1. Accueil >
  2. Conseils >
  3. Conseils candidature >
  4. Entretien d'embauche >
  5. 8 phrases de candidats qui ont convaincu les recruteurs

8 phrases de candidats qui ont convaincu les recruteurs

8-phrases-de-candidats-qui-ont-convaincu-les-recruteurs

Sylvie Laidet

Cadremploi a sélectionné, avec des recruteurs, une série d'arguments de candidats, entendus en entretien de recrutement, qui les ont convaincus. Que ce soit de la motivation du candidat, de sa capacité à s'épanouir à son poste ou à apporter sa pierre à l'édifice de l'entreprise.

Corporate, vous avez dit corporate ?

« A ce point du parcours de recrutement, je sais que votre entreprise répond à mes attentes professionnelles et correspond à un modèle d’organisation qui me plait vraiment ! »

Entendu en entretien par Marjane Mabrouk, manager chez Talan. Son commentaire : « Ce candidat avait posé beaucoup de questions lors du process de recrutement. J’ai eu le sentiment qu’un candidat comme lui allait vraiment s’épanouir chez nous et je ne me suis pas trompée. »

 

La capacité d’initiative du jeune dip’

Entendu en entretien par Marie d’Haegeleer, DRH CEMA d’International SOS : « Après mes études, je suis parti un an en Australie par mes propres moyens pour améliorer mon anglais, m’exposer à des cultures différentes et mûrir mon projet professionnel. ».

« Cette expérience de vie correspond à un état d’esprit et à des compétences qui correspondent aux valeurs de notre entreprise. En plus de la maîtrise de l’anglais et de la connaissance de la culture anglo-saxonne… », commente la DRH.

 

La carte du travail d’équipe

Entendu en entretien par Marjane Mabrouk, manager chez Talan : « J’ai passé trois entretiens avec des managers et des consultants de votre entreprise. A chaque fois, j’ai eu envie de travailler avec la personne que j’écoutais. Et quelle que soit l’issue de ce processus d’embauche, les conseils qui m’ont été donnés et la vision de votre métier qui m’a été présentée resteront. »

"C'était l'un des arguments d'une jeune diplômée d’école d’ingénieur ne connaissant pas le métier de consultant. Cette candidate a fait preuve d’une écoute « active » lors des entretiens qui lui a permis de reformuler les conseils prodigués. Elle nous a fait réaliser qu’elle avait une vraie compétence d’écoute et de restitution nécessaire à notre métier », rapporte Marjane Mabrouk.

 

Le manager qui fédère

Entendu en entretien par Emmanuel de Robillard, DRH d’IDEX* : « En qualité de manager, je responsabilise et fédère mes collaborateurs. »

« Nous recherchons avant tout des managers ayant à cœur de faire évoluer leurs équipes, de susciter l’enthousiasme et l’envie de se dépasser. Ce mode de management permet aux potentiels de se révéler et de fidéliser nos salariés. Cet état d'esprit contribue à la croissance d’une entreprise», explique Emmanuel de Robillard.

 

Savoir se montrer flexible

Entendu en entretien par Marie d’Haegeleer, DRH CEMA d’International SOS : « Ma capacité d’adaptation et ma flexibilité face au changement comptent parmi mes compétences principales ».

« Dans certaines entreprises où les changements de stratégie et d’organisation sont permanents, la flexibilité ou l'adaptabilité face à des situations changeantes est une qualité cruciale. La capacité d’un candidat à appréhender un changement comme une opportunité atteste d’une agilité intellectuelle, qui devient dans ces cas-là une compétence essentielle », note Marie d’Haegeleer.

 

Les questions à poser sur l’entreprise

Entendu en entretien par la DRH de Spartoo : « Quels sont vos prochains projets de développement ? Comment peut-on décrire la culture de votre entreprise ? A quoi ressemble une journée type dans le service ? ».

« Ce sont des questions qui montrent que le candidat se projette dans l'entreprise, à son poste futur, et qu’il est capable d’appréhender une situation à terme », commente la DRH de Spartoo.

 

Apporter sa pierre à l’édifice

Entendu en entretien par Cécile Milard, DRH chez CertiNergy, expert en efficacité énergétique. « Je souhaite participer à la construction et au développement d’une entreprise, grandir avec elle »

« Nous sommes attentifs aux candidats qui revendiquent un côté aventurier, presque entrepreneurial. Créée en 2008, notre société est jeune et dynamique. Nous recherchons donc des gens qui soient force de proposition, qui aient envie de venir apporter leur pierre à l’édifice, quelle que soit la position occupée dans la société », explique Cécile Milard.

 

La bonne ambiance

Entendu en entretien par la DRH de Mondelēz International : « Bien sûr, je pourrais choisir de continuer mon parcours au sein de mon entreprise mais je souhaite sortir de ma zone de confort et me challenger. En plus, rejoindre un groupe avec de telles marques serait une vraie fierté. Votre groupe me semble plus fou, plus fun ».

« Ce candidat m’a convaincue car son état d’esprit correspond à ce que nous ciblons chez nos jeunes diplômés : le goût des challenges, la recherche d’une fierté d’appartenance et un environnement de travail joyeux et innovant. Bâtir un environnement de travail exceptionnel est l’un des objectifs de notre stratégie d’entreprise », explique-t-on à la DRH de Mondelēz International.

* Groupe français de services liés à l’énergie et à l’environnement durable.

126

commentaires

Participez à la discussion

Réagir à cet article

Oriane

22/08/2018

à 07:37

Bonjour,

Je me présente, je m'appelle Oriane, j'ai 19 ans bientôt 20, et j'ai suivi un bac littéraire obtenu et une formation de DU d'Assistant de bibliothèques à Rennes 2. Je n'ai pas achevé la formation et recherche du travail depuis déjà cinq mois. Je suis dyspraxique ce qui me bloque pour les études universitaires, c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai décroché. Ayant régulièrement des rendez-vous à Pole Emploi, je me demande comment je peux réussir à montrer ma motivation et mon sérieux pour un poste avec seulement un bac littéraire.

Je vis de plus en plus mal l'inactivité liée à l'absence de travail et aimerait obtenir un poste honnêtement, car je suis une personne intègre.

Je vous remercie pour l'attention portée à mon message

Oriane

> Répondre

En réponse à Oriane

Amébé

17/09/2018

à 17:04

Bonjour Oriane,

Avant toute chose, je te conseillerais de croire en toi. Dans ta description on ressent clairement ton honnêteté et ta politesse. Ton sérieux ressortira donc naturellement de ton attitude : si ton CV et ta LM sont propres et concis, que tu confirmes à ton employeur ta présence avant de venir, que tu le remercies après l'entretien, que tu es polie, etc, tout ça montrera ton sérieux.

Ayant peu de compétences techniques car tu es encore toute jeune, je te conseille de lister toutes tes qualités, et tout ce que tu sais / aimes faire, et toutes tes réussites. Les lire et les relire jusqu'à ce que tu t'en imprègnes t'aidera à croire en toi, car tu le vaux. Tu pourras aussi mettre en avant tes principales qualités sur ton CV.

Finalement, je te conseille de chercher un travail dans lequel la dyspraxie soit le moins gênante possible, pour avoir confiance en toi, encore une fois, et te sentir bien. Et de ne pas aborder le sujet dans ta LM, car les employeurs ne savent pas forcément de quoi il s'agit et chaque cas est différent, donc c'est un sujet à aborder seulement en entretien et pas avant, sauf si tu as le statut "travailleur handicapé", dans quel cas il peut être utile de le préciser dans la LM.


J'espère que ces conseils t'aideront au mieux,


Bien à toi,
A.

> Répondre

kyliana

19/02/2018

à 08:46

Bonjour ,

la semaine prochaine j'ai un entretien d'embauche auprès d'une entreprise de poids lourd recrutement préalable .
je sais qu'il va me demandé , pourquoi je postule auprès de son entreprise !
pour moi c'est simplement que dans 1 premier temps le poids-lourd est une passion et ce que je souhaiterai réellement faire et aussi que je n'ai pas vraiment les finances pour y mettre 9000€ dans le permis mais sachant que l'entreprise forme et embauche je voudrais savoir comment bien tourner ma phrase, merci

> Répondre

GrosGeorges

29/01/2018

à 11:51

Les recruteurs sont-ils vraiment cons au point de ne pas comprendre que le candidat le plus approprié pour un poste est celui qui a les compétences techniques requises par le poste plutôt que l'hypocrite sans scrupules techniquement incompétent mais doué pour faire du théâtre et pour séduire ?

Ce qui est malheureux, c'est que la plupart des recruteurs sont totalement incapables d'évaluer correctement les compétences techniques d'un candidat. Je suis ingénieur et j'ai souvent participé à des recrutements, en 2e ou en 3e entretien avec un candidat présélectionné par les RH, dans l'objectif d'évaluer ses compétences techniques.

