1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. 7 conseils pour postuler quand on n’a pas le bon profil

7 conseils pour postuler quand on n’a pas le bon profil

7-conseils-pour-postuler-quand-on-na-pas-le-bon-profil

Séverine Dégallaix

Vous avez la nette impression que cet emploi est fait pour vous. Mais l'annonce publiée est bien dissuasive : vous n'êtes pas diplômé d'une grande école de commerce, vous n'avez pas encore atteint les 5 années d'expérience requises ou vous n’êtes pas trilingue. « Qui ne tente rien n’a rien » ! Ne vous découragez pas et tentez votre chance. Découvrez nos 7 conseils pour postuler quand on n’a pas le bon profil.

Pour postuler quand on n’a pas le bon profil : cernez les compétences clés du poste

Parmi les critères de sélection d’un candidat à l’embauche, certains sont indispensables et sont mis en avant dans les offres d’emploi, encore faut-il savoir la décrypter. Une entreprise de micro-électronique, par exemple, a peu de chance de transiger sur une forte connaissance des semi-conducteurs pour un poste de commercial. Si vous visez un poste de community manager sans rien connaître aux réseaux sociaux, oubliez. À l’inverse, il existe des compétences plus secondaires sur lesquelles l’entreprise pourrait être prête à faire des concessions. La maîtrise de l’anglais est désormais demandée presque systématiquement, mais est-elle vraiment nécessaire dans une PME en région n’ayant jamais affaire à des clients étrangers ? Même si c’est en vue d’une future expansion, vous aurez l’occasion de vous améliorer d’ici là en vous formant pendant que vous travaillez. En attendant, ce handicap ne devrait pas vous empêcher de postuler.

Notre conseil Cadremploi : vous pouvez identifier les compétences nécessaires en consultant d’autres annonces pour le même type de poste : celles qui reviennent systématiquement sont celles dont vous ne pourrez pas vous passer.

Valorisez vos soft skills sur votre CV

Les savoir-faire peuvent s’acquérir. Les savoir-être relèvent des qualités personnelles et sont plus compliqués à faire évoluer. À défaut de posséder toutes les compétences techniques requises pour le poste vacant, ne cherchez pas à les mettre en valeur dans votre CV. Privilégiez votre savoir-être dans votre CV, vos soft skills, si vous pensez qu’elles peuvent vous aider à décrocher l’emploi de vos rêves. Esprit d’équipe, intelligence émotionnelle, créativité… autant de compétences comportementales que les entreprises s’arrachent aujourd’hui et qui peuvent faire la différence si la rubrique Expérience professionnelle de votre CV est moins fournie.

Bon à savoir : il existe tout de même des formations de développement personnel qui peuvent vous aider à vous améliorer sur certains points, tels que la communication ou la gestion du stress.

Pour postuler quand on n’a pas le bon profil : misez sur la lettre de motivation qui accompagnera votre CV

Votre lettre de motivation jouera un rôle essentiel si vous n’avez pas le bon profil. Elle vous servira à argumenter votre choix en démontrant que vous êtes fait pour le poste. Vous n'avez pas le diplôme requis ? Prouvez que votre expérience comble largement ce manque. Vous n'avez pas cumulé les 5 ans demandés en tant que responsable marketing ? Expliquez que vous avez néanmoins mené plusieurs missions équivalentes à cet emploi durant votre parcours. Vous avez travaillé sur le web et souhaitez rejoindre l'édition littéraire ? Montrez que votre candidature n'est pas le fruit du hasard et que votre projet professionnel est mûrement réfléchi.

Notre conseil Cadremploi : n'hésitez pas à avancer les éléments de votre vie personnelle susceptibles de montrer votre intérêt pour ce domaine d'activité. Par exemple, on vous demande de l’expérience en management d’équipe, précisez au recruteur que vous entraînez tous les dimanche une équipe de football dans votre ville.

Renseignez-vous sur la personne en charge du recrutement

Une fois votre CV et votre lettre de motivation envoyés, votre candidature peut attirer l’œil du recruteur ou finir à la corbeille selon la personne à qui elle sera adressée. Les cabinets de recrutement, qui sélectionnent les candidats selon un cahier des charges très précis, ont peu de marge de manœuvre pour déroger aux exigences du client. À l’inverse, partout où les recruteurs sont aussi des opérationnels (dans presque toutes les PME et dans certains grands groupes), plus de souplesse peut être accordée dans l'examen des candidatures. Certains même fonctionnent « au feeling ».

