bien vos savoirs faire et votre savoir être qui feront la différence...
Effectivement, il est parfois frustrant de recevoir des réponses, ou non, par mails, le plus souvent totalement déshumanisés...
Je serais le premier à rêver d'un monde du travail où une poignée de main suffirait à sceller un contrat...mais aujourd'hui les charges sont tellement lourdes et il est tellement difficile d'arrêter un contrat que la méfiance est de plus en plus grande chez les employeurs.
Il y a des patrons qui abusent, c'est une certitude et il est normal de protéger les salariés, mais malheureusement, il y a également des salariés peu honnêtes...
Pour terminer, quelle que soit la méthode utilisée, bonne chance à tous ceux qui cherchent actuellement un travail...

> Répondre

En réponse à Marc

stéphanie

29/01/2016

à 15:50

Monsieur,

Je vous comprends, je ne suis pas dans votre cas je suis demandeur d'emploi et je n'arrive plus à trouver de CDI, je fais des missions intérimaires mal payées car les agences d'interim se mettent un belle partie de mon salaire dans leur poche
le monde du travail a changé, il faut se battre, être combattant, mais quand je suis sans mission depuis deux mois je me sens incompétente alors que j'ai plus de 20 ans d'expérience dans la finance
notre gouvernement ne fait pas grand chose pour faire avancer la machine, et le passage à l'euro c'est une grosse bêtise, choisie par ceux qui nous gouvernent malheureusement

bon courage à vous

Stéphanie

> Répondre

En réponse à Marc

catherine

29/01/2016

à 14:34

Je vous rejoins .
C'est dur de trouver du travail dans un monde informatisé, surtout par le biais des réseaux sociaux.
Frustrant et parfois décourageant !!!

Bon courage à tous !!

> Répondre

En réponse à Marc

Arielle

29/01/2016

à 14:32

Un article de bons sens et tellement vrai !
L'époque de l'accord conclu après une parole donnée et une poignée de main, mon grand-père a eu la chance de la connaître, quelle utopie maintenant !
Vivons avec notre temps mais essayons de garder le sens des valeurs et de le transmettre à nos enfants....c'est l'histoire du colibri..
Linkedin et Viadéo sont des réseaux sérieux, même s'ils ne sont pas la réponse, ils permettent de rester " connecté " au monde du travail et de la socialisation.
Bonne chance à vous Marc.

> Répondre

En réponse à Marc

francois

29/01/2016

à 12:17

bonjour Marc,
je suis Francois,tout comme toi je suis à la reherche d'un emploi depuis 5 mois maintenant et tout comme toi j ai 45 ans et suis aussi cadre commercial,à la différence que c'est la deuxième fois que je suis au chômage et c 'est pour cette raison que je connais bien les démaches necessaires et les erreurs à ne pas commaitre lors de la recherche et surtout quoi qu 'il arrive garder confiance en soit!!
Très nombreux sont les entretien infructueux et quoi de plus difficible que de se voir refuser un poste pour lesquelles vous semblez avoir toutes les compétences.
Le refus est là et avec lui sa reflexion sur soi et la façon dont on est perçu.
Surtout ne changer rien ,rester vous même .
Le pb comme le dit Marc se n'est pas vous ,mais cette méfiance généralisée de l'ensemble des sociétés de notre pays
et les raisons sont multiples comme tu l'as expliqué Marc(politique,commerciales,charges, lisibilité sur l'avenir,etc etc....).
Pour teminer,bon courage à tous!! ne baissons pas les bras dans nos démarches restons positif!

> Répondre

En réponse à Marc

DAMPIBU

29/01/2016

à 11:40

Beau témoignage, courage.

> Répondre

En réponse à Marc

anne-marie

23/01/2016

à 16:21

Je partage votre analyse de l'article, toujours un peu manichéen

stt ne pas restez isolé et se rapprocher des clubs de personnes en recherche d'emploi comme le club cadres Loire dont je fais partie

http:\\www.clucadresloire.fr

> Répondre

Victor

21/01/2016

à 21:00

Aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, Il n'y a pas des millions de strates dans les recrutements (ni de cravates obligatoires d'ailleurs)...et jusqu'à preuve du contraire les recrutements sont bien plus efficaces qu'en France ; leur Economie aussi...

Tous ces processus de recrutement sont comme les lampadaires pour les ivrognes : ils servent plus à s'appuyer dessus qu'à éclairer la situation !