Je commence par lui poser une ou deux questions générales sur le domaine technique considéré et je vois tout de suite ce qu'il en connaît. Ensuite je teste sa capacité à s'adapter et sa débrouillardise en lui parlant d'un problème technique particulier et en lui demandant comment il s'y prendrait pour le résoudre.

Très peu de candidats passent mon filtre, pourtant je ne cherche pas à les piéger mais simplement à savoir si effectivement je pourrai leur confier des responsabilités au sein de mon équipe et me reposer sur eux sans devoir vérifier au quotidien si le travail est bien fait.

D'après mon expérience il est clair que les RH ne présélectionnent pas les candidats les plus aptes pour le poste, mais les plus aptes à faire croire qu'il sont les plus aptes au poste à quelqu'un qui ne comprend pas grand chose à la vraie nature du poste.

Et je me demande combien de candidats tout à fait valables et avec qui j'aurais aimé travailler car j'aurais pu m'appuyer en toute confiance sur leurs capacités techniques ont été rejetés en 1er entretien par la RH simplement parce que ce ne sont pas de beaux parleurs hypocrites qui savent comment dire aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre (ce sont d'ailleurs ceux-là qui foutent la m... dans une équipe car non seulement ils font des c.nneries mais en plus ils s'arrangent pour les dissimuler, et les autres doivent repasser derrière eux...)

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

Pouye

30/09/2018

à 18:05

Tout à fait d’accord avec vous. Je travaille dans le domaine de la science des matériaux, depuis l’obtention de mon doctorat j’enchaîne que des cdd maintenant je postule aux cdi j’ai passé 3 entretiens en 4 mois mais à chaque fois j’ai pas été retenu pour le poste. Je viens demander conseils auprès de vous. Quoi faut il changer pour être percutant en entretien? J’ai besoin de vos conseils sachant que j’ai un prochain entretien prévu fin octobre. Merci pour vos conseils

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

xath

12/09/2018

à 01:53

Bonjour ros georeges Et pourtant....
Et situ refléchis et teste ce principe cité par Arnold Schwartzenegger. Cet ancien emmigré autrichien qui a accèdé au poste de Gouverneur De Californie après avoir été un athlete du culturisme , un millionaire de l'immobilier et un acteur parmis les plus recherché d'Holywood (des cachets à plus de 10 millions de Dollars)..Alors qu'il aurait mainte fois se reposer sur ces lauriers et qui pourtant à chaque fois n' a laissé a personne le soin de mettre en valeur les facultés qu'il a choisi de developper avec une determination non denuée d'humour.
"Quelque soit votre occupation dans la vie, il faut savoir se vendre....Ce n'était pas assez pour moi d'atteindre mon objectif de devenir Monsieur Olympia. Il fallait que je fasse connaître à tout le monde l'existance du concours de l'homme le plus musclé du monde. Il fallait que je communique ce qu'apporte l'ntrainement,au-delà d'un corps musclé que l'exercice est bon pour la santé et qu'il vend la vie meilleure. C'était une affaire de vente.

On peur être un grand poète, un grand écrivain, un génie des laboratoires. On peut ^tre le meilleur dans son boulot mais si personne ne le sait, à quoi cela sert?... L'essentiel pour que nos talents, nos dons et les compétences que nous avons choisi de développer soient vraiment utile, ce qui est crucial, c'est de le faire savoir....

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

katou.kanga

27/06/2018

à 12:32

Bravo! Enfin quelqu'un d'autre qui a vu ce tendance à tête bien pleine mais pas bien faite (i.e. je mémorise et recrache par la suite en léchant botte jusqu'au cou). C'est hallucinant! Si seulement il y avait plus de vous dans les RH!

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

Vincent

15/06/2018

à 23:35

Je suis en ce moment même dans ce cas là...
En recherche active depuis 5 mois.
3 semaines /1 mois à enchaîner des entretiens par téléphone, par Skype ( il m’est arrivé de faire une journée terrain, d’avoir réalisé un power point) pour une seul et même entreprise. Entretien final!!
Tous va bien, vous n’avez rien à vous reprocher mais nous prenons l’autre.

3 entreprises différentes, 3 semaines d’entretien chacune.
Je maitrise mon sujet, j’ai toujours réaliser mon travail plus que correctement et sans doute comme un con

Sans compter les boites Rh qui on pêché mon cv en ligne et que je n’ai jamais sollicité.

C’est désolant ...

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

doudou

05/06/2018

à 18:14

Très bonne remarque, merci! C'est un sérieux et grave problème en France, les RH n'ont pas les compétences (pas méchant, pas du métier-compréhensible aussi), d'évaluer les valeurs réelle des candidats, plutôt aiment les personnes qui savent faire du théâtre... Et les personnes compétentes ne savent pas 'se vendre' à un bon prix! C'est normal, personne parfait!

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

doudou

05/06/2018

à 18:14

Très bonne remarque, merci! C'est un sérieux et grave problème en France, les RH n'ont pas les compétences (pas méchant, pas du métier-compréhensible aussi), d'évaluer les valeurs réelle des candidats, plutôt aiment les personnes qui savent faire du théâtre... Et les personnes compétentes ne savent pas 'se vendre' à un bon prix! C'est normal, personne parfait!

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

LB

04/05/2018

à 09:18

Je suis entièrement d'accord avec vous GrosGeorges !!

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

Chacha

10/04/2018

à 01:55

C est tellement vrai!!!

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

JL Michelet

04/04/2018

à 15:22

Bonjour GrosGeorges
Ce que vous écrivez avec beaucoup de justesse correspond à ce que j'ai déjà entendu maintes et maintes fois, c'est frappé du bon sens.
Restons optimistes, quand même.
Jean-Louis Michelet
Primastone Consultant

> Répondre

En réponse à GrosGeorges

Petit Georges

28/03/2018

à 12:34

Oh la la, que tout cela est bien vrai ....

> Répondre

pauldecha

01/12/2017

à 11:28

La sincérité d'accord, l'honnêteté intellectuelle d'accord, un CV fidèle (m^me si adapté au poste) d'accord, mais il ne faut pas se leurrer, l'entretien d'embauche s'apparente à un jeu de dupes, alors pourquoi ne pas adopter une attitude et des propos "vendeurs". Ce qui compte c'est de décrocher le poste proposé, donc il faut y mettre le paquet. Cependant il ne faut pas non plus se faire d'illusion, sur le terrain la réalité nous rattrapera vite si on ne fait pas le poids.

> Répondre

En réponse à pauldecha

Richard DI BENEDETTO

02/12/2017

à 10:20

Exactement ! Bravo.

> Répondre

pipo

01/12/2017

à 11:18

Franchement ça sonne creux....

> Répondre

claudia PENNONT

01/12/2017

à 10:10

Que recherche réellement un employeur ? Quelqu'un qui puisse occuper un poste qui ne trouve pas preneur depuis des mois ou un candidat idéal qui pourra être former dans son entreprise malgré les difficultés. L'objectif c'est d'occuper le poste vacant et tous les candidats potentiels peuvent faire le nécessaire si les critères n'étaient pas fondés sur des caractéristiques difficile à mettre en place. Si j'étais employeur, je rechercherai le ou la candidate qui se montrerai capable de défier et d'innover tout en restant autonome. Le but est de savoir occuper son temps libre en ayant un minimum de connaissance et un poste vacant depuis des mois pourra être intéressant pour celui qui se donne les moyens de sa recherche.

> Répondre

tbo156X4HC

30/11/2017

à 15:05

Encore une fois, nos chers recruteurs cherchent t'ils vraiment un profil utile à l'entreprise, ou un concept plaisant? Faut t'il aujourd'hui séduire ou afficher de réelles compétences, validées par les précédents employeurs? En schématisant, faut t'il obligatoirement avoir une barbe de quatre jours, un compte "You Tube" et des lunettes façon "Sécurité sociale" pour plaire? En en en discutant encore il y a peu avec mon "Conseiller Pôle Emploi", il apparait que le "Virtuel" prenne le pas sur les réalités économique: Il va nous falloir tricher sur le contenu du C.V. pour séduire les R.H.

> Répondre

Victime

30/11/2017

à 12:28

Chers RH, mais selon vous, vous pensez qu'un candidat va vous sortir ce type de discours : "Je n'ai pas plus envie que ça de venir chez vous ou ailleurs, mais j'ai besoin de payer mes charges..."

Bien sûr que tous vont sortir des phrases types et les qualités que vous attendez...
Du coup, les "sincères" se retrouvent noyés par les "bidons" et au final, ces entretiens ne servent finalement pas à grand chose, si ce n'est à s'essayer au théâtre. Une pièce jouée maintes et maintes fois, sans aucune saveur... L'humain est bien loin...

> Répondre

En réponse à Victime

klau

25/09/2018

à 23:07

LOL ! Etre trop naturel , etre soi n'est pas bon pour l'entreprise.j'ai l'impression.

