1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Quelles sont les compétences qui payent le plus ?

Quelles sont les compétences qui payent le plus ?

quelles-sont-les-competences-qui-payent-le-plus--

Farah Sadallah

Les cadres cherchent à maîtriser de plus en plus de compétences pour faire monter les enchères auprès des employeurs. Mais êtes-vous sûrs de miser sur les bonnes dans votre secteur ?

Les langues étrangères, le diplôme, l’expertise, ou la maîtrise du digital sont des atouts sur lesquels les candidats peuvent s’appuyer pour se démarquer. Mais sont-ils pour autant des compétences rares qui peuvent faire monter les enchères ? Cela dépend évidemment du secteur d’activité et du métier visés. Nous vous révélons les qualités qui peuvent vous faire décrocher le gros lot.

Être bilingue en anglais ne suffit plus

Devenue langue officielle dans de nombreuses entreprises du Cac 40, l’anglais ne doit plus être la seule langue parlée. « 90 % des postes cadres demande une bonne maîtrise de l’anglais, affirme Arnaud Cantet fondateur de Rise, un cabinet de conseil en ressources humaines. Les langues sont un avantage à partir du moment où l’on en parle plus de deux. »

Dans le secteur de l’automobile par exemple, il est recommandé de parler l’allemand, selon Pierre-Louis Cisamolo, directeur de Michael Page. L’intérêt étant de pouvoir converser avec les constructeurs allemands. Sans exclure les autres langues européennes, Willem Rodier, responsable recrutement chez Aramisauto, considère que la maîtrise du serbe et du polonais sont également des compétences qui payent en entretien d’embauche.

Parler couramment plusieurs langues s’accompagne souvent d’une expérience à l’étranger, également prisée par les recruteurs. Ces derniers sont à la recherche de personnes capables de s’adapter à différents types de management. « Pouvoir travailler dans des entreprises où les cultures sont différentes, est un atout », précise Arnaud Cantet.

Les doubles diplômes les plus recherchés

Comme les langues, plus on a de diplômes mieux c’est. Être diplômé d’un MBA et d’une école d’ingénieurs multiplient vos chances de décrocher un emploi avec une rémunération intéressante. Par exemple pour un poste d’ingénieur commercial, vous serez capable de vendre, en utilisant les codes de la communication et vos connaissances liées à l’ingénierie. De même pour un poste de responsable de maintenance, « un double diplôme d’ingénieur en mécanique et en électricité est rare », précise Pierre-Louis Cisamolo de Michael Page.

Lire aussi : Comment valoriser ses compétences transférables dans sa candidature ?

Toujours dans la maintenance, les techniciens sont avantagés s’ils connaissent la méthode prédictive, c’est-à-dire, l’analyse et la prévoyance de la fiabilité de l’équipement. Dans le secteur de la finance, les candidats sont privilégiés s’ils connaissent la consolidation statutaire, c’est-à-dire la gestion des comptes de plusieurs filiales pour lesquelles il faut respecter différentes normes.

D’autant plus, l’expertise ne s’acquière pas uniquement par les diplômes, mais aussi par l’expérience. « Par exemple, dans les RH, un candidat qui a eu l’habitude de gérer des environnements sociaux complexes, peut dégager une expertise dans les relations sociales », précise le directeur de Michael Page. 

Les compétences liées au digital

Tous les métiers sont impactés par la transformation numérique, et les compétences liées à la maîtrise du digital sont des incontournables L’utilisation des logiciels tels que le SIRH (système qui gère les données liées aux congés payés ou aux notes de frais) est une compétence qui payent pour les postes en ressources humaines. De même en marketing, en logistique ou encore dans la production, la gestion des données est un atout. « À partir du moment où on a une appétence pour la data, on peut travailler dans tous les secteurs », affirme Jean-Vincent Ichard, responsable du pôle d'enquêtes de rémunérations de Willis Towers Watson en France. Par exemple être à l’aise avec le reporting sur Excel, ou encore Google Analytics font la différence en entretien d’embauche.  

Le savoir-être ne doit pas être négligé en entretien d’embauche

Auparavant, l’attitude et le comportement du candidat étaient difficilement décelables voire vérifiables pendant un entretien d’embauche. Les recruteurs préféraient se concentrer sur les compétences techniques, qu’ils jugeaient plus fiables. La situation a désormais changé. Il existe de plus en plus de méthodes pour recruter sur les soft skills. Par exemple les recruteurs peuvent vous interroger sur comment vous avez géré une situation difficile dans votre précédente entreprise.

Et ce savoir-être vous suivra toute votre vie. Notamment dans votre évolution de carrière. « Suivant sa capacité à s’adapter, à travailler en équipe et à prendre des initiatives, le collaborateur aura plus de chance d’être augmenté et d’avoir accès à un poste à plus haute responsabilité », explique Pierre-Louis Cisamolo de Michael Page.

Lire aussi : 5 qualités appréciées en entretien d'embauche

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+