> Répondre

Jean Philippe

20/01/2016

à 11:32

Très juste et intéressant

> Répondre

ELPIS

19/01/2016

à 20:41

Heureusement que la technologie a du bon et que la recherche par mots clés s'avère parfois efficace.
Heureusement que la recherche d'un job pour un candidat a évolué, et que la candidature manuscrite a quasiment disparu.
Pour le reste penser que les réseaux "a"sociaux sont porteurs de changements positifs, est au mieux de croire avec candeur au Père Noël, au pire de s'imaginer dans le monde des Bisounours avec certitude
Le réseautage ne fonctionne que si l'on peut vous prendre quelque chose ou si vous donnez un cadeau de bienvenue à votre interlocuteur , qui s'empressera de vous mâcher dans ses relations, par narcissisme et volonté d'être entouré de la plus grande des cours.
Mais très souvent sans résultat, sauf l'espoir d'un lendemain meilleur.
Même si vos compétences sont hautes et estimées, votre savoir faire ou être ne l'emportera pas forcément.
Le savoir faire est justifié par vos expériences et vos résultats et comptera pour handicap à travers un flot de candidatures dantesques pour une offre d'emploi.
Le savoir être quant à lui est servie à toutes les sauces. Il servira souvent d'excuse argumentée par votre recruteur pour ne pas vous accorder le job, il justifiera parfois la peur que vous inspirez par votre originalité.
Être proactif, encore un mot qui sonne 2015 dans le langage du recrutement. Penser comme un Laurence d'Arabie, épique et empreint de confiance, qui agissait pour lutter contre la fatalité, quelle quête sublime. Mais non. Encore une vraie illusion.
Bloqué par un assistant du premier assistant, qui doit se référer au chargé du recrutement, mais dont le planning est surchargé, et qui vous rappellera peut-être, dès que l'occasion se présentera, votre appel ou demande de contact par email (je penserai à l'occasion à utiliser un pigeon voyageur qui pourrait être reconnu pour son originalité ) aura autant de chance de faire mouche que de croire à ceux qui promettent la lune.
Enfin penser que dans le recrutement vos lettres de motivations sont lues, m'affuble d'un rire cynique, et ne n’empêche pas de supposer que le rédacteur de l'article auquel je réponds dispose d'une naïveté condescendante.

Oui les méthodes de recrutement ont changé : Le règne des cabinets de recrutements est à son apogée, ce qui ne facilite pas les prises de décisions pour l'entreprise qui recrute, et vous mixe comme candidat, comme une viande dans un hachoir par le schéma suivant :
Débrief téléphonique par l'assistant, rendez-vous avec le consultant Sénior, tests psychologiques. Ensuite l'attente, parfois une réponse et souvent, pas de réponses. Si vous décrochez le pompon, c'est à dire rencontrer le client, vous justifierez de toute votre vie professionnelle, celle vécue et celle que vous envisagez.
Personne ne veut se tromper, surtout pas celui qui vous embauche, il ne veut surtout pas être à votre place.
Enfin, vous pensez que c'est terminé ! Personne ne vous avez mis au courant. Vous n'étiez pas le seul candidat. Vous devez attendre encore, encore...Puis un appel retentira parfois, votre consultant qui vous invitera,non pas pour un déjeuner, mais à participer à un "assessment center" pour terminer de vous ausculter en profondeur.
Au bout de cette étape ultime, vous pourrez peut-être décrocher votre lumineux CDI, tout en pensant que ce sera la dernière fois.

Les délais de recrutement sont longs, de 3 à 6 mois pour un poste de cadre sup. C'est trop. Où sont les décideurs ????
Oui les méthodes de recrutement ont changé mais pas en mieux.
Je propose de revenir à la confiance réciproque, à la poignée de mains qui vaut pour signature de contrat, ou tout simplement au bon sens.
Et particulièrement de revenir au sens des valeurs du travail, du respect des individus et de ne pas croire aux chimères de votre article, simple miroir aux alouettes.

> Répondre

En réponse à ELPIS

nathalie

29/01/2016

à 12:05

bravo pour la finesse et la lucidité de cette analyse

> Répondre

En réponse à ELPIS

Lefeuvre, Jean Jacky, JJ2810

29/01/2016

à 11:47

Bonjour,

Très bonne analyse et que je me permets de compléter en précisant que, lorsque l'on à 50 ans avec 20 ans d'expérience et un niveau 3e cycle universitaire et que le recruteur qui nous analyse a tous juste 20 ans passé et aucune connaissance du métier pour lequel il supervise le recrutement, expliquez moi ce qu'il peut tirer de notre entretien ? Sur quel critère nous retient-il ou pas ?
Tout ceci est désolant et le recrutement ressemble plus à de la vente de personnel par les recruteurs à l'apparence plus qu'au savoir ....