> Répondre

En réponse à Victime

un passant qui passe

01/12/2017

à 12:37

Pour faire suite au pseudo Victime 30/11/2017

Je confirme Le " j'ai besoin de payer mes charges..." Pour ne pas prendre le recruteur pour un con, quand il s'agit de ranger et approvisionner les rayons d'un super marcher ...En fait il faut le prendre pour un con puisque la vérité ne l"intéresse pas, bien que plus 70 % des employés n'aiment pas vraiment ce qu'ils font.

> Répondre

En réponse à Victime

r28mt

30/11/2017

à 17:28

Je suis d'accord avec vous , c'est que de la façade lors des entretiens blablablabla.il faut faire des entretiens où il y a des questions techniques si le poste le nécessite évidemment et alors vous serez surpris .Ce ne sont pas ceux qui parlent le plus qui sont retenus (et un rh ou un chargé de recrutement non spécialisé est incapable de faire passer ce genre d'entretien!)
Effectivement il faut mentir en entretien avec un aplomb à faire pâlir et tricher sur son CV! Les gens honnêtes n'y arrivent jamais!on embauche des nuls avec ces méthodes !

> Répondre

En réponse à Victime

Avis

30/11/2017

à 15:52

C'est bien juste. Il faut mentir car il faut dire ce que les recruteurs ont besoin d'entendre. C'est comme donner 3 défauts. On doit dire des défauts qui sont au final une force. Bref, c'est très hypocrite tout ça.
On peut pas demander à tout le monde d'avoir de réelles motivations à part le besoin de revenus tous les mois quand ces personnes ont absolument besoin de trouver du travail et que c'est déjà compliqué d'en trouver...Au bout d'un moment, on tente nos chances partout, que ça nous intéresse ou pas.

> Répondre

En réponse à Victime

baya94

30/11/2017

à 15:43

tout à fait d'accord!!!

> Répondre

En réponse à Victime

Flb

30/11/2017

à 15:42

Très juste

> Répondre

En réponse à Victime

Max

30/11/2017

à 15:09

Tout à fait d'accord ! Qui plus est, je n'ai jamais ressenti le besoin de préparer/fabriquer mon "discours". J'y suis toujours allé avec ce que je suis, et l'interlocuteur a sut à qui il avait à faire de suite. Sa décision table ensuite sur ce point : " intégrable où pas au profil de l'équipe/entreprise, poste.."
Et comme chaque fois ce sont des postes qui me tenaient à cœur, j'ai trouvé les mots pour convaincre dans l'instant. Ça a toujours fonctionné jusqu'à présent.
Mais maintenant, il faut une sorte de bling bling pendant ces entretiens qui sont, je trouve, traités de manière superficielle. Ce qui fait que l'on se retrouve avec des sacrés soucis une fois l'embauche définitive puisque l'on a pas vu venir... (du moins on ne s'en est pas donné les moyens)... Bref, pour moi rien ne vaut le naturel allié au concis et à la détermination pour un job que l'on désire vraiment pratiquer.

> Répondre

En réponse à Victime

haaron

30/11/2017

à 14:31

entièrement d'accord

> Répondre

john doe

30/11/2017

à 10:54

Plus votre identité est une façade plus vous serez apte au corporatisme, comment se faire embaucher ? Mentez à vous même, social engineering bonjour.

> Répondre

Ijeoma

30/11/2017

à 10:49

Je suis particulierement interessée par la partie de l'article qui enumère 'Les questions a poser sur l'entreprise'. La plus part de temps les candidats se trouve dans l'embaras quant à poser des questions sur l'entreprise prospecitive.

Merci de votre assistance

> Répondre

En réponse à Ijeoma

Essakayengo

30/11/2017

à 12:28

Ce bon pour savoir le niveau est la compétence de gens et leur savoir faire

> Répondre

cb

14/11/2017

à 20:39

« Bien sûr, je pourrais choisir de continuer mon parcours au sein de mon entreprise mais je souhaite sortir de ma zone de confort et me challenger.
C'est du marketing! Avant dans les années 70,on proposait d'échanger votre flacon de Persil (Ariel) contre deux flacons de lessive inconnue, et vous refusiez! maintenant on vous propose la même chose et vous acceptez! Parait-il parce que vous étiez fidèle vis à vis de votre conjoint-e- et que maintenant "changer de pâture réjouit les veaux!"
Qui vous dit que ce candidat restera plus d'un an chez vous? L'herbe sera toujours plus verte ailleurs!

> Répondre

En réponse à cb

Pierre

30/11/2017

à 12:43

Je suis extrêmement d'accord avec cet avis.Que ce soit dans la vie professionnelle ou dans la vie de couple, on est dans une société du zapping et du kleenex.On est jamais satisfait de ce que l'on a. Le moindre grain de sable dans les rouages et on jette tout. Il n'y a plus cette notion d'effort, qui au final amène la satisfaction d'avoir réussi face à la tempête. Aujourd'hui beaucoup de personnes pensent que c'est toujours mieux ailleurs. Pour reprendre l'expression: ¨Changement d'herbage réjouit les veaux¨.Oui! mais quand le pré a été brouté, il faudra de nouveau changer de pâture.etc.. Au final on s'aperçoit que cette manière de fonctionner ne marche pas, car si nous sommes de gros consommateurs de tranquillisants, cela prouve bien les dérives de notre système de pensée.

> Répondre

En réponse à cb

Barriol Bruno

30/11/2017

à 11:08

Nous sommes d'accord ! c'est du Marketing à croire que de "sujet" nous devenons "produit" ! si cela peut réjouir certains - moi pas. Je peux maintenant comparer les bienfaits de la formation en Sophrologie Caycédienne (1er Cycle sur 3) pour ne plus "dire" mais "faire" et souvent "arrêter de penser" pour "agir" et "prendre des risques calculés" - Il est temps de revenir à l'homme, à ses valeurs et à ses capacités de développement, dans sa vie.

> Répondre

En réponse à cb

Camus

30/11/2017

à 11:04

Je suis entièrement d'accord avec votre remarque. C'est du marketing. On apprend aux autres à reagir en fonction de.......alors qu'ils ne l'auraient pas fait naturellement.

> Répondre

YAM59

14/11/2017

à 18:35

56 ans, commercial grands compte en Idf... quels discours convenus ! Pour un peu, j'imagine les dents qui rayent le parquet !!! Le Dir Co de 57 ans a raison : redescendez sur terre, vendez-vous avec vos tripes, faites rêver et donnez envie, que diable ! Les discours pré établis sont à bannir, soyez authentiques et vous convaincrez en étant convaincu vous même. Des chiffres, das faits, des exemples valent mieux qu'un discours de "1er de la classe" !

> Répondre

En réponse à YAM59

Php

30/11/2017

à 18:22

Bonjour Yam
56ans moi aussi, je pense que nous avons appris autrement. Grosso modo nous avons appris de nos cadres responsables qui ont fait de nous des cadres responsables. Nous sommes aujourd'hui dans le "PIPE" (Pas d'Inititiative, Pas d'Emmerde), le candidat doit être aseptisé et se fondre dans le moule, ce qui explique d'ailleurs la médiocrité des encadrants actuels. La com' et la novlangue sont le dogme...

> Répondre

En réponse à YAM59

Assia

30/11/2017

à 11:22

Bonjour yam57
Quelle belle réponse à cet article !!!
Rien qu avec ca vous me donnez envie de convaincre avec force et conviction !
Bravo

> Répondre

En réponse à YAM59

Barriol Bruno

30/11/2017

à 11:17

58 ans, également mais ex-directeur export après un burn-out : trop perfectionniste, trop impliqué - Je renais grâce à la Sophrologie Caycédienne et retrouve mes tripes, mes idées, mon enthousiasme et mes envies... pleines de sens ; changé et pragmatique pour trouver du sens et mes valeurs dans ce que j'entreprends seul ou avec d'autres ; je sais maintenant que l'on ne peut pas faire rêver si l'on ne rêve pas soi-même, que l'on ne peut pas fédérer si l'on ne s'est pas "rassemblé" et enfin que si l'on veut manger et savourer longtemps, il vaut mieux éviter de rayer le plancher ou des territoires étrangers avec ses dents.

> Répondre

En réponse à YAM59

Aline Dudez

30/11/2017

à 11:17

Je suis tout à fait d'accord.
Les recruteurs ont un comportement contradictoire. Ils veulent des gens qui osent, qui sortent des sentiers battus, mais ne sélectionnent que les cv "qui vont bien" et que les personnes qui donnent juste les réponse qu'ils attendent. C'est dommage car cela ne laisse que très peu de place aux candidats qui ne se révèlent qu'en situation.

> Répondre

En réponse à Aline Dudez

Papalou

30/11/2017

à 13:04

yes injonction contradictoire des directions et des belles intentions de la arque employeurs.
Moi je pose essentiellement des questions sur le projet, les valeurs, la culture, la mission de l'entreprise.
Déjà cela permet de faire le tour du sérieux du recruteur et de l'entreprise.
Puis des questions sur le produit/service/conseil vendu et enfin sur l'intégration comment et combien de temps et y a t il un mentor ou parrain.
cela fait beaucoup déjà!

