Cadremploi.fr  > Conseils > Conseils candidature > Votre recherche d’emploi fait du surplace ? 5 idées à tester

Votre recherche d’emploi fait du surplace ? 5 idées à tester

votre-recherche-demploi-fait-du-surplace--5-idees-a-tester

Vous êtes en recherche d’emploi depuis plusieurs semaines, ou mois ? Vous avez l’impression de faire du surplace ? Il est temps de prendre les choses en main. Voici 5 idées pour passer à la vitesse supérieure.

1 – Faites-vous aider individuellement par des pros

Après avoir passé de longues semaines à postuler, seul, derrière son ordinateur, on baisse les bras. L’estime de soi et la confiance en soi sont au plus bas. Pour reprendre du poil de la bête et avoir un avis objectif sur ses techniques de recherche d’emploi, on peut se faire aider par plusieurs types de professionnels.

D’abord, les coachs. « Ils ne sont pas là pour conseiller mais pour aider les personnes à mieux gérer leurs émotions, à apprendre à mieux se connaître pour être en état d’avancer vers un point précis. Rien à voir avec une thérapie. », insiste Edwige Trancart, assistante de l’Association européenne de coaching. Entre les rendez-vous individuels et le travail personnel, un coaching peut durer quelques semaines à quelques mois. Le prix est donc très fluctuant. L’initiative de « coaching solidaire » de l’AEC-EMCC France permet aux personnes dont les revenus mensuels n’excèdent pas 1 000 euros par part fiscale de bénéficier d’une prestation de coaching pour seulement 30 euros (frais de dossier).

Les consultants en outplacement (reclassement) sont en revanche là pour vous aider à retrouver du boulot. Leur méthodologie varie d’un cabinet à l’autre mais globalement, tout commence par un bilan de carrière puis l’élaboration d’un projet professionnel, d’un plan d’actions, des conseils de recherche d’emploi, une aide à la négociation du contrat de travail et un accompagnement durant les premiers mois dans la nouvelle entreprise. « Le consultant doit réellement mettre la main à la pâte et ne pas se contenter de dire, « revenez dans une semaine en ayant changé ça et ça ». C’est à nous de rendre le CV et le profil attractifs et compréhensibles pour un employeur », souligne François Auer, directeur du cabinet Recrut-Innov. En outplacement illimité, la prestation du cabinet se terminera à la fin de la période d’essai. Un reclassement coûte entre 16 % et 20 % du nouveau salaire obtenu. Mais de plus en plus de cabinets pratiquent un forfait ou un mix des deux. Recrut-Innov facture 15 000 euros plus un pourcentage du salaire. Une prestation onéreuse dont vous êtes en droit d’attendre une qualité de service optimale. Donc prenez le temps de choisir une prestation qui vous convient.

2- Participez à des ateliers de groupe 

Toujours dans un souci de rompre l’isolement et de se remettre en marche, travailler en groupe peut être opportun. Outre les sessions de technique de recherche d’emploi proposées par Pôle emploi et l’Apec, on trouve sur le marché des ateliers de recherche d’emploi collectifs. « Ces rencontres leur font prendre conscience que, quels que soit l’âge, la CSP ou le métier, ils sont tous confrontés à la même problématique. Se développe alors de la solidarité entre participants voire du mentoring. Un senior, ancien directeur commercial, a par exemple pris son aile un jeune candidat technico-commercial. Ils se sentent à nouveau valorisés et reconnus. C’est essentiel pour se remettre dans une dynamique positive », observe  Caroline Carlicchi, coach, fondatrice du cabinet Coaching Go et organisatrice d’ateliers collectifs. Des réseaux de cadres comme l’Avarap proposent également des travaux en groupe d’une quinzaine de personnes, « une petite communauté d’entraide mutuelle, un centre de ressourcement et de remise en forme professionnelle ».

3 – Suivez une formation

Que ce soit pour se lancer dans une reconversion professionnelle, pour asseoir ses compétences ou élargir son spectre de connaissances, se former est toujours un atout pour retrouver du travail. Cela permet de mettre à jour ses compétences, de rencontrer des professionnels, d’échanger avec ses pairs (ou futurs pairs) et de reprendre une vie active quasi normale. Toutefois, attention à opter pour une formation en phase avec le marché de l’emploi. 20 % des 80 000 auditeurs du CNAM sont ainsi des demandeurs d’emploi. « Les unités d’enseignement du CNAM sont par exemple largement reconnues par les employeurs. Se lancer dans un MBA, pourquoi pas, mais à condition que cela soit indispensable dans l’obtention d’un poste. Je le propose vraiment avec parcimonie », illustre François Auer. Selon sa renommée, un MBA coûte entre 15 000 et 80 000 euros. Certaines écoles adaptent leurs tarifs. L’Executive MBA de Toulouse Business School est ainsi facturé 19 000 euros aux demandeurs d’emploi contre 25 000 euros en prix public.

4 – Acceptez une mission en intérim 

« Quand on cherche un emploi depuis longtemps, il faut ouvrir tous ses chakras. Plus on est mobile et flexible sur le type de contrat, plus on est employable », insiste François Auer. Le travail temporaire fait partie des pistes à explorer pour rebondir après de longs mois sans travailler. « Pour que cela fonctionne, le candidat doit être dans sa zone de confort et donc n’accepter que des missions qu’il maitrise à 200 %. Surtout, ne pas plongez sur une mission qui ne serait pas dans ses cordes. Il risquerait de se griller et surtout, il reprendrait une grosse claque », conseille Fabrice Coudray, directeur de Robert Half. En entretien de recrutement, insistez uniquement sur les compétences en lien avec la mission proposée. « Et surtout, n’allez pas dire que vous souhaitez un CDI, vous feriez tout capoter. Ne soyez pas trop gourmand mais juste opportuniste », conclut-il.