> Répondre

En réponse à ELPIS

Goteborg

22/01/2016

à 08:29

Merci Elpis d'exprimer votre avis avec tant de vérité. Je confirme que les réseaux Pro sont souvent le réceptacle de profils dont l'intérêt premier est de montrer qui a la plus grosse...collections de relations. Ne vous êtes vous jamais interrogés sur ceux qui ont + de 1000 relations ? de la poudre aux yeux !

Néanmoins, je remarque que votre avis reflète l'expérience d'un cadre déjà aguerri sur le marché. C'est la marque des plus de 45 ans!
La retraite à 62 ans oui, mais encore faut-il pouvoir travailler jusqu'à cet âge.
Bref, je crois que votre billet dur, reflète aussi une erreur française : le code du travail est tellement rigide, que les recruteurs, entrepreneurs ont peur de s'engager, le CDI est en voie d'extinction (dixit un cabinet d'outplacement reconnu sur la place de Paris). Ce qui explique en partie pourquoi les marchés étrangers sont plus fluides. C'est un choix de société, en somme.

> Répondre

En réponse à Goteborg

zanadoo

29/01/2016

à 12:25

je ne partage pas votre vue sur le code du travail. L'employeur a toute la latitude pour tester le salarié, notamment le cadre pendant 7 mois (3+4)
sans compter que parfois il n'hésite pas à demander un CDD avant. Je ne parle du temps de travail des cadres (212 Jour)
Parlons plutôt par exemple du temps que les entreprises mettent à recruter:
-d'une part cela donne une mauvaise image de marque puisque cela traduit l'incapacité à prendre une décision (rien qu'à l'étape 0 de l'entrée dans l'entreprise il faut x mois, imaginez le temps que l'entreprise prendra pour une décision sur un achat ou un marché...)
- d'autre part pour le candidat, cela est aussi risqué pour lui de rentrer dans une boite qui au final aura peu de considération pour lui, qui l'augmentera de 50 euros brut par mois comme si c'était l'augmentation du siècle, qui préféra le virer plutôt que de le former, de lui permettre de s'adapter. (Je ne parlera pas du troc que font les boites lors de recrutement, comme si en baissant le salaire, le candidat sera plus motivé !)
Les entreprises feraient mieux de penser à motiver leurs troupes, à se concentrer aussi sur le business que de se plaindre.
Quand je vois les entreprises qui parlent d'un avantage qu'elles mettent en valeur comme la mutuelle alors que c'est obligatoire, franchement elle est donc incapable d'attirer le champion autre que par le nom de l'entreprise. Regardez la plupart des annonces et vous verrez que celles-ci sont pas vendeuses pour l'entreprise.

> Répondre

En réponse à ELPIS

libou

21/01/2016

à 14:35

Tout à fait d'accord avec ces commentaires qui peuvent paraître cyniques et désabusés, mais qui sont hélas totalement réalistes pour ceux et celles qui vivent quotidiennement la quête d'un hypothétique job. Que l'on arrête de nous "bassiner" avec toutes ces théories fumeuses ! Pardonnez-moi si j'évoque mon cas personnel mais J'ai remarqué une chose : chaque fois que je réponds à une annonce postée par un cabinet de recrutement (je recherche un poste d'assistante de direction Projets ou direction générale ou Office Manager bilingue), je n'ai AUCUNE nouvelle. En revanche, lorsque je réponds à une offre postée directement par l'entreprise qui recrute, bingo, on me contacte pour un entretien. La raison ? Facile : je suis senior, et les cabinets de recrutement savent pertinemment que ma candidature représentera une perte de temps (même si la discrimination est officiellement abolie !) alors que le recruteur direct a envie de découvrir la personnalité intéressante qui se cache derrière le CV. D'ailleurs, on se demande parfois si les jobs proposés par les cabinets ne sont pas factices.