> Répondre

En réponse à YAM59

DINGO

15/11/2017

à 14:35

Directeur de projet, 56 ansEn fait le problème c'est les RH

> Répondre

En réponse à DINGO

Thisch

30/11/2017

à 11:26

Yes!!!
Non, mais sérieusement, qui peut encore croire ces inepties : "je suis allé en Australie par mes propres moyens [...]". d'abord, ca ne veut rien dire: il est parti a la nage? Ensuite, c'est sans doute avec les sous de papa-maman, et enfin "pour améliorer mon Anglais". ok, le garçon a pris une année sabatique a glander en Australie, et a réussi a spinner ça en positif.
Le règne de la comm'. Bravo.
Mais, au bout du compte, c'est, à qualité acceptable, le plus malléable et le moins cher qui aura le job. Surtout pour des jobs de juniors, ou les spécificités des candidats sont peu discriminantes.
Les RH ne sont que les misérables colporteurs d'une idéologie bisounoursienne de l'entreprise et du monde du travail, pour mieux assurer la captation de la valeur ajoutée au capital plutôt qu'au travail.

> Répondre

En réponse à YAM59

PDO, Baptiste, Bapt06

15/11/2017

à 07:35

38ans, commercial en négoce agricole. YAM59 a tellement raison, convaincre c'est rester les pieds sur terre et lorsqu'on postule pour un poste opérationnel, il faut être dans l'action: faits, Chiffres, preuves, expériences tout est bon du moment que c'est vous qui l'avait fait.

"je souhaite sortir de ma zone de confort et me challenger" est une vaste blague... il n'y a pas plus convenu que cette phrase. Trop peu de candidats sauront sortir de leur zone de confort une fois celle-ci atteinte. Je crois à la furieuse envie de bosser et de s'en sortir. Je crois que c'est cela qu'il faut mettre en avant, quelque soit la manière de le faire.

Ayez FURIEUSEMENT envie de réussir !!

> Répondre

En réponse à PDO, Baptiste, Bapt06

Michel

30/11/2017

à 11:29

la sur motivation et l'envie de réussir peut aussi faire peur.
Restons ce que nous sommes et les recettes miracles ou phrases magiques n'existent pas.

> Répondre

Coolwriter

14/11/2017

à 15:54

A 57 ans, directeur commercial... je dois convenir que l'arrivée des Ressources Humaines dans les grandes entreprises a mis en place en France des équipes inadaptées aux projets sur la table.
Le profil de ces DRH, prétendument experts en recrutement, a tant varié en fonction des vogues du moment, un temps psychologues puis plus tard titulaires d'un Master en Ressources Humaines, demain diplômé de Sciences Po ?... ils ont pour point commun de ne jamais avoir travaillé en entreprise en mode production ou opérationnel. Ils n'ont donc bien souvent qu'un savoir théorique des qualités attendues pour chaque fonction. Par le passé, l'embauche s'effectuait sous le regard d'un duo ou d'un trio comportant un pair qui connaissait intimement les qualités requises du poste à pourvoir. Il savait décoder et distinguer le brio du pipeau, l'honnête collaborateur du mythomane en représentation, la sincérité du discours de la flagornerie de mauvais aloi. Aujourd'hui, les équipes sont clonées, sans punch, plus souvent pétries de bonnes intention mais bridées dans leurs initiatives... mais tous les collaborateurs ont plu au même DRH, au risque de créer une armée de brebis Dolly.
Revenons au recrutement encadré par un N+1 dans chaque fonction et les équipes gagnerons à nouveau en efficience car regagnées à la diversité à l'intérieur même de l'entreprise.

> Répondre

En réponse à Coolwriter

Toto Dushmol

30/11/2017

à 11:27

Bravo Collwriter, vos remarques sont tout à fait en phase avec mon expérience acquise depuis 35 ans auprés de sociétés tant industrielles, que financières ou de service ... avec quelques nuances. Si l'intervention de professionnels du recrutement est définitivement utile, le premier filtre, le premier contact avec le candidat, doit rester un homme de métier et d'expérience. La plus grande erreur est de penser qu'une première photo floue, prise en instantané et parfois trafiquée de la psychologie, de l'adaptabilité ou de la sociabilité du candidat puisse être représentative de son aptitude à satisfaire les besoins opérationnels de l'entreprise. Un principe fondateur du management d'entreprise a toujours été et restera "opérations first". Ceci est fondamental pour garantir l'efficacité constante et l'adaptabilité de l'entreprise aux évolutions du marché

> Répondre

En réponse à Coolwriter

Jean

30/11/2017

à 11:09

Je ne suis pas RH mais j'en connais et je pense que vous n'aurez jamais le tps lorsque vous recruterez de parcourir les 200CV que vous recevrez pour en sélectionner une dizaine à qui vous ferai passer des entretiens parceque je suis sûr que vous n'avez déjà pas le tps ne serait-ce que de rédiger la fiche du poste à pourvoir.
De plus en entreprise, les candidats rencontrent toujours les opérationnels (sinon c'est p-e ça qu'il faut faire évoluer dans votre entreprise)

> Répondre

En réponse à Jean

aj

12/03/2018

à 10:10

Je vous lis tous et votre regard sur les RH et sur l'embauche de profils types est une évidence. Mais pour des raisons différentes.
Qu'on le veuille ou non les évolutions internes sont souvent fort compliquées, limites de compétences, compétences techniques mais incompétences humaines, etc... Ce qui amène des DRH et autres chefs d'équipes à se faire avoir par de beaux discours et à faire péter les plombs des salariés en poste.
Quant aux profils types, bah regarder ce site, suivre ses conseils et voilà comment on créé un profil type. De plus les gens ne sont pas plus bête que les autres, ils ont compris que pour manger et payer ses factures il fallait un emploi, que pour avoir un emploi il fallait se vendre (voir se prostituer) par de beaux discours même si tout cela sonne faux et bien ils le font c'est tout et qui pourrait leur jeter la pierre...
Nous sommes dans un fonctionnement hypocrite tout le monde en à conscience mais tout le monde s'adapte par ce que pas le choix il faut bouffer

> Répondre

En réponse à Coolwriter

Michel

30/11/2017

à 11:07

Bonjour,

Michel, 52 ans ex Gestionnaire de Clientèle aujourd'hui à la recherche d'emploi après 30ans de suivi de Portefeuille Client Groupe Caisse d' Epargne.
La situation que vous décrivez existe mais il ne faudrait pas la généralisée. Tout est un problème de compétences.IL est vrai par ailleurs que la multiplicité de tests , de conférences , d'entretiens successifs ne rend pas service à la vraie potentialité du candidat.

La simplicité est un art bien compliqué. LE point de vue managériale N+1 me semble suffisant car basé sur les fondements même du poste à pourvoir. Le monde du paraitre au travers des vidéos, des sophistication des cv l'emporte aujourd'hui tout comme la graphologie pouvait être utilisée dans las années 80.

Ce qui est sûr c'est qu' il existe une profonde inadaptation entre l'offre et la demande. Recruter n'est pas chose aisée mais la recherche d'un emploi constitue elle aussi un job à plein temps.

> Répondre

En réponse à Coolwriter

Bibi

14/11/2017

à 20:18

Continuez à faire du commerce ! En RH, vous n’y connaissez rien !

> Répondre

En réponse à Coolwriter

Pascal M

14/11/2017

à 18:21

Complétement d'accord avec vous!

> Répondre

En réponse à Coolwriter

breizh

14/11/2017

à 17:33

Tout à fait juste !

> Répondre

BdM

14/11/2017

à 14:31

Attention à bien rester dans un registre de preuve!Le recruteur n'attend pas des "déclarations d'amour" mais des preuves d'amour!L'exemple d'1 an en Australie est une preuve, un fait.
En revanche d'un manager qui "fédère son équipe"...on attend des preuves!(quoi? comment s'y prend il?....)

> Répondre

En réponse à BdM

papalou

30/11/2017

à 12:57

je suis totalement d'accord! des faits du tangible!

> Répondre

Forza

14/11/2017

à 13:39

Attention l'article date de 2013, et toutes ces réponses convenues et qui n'apportent aucune preuve sont à mon avis plutôt à banir ;-)

> Répondre

En réponse à Forza

Phil Good

14/11/2017

à 14:41

Ca n'est pas le fond qui est important, mais la forme.
Ces phrases de candidats font suite à de longues liste de phrases qui pourraient être regroupées.
L'impact de ces phrases est d'autant plus fort qu'elles sont "dites naturellement" et énoncées avec de véritables et honnêtes intentions !