Notre conseil Cadremploi : certaines entreprises misent sur la diversité et sont plus ouvertes aux profils atypiques que d’autres : soft skills, hard skills et même mad skills sont le nouveau dada d’une partie des recruteurs. N’hésitez pas à fouiller la page carrière de l’entreprise convoitée ou les avis laissés par les salariés, notamment sur Viadeo, vous devriez y découvrir une mine d’informations à ce sujet.

Pour postuler quand on n’a pas le bon profil : anticipez les formations à venir

S’il vous manque des compétences techniques, par exemple la maîtrise d’un logiciel en particulier, vous pouvez toujours postuler en précisant que vous êtes bien conscient de cette lacune mais que vous êtes prêt à vous former pour y remédier, soit de votre côté avant la prise de poste, soit au sein même de l’entreprise, pourquoi pas accompagné par un salarié plus expérimenté.

Bon à savoir : il peut paraître contrintuitif d’admettre ce qui s’apparente à une faiblesse, mais en réalité, votre employeur potentiel appréciera l’effort et vous préférera à un candidat refusant de reconnaître qu’il a des lacunes.

Travaillez votre entretien d’embauche même si vous n’avez pas le profil idéal

Même si vous sentez que vous n’avez pas le bon profil, ne faites pas l’impasse sur la préparation de votre entretien d’embauche, qu’il soit physique ou par vidéo. À éviter au cours de votre face-à-face avec le recruteur : un positionnement défensif. Vous n’avez pas à vous excuser de votre parcours. En revanche, sachez transformer en force ce que l’employeur pourrait considérer comme une faiblesse et soyez prêt à expliquer en quoi vous vous distinguez des autres candidats qui cochent peut-être mieux les cases.

Notre conseil Cadremploi : si vous êtes arrivé jusqu’à l’étape de l’entretien de recrutement malgré votre CV atypique, c’est que le recruteur envisage sérieusement de vous donner une chance, cela devrait vous aider à contrôler votre angoisse.

Trop ou pas assez d’expérience ? Rassurez le recruteur

Le manque d’expérience est l’un des principaux obstacles pour les jeunes diplômés. Logique lorsqu’on sait que de nombreuses annonces exigent au moins 3 ans d’expérience. Toutefois, partez du principe que si on ne vous donne pas votre chance au départ, vous n’aurez jamais l’occasion d’accumuler ces trois premières années ! Ne vous autocensurez pas : postulez malgré tout, et justifiez votre candidature en précisant que vous avez effectué des stages, de l’alternance, du bénévolat, que vous avez entraîné des débutants dans votre club de sport, organisé des voyages entre amis ou un club de lecture, etc. Et liez ces expériences parallèles aux exigences du poste.

À l’inverse, les profils seniors font parfois peur aussi, les employeurs craignant qu’ils ne demandent un salaire trop élevé ou ne soient pas prêts à s’adapter à la culture de l’entreprise. Précisez que vous êtes ouvert à la négociation et à de nouvelles façons de travailler.

Bon à savoir : n’oubliez pas que pour rédiger l’annonce, le recruteur choisit d’afficher le profil idéal dans l’espoir de trouver un mouton à 5 pattes. En réalité, il est conscient qu’il ne trouvera pas toujours exactement ce qu’il cherche et qu’il devra sans doute faire des concessions. Certains critères d’embauche priment d’ailleurs sur d’autres.

Haut les cœurs et avec tous nos conseils, adoptez une position de gagnant ! 

