1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Le marketing personnel ou l'art d'imposer sa personnalité

Le marketing personnel ou l'art d'imposer sa personnalité

le-marketing-personnel-ou-lart-dimposer-sa-personnalite

Tiphaine Réto

Il y a eu le « coaching », le « self-marketing » et bien évidemment le « networking »... Voici maintenant le « personal branding ». « Développement de sa marque personnelle », pour les adeptes du bon français. Kézako ? Une nouvelle méthode pour marquer votre différence sur les marchés des compétences.

Finis les temps tout gris de Jacque Tati où chaque employé pouvait se confondre avec un autre. L'entreprise Plastac de Mon Oncle a fermé. Et les marchés de l'emploi ont été révolutionnés. Aujourd'hui, pour se faire sa place, c'est bien connu : il faut avoir un truc en plus. Un truc à soi. C'est sur ce postulat que se sont lancés les adeptes du Personal Branding.

Aux Etats-unis, le concept, mis en lumière par William Arruda, fait des émules depuis 12 ans. Il aura, en revanche, fallu attendre 2006 pour que la « marque personnelle » arrive en France. Et 2009 pour qu'elle connaisse un réel succès chez nous. Son principe est simple : faire de votre nom une référence de votre secteur.

Pas une méthode de compétition

On vous entend déjà crier au scandale : « une marque, moi ? Comme si j'étais à mettre sur un rayon de supermarché ?! » « Ca n'a rien à voir, se défend le coach Gilles Noblet. Étymologiquement, le mot « marque » signifie « empreinte ». Il ne s'agit donc pas de devenir un « produit » phare, pas plus qu'une star. Il s'agit juste de trouver les talents, compétences et expériences qui, combinés, font de chacun d'entre nous quelqu'un qui peut être reconnu dans ce qu'il fait. » Même mise en garde pour Béatrice Cuvelier, professionnelle du personal branding : « Ce n'est pas une méthode pour être meilleur que les autres. C'est un cheminement pour trouver sa place dans son secteur. Il peut même être très utile pour la cohésion d'équipe : chacun sait ce qu'il apporte à l'entreprise et n'empiète pas sur le travail des autres. »

Utile pour le management d'entreprise, le personal branding serait, quoi qu'il arrive, bon à prendre pour tous : « Il est précieux pour les personnes qui se mettent à leur compte, reprend Gilles Noblet. Mais il sert aussi à ceux qui cherchent du travail ou veulent changer de boîte. Il leur permet de faire le point sur ce qu'ils peuvent apporter à une autre société. »

Faire le point sur les talents

Jusque là, rien de plus, finalement qu'un simple bilan de compétences un peu poussé (si ce n'est, peut être, son pris : de 600 euros la journée d'initiation a 3500 euros les trois mois de stage !)... « Le développement de la marque personnelle est aux confluents de plusieurs disciplines, reconnaît le coach. La connaissance de soi, la communication sur soi et le marketing de soi. » « La différence sur les autres disciplines, c'est que le personal branding ignore les failles et les défauts, remarque Béatrice Cuvelier. Il fait le point sur les ressources positives qui nous permettent d'avancer. » En clair, il s'agit d'étudier votre parcours professionnel et personnel en valorisant chacune de vos expériences. « Plutôt que de vous présenter à un entretien avec un CV et une lettre de motivation chronologique, le personal branding vous force à réfléchir sur votre biographie à travers les points forts de votre parcours, développe Gilles Noblet. Ainsi, on va retrouver votre façon d'appréhender le monde, votre business, vos compétences... »

Moi-même, parce que je le vaux bien...

Mais la principale caractéristique du procédé résulte dans sa finalité : « Une fois que vous avez identifié votre valeur ajoutée, poursuit le coach, vous devez faire en sorte que votre marque soit reconnue. » Carte de visite à votre image, blog professionnel, réseau... toutes les options sont permises. « La véritable reconnaissance de votre marque sera votre authenticité et votre cohérence avec vous-même. », estime Béatrice Cuvelier. On vous reconnaîtra car vous ne serez plus la copie d'un autre. Et cela se sentira dans votre façon d'être, promettent les pros. « Vous renversez la relation, affirme Gilles Noblet. Vous n'êtes plus dans la recherche mais dans la proposition de vos talents. Derrière la marque, il y a le pouvoir du nom, le pouvoir d'être sollicité pour ce que vous apportez. »

Ne pas espérez, cependant, que la balance s'inversera d'un coup. « Une marque personnelle n'est jamais terminée, prévient la spécialiste. C'est un processus inconscient qui évolue au fur et à mesure d'une carrière et d'une vie. » D'ici-là, gageons que le managing de soi nous aura déjà concocté une autre doctrine pour se sortir du lot.

> Lire la suite du dossier : "J'ai testé le personal branding"

Pour aller plus loin

NOBLET Gilles, Développer sa marque personnelle : le personal branding pour tous dans son métier, sa carrière, sa vie. Les Editions du CFPJ. 2009

ZARA Olivier, Réussir sa carrière grâce au personal branding : Gérer son identité et sa réputation professionnelles. Editions Eyrolles. 2009

1

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

CALVE

29/03/2010

à 17:02

Aujourd'hui mettre au point "sa Marque" est essentiel car c'est avant tout faire resplendir par évidence l'ADN inédite d'une personnalité, son charisme spécifique, mais aussi son parcours passé, et les projets futurs, en une lecture aussi limpide qu'un livre de légende...pratiquement "initiatique !!!

> Répondre

+