> Répondre

Franck bendiche

11/04/2017

à 07:30

A nous de prouver a l'entrepriseque par notre engagement personnel que nous sommes réellement en mesure de susciter l'envie de notre employeur, ne pas hésiter a se mettre déjà en position de recruté, je saurai faire face aux difficultées liées au poste, au fil des entretiens votre écoute a mon égard démontre de la part de votre entreprise une réelle volonté de partage de compétences, vous m'impulsez encore plus cette envie via votre discours totalement en adéquation avec mes valeurs de transmission, votre logique d'entreprise correspond compte,élément a mes attentes, je me retrouve complètement dans cette environnement qui me semble déjà bien familier......

> Répondre

En réponse à Franck bendiche

Phil Good

14/11/2017

à 14:05

Bonjour,
Ce candidat risque de s'ennuyer et de se décourager lors de sa période d'essai.
Il annonce des attitudes, en période d'intégration, qui ne se basent pas sur des faits précis et fiables.
Il donne l'impression désagréable que c'est l'entreprise qui apporte et qui fait tout le travail et surtout qu'elle a de la chance de lui procurer ce qu'il attend pour réaliser ses missions.
Comment peut il annoncer qu'il se retrouve complètement dans cet environnement qui lui semble déjà bien familier......
Alors que la réussite d'une intégration, consiste à se considerer comme un veritable débutant qui va montrer ses capacités de communicant en cherchant à comprendre son nouvel environnement et le rôle de tous les acteurs, leurs objectifs, leurs contraintes, etc ..
Qui va chercher et donner de l'information pour connaitre et se faire connaitre, toujours auprès de tous les acteurs, pour determiner rapidement et de manière fiable, quelles sont les priorités de sa société, de son service et de son poste.
On ne trouve pas dans son discours, ces compétences essentielles pour décrocher le poste.

> Répondre

Nono

14/02/2017

à 10:09

Bonjour,
J'ai un entretien pour un poste ''A'' qui me fait pas rêver mais le salaire est carrément mieux que ce que j'ai à ce jour. Hier en allant sur leur site j'ai vu une nouvelle annonce ''B'' qui fait battre mon cœur. Puis je en parler lors de mon entretien pour le poste ''A''? merci pour votre aide

> Répondre

En réponse à Nono

Phil Good

14/11/2017

à 14:29

Aller à un entretien pour un poste qui ne fait pas rêver mais pour le salaire veut dire ECHEC !
Conseil : aller à l'entretien et découvrir plus en détail les données importantes du poste, la valeur de la mission et les priorités de l'entreprise.
C'est en candidat réfléchi que vous exposerez vos arguments en indiquant votre projet.
Vous pourrez, alors, le mettre en adéquation avec le poste "B" que vous avez repéré en vous interressant à l'entreprise, et qui vous parait plus adapté à votre ambition et vos capacités.
Puis vous enchainez sur votre présentation pour ce poste "B".

> Répondre

En réponse à Nono

Fred38

14/11/2017

à 13:59

Hello Nono,
Ca me parait bête de louper cette occasion. Mais il faut l’amener de maniere habile! Tu commences l’entretien normalement, et puis tu orientes sur les valeurs du groupe, et donc l’interet marqué sur cet autre piste.... mais faut pas se laisser enterrer dans le job A, sinon... ce sera trop tard, et puis ils penseront que tu t’accroches...
A essayer devant le RH plutot que le n+1...

> Répondre

dina

01/02/2017

à 00:30

je pannique toujours pendant les interwiews je perd mes moyens

> Répondre

En réponse à dina

lola

11/02/2017

à 00:12

Même chose pour moi ''dina''

> Répondre

remy

10/10/2016

à 09:32

J'ai appris dernièrement lors d'un entretien que j'avais un fort leadership; je n'ai bien évidemment pas été embauché et, de surcroît, je suis black-listé pour cette société...
Trop, pas assez de caractère, aller savoir ce que recherche réellement une entreprise! Si, je sais, ce fameux moutons à 5 pattes que l'on tond gratis....

> Répondre

En réponse à remy

ght

16/10/2016

à 14:01

il n y a qu'une manière d'y arriver, être malin..et ca marche depuis 10 ans ;), un entretien c'est du commerce tout simplement. A vous detre des requins..

> Répondre

En réponse à remy

fabienne

11/10/2016

à 14:12

bonjour Rémy,

A travers chaque entretien vous allez apprendre des choses,
il faut persévérer
Dites ce que vous apportez à l'entreprise et non l'inverse

bon courage
Fabienne

> Répondre

En réponse à fabienne

Vergne Patrick Patrick

14/11/2017

à 13:52

Oui, il faut rester naturel car de toute façon nous ne savons ce qu'attend l'entreprise et nous n'avons aucun historique sur le poste.

> Répondre

dotingly

21/07/2016

à 14:24

"Votre groupe me semble plus fou, plus fun" pour une multinationale Américaine qui fait des chocolats .... quelle mascarade ces RH !

> Répondre

En réponse à dotingly

sam

16/09/2016

à 11:39

Je partage le sentiment de @dotingly ... "plus fou" "plus fun" ?

> Répondre

Benoit

01/10/2015

à 11:32

Bienvenu dans le monde des services. On bosse beaucoup, on crée de la valeur. ... à la fin ce sont PDG et directeur qui raflent tout.

> Répondre

En réponse à Benoit

sylvie

25/07/2016

à 22:26

Travaillez avec passion vos 35 ou 40 heures et rentrez chez vous. Investissez ailleurs. (Dans vos familles. Amis. Passion). Mais ne vous trompez pas ce système est cruel. Gérez votre vie où il vous aspirera tout entier...

> Répondre

clemramb

30/12/2014

à 12:30

Chère Edith,

Votre témoignage est très éclairant pour moi.
J'ai reçu la même remarque à la fin d'un entretien: "le poste n'a pas assez d'envergure pour vous". Je me suis demandée comment la recruteuse pouvait me connaître si bien mes motivations après un échange de 15 minutes.
Peu de temps après la période de recrutement, je suis allée sur le site de l'entreprise et j'ai trouvé qui avait été embauché. En voyant le profil de la personne recrutée, j'ai compris exactement la même chose que ce que vous mettez en avant. Ils cherchaient quelqu'un de docile et sans ambition ni imagination, un exécuteur qui fait le job sans qu'on lui demande son avis.

Je pense que certaines personnes sont tout à fait indiquées pour rendre ce genre de service. Quant aux autres, comme nous, il faut être conscients du potentiel et du profil que nous renvoyons aux recruteurs et choisir des postes à la hauteur de notre "envergure". Alors osez, visez grand et assumez votre créativité et votre force de propositions.

Bien à vous,
Clémence.

> Répondre

En réponse à clemramb

Michel

30/11/2017

à 11:20

Le plus frustrant c'est que la véritable raison du refus ne nous est pas énoncée. Il s'agit souvent de phrases bateaux.

Soyons nous même, l'honnêteté et la sincérité finissent toujours par l'emporter.

Exercer une profession ce n'est pas jouer l'acteur lors de la phase de recrutement mais c'est faire preuve de compétences reconnues et validées sur le long terme et les professionnels du secteur.

> Répondre

En réponse à clemramb

gg

06/03/2016

à 18:40

C'est tout a fait ça!!!!A bon entendeur...SALUT!

> Répondre

claradu54

15/12/2014

à 17:39

Je suis tout à fait d'accord !

> Répondre

DRHsolidarité

09/07/2014

à 20:09

Je suis tout à fait en accord avec cette analyse et celle d'Aroka.
Il s'agit pour le candidat de trouver avant tout le job qui lui correspond et dans lequel il pourra performer et s'épanouir,
Pour l'entreprise, trouver la bonne ressource qui saura s'intégrer dans son corps social. C'est le travail du recruteurqu'il soit interne ou externe à l'entreprise, que de faire matcher les attentes de ces deux clients: l'entreprise et le candidat ( futur membre de ce corps social?),
Et oui, cela va au delà de la lecture d'un CV. Mais au fait, qui a dit que le recrutement était une science exacte?

> Répondre

DRHsolidarité

09/07/2014

à 19:56

Bonjour,
l'oral et la présentation sont deux aspects importants pour le recruteur et l'entreprise, certes...
Mais l'orthographe et la grammaire aussi!!, surtout si vous visez des postes de cadres jeunes diplômés. Vous êtes censés pouvoir rédiger des notes ou des rapports en bon français, C'est l'image de l'entreprise qui est en jeu.
De plus, l'écrit est également un vecteur d'expression de votre potentiel, une rédaction agréable, dans un français correct, mettra en relief vos capacités de conceptualisation, d'analyse ou de synthèse.
Bref, soignez vos commentaires écrits!! on ne sait jamais qui les lit, peut être votre futur patron..
je vois que Laurent a déjà sévi dans ce domaine le 4 juillet dernier....
bonne chance à tous

> Répondre

laurent38

04/07/2014

à 10:44

Ce faire recruter ==> se faire recruter

> Répondre

koyajoss

02/07/2014

à 14:34

Tout ce que je retiens de façon précise et concise est de voir les choses du point de vue de l'employeur ou de l'autre.