38

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Alain

08/11/2018

à 10:04

Les entreprises et autres cabinets de recrutement communiquent à tout va sur la diversité. Si les faits se conjuguent avec le discours, vous avez toutes vos chances...
...Si les faits se conjuguent avec le discours : tout est dit.
A l'heure où le recrutement parle de Marketing RH, de MARQUE EMPLOYEUR et d'EXPERIENCE CANDIDAT... certaines banques communiquent très fort sur des RECRUIT'GAME avec une ouverture très large à tous les profils possibles. Au fur et à mesure des échanges dans la soirée, on se rend très vite compte qu'il n'y a point de salut si on n'est pas un jeune commercial prêt à tout.
Il ne faut pas trop rêver sur la diversité, dans un processus où tout le monde se couvre et où avoir des gens atypiques en face de soi, c'est un risque de devoir batailler à son tour pour les défendre. Ce qui demanderait un effort que l'on peut éviter facilement en disant juste NON et en continuant à chercher la perle rare (ça occupe et ça permet de rester dans ses habitudes, ce qu'on sait bien faire, et ce pourquoi on est payé en tant que recruteur...)

> Répondre

Menthaloh

25/04/2018

à 13:04

je me permet de réagir à tous ces commentaires. Je suis complètement d'accord avec le fait que le mécanisme de recherche de travail et d'employés est mauvais. En revanche moi qui est 21 ans, il n'est pas plus simple de trouver un emplois en étant jeune. En effet j'ai un bon diplome bac +2 tres complet, aucun trou dans mon CV depuis mes 16 ans, mais je n'ai pas assez d'expérience alors meme pour un smic avec une formation prévu lors de l'embauche, je ne suffit pas....

> Répondre

Karine

05/04/2018

à 17:37

Je suis également et malheureusement d'accord avec vous.... j'ai été très longtemps la plus jeune de mon entreprise.... donc l'obligation d'avoir deux fois plus de résultat et maintenant et bien l interruption d 'activité de deux ans pour m'occuper de mes enfants est trop longue.... en bref je suis trop vieille pour occuper des postes moyennemant bien rémunérés (45 ans)... et les postes interéssants finissent par mes proposer un smic....
le serpent se mord la queue.....ah j oubliais le : cela ne vous effraie pas de travailler avec beaucoup plus jeune que vous? Evidement que non!!! au contraire!

> Répondre

En réponse à Karine

Loïce Effray

29/05/2018

à 11:48

Bonjour Je voulais savoir s'il est nécessaire d'avoir un diplôme pour aller travailler dans n'importe quel travail et est-ce qu'on peut aller les voir directement il faut passer par une agence express

> Répondre

Christophe

23/01/2010

à 08:48

Je suis completement d\'accord avec le fait qu\'il vaut mieux s\'orienter vers les recruteurs opérationnels qui, de par leur activité dans l\'entreprise sont plus à même de savoir ce qui est bon pour eux. Les \'\'recruteurs\'\' des cabinets, soit disant spécialistes, eux, se dédouanent de leurs responsabilités en ne choisissant que des profils BAC + 10, parlant 6 langues, 40 ans d\'expériences mais avec un âge maximum de 30 ans (si si, réellement absurde...)pour n\'importe quel emploi que ce soit, de l\'homme d\'entretien au PDG...

> Répondre

ALCUVILLA

22/09/2009

à 10:07

Je suis un peu de l'avis de Max j'ai 55 ans et je recherche intensivement depuis mars 2009 j'ai des réponses à mes candidatures mes CV et lettres de motivation retiennent l'attention mais ensuite il faut arriver à décrocher l'entretien puis le poste qui nous intéressera je postule déjà à des postes dont je ne remplis pas tous les critères mais lorsque c'est indiqué "exigé" je m'abstiens, je le fais seulement lorsque c'est "souhaité" je ne désespère pas de retrouver un emploi ayant tenu 4 fonctions différentes pour mon dernier employeur sur 14 années je suis autonome polyvalente réactive et dynamique je possède une facilité certaine d'adaptation et le sens du contact relationnel : qualités principales confirmées par le compte rendu du bilan de compétences effectué (ma demande) à Pôle Emploi Cabinet RH :très bons résultats qualités professionnelles et relationnelles mais est ce que cela suffira pour qu'un employeur me donne ma chance et ne s'arrête pas sur l'âge c'est autre chose car je trouve qu'en France nous sommes très en retard pour l'emploi des séniors alors que la vie professionnelle est prévue plus longue : Il faut que les Patrons donnent plus de chances aux séniors de prouver leurs valeurs (quitte à se séparer si insatisfaction de l'une ou l'autre partie après tout les périodes d'essais ne sont elles pas prévues pour cela?)

