1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d’embauche : les atouts des seniors que les autres n’ont pas

Entretien d’embauche : les atouts des seniors que les autres n’ont pas

entretien-dembauche--les-atouts-des-seniors-que-les-autres-nont-pas-

Sylvie Laidet

Avoir 45 ans reste en handicap sur le marché de l’emploi. Vous pouvez cependant mettre en avant certains atouts que les autres n’ont pas forcément.

1 - Votre expertise

« Évoquer son expertise est un excellent moyen de transformer son surplus d'expérience en points positifs », conseille Sébastien Bompard, président de À compétence égale, association de cabinets de recrutement luttant contre les pratiques discriminatoires. Vous êtes un expert en management ? Illustrez la façon dont vous avez fait concrètement évoluer votre équipe au sein de l'organisation.

2 - Votre adaptabilité

« Grâce à leur parcours diversifié (différents secteurs, entreprises et types de postes), les seniors ont la capacité de s'adapter à des problématiques différentes. Ils savent aussi bien adresser un sujet au niveau stratégique qu'opérationnel », argumente-t-il. Or cette double casquette est capitale dans une entreprise, notamment en PME.

3 - Votre "opérationnalité"

Grâce à votre passé professionnel, pas besoin de long discours ni de formation coûteuse lors de votre prise de fonction. Vous serez immédiatement opérationnel. De plus, vous maîtrisez assez bien les rouages et les codes en vigueur dans les boites. Un gain de temps évident.

4 - Votre humilité

« Contrairement aux plus jeunes, les seniors ne cherchent pas nécessairement à monter sur le podium. Ils sont peu dans la politique politicienne », observe François Humbert, fondateur et dirigeant de Cadres Seniors Consulting. « Les enjeux de pouvoir ne les intéressent plus. Ils sont plus dans le conseil que dans la propriété », renchérit Sébastien Bompard.

5 - Votre stabilité

À 55 ans, on n'est plus un zappeur. On ne cherche plus un poste pour 2/3 ans et "ciao la compagnie !". « En entretien, insistez sur votre fidélité pour les 10 ans à venir. Même si les entreprises ne se projettent pas aussi loin, elles luttent toutes en ce moment contre la perte des savoirs et des savoir-faire. Un manque à gagner substantiel pour elles. Faire valoir sa pérennité dans le poste est de nature à rassurer un recruteur », souligne François Humbert.

6 - Votre âge

Ne vous excusez pas d'avoir passer la cinquantaine. Assumez ! Démontrez qu'à votre âge vous êtes encore énergique et connecté. La meilleure preuve ? « Vos réalisations, répond le président de l'association. Par exemple, un compte Twitter suivi et des profils actifs sur les réseaux sociaux. »

7 - Votre mobilité

« Les seniors sont souvent plus partants qu'on ne le pense. À 55 ans, ils n'ont en général plus d'enfant à charge, plus de crédit immobilier. Ils ont donc potentiellement moins d'attaches familiales et financières et donc plus ouverts à des mobilités géographiques. C'est également un très bel âge pour partir en expatriation », constate-t-il. Si vous êtes dans ce cas, faites-en état lors de l'entretien.

8 - Votre esprit de négociation

Enfin parlons salaire. Les seniors sont réputés beaucoup trop chers du fait de leur expérience. Alors que faire : se brader au risque de perdre sa crédibilité professionnelle ou se braquer au risque de ne pas avoir le poste ? Difficile à dire car tout dépend de la situation de chacun. Un senior en fin de droit n’aura pas la même approche du sujet qu’un senior tout juste en recherche d’emploi. Pour autant, une solution intermédiaire peut être envisagée. « Pourquoi ne pas accepter une baisse de 20/30 % du salaire fixe et négocier une part variable substantielle si les performances sont au rendez-vous ? », propose François Humbert. Ce système permet à l’entreprise de ne pas investir sur des coûts fixes. Et au senior de faire grimper la note en cas de performance accrue. Proposer ce type de montage permet en tout cas de démontrer votre capacité à négocier dans une relation gagnant gagnant.