> Répondre

koyajoss

02/07/2014

à 14:31

Très bon esprit de synthèse vous avez.

> Répondre

oumarsall

01/07/2014

à 01:12

après lecture et analyse de ces 8 phrases de candidats je peux affirmé que vous cherchez de la compétence ,avérée .
le sens de la responsabilité, l'esprit d'équipe,la formation continue, le recyclage une bonne écoute actif et attentive,et une grande observance, l'amour du métier ,la motivation de vouloir apporté sa touche personnel a l'entreprise.et tout cela dans un environnement,sans stresse
je crois que tout candidat est a la recherche de ces critères très importants

> Répondre

pasdemploimerci

30/06/2014

à 19:14

bonjours, les critères de sélections des DRH sont que des mots qui parlent de eux même, si on nous donnes une formation sur les mots à dire et ne pas dire en plus de notre vrais formation et que l'on ne maîtrise pas son futur métier mais avoir la maîtrise des mots qui parlent, alors on a une chance de ce faire recruter .
je me repète (pas pour le travail mais pour les mots qui sonne bien à leurs oreilles )

> Répondre

En réponse à pasdemploimerci

leglaude

14/11/2017

à 16:31

Attention à la conjugaison et l'infinitif!!!! sinon pas de recrutement.

> Répondre

trouduc

30/06/2014

à 16:43

Benh oui, je suis parti 1 an en Australie pour parfaire mon anglais, mais c'était pas par goût de l'aventure madame, c'est parce qu'après l'école d'ingénieur y a pas d'embauche, et qu'au lieu de rester en France à chercher en vain un JOB j'ai eu la bonne idée d'aller voir ailleurs.
On embauche que si 2 ans d'expérience mini en entreprise.
Cela dit pendant 1 ans en Australie à mes frais j'ai oublié un peu ce que j'ai appris ce qui décline ma crédibilité.
De toute façon même si ça séduit le RH, le côté aventureux, le JOB je l'ai quand même pas eu...va comprendre !
Les entreprises ne prennent pas de risque.

> Répondre

pasdeviviersvp

30/06/2014

à 15:40

Oui et oui ! Je suis d'accord et ça c'est l'expérience du terrain que n'ont pas les jeunes trieurs de Cv en stage préparant des licence pro RH embauchés à prix d'or par les entreprises, ils sont incapables bien sûr d'aller au delà du Cv pour détecter les menteurs et les hauts potentiels, ceux des battants, des vrais !
Et aussi ras le bol de l'utilisation du terme "vivier" qui est un mouroir de cvs inexploités !!!

> Répondre

Veronique Rondi

30/06/2014

à 15:40

ça peut t'intéresser...

> Répondre

aroka

30/06/2014

à 15:29

"Un job où l'on est compétent est celui où - avant toute chose, on se sent bien. Le naturel paie, et les bons RH le savent bien..."
Je le confirme par expérience et je dis à tous, quelque soit la situation, faite très attention à ce que vous rechercher: "un job" pour être payé à la fin du mois, ou un job pour lequel vous êtes payé, mais aussi vous vous y sentez bien. "S'y sentir bien", ah, c'est très complexe !

> Répondre

Patrick

30/06/2014

à 15:18

bravo et merci pour ces témoignages positifs et très constructifs, notamment parce qu ils émanent de DRH et font le tour des questions essentielles dans les entretiens quant a l'adéquation de la culture du candidat et celle de l'Entreprise
Patrick Menuet

> Répondre

RHBuster

30/06/2014

à 14:51

Bien venu chez les bisounours et chez Oui-Oui. Le monde de l'entreprise est pourtant différent.

Les RH veulent de la viande et ne comprennent souvent pas le postes pour lesquels ils font passer des entretiens. Alors ils se raccrochent à des questions bateaux sans lien avec le poste et se font plaisir avec des réponses qu'ils aimeraient entendre.

Aussi, l'empathie si souvent mise en avant n'existe qu'une fois les candidatures débriefées et LA candidature sélectionnée. Avant c'est une faiblesse rédhibitoire pour un futur manager. Après c'est un vocable marketing corporate sans réelle application (surtout pas). Nous ne sommes pas chez les bisounours.

Petit comptable social, ai-je lu dans les lignes ci-dessous, c'est sans doute bien vu.

> Répondre

fredsissou

30/06/2014

à 14:32

Le problème c'est que les RH recrutent des personnes compétentes pour raconter des bobards et qui savent se vendre et non pas quelqu'un de compétent dans le travail qui lui est demandé !

> Répondre

Tatam

13/06/2014

à 00:10

Nouveau message à vous Ilda pour vous raconter le challenge que j'ai relevé :

Pour le compte d'un client, j'ai été amené à débogguer un programme informatique. Sur ce contrat, plusieurs avenants avaient été émis par le client pour permettre à mon entreprise de corriger le bogue. Ils ont donc joué sur cet avenant et cumulant plusieurs personnes qui sont intervenues. Et à chaque fois, ces intervenants ne voyait pas le bogue et ne le corrigeait pas. Du coup, le client reportait l'avenant d'autant. Et mon entreprise touchait une somme pour son intervention.

Là, j'arrive et challenge : il faut trouver le bogue. J'ai été le dernier intervenant de ce contrat parce que j'ai corrigé le bogue en 1 journée de déplacement.

Et, du fait de ma prestation, le client a clos le contrat...Je ne sais pas si ma hiérarchie était sûr que je trouve le bogue ou pas. En tout cas, je n'ai reçu aucune félicitation. Evidemment, le client a clos le contrat. Du coup, si je ne l'avais pas résolu, ce bogue, le client aurait sans doute fait prolonger le contrat.

En tout état de cause, j'ai réussi un challenge, que les autres n'ont pas réussis. Mais, comme le client a clos le contrat grâce à moi, au final, mon entreprise s'est convaincue d'avoir fait une erreur en me choisissant comme intervenant.

Et après cette histoire, j'ai vraiment compris que mes collègues étaient nuls ou le faisait exprès pour faire gagner de l'argent à l'entreprise.

> Répondre

Tatam

12/06/2014

à 23:48

très bien dit Ilda :
"Une quadra en recherche de nouveaux challenges"

Quels sont vous nouveaux challenges ? Par exemple :
- les challenges perso : faire du sport, cuisiner, arrêter de fumer ou pire encore arrêter les rencontres sans lendemain
- les challenges pros : faire ce que vous ne savez pas faire, être en totale confiance avec votre hiérarchie dans l'entreprise qui elle, va sans doute vous trahir et à la fin, c'est vous qui recevez un bon coup de taloche parce que votre hiérarchie vous dira "il ne fallait pas faire cela, cela ne faisait pas partie de vos tâches"

Rappelons la définition subjective d'un challenge : quelque chose que vous réussissez quand tous les autres échouent ; eh, oui un truc du genre "montrez-nous ce que vous avez dans les tripes !". Ceux qui vous jugeront auront autant de critiques à vous faire par rapport à la façon dont vous avez fait preuve pour réussir ce challenge. Et le pire de tous les challenges c'est quand votre hiérarchie vous impose une quantité de résultats sans que vous ayez un appui, ni de la part de vos collègues, ni de la part de votre client.

Un challenge : c'est gagner un conflit d'intérêt en dominant ceux qui vous dominent. C'est renverser la tendance. Par exemple, un challenge comme celui de vous faire apprécier par des personnes qui vous détestent.

> Répondre

Marge35

05/06/2014

à 11:49

Bonjour,

Je trouve assez hallucinants tous ces commentaires contre les RH.
Avez vous déjà essayé de faire passer des entretiens?
Pour ma part, je ne suis qu' une "assistante" qui "filtre" les CV mais qui fait aussi passer des entretiens et TOUJOURS avec le N+1.
Pour information, j'ai été formé pour faire passer des entretiens, alors pas d'amalgame tous les recruteurs ne sont pas identiques. Et il faut aussi être honnête, il faut voir les candidats qui arrivent sans préparations: pas de questions, sans être allre voir le site de l'entreprise, sans s'informer sur les produits ou services ....
Certains ont eu de mauvaises expériences d'entretiens, moi aussi. Mais j'ai eu aussi de bon recruteur.

> Répondre

Papo25

03/06/2014

à 18:43

Encore une homélie à la gloire des DRH!!
Les DRH filtrent les critères administratifs, qu'ils ne recrutent plus SVP!!
Supprimez le "RH" de DRH, ils n'y connaissent rien en relations humaines, par contre pour les lois et leurs tranquillités, ils sont au top!
Ils sortent d'universités sans avoir mis les pieds dans une entreprise.
Il n'y a pas que les multinationales qui recrutent, il y a les PMI et elles, elles n'ont pas les moyens de faire dans l'incompétence..