> Répondre

Louis

09/06/2009

à 11:32

Tout à fait d'accord Max, quinqua moi-même je peux témoigner qu'à un moment donné les diplômes ne vous sauvent plus et que c'est votre âge qui fait tout. Les très rares réponses que nous recevons sont négatives mais pas un seul si vous les re-contactez n'ose vous parler de cela alors que tout est là. J'ai même lu une annonce (elle existe toujours je l'ai vérifié ce matin) qui commence ainsi : "Responsable Achats H/F – Le profil : Âgé (e) de 35/44 ans, Niveau de formation…". Que dire, que faire si ce n'est à ces Messieurs Dames "spécialistes" de l'emploi que les conseilleurs ne sont pas les payeurs !

> Répondre

Olivier

25/04/2009

à 16:15

Je suis tout à fait d'accord avec Max !!!!! à la nuance près que ce qu'il évoque pour les quinquas est malheureusement aussi vrai pour les trentenaires dans mon genre... et en réalité, c'est vrai à tout âge!!

> Répondre

MASSEY ANNICK

15/04/2009

à 16:31


Suite réflexion de Max
les entreprises décrivent leurs postes avec l'aide de l'ANPE ou Pôle emploi (ce qui ne change rien à sa non-efficacité)ou de cabinets de recrutement. Ils "ferment" les profils pour rentrer dans un moule de nomenclature. Si les chefs d'entreprise n'avaient pas "démissionné" de leur fonction de capitaine d' aventure humaine, ils seraient encore en mesure d'exiger une définition de profils moins idéaliste mais au combien plus efficace! Et s'il y avait à l'ANPE comme dans les cabinets de recrutement des commerciaux en capacité de promouvoir un réservoir de profils plutôt que des administratifs s'adonnant au pantouflage intellectuel: on pourrait enfin constater la mise en adéquation des offres et des demandes dans un intérêt réciproque et pour le plus grand bien de l'économie!

> Répondre

christelle

15/04/2009

à 14:34

L'article est plein d'espoir , vrai ou faux ? dans tous les cas , même quand vous postulez pour des profils identiques a votre CV vous ramassez des réponses négatives, alors dans ce cas de figure la chance est encore plus maigre voir néante , trop de choix pour les recruteurs , et ce trop de choix tue les vrais candidats conformes au profil

> Répondre

ash

15/04/2009

à 14:03

bien sûr ! parfois on a de la chance. Mais le plus souvent, les recruteurs ne prennent pas de risques et cherchent qqn qui a une expérience identique. Mais je me pose toujours la question : si la personne a une expérience identique, pourquoi postule t elle encore au même poste?

> Répondre

Pascal

15/04/2009

à 12:21

J'ai tenté ma chance à 49 ans dans les sociétés d'interim et j'ai fait toute la Belgique presque (j'habite à Bruxelles). On m' a proposé un job à 2500€ brut/mois alors que j'ai été Directeur Commercial ce, jusqu'au moment où la société qui m'embauchait a été rachetée par un groupe hollandais !

> Répondre

WAMBA Mathurin

15/04/2009

à 12:01

Je trouve cet article très touchant et il a éveillé mon attention. Je suis parfois timide devant certains offres (avis de recrutement) d'emploi alors que je me sens intérieurement capable de l'assumer.

Merci de cet éveil moral.

> Répondre

BRIANT Claude

15/04/2009

à 10:51

Je trouve que les recruteurs sont trop rigide dans leurs analyses de CV, la volonté de certain candidats à vouloir, par une motivation très forte, simplement changer de branche me semble aujourd'hui quasi impossible.