 

16

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Senior d'avenir

06/04/2015

à 03:02

bonjour, L'effet Senior est malheureusement une réalité.... Cependant l'effet Expert en est une autre. Mon cas est peut être marginal, mais s'il permet de redonner de l'espoir ?! Titulaire d'un DUT en électronique, obtenu en 1975, j'ai été recruté à 56 ans par une entreprise cliente, filiale d'un grand groupe international, sans que je ne sois spécifiquement demandeur. C'est la réputation acquise et leur besoin d'expertise dans des domaines techniques ciblés, qui a conduit ce groupe à me faire une proposition. J'ai accepté après un an de discussions et tractaions, et obtenu un poste de haut niveau. Bien au dessus de ce que le diplome initial permet habituellement. L'atout du senior, dans mon cas, c'est le domaine d'expertise, la bonne réputation, la perpétuelle curiosité d'apprendre, et l'ouverture aux opportunités. Quand on a vraiment besoin d'une compétence, on regarde moins le diplôme...
Aujourd'hui (je viens d'avoir 60 ans) il me reste encore 4 ans et demi à travailler pour obtenir la retraite à taux plein (manque de trimestres à causes de certains accidents de parcours professionnel en début de carrière), et j'ai déposé à tout hasard un CV sur Courrier Cadre. Il y a 1 an, après un rachat de mon entreprise par un autre grand groupe, ma fonction s'est trouvée fortement dédynamisée.
Mon CV a été lu par un cabinet de recrutement à la recheche d'un véritable expert technique, avec des qualités d'encadrement et d'innovation. Ils viennent de me faire une proposition ferme pour me débaucher, allant jusqu'à accepter zéro période d'essais, risque que je ne voulais pas courrir "à mon âge".
Certe atypiques, ces opportunités pour un senior démontrent que tout est possible. J'ai conscience que si j'avais été sans emploi, ma recherche aurait été beaucoup moins facile...... et mon état d'esprit mons combatif ?

> Répondre

Pirate78

02/04/2015

à 17:39

Bonjour,

Je confirme également , l'age est l'atout majeur pour retrouver un job.
Je vais avoir 49 ans, je me retrouve sur le marché du travail ... j'ai postulé à des postes de responsable régionale , je me suis inquiétée car pas ou peu de réponses , j'ai contacté les services RH ou les cabinets de recrutement . on m'a répondue qu' il y a des cahiers de charges à respecter et beaucoup de recruteurs stipulent dans ce document, l'age, à des postes d'encadrant aujourd'hui il faut être dans la tranche d'age 30-40 ans .
Je suis senior donc peut de chance que mon profil convienne ....

> Répondre

Encorbel

02/04/2015

à 02:39

Encorbel. 02/04/2015
Bonjour,
Je confirme!!!,je suis dans la meme situation,je suis obligée d'appeler sur certains sites de recrutements pour savoir si ils ont bien reçues ma Candidature,car ils proposent dans leurs organigrammes,un émail sous 48h de bonne réception de Candidature,sauf que le mien à peine arrivé ,est déjà archivé,classé,sans suite,sans commentaire...,malgrés mes expériences professionnelles,et mon assiduité,pour finir au chomage.Trop vieille,!!! trop aimable ,!!! cela me déstabilise,et j'ai de moins en moins confiance,car je vois bien que l'on me ment au tél ,et l'on se fiche complètement de moi.
J'ai pris également un abonnement sur qapa,et je postule à des offres qui me correspondent,mais malheureusement je ne suis qu 'une incomprise.....

> Répondre

VirPic

01/04/2015

à 08:32

Bonjour,
J'ai beaucoup aimé votre post... et je le partage. Oui, dès 45 ans on est considéré comme un senior, et cela est écrit dans certaines conventions collectives. C'est donc une réalité.