> Répondre

lamarmottencore

03/06/2014

à 16:30

Il est en effet banal de voir des RH hors sujet.
Détecter un job ou l'on se sent bien en entretien c'est encore une vision RH. Pour ''se sentir'' il faut le vivre et non en parler. Tu connais la pub sur les frites McC :C'est ceux qui en parlent le plus qui en mangent le moins.
Les Rh parlent des métiers qu'ils n'ont jamais exercés mais qu'ils voient de leur petite fenêtre.
Quant au rôle de manager des RH, mais bien sûr.. la marmotte elle met le papier d'alu sur le chocolat...
Opérationnel=manager,
RH=tout sauf manager, petit comptable social au mieux

> Répondre

rdojovanovic

03/06/2014

à 16:14

moi je réponds toujours à cette question par : Parce que vous avez passé une annonce.

> Répondre

Jecourstoujours

25/03/2014

à 23:38

Les DRH, ou RH, je n ai jamais supporte
A bientôt 50 ans, a chaque fois que j ai été recruté souvent par cooptation, non par piston, pour mon expérience et mes réussites, j ai du certaine fois, car c était la procédure, passer devant ces personnes qui pour moi ne servent a rien... Ça c est souvent mal passe et j ai été malgré tout embauche, malgré leurs avis.... Et oui j ai du caractère et la phrase, vendez moi ce stylo, trop peu pour moi.
Et pourtant j ai a chaque fois réussi car juste
Est sur les métiers concurrentiels dans lesquels je me trouvais, il fallait en vouloir...
Alors mesdames et messieurs de pseudo profession commencez par apprendre les métiers que vous vendez eteut être qu un jour vous servirez.
Actuellement c est la crise donc vous avez un semblant de pouvoir mais dans qqs années ce sera le contraire et les candidats reprendront le dessus, et la vous ne servirez plus a RIEN.
Profitez de votre petit pouvoir de petits chefs, ça ne va pas durer...

> Répondre

Ilda

25/03/2014

à 11:06

" Surdimensionnée" , "ingérable", secteur trop marqué, non mobile, trop vieille (46 ans) , probablement trop chère........: les superlatifs mais surtout les "a priori " ne manquent pas pour justifier l'injustifiable finalement: ne pas vous confier le poste alors même que vos compétences, votre expérience, vos motivations sont au rendez vous.
La vérité est qu'il n'existe rien de plus subjectif que le recrutement: le tri des CV d'abord dont il ne faut pas oublier qu'il est souvent confié en premier lieu à une assistante ou parfois même une stagiaire (je l'ai vu de mes yeux dans ma précédente entreprise, la standardiste avait cette mission) et qui ne risquent pas de présenter un CV dont les caractéristiques ne collent pas parfaitement à ce qui leur a été demandé, puis ensuite l'évaluation comparative des profils (et là les jugements de " valeurs" vont bons train) puis si "dieu le veut", l'entretien en face à face, le summum dans avec un cabinet de recrutement, confié à un consultant junior qui au mieux est impressionné par votre charisme et hésite à vous faire reformuler ce qu'il n'a pas compris, au pire tellement éloigné des préoccupations du poste à pourvoir écarte votre candidature too much. Ou alors "the professionnel" du recrutement qui pour postulat de base considère que si vous êtes là, assis en face de lui à vous abaisser à vous vendre c'est que vous n'êtes pas bon, sinon vous serriez en poste!!!!! Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Bonne journée et bonne recherche. Une quadra en "recherche de nouveaux challenges"!!!

> Répondre

didi

24/03/2014

à 22:13

Tout à fait d'accord. Il y a beaucoup de stéréotypes, les personnes sont différentes et apportent des caractéristiques, compétences et qualités tout aussi divers. Ce n'est certainement pas le fait que nous sommes jeunes diplômés à la recherche d'emploi, que nous devons tous réciter les mêmes phrases, avoir les mêmes réactions. De même, pour les recruteurs, le fait d'être RH signifie t-il qu'ils pensent pareil, attendent les mêmes comportements de clônes ? Ce serait dommage ! L'être humain est bien plus que ça. Pour les questions qu'une personne sensée ne devrait même pas posée, je passe en silence. Pourquoi dois-je vous retenir ? Quelle est la réponse magique ?
Concernant la monotonie des exemples, c'est aussi vrai. Je cherche un poste de juriste en droits de l'homme ou de chargé de projet... En a t-on déjà entendu parlé ?

> Répondre

Sam

25/02/2014

à 14:14

Ce n'est pas le rôle du DRH de connaître le poste pour lequel vous postulez, mais celui de votre manager. C'est la raison pour laquelle de nombreux entretiens sont doublés du N+1 en question, ou qu'il se fait en deux fois.

N'allez pas demander à un chef d'entreprise de pouvoir faire tout ce que ses collaborateurs font : d'une part il en serait incapable, d'autre part ce n'est pas son rôle.
Son rôle est de fédérer son équipe et de la manager correctement pour faire avancer son entreprise.
Pour les RH, c'est exactement pareil : un RH se doit de recruter quelqu'un pour ses compétences et ses qualités, définies de concert avec le N+1 (dans l'idéal). Le RH apprécie la cohérence entre l'attendu et la personne en face de lui.

Alors certes vous pouvez balancer des banalités au RH et mentir.
Mais n'oubliez pas que ce n'est jamais dans votre intérêt. Vous aurez peut être décroché un poste à la sortie, mais si celui-ci ne vous plait pas et que vous ne vous épanouissez pas dans l'entreprise, vous n'aurez aucune envie d'évoluer, et vous aurez perdu votre temps.
Un job où l'on est compétent est celui où - avant toute chose, on se sent bien. Le naturel paie, et les bons RH le savent bien...

> Répondre

Vrille74

23/01/2014

à 21:38

Merci pour ce message Edith,
Comme je me retrouve dans ce que vous dites!
Ce matin encore, je participai à une réunion sur le portage salarial et un ancien directeur technique dans une grosse boite m'a dit que j'avais intérêt à mentir sur mon CV pour ne pas "faire peur" aux recruteurs, qui pourraient craindre de se faire détrôner ou d'être remis en question par moi.
Ma situation actuelle est juste hallucinante et complètement déprimante:
Avec un doctorat en prevention des risques majeurs, une expérience de plus de 6 ans à l'international, dont trois à la Commission Européenne en Italie et trois autres au Québec, je suis au chômage depuis deux ans et je suis aujourd'hui au RSA!!! Et pourtant, je peux vous dire que j'entreprends de sacrées démarches en candidatures spontanées, et en réponse aux offres...le seul truc c'est que comme vous dites, je ne rentre pas dans les cases sur les moteurs de recherche!
J'ai juste envie de hurler lorsque j'entends les grosses banalités sur les bénéficiaires du RSA aujourd'hui avec les formations pour la réinsertion des jeunes! Comme si les seuls bénéficiaires du RSA étaient de pauvres gens, glandeurs, et sans diplôme.
Je crois qu'il y a de plus en plus de gens très qualifiés qui sont en situation très précaire aujourd'hui en France.
Quel gâchis! Tant au niveau individuel que sociétal! Quelle tristesse! Vive la France en 2014, c'est à pleurer.

> Répondre

Edith

20/01/2014

à 15:59

Je cite : "Ma capacité d’adaptation et ma flexibilité face au changement comptent parmi mes compétences principales".
Sauf que capacité d'adaptation & flexibilité sont des qualités, certainement pas des compétences.
Et que ces phrases dites et répétées à longueur de conseils à droite à gauche, sont plutôt à bannir, car cela fait "bon élève" qui récite sa leçon, ne pensez-vous pas ?
Il faut arrêter avec les conseils car s'il y a bien un cas de figure où ils sont irrecevables, c'est bien lorsqu'on cherche un emploi en temps de crise, et même hors crise d'ailleurs. Car chaque candidat est différent, chaque recruteur aussi, cela donne donc autant de cas particuliers.

Je me démarque systématiquement du lot, parce que cursus différent, et CV conséquent car je suis extrêmement polyvalente, je peux vous dire que la différence fait peur aux recruteurs.
Les rares fois où l'on daigne me recevoir, cela se termine dans 99% des cas par un "vous êtes surdimensionnées"... Mais être surdimensionnée ne permet pas de vivre. Et moi j'entends juste que je déborde de la case dans laquelle ils veulent me faire rentrer & que s'ils sont frileux c'est qu'ils préfèrent les personnes qui se limitent à leur travail, sans vouloir ni faire avancer les choses, ni s’épanouir professionnellement.

Enfin, il serait bon que vous parliez aussi de ce que j'appellerais les "petites professions", car je suis Assistante de Direction et que mon cas n'est jamais évoqué sur les sites de conseils relatifs à l'emploi, alors qu'il m'est arrivé d'être un réel bras droit de mon dirigeant et ce plusieurs fois durant mon expérience professionnelle.