> Répondre

CATHALY

14/04/2009

à 21:38

Je suis entièrement d'accord avec cet article. Moi qui sort de cabinets comptables, qui a été licenciée sans cause réelle et sérieuse, pendant ma grossesse,suite à une longue maladie dont je suis aujourd'hui guérie, après que ce cabinet m'aie harcelée moralement, c'est très difficile pour moi. Cela m'a obligée à interrompre ma carrière depuis juin 2007,et depuis, je n'ai travaillé que le mois de Mars 2009. Les recruteurs me reprochent mon trou dans mon cv (grossesse+congé maternité+ et parental=1 an et 2 mois+chômage depuis Août 2008=1 an et 9 mois ; de ne pas maîtriser SAGE LIGNE 100 (dont le pôle emploi ma plusieurs fois refusé ma formation), de ne pas avoir appliqué la facturation, les situations et le budget. Comme en plus, les recruteurs ont peur d'embaucher et font une dure sélection,ma candidature est à chaque fois rejetée, bien que j'ai eu au moins 20 entretiens avec les entreprises. Je précise que je n'ai eu qu'un seul entretien avec un client d'une agence d'intérim, alors que je suis inscrite à presque une centaine. J'ai encore un an d'indemnisation assedic et après, c'est fini, je serai sans ressources, avec un enfant à charge et le salaire de mon mari ne suffira pas. Je ne demande qu'à travailler, mais on me refuse les postes moins qualifiés, bien qu'ils soient bien payés, car je suis trop qualifiée. Que puis-je faire ? je suis dans le désarroi.

> Répondre

Herv

14/04/2009

à 20:04

Je suis en partie d'accord avec Max.Cela me fait penser à ce cabinet de recrutement qui m'a fait passer des tests de mathématiques de type Maths sup ou maths spé pour gérer des flux de trésorerie dans une mutuelle sans même me poser une seule question sur mes connaissances en Protection Sociale malgré mes 15 années d'expériences en Mutualité, autant embaucher un ingénieur qui ne sera pas distinguer une mutuelle d'une assurance !

> Répondre

choke

14/04/2009

à 19:34

300 CV en 2 ans, dans le profil, mais.....quinqua, résultat 5 RdV et rien au bout.
Alors vous imaginez si le profil ne correspond pas très exactement aux exigences du client du malheureux recruteur en pénurie.

> Répondre

Gaofeng

14/04/2009

à 18:57

En Chine + vous êtes âgés et donc + vous avez de l'expérience dans votre spécialité + vous valez cher + et + les entreprises vous cherchent ...
En France + vous êtes âgés et donc + vous avez de l'expérience dans votre spécialité moins vous avez de valeur et moins vous avez de chance qu'une entreprise s'interressent à vous ....
Voyez les résultats ...

> Répondre

14/04/2009

à 18:41

Je signe avec Max. Les clones ont montré ce qu'ils savaient faire sur l'A380, et maintenant sur l'A400M. Concorde avait été dessiné à l'échelle 1 sur des planches à dessin par des vieux bourrins qui passaient leurs week-ends dans les aéros clubs, pas dans les carrés VIP des boites toulousaines ou au golf. A bon entendeur...

> Répondre

LE PREVOST

14/04/2009

à 18:33

Messieurs,

Je fais suite à votre article "Postuler quand on n'a pas le profil".

J'ai de très bonne raisons de penser que les donneurs de leçons qui éditent ces articles n'ont jamais essayé leur théorie.

Pour ce qui me concerne, mon expérience m'apprend que les recruteurs ont une ouverture d'esprit large comme une meurtrière de château fort.

Pour ce qui me concerne j'ai essayé à plusieurs reprises, sans succès, comme vous pouvez l'imaginer.

Je confirme les propos de Max, qui est encore poli avec ces recruteurs à la noix, et tous ces menteurs de tous bords et de tous poils, qui au surplus participent à la discrimination de manière active (voir propos publics tenus lors conférence Forum Emploi Senior du 07 Avril 2009 !

> Répondre

Jacqueline

14/04/2009

à 18:15

Je crains être d'accord avec Max. Bilingue anglais avec un CV atypique et une passion pour l'histoire, je ne suis même pas selectionnée à un entretien pour des 'jobs' tel que guide touristique du côté de Bordeaux!

> Répondre

chantal

14/04/2009

à 17:32

Bravo pour votre article.Je viens de tenter ma chance, j'espère que le Cabinet de recrutement est dans le même état d'esprit que le vôtre et que j'aurai un entretien... A suivre!