> Répondre

En réponse à libou

Vally27

22/01/2016

à 15:41

Bien dit Libou. Mon expérience me fait affirmer (et non pas supposer) qu'effectivement, les cabinets de recrutements (chasseurs, ça leur va bien) publient des annonces comme un commerçant affiche un prix d'appel et se prennent pour Dieu tout puissant. Elles sont souvent en décalage avec ce que veut vraiment l'entreprise qui cherche à recruter. Exemple : sans le savoir, j'avais postulé à une annonce de cabinet et posté une candidature spontanée... concernant la même entreprise. Celle-ci, intéressée par mon CV mais ayant contracté avec le fameux cabinet, leur transmet mon CV en précisant qu'elle veut me rencontrer. Résultat : convocation au cabinet de recrutement qui ne me dit pas que l'entreprise m'a demandée + accueil abominablement froid et méprisant (...mon âge!) + tests inadéquats avec le poste..... Le cabinet a "sorti" mon CV et j'ai appris par l'entreprise elle-même l'histoire réelle lors d'un appel de suivi de candidature. En revanche, je suis free lance depuis plusieurs années et même s'il n'existe pas de panacée universelle, les réseaux sociaux pro m'ont permis de trouver des clients et d'être parfois sollicitée par des recruteurs potentiels.

> Répondre

En réponse à ELPIS

Sascha

21/01/2016

à 09:57

Je suis d'accord avec ELPIS, ce qui manque aujourd'hui sur ce fameux marché du travail, c'est du coeur.

La crise économique de 2008 a changé la donne en fragilisant encore plus les CSP au regard de leur situation d'emploi. L'économie s'est "financiarisée" favorisant les dividendes à l'investissement et au partage des bénéfices entre salariés. Cette situation a engendré une cassure socio-économique dans le poumon même de notre système capitaliste : la classe moyenne est touchée !
Dans un marché du travail pour le moins déséquilibré (1 poste pour 300 candidatures !), le rapport de force oblige les candidats à participer à un jeu de gladiateur moderne. Bien sûr, on troquera les glaives et les boucliers par une bienséance forcée ; s'inscrire dans un réseau, prouver un bien-être supérieur (original ne serait pas convenable, la société recherchant des cerveaux gauches), prouver une maîtrise du stress (alors même que la société n'en a jamais connu autant), combattre en matching...! A ce rythme, l'ADN sera notre prochain CV.

Alors oui, le marché du travail nous déshumanise. La méthode et les techniques ne sont pas des solutions.

> Répondre

En réponse à ELPIS

Sascha

20/01/2016

à 17:07

Je suis d'accord avec ELPIS, ce qui manque aujourd'hui sur ce fameux marché du travail, c'est du coeur.

La crise économique de 2008 a changé la donne en fragilisant encore plus les CSP au regard de leur situation d'emploi. L'économie s'est "financiarisée" favorisant les dividendes à l'investissement et au partage des bénéfices entre salariés. Cette situation a engendré une cassure socio-économique dans le poumon même de notre système capitaliste : la classe moyenne est touchée !
Dans un marché du travail pour le moins déséquilibré (1 poste pour 300 candidatures !), le rapport de force oblige les candidats à participer à un jeu de gladiateur moderne. Bien sûr, on troquera les glaives et les boucliers par une bienséance forcée ; s'inscrire dans un réseau, prouver un bien-être supérieur (original ne serait pas convenable, la société recherchant des cerveaux gauches), prouver une maîtrise du stress (alors même que la société n'en a jamais connu autant), combattre en matching...! A ce rythme, l'ADN sera notre prochain CV.

Alors oui, le marché du travail nous déshumanise. La méthode et les techniques ne sont pas des solutions.

> Répondre

En réponse à ELPIS

duchemol

20/01/2016

à 15:40

Tout à fait d'accord. En tant que "recruteuse" je demande aux candidats le temps passé sur les réseaux "a-sociaux" et j'élimine ceux qui y croient ! On n'en est plus aux journaux mais je ne vois aucune évolution positive dans l'utilisation abusive des TIC.

La société évolue peu, on a surtout des gens qui veulent faire leurs 35 heures et rentrer tranquillement chez eux. Un bac avec 23/20 devient courant et montre combien l'idiotie a remplacé le bon sens. Le "pro-actif" signifie simplement "envoyer qqes candidatures spontanées".

> Répondre

En réponse à ELPIS

MENUET Daniel

20/01/2016

à 11:09

Bonjour,
Je suis en retraite depuis une année et force de constater qu'a travers le paragraphe ci dessus rien n'a réellement changé vis à vis de l'emploi et des recrutements.

Petits patrons et grands patrons le gavage financier risque de vous brûler vif car face à une telle irresponsabilité sur la gestion des salariés et des recrutements fièrement confiés a des tiers il serait temps d'observer les statistiques d'échec et obsolescence des compétences avec les postes réels pourvoyeurs d'emploi.

Il est grand temps que le patronat français réagisse a de tels agissements de sa cour de sympathisant syndicaux.

