4 techniques d’impro à tester en entretien d’embauche

Publié le 30 juin 2015 Sylvie Laidet

Un entretien d’embauche, ça se prépare. Il faut anticiper les réponses aux questions récurrentes, le message que l’on veut faire passer, etc. Mais préparer, cela signifie aussi s’entraîner à improviser face au recruteur. Voici 4 techniques d’impro à tester.

Technique n°1 : se focaliser sur l’instant présent

C’est la base de l’improvisation : être attentif à ce qui se passe pendant le moment présent. « Il faut être là avec son corps, ses oreilles, ses yeux et surtout ne pas se focaliser sur ses pensées. Plus vous serez dans l’instant présent plus vous serez apte à répondre de manière congruente à votre interlocuteur », estime Michèle Taïeb, pédagogue, metteur en scène et auteur de "Improviser" (Edition Eyrolles). Une attitude nécessaire pour être attentif aux attentes, besoins et à l’humeur du jour du recruteur.

Technique n°2 : l’écoute active

« Improviser, c’est être à l’écoute de l’autre afin de pouvoir rebondir sur ses propos en ouvrant la discussion », ajoute-t-elle. Pour cela, il faut écouter attentivement la récurrence des mots, demander des précisions. En match d’impro, on accepte et on suscite le dialogue. Par exemple, si le recruteur vous dit qu’il cherche un candidat agile, poursuivez en lui demandant ce qu’il entend par candidat agile. « En reprenant les termes du recruteur, vous le mettez dans sa zone de confort », assure Aude Diano, dirigeante d’ImprO2, organisme de formation spécialisé dans la formation de cadres dirigeants par l’improvisation théâtrale. Adoptez le rythme de l’autre. S’il tend à être direct avec des phrases courtes, imitez-le. S’il adopte un style plus lent et/ou plus ampoulé, faites de même. Mettez-vous au diapason de votre interlocuteur.

Technique n°3 : réagir en 4 étapes

Pour répondre du tac-o-tac, les pros de l’impro ont une autre astuce : ils se donnent le temps d’une mini réflexion, en 4 étapes, afin d’ordonner leur réponse. Pour adapter cette technique à l’entretien d’embauche, Michèle Taïeb préconise de « reprendre le sujet lancé par le recruteur en le reformulant ou en l’insérant dans une question, dans un premier temps, puis d’exprimer son sentiment, de situer le sujet dans un champ plus vaste et enfin de donner sa position et d’énoncer son cœur de message. Cela doit être le temps fort de la réponse du candidat. »

Technique n°4 : misez sur la rhétorique positive

Pour réussir à improviser il faut être bienveillant envers l’autre mais aussi envers soi-même. C’est pour ça qu’il existe une règle de base en impro : la "règle du oui". Autrement dit : positiver son discours. Une technique qu’Aude Diano recommande pour l’entretien d’embauche. « Oubliez les phrases négatives du genre, "je n’ai pas eu de mauvaise expérience sur le sujet". Préférez une formule du genre "j’ai réussi" ou encore "j’ai eu du succès…", conseille-t-elle.

Sylvie Laidet
Sylvie Laidet

Au quotidien, Sylvie Laidet, journaliste indépendante, réalise des enquêtes, des portraits, des reportages, des podcasts... sur la vie des salariés en entreprise. Égalité femmes-hommes, diversité, management, inclusion, innovation font partie de ses sujets de prédilection.

Vous aimerez aussi :