> Répondre

FAURIE DELORT

14/04/2009

à 17:18

je suppose que le modérateur va supprimer le nom des cabinets que j'ai cité !! Quant à Max QUINQA je ne lui dirai que "Bravo, tu as mille fois raisons" et ceci vient essentiellement des cabinets de recrutements qui se foutent du monde et INCITENT les employeurs à embaucher des jeunes.... forcément vu le coût de leurs prestations a ces cabinets... 12OO € c'est toujours mieux que 14OO € ca leur permet une marge plus importante....par contre eux, nous font perdre notre temps et surtout FONT DEPLACER LES CANDIDATS A LEURS PROPRES FRAIS... tout bénéf pour la pseudo agence de recrutement... ON FAIT LEUR RICHESSE... comme ils doivent présenter 3 candidats... a l'employeur ils tapent un peu partout histoire de justifier LE X 3 du salaire qu'ils nous donnent...

> Répondre

val

14/04/2009

à 17:05

Lire un article comme celui-ci est toujours rassurant mais il faut bien dire que dans la réalité, on a souvent le sentiment que les choses sont bien différentes. Nombreuses sont les entreprises prétendant rechercher "avant tout une personnalité", "un profil atypique", "un mouton à 5 pattes", j'en passe et des meilleures, pour finir par recruter le candidat le plus conventionnel qui soit, à l'opposé de ces critères. Quant aux fameux diplômes des écoles de commerce dont vous essayez de nous dire qu'ils ne sont pas si obligatoires que cela, c'est encore pire, quel que soit l'âge du (de la) candidat(e). Lorsque vous n'avez pas ce type de diplômes, vous avez beau coller au descriptif du poste avec des années d'expérience (même 15 ans) et vendre vos compétences avec des exemples précis, chiffrés, on finit toujours pas vous dire " ah oui! mais vous n'avez pas fait d'école de commerce", surtout en France où les recruteurs sont très à cheval sur la formation initiale, même lorsque vous avez 20 ans d'expérience professionnelle derrière vous, ce qui devient ridicule. En conclusion, quand on n'a pas les bons diplômes, on le traîne toute sa vie et bien rares sont les entreprises qui vous jugent sur ce que vous êtes capable réellement de faire. C'est bien dommage, pour tout le monde.

> Répondre

jj

14/04/2009

à 17:04

Excellente remarque de Max.. Les "spécialistes de l'emploi"sont un frein à la fluidité de l'offre et de la demande.
Quant aux entreprises "en pénurie" qu'elles commencent par s'identifier clairement et afficher les salaires qu'elles proposent.

> Répondre

Gauthier AG____

14/04/2009

à 16:46

Pour ma part c'est rassurant. Cela signifie peut être que ce n'est pas moi qui manque d'une patte, mais bien le mouton qu'ils recherchent qui en a trop. D'ailleurs pour répondre au quinqua; j'ai conscience que vous êtes une des victimes des discriminations. Cependant je trouve que cet article ne fait lui aucune discrimination. Donc que "le profil" recherché corresponde ou pas, faites comme nous tous; postulez! ça ne marche pas, postulez à nouveau ça ne marche toujours pas, et postulez encore et encore. Jusqu'à ce que vous réussissiez à convaincre un recruteur.

> Répondre

sarah

14/04/2009

à 16:33

La France n'est pas encore prête à embrasser la diversité (parcours atypique, nationalité, age, sexe...). On en parle beaucoup mais les DRH n'aiment toujours pas sortir de leur zone de confort...et la clone reste la norme!

> Répondre

x

14/04/2009

à 16:06

300% d'accord avec Max!!!

> Répondre

franck

14/04/2009

à 15:36

Et que dire quand on a le profil, sauf trop vieux, alors le cabinet, quand il vous répond, se contorsionne à vous dire que vous n'avez pas le profil.
Et que dire de certains cabinets à qui vous répondez pour une annonce, mais qui ne daignera jamais vous répondre sinon par un mail passe-partout vous disant que vous n'avez pas le profil, alors que par un autre cabinet le courant passe normalement.

Alors, même si cela peut avoir un côté désespérant, ne vous laissez pas abattre, répondez là où vous pensez que la cible correspond, et n'oubliez pas toutes les autres solutions pour rester en activité et même performant, sinon demandé.

> Répondre

Peylet

21/10/2008

à 16:38

Ca me fait bien rire la question des qualités comportementales. Si je n'ai pas le bon profil, je ne vois pas comment prouver que je suis plus "dynamique" qu'un autre dans un courrier! Tous les postes exigent les mêmes qualités que tous les postulants ont, alors pour se différencier comment faire ? Je ne suis pas d'accord : je postule dans le marketing, et si vous n'avez pas l'expérience, on vous envoie direct sur des postes de commerciaux, juste pour combler la pénurie actuelle, entretien que vous avez 9 chances sur 10 de louper sans réelle expérience du métier.