5 – Faites une immersion dans une entreprise

Le meilleur moyen de retrouver du boulot est de montrer concrètement de quoi vous êtes capable. L’immersion constitue un outil privilégié de retour à l’emploi. La période de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP), introduite par la loi du 5 mars 2014, va être largement promue par Pôle emploi dans les mois à venir. D’ores et déjà, des grandes entreprises privées et publiques, dans le cadre du collectif FACE (GDF Suez, AG2R La Mondiale, la RATP, Bouygues Construction, etc.) se sont engagées à accueillir 5 000 demandeurs d’emploi cette année. En particulier des jeunes et des seniors. «Toutes les mesures en faveur d’une immersion sont bonnes car lorsqu’on est au chômage, on est complètement déconnecté de l’entreprise qui a pourtant un rôle central à jouer », revendique Hélène Cazalis, responsable communication de Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC). Cette association créé et finance pour sa part des « emplois solidaires » pour les chômeurs qu’elle accompagne.  « Il s’agit de CDD sur des postes de gestionnaires administratifs, de juristes, de chargés de développement de communication ou encore d’hôtesses d’accueil, dans le secteur de l’économie sociale et solidaire, d’une durée maximum de 12 mois renouvelable une fois. Cela permet à certaines personnes de se requalifier professionnellement et de reprendre confiance, à d’autres de remettre enfin le pied dans la vie active et à tous de retrouver des droits à l’assurance chômage », argumente-t-elle. Le salaire est pris partiellement ou totalement en charge par SNC dans la limite de 115 % du SMIC. « En fin de dispositif, la moitié des personnes retrouve un emploi. Cela améliore de toute façon leur employabilité et leur permet de capitaliser sur une ligne récente de leur CV », conclut-elle.

 

5

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

philippe

11/05/2015

à 12:01

Cher Padupe :

Je comprend le cri, mais pas la perte de courage de certains écrits.

Le cri : ... ce texte essaie de nous parler dans notre solitude.

Le courage : la vie frappe quelque fois ceux qui ne demandait rien (accident de la route, de la vie, des proches, injustices professionnelles...) et demande sa propre prise en main, c'est pas gai, la vie est quelquefois injuste.

Mais non ! :
- moi aussi je suis ingénieur de l'ascenseur social, ... et au delà avec 30 ans pro
- et le divorce, et les enfants qui partent, et déjà 19 mois sans activité, et la crise de la 50 aine, et maman ouvrière qui.. , et le père, seul à 91 ans et 700 km, ...

" Yallah ..." disait Soeur Emmanuelle, "... pas de dépression inutile" ajoutait-elle"!!

> Répondre

En réponse à philippe

pifpaf et pof

19/07/2016

à 12:43

Même schéma que Philippe. À 52 ans, plus indemnisé, un cv qui ne mène nul part, des gosses qui partent, des parents qui vieillissent, un couple qui vacille. bref, une vie à offrir à mon pire ennemi! Je perds mon temps sur le net à lire des intitulés de postes inaccessibles. Peut-être une formation... mais dans quoi? Et la retraite qui s'éloigne à la vitesse de l'avancée des années. Reste à esperer le revenu pour tous. A part ça, je ne vois pas comment survivre. La misère pointe son nez. On a beau la voir venir... on ne sait pas comment y remédier.

> Répondre

padupe

10/05/2015

à 13:53

très diplômée dans le technique (ingénieur), sans réseau social utile (parents employés) , j'ai gâché ma vie . Mes parents s'en veulent de s'être sacrifiés pour rien pour m'aider matériellement dans mes études . ... La France c'est de l'enfumage culturel permanent....

> Répondre

maitre yoda

08/05/2015

à 08:29

Bonjour,

Je voterais pour le parti qui répondra à la question "comment lutterez vous contre la concurrence déloyale" ? En effet le prochain secteur qui va disparaitre est le transport français des marchandises sur route, concurrencés par des chauffeurs à bas couts qui ne suivent pas les mêmes règles que nous.

Pour l'instant aucun parti politique ne répond à cette question qui date de 50 ans (les 50 honteuses qui suivent les 30 glorieuses).

Par contre, je conseil à Christine de refaire son CV. Une entreprise recherche un profil ? Et bien justement vous correspondez très précisément à ce profil, voir le CV, par les diplômes, l'expérience récente, les motivations etc.. le CV à été un peu embelli ? et alors la fin justifie les moyens ... un CV par entreprise !

> Répondre

Christine

07/05/2015

à 11:42

Bonjour Sylvie

Le chômage de longue durée, ce n'est pas quelques semaines ou qq mois. Pole Emploi caractérise le chômage de longue durée à compter de 12 mois sans activité. Cela représente plus de 2 millions en France. Parmi eux, certains sont au chômage de très longue durée, cad plusieurs années. Ne croyez pas que ce sont des personnes uniquement non diplômées.
Cela fait 30 mois que je n'ai pas travaillé (bac + 2 et UE du CNAM de niveau licence). Mon CV est automatiquement mis de côté, même pour des missions d’intérim. J'habite en province, dans une ville moyenne où les offres d'emploi sont faibles.

Vous comprenez qu'avec l'ASS (un peu moins de 500 euros par mois) on ne peut pas s'offrir un accompagnement personnalisé. Pourquoi faire ? Pour nous dire de créer notre entreprise. Un employeur n'embauche pas un chômeur de longue durée (même pour une courte mission) ou alors pour ramasser des haricots.

J'apprends par votre article que l'association SNC crée des emplois et qualifiés pour les chômeurs. Miracle ! Dommage je n'habite pas près de cette association. Pourquoi Pole Emploi ne fait pas de même ?

> Répondre

+