1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Qui sont vraiment les recruteurs…

Qui sont vraiment les recruteurs…

qui-sont-vraiment-les-recruteurs

Céline Chaudeau

Ils sont bien souvent la première étape indispensable vers le poste de nos rêves, si bien que tout un mythe s’est construit autour des recruteurs. Cadremploi démêle le vrai du faux pour vous aider à mieux comprendre le rôle d’un recruteur et ainsi mieux convaincre.

Le recruteur n’est pas très patient (ni surhumain)

40 secondes en moyenne, c’est le temps accordé par un employeur à votre CV pour faire un premier tri, selon une récente étude du cabinet Miratech. La paresse du recruteur n’a rien à voir là-dedans. « 95 % des candidats nous transmettent un CV », observe Cristelle Jacq. La responsable recrutement et diversité du groupe Assystem n’a rien contre, mais reconnaît qu’elle va à l’essentiel en "scannant" les centaines de CV qu’elle reçoit. « Il faut penser à l’œil fatigué du recruteur, sourit-elle. Faute de temps, on privilégie les candidatures les plus claires : un CV d’une page, avec le titre du poste visé, sa date de disponibilité et son périmètre géographique de recherche nettement identifiés. » « Clairement, il n’aura pas le temps de tout lire », tranche Thomas Welsch. L’auteur du livre Recherche d'emploi : oubliez les méthodes de papa recommande une approche plus directe. « Pour être retenu, il vaut mieux être dans les premiers à répondre. Ou alors trouver un contact direct, via les réseaux sociaux, pour retenir son attention. »

 

Le recruteur n’est pas seul (ni tout puissant)

Cédric Mendes confirme et invite aussi les candidats à emprunter d’autres canaux. « Aujourd’hui, un candidat peut atteindre quasiment n’importe qui grâce aux réseaux sociaux, explique le chef du service recrutement et relations écoles chez Colas, filiale du groupe Bouygues. La réponse n’est pas garantie, mais cela se tente. » Mais, surtout, ce recruteur conseille d’élargir sa liste de contacts potentiels dans l’entreprise. « Le recruteur n’est pas seul à envisager des candidatures, loin de là. Aujourd'hui, j'ai beaucoup de candidatures spontanées qui n'arrivent plus par notre plateforme RH mais directement par les opérationnels. J’ai récemment vu un candidat auditeur qui avait justement contacté un auditeur dans l’entreprise qui m’a ensuite transmis sa candidature. Il avait gagné des points car il avait déjà discuté du contenu des missions et de l’ambiance avec un futur collègue potentiel. »

 

Le recruteur n’est pas votre ami (ni votre conseiller d’orientation)

On l’aura compris : le recruteur n’a pas de temps à perdre. Et le constat vaut aussi pour l’entretien d’embauche. « Vous devez être fort face au recruteur dont le rôle est de vous évaluer et non pas de vous épauler », explique Christel de Foucault, auteure du livre Déjouez les pièges des recruteurs. Autrement dit : mieux vaut bien se préparer. « Le recruteur n’est pas votre ami, prévient cette ancienne pro du recrutement. C’est pourquoi il est important que vous fassiez le deuil de votre dernier poste avant d’en rechercher un nouveau. » De même, il n’est pas conseiller d’orientation non plus… « Un candidat doit se renseigner un minimum sur le poste et l’entreprise envisagés, abonde Didier Pitelet, fondateur de l’agence Onthemoon, spécialisée en culture d’entreprise. Là encore, trop peu de candidats font le nécessaire. Or, un employeur a besoin de comprendre que le candidat qu'il a en face de lui n’est pas là par hasard et qu’il a fourni tous les efforts nécessaires pour comprendre l'entreprise dans laquelle il postule ! »

 

Le recruteur n'est pas votre supérieur (ni votre futur chef)

Pour Christel de Foucault, le candidat doit absolument comprendre la position du recruteur, mais aussi adopter la posture nécessaire en conséquence.

« Ne vous positionnez pas en infériorité, insiste-t-elle. Évitez de vous présenter devant le recruteur en tant que demandeur d'emploi car vous vous placeriez d'entrée de jeu en position d'infériorité et vous vous mettriez en difficulté. Être demandeur d'emploi n'est pas un métier mais un statut, provisoire et que l'on souhaite le plus court possible. Vous êtes, avant tout, un expert métier avec une expérience et un savoir-faire reconnu dans votre domaine professionnel qu'il vous faut valoriser sur le marché du travail. Soyez donc conscient de votre valeur et positionnez-vous plutôt en apporteur de solutions. »

 

Le recruteur n’est pas très rassuré (ni toujours très zen)

Enfin, pour éviter le stress, rien de tel que d’envisager l’angoisse, réelle, du recruteur. « Je compare souvent la quête d’un emploi à la location d’un appartement à Paris », sourit Thomas Welsch. Ceux qui ont déjà tenté les deux apprécieront le parallèle. Ancien candidat, il explique avoir toujours imaginé qu’un recruteur, comme un propriétaire, cherchait avant tout des garanties pour se rassurer. « Pour moi, cela a marché. Il faut avant tout penser aux attentes et inquiétudes de son interlocuteur. Car une erreur de casting peut coûter cher. Aux candidats, mais souvent tout autant au recruteur… »

11

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

CAPACITER

23/02/2017

à 21:05

Bonjour, en candide,

Je reprends les propos :

- "On l’aura compris : le recruteur n’a pas de temps à perdre. Et le constat vaut aussi pour l’entretien d’embauche."