Voici l'accroche que j'ai écrite dans un "porte-folio" pour me présenter :
« Vieille » à 54 ans ? Probablement pour les standards sociaux qui considèrent qu’à 45 ans on est déjà un senior ou que l’entreprise se pense toujours à la verticale avec des compétences individuelles. Mais mon âge numérique est de 30-35 ans ! Et puis j’ai surtout l’avantage aujourd’hui, comme l’explique Michel Authier, « d’être libérée de toute ambition professionnelle [NdlR : être calife à la place du calife], et de bénéficier d’une capacité d'adaptation liée aux diversités des expériences passées, d’une capacité d'interprétation des situations liée à la variété des tâches exercées, d’une capacité de collaboration liée à la multiplicité des relations tissées dans et hors de l'entreprise durant la vie professionnelle. »
Une « vieille », un « vieux » c’est donc plutôt une richesse humaine pour l’entreprise voire une nouvelle variable d’ajustement pour libérer l’entreprise, l’inscrire dans une dynamique de renouvellement permanent et penser les compétences de demain et d’après-demain.

Provoquons et secouons les recruteurs! :)

> Répondre

valpal

01/04/2015

à 08:19

Bonjour
je suis entièrement d'accord avec votre réponse.
j'ai 50 ans et malgré mes recherches , on ne me convoque même pas à un
entretien ....
C'est désespérant...

> Répondre

Lagdoti

01/04/2015

à 07:30

Quel conformisme, concernant !

> Répondre

Senior

31/03/2015

à 19:54

Bonjour,
Je suis surpris par la naïveté de cet article. Les ficelles que vous citez, les recruteurs n'en sont pas dupes. Les cabinets de recrutement ne s'en cachent même plus : être un sénior est éliminatoire. On vous explique que les entreprises recherchent des gens dociles, maléables et bon marché. L'expérience ne pèse pas bien lourd dans cette balance. Qui n'en a pas fait la triste expérience ? Cela semble être un mal français : Aujourd'hui les cabinets conseillent aux séniors une expat dans le pays anglo-saxons ... ou le free-lance ...

> Répondre

Lubenice

31/03/2015

à 17:39

Virer les cadres seniors est la solutions a la mode pour permettre de faire la place aux juniors.Ca ne durera pas ,rassurez vous les entreprises en manque d'expertise et de maturite finiront par revenir vers les seniors .Il faut donc attendre ,activement ,le vent va tourner.La seule question est ,combien de temps pouvez vous attendre les jours meilleurs ?

> Répondre

Noted'espoir:-)

31/03/2015

à 15:02

Bonjour,

Je suis bénévole au sein d'une association qui accompagne les femmes de plus de 45 ans et je vous dis un "grand merci" pour cet article, car je suis convaincue des arguments mis en avant et que mes collègues et moi donnons aux candidates. Nous sommes certains et les résultats du retour à l'emploi des candidates le prouvent : c'est possible. Il est cependant important pour les seniors de "se relier à soi" avant de pouvoir "se relier à une entreprise". Qu'un jeune écrive 100 lettres OK, un senior par sa réflexion (ce que je veux, ne veux plus, mes forces, mes faiblesses, mes valeurs, mes deuils...), son expérience et son réseau en 3 à 5 coups peut y arriver, cela nécessite de travailler 60 à 70% l'étape de préparation (la sienne (confiance en soi, estime, expérience, expertise etc.), la connaissance du secteur, de comprendre le management souhaité actuellement qu'il soit hiérarchique ou transversal, de l'entreprise, de travailler son réseau relationnel et virtuel, son image, et de se préparer (CV, mail d'accompagnement, entretien réseau, gestion du stress, ne pas donner le pouvoir au recruteur mais être =, travailler ses clichés sur les jeunes/les vieux/les femmes/les fonctions supports/les patrons/la situation éco/la créativité etc.).