> Répondre

DALMAS

11/09/2008

à 08:50

Je suis d'accord avec Max du 29 juin 2008

> Répondre

Esse

26/07/2008

à 12:39

"Moralité", il faut favoriser le recrutement fait directement par l'entreprise car, comme le dit cet article, les recruteurs opérationnels sont effectivement plus souples et fonctionnent plus au feeling, donc moins à la facturation. Alors je sais, je parle comme "un petit livre", mais je pratique ça depuis quelques semaines, et force est de constater que lorsqu'on est reçu par l'entreprise directement, nous avons plus de chances. Je suis moi-même sur deux pistes très sérieuses en peu de temps... et sans cabinet de recrutement !
Courage à toutes et à tous !!!

> Répondre

Martine

16/07/2008

à 18:42

Je suis tout à fait d'accord avec Max. Je vis exactement la même chose, un très bon diplôme, un très bon parcours(dixit un consultant d'un grand cabinet) et...rien. Trop dimensionnée! ou ...trop vieille? Il faut pouvoir séduire les recruteurs mais le filtre se fait d'abord par le cabinet...

> Répondre

Laurence

02/07/2008

à 13:36

Tout à fait d'accord avec toi Max.
LE BON PROFIL ce lui qui rentre dans toutes les cases...d'une société qui veut tout standardiser, tout maitriser en mettant en place des process et autres... Société qui à peur d'elle même et de sa vrai source de richesse L'HUMAIN dans toute sa diversité.
Alors pour moi qui ai un parcours atypique ou toi qui a soit disant dépassé l'age de quoi... on ne sait pas et qui par conséquence ne rentre pas dans les cases d'un programme informatique..dur...dur

> Répondre

MARIE

02/07/2008

à 12:09

Bravo Max ! Je suis entièrement d'accord avec vous !!! Pour ma part, non seulement je leur ai fait perdre leur temps, mais, en plus, l'on me dit que je suis une "veinarde" de toucher une retraite. Qu'eux, n'en percevront certainement pas ... Qu'eux seraient bien obligés de travailler bien plus que mes "pauvres petites 42 annuités" effectués à plein temps sur un poste très physique. Et que j'ai bien peu de scrupules à vouloir "prendre" la place et donc le salaire d'un jeune ... Et que, de toute façon, mon CV est trop "riche" pour le poste offert ! Est-ce notre faute à nous cette conjoncture actuelle ? Alors, faire une lettre de motivation, soit, mais on se demande qui doit être motivé ???

> Répondre

Max

29/06/2008

à 11:53

Et quand on est quinqua, avec un bon diplôme et l'expérience requise, on fait quoi ?

On envoie sa candidature 100 fois, et les rares réponses -négatives - vous expliquent que vous n'avez pas le profil, même et surtout dans des secteurs "en pénurie" !
Un CV identique, allégé, rajeuni de 20 ans va susciter des coups de fil intéressés....
J'ai été jusqu'à me présenter dans un cabinet, qui, devant la supercherie, m'a accusé de leur "avoir fait perdre leur temps".

Alors les conseils gentillets de cet édito tombent un peu à coté.

En réalité, tout le monde se portera mieux quand au lieu de recruter des clones nos entreprises sauront faire une "job description" qui permettra aux candidats de se reconnaitre.

Il y aura moins de "pénuries", moins de quinquas, femmes, non diplômés exclus de l'emploi, mais aussi moins de grain à moudre pour les "spécialistes" de l'emploi qui vivent grassement de cette recherche absurde des "bons profils"..

> Répondre

dissake

26/06/2008

à 12:03

je suis tout a fait d'accord avec vous !!!!

> Répondre

Claire

25/06/2008

à 19:05

Merci pour cet article!
En effet,parfois je me retiens de postuler ,car je n'ai pas le profil .Et en même temps, j'ai un profil(et parcours) atypique,donc je suis difficile à cerner pour les recruteurs!Je n'ai pas d'autres choix ,si je veux trouver un poste, que de postuler à des offres où je sors du cadre.

> Répondre

+