Je voudrai que l'on m'explique en quoi "Le recruteur" serait susceptible de "perdre" du temps ? S'il y a une fonction qui peut appréhender le 'temps" autrement, c'est bien celle de recruteur. Quel recruteur peut, décemment, exprimer qu'il "perd" du temps ?

- « Le recruteur n’est pas votre ami"... Quel danger ? Quel risque ? Quel péril pour l'organisation / le recruteur, à se positionner, en tant que demandeur, en allié, en écoute, en ouverture, en accueil ?

- « Ne vous positionnez pas en infériorité (...). Évitez de vous présenter devant le recruteur en tant que demandeur d'emploi car vous vous placeriez d'entrée de jeu en position d'infériorité et vous vous mettriez en difficulté. Être demandeur d'emploi n'est pas un métier mais un statut, provisoire et que l'on souhaite le plus court possible. Vous êtes, avant tout, un expert métier avec une expérience et un savoir-faire reconnu dans votre domaine professionnel qu'il vous faut valoriser sur le marché du travail. Soyez donc conscient de votre valeur et positionnez-vous plutôt en apporteur de solutions. »

C'est la quintessence d'un discours ambivalent et pervers d'un recruteur : injonctions / catégorisation / jugement / culpabilisation / projections.

- « Je compare souvent la quête d’un emploi à la location d’un appartement à Paris ».

"Cerise...". A en être confondu de telle indigence...

> Répondre

Polo

19/10/2016

à 08:43

Et parfois, le recruteur est rigolo. Surtout dans l'IT ! Quand par exemple il se mélange les pinceaux avec la multitude de technologies en présence, il peut déclarer que "JavaScript, c'est comme Java mais en plus light" !

> Répondre

Isabel5

18/10/2016

à 20:08

Les recruteurs ce sont surtout des incapables, qui ne savent pas choisir les bons profils. Ça me fait bien rire ils n'ont pas le temps mais le candidat non plus n'a pas le temps d'attendre la décision de ces "rh" il faudrait déjà balayer devant sa porte avant d'exiger quoi que ce soit !

> Répondre

En réponse à Isabel5

Jessica

23/02/2017

à 22:55

Bonjour Isabel5,
Je comprends que vous ayez eu des expériences non concluantes ou meme décevantes par le passé. Or, être un (bon) recruteur c'est avant tout un métier par passion, l'humain est notre principale motivation. Je ne suis pas d'accord avec votre généralisation du métier, nous passons la plupart de notre temps à recevoir des candidats afin de mieux comprendre leurs attentes dans le but d'y répondre au mieux. Si vous souhaitez vivre une expérience humaine en terme de recrutement, je serai ravie de pouvoir échanger avec vous sur votre métier actuel ou recherché.
N'hésitez pas à me contacter j.dermigny@hays.fr
À très bientôt.

> Répondre

bernie

18/10/2016

à 17:03

Bel article! encore faut il que les recruteurs aient bien posés les bonnes questions à leur clients... Qu'ils écoutent et notent bien ce que leur dit les candidats.
Nombre d'entretiens ou des les premières minutes le demandeur d'emploi, candidat , se rend compte que le la personne qui vous pose des questions ne maitrise absolument son sujet . Perte de temps et d'énergie!

> Répondre

En réponse à bernie

Isabel5

19/10/2016

à 18:34

Sans compter les recruteurs qui décident du candidat retenu sur la base d'un resultat de test de personnalité ! Et pire encore l'entreprise en question n'envoye le resultat du test au candidat !!!

> Répondre

LeCanard Rouennais

18/10/2016

à 16:05

Les recruteurs sont des gens comme vous et moi ! Ils font leur boulot aidés en cela par des logiciels faisant abstraction de toute recherche d'originalité, de potentiel créatif, de motivation pour ce qui ne rentre pas dans des cases pré-digérées par ce logiciel informatique.
Ne demandez pas à un ou des recruteurs de voir en vous l'originalité potentielle et créative qu'il y a en vous et, comme eux, partez de cet entretien lorsque vous vous apercevez que leurs questions ne sont motivés que par un chemin et schéma pré-établi qui vous pénalise dès le départ de l'entretien.
Depuis des années, ils sont à l'origine de centaines de candidats laissés sur le carreau et qui, par leur volonté créative, ont créé leur propre entreprise qui pour certaines sont reconnues dans le monde entier.

> Répondre

En réponse à LeCanard Rouennais

Kitmale

19/11/2016

à 21:06

Il y a un concept fondamental qui s'applique aux RH: The Peter Principle

> Répondre

En réponse à LeCanard Rouennais

bernie

19/10/2016

à 22:18

Avez vous trouquez votre cv original "type esc, hec"contre votre master en en droit? Répondez à la même offre avevec deux noms différents, deux ste identiques, mêmes tailles,performances,...
l Une vous êtes autodicacte. .résultats à +20%par an.
Diplômé on ne demande pas de resultat. ..
mais ...il est diplômé

> Répondre

Comte Henri

18/10/2016

à 15:10

Les recruteurs sont tout simplement des moutons sans cervelle a qui on donne une mission qui appliquent betement les directives du client, sans faire surtout la moindre remarque ou proposition.
Dans ma vie professionnelle malheureusement je n'ai jamais reussi a avoir un contact franc avec ces gens et pourtant en passant outre leur prediction j'ai toujours performé dans les postes que j'ai occupé en leur passant "au dessus"

> Répondre

En réponse à Comte Henri

Isabel5

19/10/2016

à 18:28

Bonjour Comte Henri, et vous faites comment pour leur passer au dessus ? C'est. Quasi impossible !

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte