Refuser une offre d’emploi

Publié le 08 janvier 2020 Fleur Chrétien

Si vous êtes à la recherche d’un emploi, vous vous ouvrez des opportunités professionnelles parmi lesquelles il vous faudra faire un choix. Qu’il s’agisse d’une démarche pro-active de votre part ou d’une proposition qui vous a été faite - par une entreprise concurrente par exemple -, vous aurez à prendre la décision d’accepter ou de refuser les postes qui vous sont proposés. Or quel que soit le contexte, refuser une offre d’emploi n’est pas chose évidente. Avec Cadremploi, identifiez les bonnes questions à vous poser et les meilleures façons de refuser une offre d’emploi.
Refuser une offre d’emploi

Quelles questions se poser avant de refuser une offre d’emploi ?

Si vous êtes en recherche active d'un emploi

Ça y est, vous vous êtes décidé à changer de travail. Si vous répondez à des annonces et passez régulièrement des entretiens de recrutement, vous aurez probablement à essuyer des refus, mais aussi à trancher entre plusieurs propositions d’embauche.

Parfois même, vous n’aurez qu’une seule proposition mais elle ne vous conviendra pas. Contenu du poste, responsabilités managériales, niveau de rémunération, conditions de travail ou feeling pendant l’entretien de recrutement : tous ces critères comptent et certaines questions méritent d’être posées quand on décide de changer de job. Et ils sont autant de raisons pour lesquelles on peut refuser une offre d’emploi.

Notre conseil : mûrissez bien votre décision avant de l’annoncer à l’entreprise. Quels sont les plus et les moins du poste ? Parmi les points négatifs, n’y a-t-il pas possibilité de négocier avec l’employeur ?

Si vous n’êtes pas en recherche active d'un emploi

Une entreprise concurrente ou un cabinet de recrutement cherche à vous débaucher ? Même si vous n’aviez pas l’intention de poser votre démission ni de changer d’entreprise, prenez le temps de considérer la proposition qui vous est faites avant de la refuser. Vous pourrez a minima glaner des informations intéressantes pour faire progresser votre rémunération dans votre poste actuel.

Comment refuser une offre d’emploi ?

Vous venez de prendre la décision de refuser une offre d’emploi : vient maintenant l’étape délicate de l’annoncer au recruteur. Évitez à tout prix la loi du silence : en tant que candidat, vous savez à quel point il est désagréable de n’avoir aucune nouvelle suite à un entretien. Par respect pour la personne qui vous a reçu, et parce qu’il est important de conserver une attitude professionnelle en toutes circonstances, soignez la façon de présenter votre refus.

Tout d’abord, choisissez le bon moment : en répondant du tac au tac à un mail, vous vous positionnez clairement comme un candidat qui n’a pas pris le temps d’étudier la proposition.

Le choix du bon timing peut également être stratégique pour vous : n’auriez-vous pas intérêt à attendre les réponses d’autres entreprises avant de refuser un emploi ?

À vous également de définir la façon de faire la plus adéquate : un mail poli et clair suffira s’il s’agit d’une offre reçue par mail. En revanche, si vous décidez de refuser une offre après avoir passé deux entretiens d’embauche, il conviendra de téléphoner à la personne en charge du recrutement. Lors de cet appel, pensez à remercier votre interlocuteur pour sa proposition d’embauche, à exprimer clairement votre refus et à en expliquer la raison. Ces éléments d’informations pourront également être repris à l’écrit si vous optez pour le mail de refus, plus formel.

Concernant les arguments que vous avancerez pour expliquer votre décision, évitez de rentrer dans le détail si les points de vue divergent sur la question des valeurs de l’entreprise. Par contre, si votre refus est justifié par le contenu du poste, vous pourrez détailler votre projet professionnel. Et qui sait : peut-être serez-vous contacté dans quelques mois pour un emploi plus en adéquation avec vos envies ?

Refuser une offre d’emploi sans se fermer des portes

Vous ne savez pas de quoi votre avenir professionnel est fait : peut-être serez-vous confronté à un plan social dans 1 an ? Peut-être l’entreprise à laquelle vous avez envoyé une lettre de refus proposera-t-elle le poste de vos rêves dans 3 mois ?

Vous l’avez compris : le gros enjeu, quand on refuse une offre d’emploi, est de ne se fermer aucune porte.

Jouez la transparence avec votre interlocuteur, veillez à être toujours respectueux dans la relation, gardez contact sur les réseaux sociaux professionnels : ainsi, vous élargissez votre réseau professionnel et restez ouvert à d’éventuelles opportunités.

Si vous avez refusé une offre en interne, essayez de trouver des solutions alternatives pour aider votre entreprise dans sa recherche. Par exemple, en acceptant des responsabilités complémentaires dans le cadre de votre fonction actuelle ou en recommandant un profil qui pourrait coller avec les besoins de votre employeur.

Avec ce genre de démarche pro-active, vous limitez les risques d’être mis au placard. Le refus de poste peut au contraire représenter une opportunité pour mieux faire connaître vos souhaits professionnels au service RH.

Lettre de refus de poste

Monsieur X, Madame Y,

Je tiens tout d’abord à vous témoigner ma reconnaissance pour la qualité de nos échanges et le temps que vous m’avez accordé. J’ai bien reçu votre proposition d’embauche pour le poste de XXX et vous remercie de la confiance que vous me témoignez. Après avoir longuement réfléchi, j’ai le regret de décliner votre offre car elle ne correspond pas en tout point à mon projet professionnel.

Je vous souhaite très sincèrement de rapidement trouver une personne adaptée pour ce poste et vous propose que nous restions en contact si toutefois vous aviez un nouveau besoin de recrutement plus en adéquation avec mon objectif professionnel.

Cordialement,

XXX

Fleur Chrétien
Fleur Chrétien

Formée au journalisme et à l’édition, Fleur commence sa carrière chez Hachette Livre au département jeunesse. Après Bécassine et Franklin, elle s’immerge dans l’univers du luxe en agence de communication. Très vite, le digital devient incontournable. Petites agences et jolis clients - Harry Winston, Benjamin de Rothschild, l’Atelier BNP Paribas, Yann Arthus-Bertrand - permettent d’alterner réflexions stratégiques et création de contenu innovant. En 2010, Fleur fait le choix de l’indépendance. Elle se concentre alors sur son cœur de métier : donner du sens par le contenu. Cadremploi figure parmi ses heureuses collaborations.

Vous aimerez aussi :