La réalité c'est qu'au travers tous ces mécanismes de recrutement il se cache le vrai motif du recrutement qui ne se réalise que lorsque des commandes sont engrangées par le patronat; alors les patrons arrêtez s'il vous plait de mentir et brouiller les données pour masquer le désastte qui vas vous exploser!!!!

Il est encore temps de revenir en arrière et d'arrêter de se mentir et de vouloir faire rêver la population active de ce pays.

Passez donc à l'action sur le terrain de la réalité et de la vérité : le travail pour tous ne s'invente pas et se décrète pas.

Vous pouvez encore revenir à la pratique de la confiance réciproque, à la poignée de mains qui vaut pour signature de contrat, ou tout simplement au bon sens.
En particulier s'il vous plait chers patrons faites l'effort de revenir au sens des valeurs du travail, du respect des individus et de ne pas croire aux chimères de votre article, simple miroir aux alouettes.

Il vous reste tant de belles chose à faire pour votre pays qui nous est tant envié dans le monde entier.

> Répondre

En réponse à ELPIS

zazou8888

20/01/2016

à 10:31

Bonjour Elpis,

Et bien votre commentaire fait du bien !
On sent le vécu. On sent le rejet des ""seniors"" dont je fais partie sans même avoir 50 ans ! Il suffit d'avoir 40 ans pour être rejeté par ces chers recruteurs.
Vous avez oublié le fameux SPOT ""Savoir se Présenter Objectivement en Trente secondes"". J'ai appris lors d'une formation passée que dans ce SPOT il faut raconter une belle histoire afin d'affamer le psychopathe qu'est le recruteur. Savoir maîtriser tous ses cils afin qu'aucun ne vous fasse défaut. Savoir se tenir à la BONNE place dans la chaise d'exécution. Savoir impressionner, ne pas se laisser impressionner . Toutes ces choses qui font que je m'accroche à mon cher CDI même si mon boulot actuel ne me satisfait pas. Il me permet de vivre correctement, j'attends et je verrai. Créer ma boite ?! C'est une idée à laquelle je crois de plus en plus dans un domaine qui me plait. Sourire devant un psychopathe, lui raconter une belle histoire, enjoliver les choses que j'ai vécues, inventer des chiffres, etc.... faire partie d'un réseau de bisounours ! Non !!! J'aime la réalité, la vraie vie !

> Répondre

En réponse à ELPIS

Phil

20/01/2016

à 02:11

Une bonne poignée de main ? OK, on en rêve !
Si vous étiez patron, vous prendriez un minimum ou un maximum de renseignements sur l'honnêteté et la capacité de votre salarié (e) à effectuer correctement le travail demandé ?

> Répondre

En réponse à Phil

Jean Philippe

20/01/2016

à 11:33

Normal qu'il se renseigne après un rendez vous

> Répondre

En réponse à Phil

ELPIS

20/01/2016

à 09:24

La prise de renseignements est nécessaire, selon l'adage : "la confiance se contrôle". Mais il y a des limites tout de même ! Heureusement qu'il n'y pas de d'IRM à disposition des recruteurs !
Chacun est pourvu de qualité et de défauts. Il faut accepter de se tromper parfois comme de réussir.

> Répondre

zazou8888

19/01/2016

à 14:48

Les réseaux sociaux ! Mais que feriez vous sans ces réseaux ?!!!! Je ne suis sur aucun réseau et je n'ai aucune envie d'y aller ! la vie sur Internet n'est pas la vraie vie ! Il faut arrêter ce bourrage de crâne.

> Répondre

En réponse à zazou8888

Jean Philippe

20/01/2016

à 11:29

Les réseau sociaux sont indispensable et très agréable à pratiquer.
Ils permettent de se constituer aussi un réseau pro une fois le travail repris surtout en commercial

> Répondre

En réponse à zazou8888

Phil

20/01/2016

à 02:06

Quand on cherche un boulot, il faut suivre toutes les pistes et utiliser tous les moyens, même modernes.

> Répondre

En réponse à Phil

j

20/01/2016

à 11:37

Tout doit être utilisé, et surtout un profil classique qui puisse s'adapter aux différentes attentes
Chemise cravate de rigueur et passage régulier chez le coiffeur sont des règles de base.

> Répondre

En réponse à j

Claude

21/01/2016

à 17:34

Pas simple lorsque la cravate vous gave et qu'elle ne représente même pas l'ombre de vous même, un artifice tout au plus alors qu'être soi-même est tellement plus important et vrai. Je n'aime pas me travestir et faire semblant ne me ressemble pas. Un peu de personnalité ou vous a t'on tout enlevé ?

> Répondre

+