Pour ceux d'entre vous dont je lis les messages ci-dessous dans lesquels je ressens de la "colère" ou de la frustration, voilà ce que j'aimerai de vous passer comme message : en tant que consultante en management (dont recrutement) et coach, j'accompagne des entreprises à "penser autrement" à "renouveler avec du sang neuf", j'écoute leurs demandes et leurs besoins et leur propose des solutions et compétences adaptées (un senior expert, une femme mature et compétente, un jeune expérimenté en "humain", un consultant créatif...), l'important c'est d'avoir des gens qui malgré les déboires de la vie ont su apprendre sur eux, sur les autres, qui ont un regard ouvert et bienveillant sur les "humains", sur leur avenir au sein de l'entreprise cliente, qui sont ouverts à la négociation pour des accords gagnant-gagnant. L'ouverture de mon client c'est à moi de la travailler avec lui et les talents de demain ne sont pas des copiés-collés de ceux d'hier, sinon rien ne change.

Bonne poursuite dans vos projets et profitez de cette période pour vous enrichir, il y a plein de conférences accessibles gratuitement dans vos CCI, Conseils régionaux, clubs business, indépendants...et 1001 raisons de secouer ses réseaux.

> Répondre

go_to_début

31/03/2015

à 14:11

un vrai délire votre papier !! Sénior à 45 ans ? Mais vous plaisantez j'espère !!
Avec des idées comme ça je comprends que les "seniors" finissent dans la misère

> Répondre

LaClochette

31/03/2015

à 12:51

Malheureusement, les commentaires disent encore une fois, plus la vérité que tous ces articles créés pour établir une sorte de consensus de la "lose". Une sorte d'optimisme passif. Le recruteur recherche certes, interview, certes. Mais prend ce qu'il lui plaît. En dépit de tous bons jugements... Quels sont ses vrais critères ? Seul lui et celui qui l'a mandaté le savent. Ce ne sont pas que des critères bons à dire en public à mon avis. Et surtout pas à celui qu'il a en face de lui... Hésitera-t-il à faire bouger un senior pour satisfaire sa curiosité (malsaine ?) L'entretien sera plat. Sans saveur. Sans sympathie. Preuve de son mépris pour l'ancienneté du chômeur. Car à la fin de la journée c'est ce qui compte... Je crois que certains employeurs en sont à espérer un Chinois qui parlerait français. Pas cher, qu'on peut mépriser qui n'apporte aucune émotions. Le recruteur n'aime pas les travailleurs de trop près. Ça le rend triste. Son bureau, son havre...

> Répondre

Tango, pas Charlie

31/03/2015

à 11:40

Cet article discrédite déjà les pseudo-recruteurs puisque regardent malgré et avant tout les diplômes, pas les réalisations. La seule chose que recherchent ces "recruteurs" sergent Gracia des entreprises, ce sont de clones et des clowns au service des entreprises, pour mieux accentuer les dépendances comme les bonnes vieilles méthodes de l'asservissement. Ils ne cherchent en aucun cas des esprits novateurs, comme des gens qui analyses les sentiers déjà battus et rebattus par les prédécesseurs depuis des lustres. Ils cherchent uniquement de bons et loyaux laquais.

> Répondre

noemploi

31/03/2015

à 10:34

C'est bien gentils mais ayant 55 ans revolu 3 ans a chercher un emploi ... rien que faire le suicide on y pense ... bel article mais aucunement la réalité....

> Répondre

gildas

31/03/2015

à 10:14

Certes, à lire ce texte on reprend courage pourtant, depuis 5 ans, avec une moyenne de 300 CV envoyés chaque année dans toutes les régions ou département de la France, et bien sur aucun RDV d'entretien, j'ai peur de ne pouvoir jamais exploiter ces belles recommandations. A 50 ans pas facile de retrouver un Job...

> Répondre

vieuxboxeur

31/03/2015

à 09:55

Ne pas avoir honte de la cinquantaine ?
Qu'en est il, quand il s'agit de la soixantaine ?

> Répondre

Anamto

31/03/2015

à 09:13

Avoir 45 ans reste EN handicap ?
Le chapô de l'article parle de seniors de 45 ans et ensuite est indiqué dans le corps de l'article des candidats de 55 ans ou plus ....
Ce n'est pas très clair ....

> Répondre

+