1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Les compétences à mettre absolument en avant dans votre CV

Les compétences à mettre absolument en avant dans votre CV

les-competences-a-mettre-absolument-en-avant-dans-votre-cv

Farah Sadallah

Les langues étrangères, le diplôme, l’expertise, ou les compétences digitales, les cadres cherchent à maîtriser de plus en plus de compétences pour faire monter les enchères auprès des employeurs. Les recruteurs d’aujourd’hui n’attendent plus de vous les mêmes compétences sur votre CV qu’il y a quelques années, notamment vis-à-vis du diplôme. Quelles sont les compétences à mettre absolument en avant dans votre CV ? Cadremploi vous informe sur ce que cherchent les recruteurs.

Parler couramment plusieurs langues : une compétence indéniable à mettre en avant

Être bilingue en anglais ne suffit plus dans les recrutements. Devenue langue officielle dans de nombreuses entreprises du Cac 40, l’anglais ne doit plus être la seule langue parlée. « 90 % des postes cadres demande une bonne maîtrise de l’anglais, affirme Arnaud Cantet fondateur de Rise, un cabinet de conseil en ressources humaines. Les langues sont un avantage à partir du moment où l’on en parle plus de deux. »

Parler couramment plusieurs langues s’accompagne souvent d’une expérience à l’étranger, également prisée par les recruteurs. Ces derniers sont à la recherche de personnes capables de s’adapter à différents types de management. « Pouvoir travailler dans des entreprises où les cultures sont différentes, est un atout », précise Arnaud Cantet.

Notre conseil : indiquez bien votre niveau de langue sur votre CV. Évitez les formules floues du type « notions » ou « écrit, lu, parlé ». Privilégiez les termes « anglais professionnel » ou « bilingue ». Si vous avez passé un examen comme le TOEFL ou le TOEIC, mettez en avant votre score.

À lire aussi >> Les bi ou trilingues doivent s'annoncer dès le titre

Les doubles diplômés multiplient les chances d’être embauchés

Le simple diplôme n’est plus le Graal pour être embauché. Comme les langues, plus on a de diplômes mieux c’est. Être diplômé d’un MBA et d’une école d’ingénieurs multiplient vos chances de décrocher un emploi avec une rémunération intéressante. Par exemple pour un poste d’ingénieur commercial, vous serez capable de vendre, en utilisant les codes de la communication et vos connaissances liées à l’ingénierie. De même pour un poste de responsable de maintenance, « un double diplôme d’ingénieur en mécanique et en électricité est rare », précise Pierre-Louis Cisamolo de Michael Page.

Toujours dans la maintenance, les techniciens sont avantagés s’ils connaissent la méthode prédictive, c’est-à-dire, l’analyse et la prévoyance de la fiabilité de l’équipement. Dans le secteur de la finance, les candidats sont privilégiés s’ils connaissent la consolidation statutaire, c’est-à-dire la gestion des comptes de plusieurs filiales pour lesquelles il faut respecter différentes normes.

À lire aussi >> Les recruteurs attachent de moins en moins d’importance au diplôme

Valoriser son expérience professionnelle dans son CV : clé d’ouverture de l’emploi

L’expertise professionnelle, ou le savoir-faire, ne s’acquiert pas uniquement par les diplômes, mais aussi par l’expérience. « Par exemple, dans les RH, un candidat qui a eu l’habitude de gérer des environnements sociaux complexes, peut dégager une expertise dans les relations sociales », précise le directeur de Michael Page. Ce qui intéresse le recruteur, c’est le potentiel opérationnel : ce que vous savez faire et pouvez faire.

Pour valoriser votre expérience professionnelle, vous pouvez la faire valider par une validation des acquis de l’expérience (VAE) : obtenir une partie ou même l’intégralité d’un diplôme sans avoir besoin d'aller en formation.

Notre conseil : ne censurez pas les expériences acquises en formation, en bénévolat ou au cours de vos études, transférez-les vers le monde professionnel.

À lire aussi >> Comment rédiger son CV ?

Informer le recruteur de vos compétences digitales

Tous les métiers sont impactés par la transformation numérique, et les compétences liées à la maîtrise du digital sont des incontournables : nouveaux métiers, comme les product owners et les product manager, nouvelles méthodes de travail, comme la méthode Agile, vous devez être familiarisés avec eux.

Très concrètement, l’utilisation des logiciels tels que le SIRH (système qui gère les données liées aux congés payés ou aux notes de frais) est une compétence qui payent pour les postes en ressources humaines. De même en marketing, en logistique ou encore dans la production, la gestion des données est un atout. « À partir du moment où on a une appétence pour la data, on peut travailler dans tous les secteurs », affirme Jean-Vincent Ichard, responsable du pôle d'enquêtes de rémunérations de Willis Towers Watson en France. Par exemple être à l’aise avec le reporting sur Excel, ou encore Google Analytics font la différence en entretien d’embauche. 

À lire aussi >> J’ose pas demander mais… c’est quoi le CRM ?

Le savoir-être ne doit pas être négligé sur le CV

Auparavant, l’attitude et le comportement du candidat étaient difficilement décelables voire vérifiables pendant un entretien d’embauche. Les recruteurs préféraient se concentrer sur les compétences techniques, qu’ils jugeaient plus fiables. La situation a désormais changé. Il existe de plus en plus de méthodes pour recruter sur les soft skills. Par exemple, les recruteurs peuvent vous interroger sur comment vous avez géré une situation difficile dans votre précédente entreprise.  Suivant sa capacité à s’adapter, à travailler en équipe et à prendre des initiatives, le collaborateur aura plus de chance d’être augmenté et d’avoir accès à un poste à plus haute responsabilité », explique Pierre-Louis Cisamolo de Michael Page.

Notre conseil pour bien mettre en avant ses soft skills sur un CV : réalisez un encadré à part pour résumer vos soft skills, ou bien en fin de CV dans un onglet valeurs personnelles, sans lister une succession de mots-clés. Donnez des détails au recruteur, à la fois concrets et courts.

À lire aussi >> CV : comment parler de ses soft skills ?

À lire aussi >> Soft skills : quelles sont celles que les entreprises s'arrachent ?

Il n'y a pas de

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Soyez le premier à commenter cet article.

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte