Jeunes diplômés : 5 erreurs qui envoient votre candidature à la poubelle

Régis Delanoë

Souvent par manque de connaissance des pratiques de recrutement, et parfois par flemme, certains jeunes candidats n’ont pas la bonne approche au moment de postuler. Zoom sur les erreurs les plus fréquentes repérées par les recruteurs.
Jeunes diplômés : 5 erreurs qui envoient votre candidature à la poubelle

1-Un CV trop ambitieux

Le premier péché mignon d’un grand nombre de jeunes postulants serait de manquer de simplicité dans la manière d’agencer leur CV. « Rien n’est plus efficace que la sobriété dans la mise en page, assure Sophie Hauret, manager chez Robert Half. Or, beaucoup de candidats, surtout les jeunes diplômés, ont tendance à vouloir jouer la carte de l’originalité en se disant que ça va permettre de se démarquer et de retenir l’attention. C’est une erreur. » Et pour cause : comme le rappelle Adrien Ducluzeau, du cabinet La Relève, « un recruteur ne dispose que de 30 secondes maximum pour juger de la pertinence d’une candidature. » S’il met déjà plusieurs secondes à lire une police de caractère trop originale ou des rubriques pas assez lisibles, c’est éliminatoire. À moins de viser un poste nécessitant des compétences artistiques (graphisme, pub, communication…), mieux vaut donc miser sur la simplicité.

 

2-Une candidature trop floue

Deuxième écueil à éviter : les candidatures qui trahissent un manque de travail en amont. « J’ai l’exemple d’un jeune qui m’avait contacté en écrivant dans le mail de candidature : "j’aimerais bien rentrer dans votre entreprise internationale." Or, nous sommes seulement sept collaborateurs et pas vraiment tournés vers l’étranger », illustre Adrien Ducluzeau. Internet et les réseaux sociaux permettent aussi désormais d’éviter l’envoi d’une candidature à un ou une inconnue, en commençant sa lettre de motivation par un "Madame, Monsieur". « Autant que possible, il faut s’adresser à quelqu’un en particulier et pour un poste bien particulier. Si l’intitulé du poste à pourvoir est "chargé de communication", il faut bien le faire figurer en en-tête du CV, proche des renseignements sur l’état civil », préconise Adrien Ducluzeau. Ainsi votre nom sera tout de suite associé au poste en question.

 

3-Une candidature "petits boulots"

« Il faut toujours que le candidat se pose cette question au moment de concevoir CV et lettre : "qu’est-ce que le recruteur en attend ?" Il est essentiel d’en faciliter la lecture en ne mettant que des éléments qui peuvent servir la cause de votre candidature, estime Estelle Raoul, directrice exécutive chez Page Personnel. Si vous avez fait une saison de vendanges pour financer vos études, ça ne sert à rien de l’indiquer, à moins que vous postuliez dans une entreprise viticole… » Cette tendance à alourdir inutilement un CV est une erreur fréquente des jeunes en sortie d’études. Ils essaient de compenser leur manque d’expérience professionnelle en se montrant trop exhaustifs et en indiquant tous leurs petits boulots. « Cibler sa candidature, c’est mettre en place un storytelling, conseille Adrien Ducluzeau. Le recruteur doit voir le cheminement qui explique pourquoi votre candidature est pertinente. » Un ciblage précis, c’est donc insister sur un semestre d’école à l’étranger si vous postulez dans un grand groupe international plutôt que d’évoquer un job d’été de serveur sans aucun lien avec le poste visé…

 

4-Une désorganisation fatale

Comme il est courant d’envoyer sa candidature pour plusieurs postes en même temps, mieux vaut faire preuve d’un maximum de rigueur, recommande Estelle Raoul. « Il n’y a rien de pire que d’appeler un candidat et que ce dernier vous réponde : "qui êtes-vous déjà ?" C’est typiquement la preuve que vous avez postulé de manière exhaustive et désorganisée, et ça a le don d’irriter. » Comment s’y prendre alors ? « Je conseille de répertorier les annonces auxquelles on postule dans un tableau Excel, avec l’intitulé du poste, l’entreprise, la personne à qui on s’est adressée… Un document clair et lisible qu’on met à jour au fur et à mesure », poursuit Estelle Raoul.

 

5-Un manque de professionnalisme

Ce sont parfois de petites erreurs d’inattention qui envoient votre candidature à la poubelle car elles trahissent un manque de professionnalisme. La plus fréquente d’entre elles ? « Les fautes d’orthographe et coquilles, encore trop fréquentes, constate Sophie Hauret. Il faut impérativement faire relire vos documents avant de les envoyer. » Enfin Adrien Ducluzeau a repéré trois autres erreurs fatales : « La photo de CV inadaptée », type photo de vacances en lunettes de soleil au bord de la piscine, « l’adresse mail non professionnelle », comme jujudu35@gmail.com, « et le répondeur téléphonique avec message inapproprié », genre bruit de fond musical de fête.

 

Régis Delanoë
Régis Delanoë

Après un Master obtenu à l’Institut d’études politiques de Rennes, Régis Delanoë s’est mis à son compte en tant que journaliste indépendant. Multitâche, il travaille depuis plus de dix ans dans le vaste domaine de la presse écrite et web. Enquêtes, reportages, interviews et veille de l’actualité : il s’est notamment spécialisé dans le secteur de l’emploi et de la formation, s’intéressant de très près aux nouvelles tendances et aux évolutions à venir en la matière.

Vous aimerez aussi :