> Répondre

Maza

12/08/2013

à 09:58

Une autre question 'bateau" option langue de bois:

"Pourquoi voulez-vous venir chez nous ? "
Quand on est à la recherche d’un poste, c’est pour faire bouillir la marmite.
Je défie quiconque de me donner une autre raison.
Mais cela, il ne faut pas le dire. »

> Répondre

SuperGoy

05/08/2013

à 11:25

J'ai toujours trouvé que le niveau des RH en France était excessivement inadapté au contexte actuel de gouvernance des entreprises, et là c'est pas cet article qui va me faire changer d'avis...
Hormis le 1er extrait qui semblait montrer la voie, cela confirme qu'il est très très facile d'embobiner un RH en lui disant ce qu'il a envie d'entendre... même si de toute évidence, on ne le pense pas une seconde.
Si j'étais RH, je pense que je n'arriverai à embaucher personne...

> Répondre

Willy

29/07/2013

à 13:47

En dehors des compétences purement professionnelles, on peut imaginer qu'un candidat présente d'autres qualités que celles décrites ci-dessus.
La volonté et la détermination par exemple me semble être des caractéristiques beaucoup plus "bancable" que la flexibilité ou un intérêt un peu trop prononcé pour l'entreprise qui recrute. Je précise en outre qu'il y a deux types de profil chez les personnes qui cherchent un emploi : ceux qui veulent changer de job et ceux qui sont au chômage, pour avoir vécu les deux situations je peux vous affirmer que pour les inscrits au Pôle Emploi, la tâche est considérablement plus difficile.
J'ai eu l'occasion, une fois, d'être reçu par un consultant junior au sein d'un cabinet de recrutement notoirement connu pour un poste de chef des ventes qui était en réalité un poste de directeur commercial, cette personne ne faisait même pas la différence entre les deux métiers. Lors de l'entretien cette personne s'est contentée, au travers de questions totalement "bateaux" de remplir discrètement un tableau à l'aide de simples croix cochées dans la bonne case, édifiant non ! j'avoue que j'ai été un peu déstabilisé, comment lui parler de mon style de management, et de "team building", cette personne était là uniquement pour faire de l' écrémage.
Pour moi, les cabinets de recrutement sont des machines qui pratiquent le dumping salarial en mettant une pression considérable sur les candidats par des méthodes de sélection complètement ahurissantes.
Un conseil : évitez d'avoir affaire à eux, prônez l'approche directe, n'hésitez pas à les "bypasser" si le processus de recrutement est trop opaque.

> Répondre

CELLINI

29/07/2013

à 07:21

Moi, comme rémunération, je me contente d'un bol de riz, ça peut le faire ?

> Répondre

hektor56

26/07/2013

à 19:38

De toutes façons on sait pertinemment qu'il faut caresser le DRH dans le sens du poil lors de l'entretien et lui dire ce qu'il veut entendre.

Dans 80% des cas il ne connait rien au poste auquel vous avez postulé.

A mon prochain entretien d'embauche j'essaierai de placer quelques unes de ces banalités, si je décroche le poste avec ça je paye le champagne.

> Répondre

tatanam

26/07/2013

à 12:12

Embaucher un type sur une simple aussi formelle et bateau que : « Ma capacité d’adaptation et ma flexibilité face au changement comptent parmi mes compétences principales » Je trouve ça ... effarant. Il devait avoir la tête de l'emploi celui là, c'est sur.

> Répondre

Maza

26/07/2013

à 12:07

Apporter sa pierre à l'édifice de l'entreprise, et travailler de midi à minuits ?

> Répondre

Dredd

26/07/2013

à 11:27

Haaaa la France et ces détracteurs... À lire vos comm on croirai que selon vous, il faudrai arriver au entretien en pyjama, pas rasé pas coiffé. Et c'est quoi vos conseils ? Parce que ça critique mais ça aide pas. Si un candidat m'impressionne avec une phrase déclique je m'y intéresse un peut plus et ça peut faire la différence.

> Répondre

WLABmee

23/07/2013

à 15:44

En même temps, qui dira sérieusement "je déteste bosser en équipe et votre boulot j'en ai besoin parce que j'ai des factures à payer".... J'ai beau être aussi dans le recrutement, je trouve ce novlangue horripilant...Le pire c'est que ça marche! Conclusion, en entretien tout va bien dans le meilleur des mondes!

> Répondre

wicksy

13/07/2013

à 18:01

Eh oui, les DRH attendent des mots et des phrases qui traduisent notre motivation à intégrer leur magnifique et géniale entreprise. Comme moi, vous vous dites que ce n'est que du cinéma et qu'en réalité personne n'y croit. Eh bien non ! eux, les consultants, les DRH, ils y croient ! et dur comme fer en plus !

Ne vous dites pas qu'une fois l'embauche réussi, ce simulacre est terminé. Vous croiserez dans votre belle carrière des directeurs au "narcissisme naïf" (j'ai bien aimé ce commentaire), qui n'attendront de vous que les paroles qu'ils acceptent d'entendre.

Ce que je viens de vous décrire s'appelle le monde des technocrates (il n'existe que dans les grandes entreprises je vous rassure), une armée de gens au QI et à l'égo surdéveloppés, mais avec aucun sens du résultat ni de l'orientation client.

> Répondre

GULDER

09/07/2013

à 18:14

Cet article est plus qu'intéressant ! En lisant les réponses apportées par les candidats, je me rends compte de ce que je n'ai pas su exprimer aux recruteurs lors de mon dernier entretien de recrutement, alors qu'on était sur la même longueur d'onde ce jour là, mais mes propos n'étaient pas au RDV, quel dommage ! ! Merci pour cet article !

> Répondre

Gaulho

09/07/2013

à 07:58

En qualité de manager, je responsabilise et fédère mes collaborateurs. »
Waaaaw : trop puissant !

> Répondre

zarma

07/07/2013

à 22:20

"j'ai la langue bien rapeuse"
- très bien vous êtes recruté(e)

"votre cravate m'éblouit"
- vous irez loin

"je suis prêt à m'investir à 200%, à laisser tomber ma vie personnelle d'ailleurs dénudée d'intérêt"
- vous commencez tout de suite. Vous éteindrez la lumière derrière vous.

> Répondre

sigersengrev

07/07/2013

à 13:16

Je ne voudrais pas me trouver devant un ( une ) recruteur qui qui boit de telles images d’Épinal.

> Répondre

jyr

07/07/2013

à 11:05

Mort de rire! Un ancien DRH de multinationale.

> Répondre

Hlnewc

06/07/2013

à 22:52

Mais qui parle ainsi?
Tout cela semble quand même très artificiel et pas du tout naturel.
Ça semble sortir tout droit d'un livre ou d'un article genre : les phrases que les recruteurs aiment entendre.
J'aimerai pas travailler dans une entreprise dans laquelle les employés parlent de cette façon.

> Répondre

lux

06/07/2013

à 20:24

"""Bien sûr, je pourrais choisir de continuer mon parcours au sein de mon entreprise mais je souhaite sortir de ma zone de confort et me challenger.""""

C'est beau et tellement spontané !

> Répondre

Mayo

06/07/2013

à 16:36

Je disais seulement qu'il n'est pas certain que les candidats ne flattent pas l'entreprise

et ne leur disent que ce qu'ellent souhaitent entendre.

C'est un apprentissage médiocre ,banal et répandu

> Répondre

Mayo

06/07/2013

à 16:32

Et bien entendu les DRH boivent ça comme du "petit lait "!
Ah!le narcissisme naîf !

> Répondre

nicoals.mx

06/07/2013

à 15:18

Que de conformisme ! Le postulant sait ce qu'il faut dire, le recruteur sait ce qu'il attend qu'on lui dise, tout ce petit monde fait semblant et tout le monde semble content... du théâtre, ni plus ni moins. Après, demandez-vous pourquoi le recrutement ressemble autant à un insupportable programme de figures imposé dans le marché du travail français à la fois poussiéreux (superstition du diplôme, jargon RH en mauvais anglais globish style 70's) et sensible aux effets de mode...

> Répondre

Tarmac

06/07/2013

à 14:09

Certains sont tres doues aux entretiens d'embauche, vraiment tres doues pour se vendre. Une fois embaucher on s'aperçoit qu'ils sont toujours tres fort a la tchatch et qu'il n'y a strictement RIEN derriere, que dalle. Donc on se depeche pour virer...

> Répondre

TIM

06/07/2013

à 12:38

Corporate, vous avez dit corporate ?

Lamentable!

Le jour où l'on saura parler anglais en France et faire la distinction entre le fumeux et l'hélium de la communication d'occasion dans ce pays, on aura peut-être la possibilité de faire des progrès dans la prise de marchés.

Affreux!

> Répondre

+
Confidentialité de vos données
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires permettant l’utilisation de données relatives à un même utilisateur par notre société ainsi que par des tiers comme les régies publicitaires partenaires, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services en lien avec votre recherche d’emploi, une offre publicitaire adaptée à vos centres d'intérêts et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte